Home » Nouvelles internationales » Canada

Critique de livre: un leader de la grève étudiante de 2012 glorifie le nationalisme québécois

Par Louis Girard
18 août 2014

Tenir tête, Gabriel Nadeau-Dubois, Lux Éditeur, 2013, 219 pages

Le livre de Gabriel Nadeau-Dubois sur la grève étudiante québécoise de 2012, dont il était l'un des principaux dirigeants en tant que porte-parole de CLASSE (Coalition large de l'association pour une solidarité syndicale étudiante), est un éloge de la politique de pression, de nationalisme et de subordination aux syndicats pro-capitalistes qui a mené la grève à la défaite.

Une partie de la manifestation de masse du 22 mai 2012 à Montréal en soutien aux étudiants en grève

À son plus fort, la grève a réuni des centaines milliers de personnes dans les rues et avait le potentiel de déclencher une contre-offensive ouvrière contre l’assaut patronal sur les conditions de vie. Nadeau-Dubois utilise les premières pages de son livre pour obscurcir les vastes implications de ce mouvement social en tant qu'expression initiale d'un profond sentiment d'opposition à l'austérité capitaliste parmi les jeunes et les travailleurs.

Il présente plutôt ce mouvement comme étant le fruit des efforts, devant «l’indifférence généralisée», des militants de CLASSE. «Je ne nie pas qu’à un moment donné, dans ce long printemps, il y a bel et bien eu un basculement», écrit-il, «mais ce sont les militants et militantes de la première heure qui l’ont tout d’abord rendue possible».

Ce qui est passé sous silence dans le livre de Nadeau-Dubois, c'est la profonde crise du système capitaliste qui a alimenté la révolte étudiante de 2012 au Québec: le chômage et la détérioration des conditions de vie, le démantèlement des services publics, l'assaut sur les droits démocratiques.

Dès le début de la grève, la question clé posée aux étudiants était celle de la perspective politique qui devait guider leur lutte. Le WSWS a lutté pour que les étudiants se tournent vers la classe ouvrière, la seule force sociale dont les intérêts de classe entrent continuellement en conflit avec l’emprise du patronat sur la vie socioéconomique, mais dont les luttes sont systématiquement étouffées par la bureaucratie syndicale.

Pour aller de l'avant, a insisté le WSWS, la grève devait devenir le catalyseur d'une contre-offensive des travailleurs – francophones, anglophones et immigrés – à travers le Canada, en rupture avec les bureaucrates syndicaux et pour la défense des emplois et des services publics.

Nadeau-Dubois et les autres dirigeants de CLASSE étaient fondamentalement opposés à cette perspective. La grève était conçue par eux comme un simple moyen de pression sur l’élite dirigeante sans remettre en question l'ordre capitaliste existant. La vive colère des étudiants face à la hausse des droits de scolarité par le gouvernement libéral de Jean Charest a été délibérément séparée de la vaste opposition populaire au programme d’austérité de l’élite dirigeante.

Cette politique de pression est articulée dans le livre de Nadeau-Dubois. Il accepte entièrement le système capitaliste et le système des États-nations. Ce qu’il dénonce dans son livre, c’est la «bêtise de l’économie politique néolibérale». Il reprend ainsi les conceptions défendues par les forces petites-bourgeoises hostiles à la lutte politique indépendante des travailleurs, qui cherchent à ressusciter l’idée qu’il est possible de réformer ou «humaniser» le capitalisme.

Nadeau-Dubois présente le néo-libéralisme comme un mauvais choix de politiciens guidés par l'idéologie du libre-marché. En fait, le rejet des réformes sociales limitées adoptées lors du boom économique de l'immédiat après-guerre est la réponse universelle de la classe dirigeante à la réémergence des contradictions fondamentales du capitalisme – des contradictions qui, dans la première moitié du 20e siècle, ont entraîné deux guerres mondiales, la Grande Dépression et le fascisme.

Dans la mesure où Nadeau-Dubois reconnaît que la grève représentait quelque chose de plus qu’une opposition à la hausse des frais de scolarité, c’est pour mieux l’envelopper dans le nationalisme québécois – une perspective politique qui sert à subordonner les travailleurs du Québec à la classe dirigeante québécoise et à les garder isolés de leurs frères et sœurs de classe du reste du Canada et à l'échelle mondiale.

Après avoir présenté dans son livre la grève étudiante de 2012 comme un phénomène purement québécois, Nadeau-Dubois conclut en rapportant le cas d’une jeune immigrante qui l’a remercié pour avoir intéressé sa mère aux événements se déroulant au Québec. «La grève l’a rendue québécoise», a-t-elle dit à Nadeau-Dubois. Cette anecdote est présentée comme une grande victoire de la grève et une importante contribution à la société québécoise.

Le nationalisme de Nadeau-Dubois, son rejet de la classe ouvrière en tant que force sociale indépendante et son acceptation du système capitaliste l’amènent inévitablement à se tourner vers d’autres forces sociales: des sections de l’élite dirigeante, prétendument plus «progressistes», comme le parti de la grande entreprise qu'est le PQ (Parti québécois).

L’ex-dirigeant de CLASSE écrit: «Peu de gens l’ont souligné, et pourtant le fait est remarquable: de grandes figures de l’ancienne élite du pouvoir ont appuyé sans réserve la cause des étudiants». Nadeau-Dubois cite en exemple l’ancien premier ministre péquiste Jacques Parizeau, promoteur de longue date du projet d’une République capitaliste du Québec et architecte des massives coupes budgétaires imposées par les gouvernements péquistes en 1982-83 et en 1994-96.

Cette référence favorable à Parizeau est caractéristique du ton chaleureux envers le PQ que Nadeau-Dubois adopte tout au long de son livre. Critiquant le Parti libéral de Jean Charest pour sa poursuite du «modèle social américain», il est silencieux sur les mesures de droite imposées par le PQ lorsqu'il était au pouvoir.

Pendant la grève, les dirigeants de CLASSE ont accueilli la décision démagogique de la chef péquiste Pauline Marois d'arborer le carré rouge, symbole des étudiants grévistes. Ils ont facilité la récupération politique de la lutte étudiante par le PQ en se rangeant derrière les efforts de la bureaucratie syndicale pour détourner la grève vers l'élection d'un gouvernement péquiste.

Nadeau-Dubois y a apporté sa propre contribution en appelant à «la défaite des néo-libéraux» et en faisant la promotion de Québec solidaire, un parti des classes moyennes privilégiées servant de couverture «de gauche» au PQ. La formation de ce parti nationaliste, afin de redonner vie au projet réactionnaire et discrédité de l'indépendance du Québec, est saluée par Nadeau-Dubois dans son livre comme étant la preuve qu’un «autre Québec est en marche».

Pour revenir à la grève de 2012, la capacité des syndicats à isoler et torpiller cette importante lutte sociale a été renforcée par les efforts de CLASSE pour semer des illusions dans la bureaucratie syndicale. Accueillant les messages de solidarité bidon des chefs syndicaux, Nadeau-Dubois et la direction de CLASSE ont passé sous silence leur refus de lever le petit doigt pour mobiliser leurs membres en soutien aux étudiants.

Nadeau-Dubois omet dans son livre de nombreux développements qui montrent le rôle traître des syndicats. Il présente plutôt l'appareil bureaucratique syndical, dont la fonction est d'étouffer toute lutte indépendante des travailleurs, comme un outil efficace d'organisation et «d’éducation politique» des membres de la base.

Un épisode significatif à cet égard, et qui n’est pas abordé dans le livre, est survenu au début du mois de mai 2012, alors que des centaines de milliers d’étudiants étaient en grève depuis de nombreuses semaines. Les centrales syndicales ont alors exercé d'intenses pressions sur CLASSE et les autres associations étudiantes pour qu'elles acceptent une entente à rabais. Celle-ci prévoyait une hausse des frais de scolarité de 82 pour cent sur sept ans et une participation conjointe des associations étudiantes avec les syndicats à un organisme chargé de superviser les coupes budgétaires dans les universités. Nadeau-Dubois avait déclaré suite à cette entente que c’était «la preuve que la grève a porté fruit». L’entente fut massivement rejetée par les étudiants en grève.

Nadeau-Dubois ne mentionne pas non plus dans son livre la lettre envoyée à ce moment critique, fin mai 2012, par Michel Arsenault, alors président de la FTQ (Fédération des travailleurs du Québec), aux syndicats hors-Québec pour leur demander de ne pas participer aux manifestations étudiantes ni d'offrir le moindre soutien matériel aux grévistes. Pas un mot non plus sur la campagne qu'a ensuite lancée la FTQ, sous le slogan «après la rue, les urnes», pour détourner la lutte étudiante derrière le Parti québécois.

Peu de temps après, dans une tentative d'écraser la grève étudiante par la répression policière et judiciaire, le gouvernement libéral de Jean Charest imposait le projet de loi 78 – devenue loi 12, criminalisant la grève et restreignant fortement le droit de manifester. Les chefs syndicaux (et cela n’est pas mentionné non plus dans le livre) ont tout de suite annoncé qu’ils appliqueraient cette loi antidémocratique: ils ont demandé à leurs membres enseignants de prodiguer leurs cours à la rentrée, facilitant ainsi l'opération gouvernementale pour briser la grève des étudiants.

Le 22 mai 2012, les manifestants ont dénoncé la loi 78 comme un assaut contre les droits démocratiques de tous.

Nadeau-Dubois ne mentionne pas l'appel à la «grève sociale», brièvement soulevé par CLASSE au début de la grève. Même si cet appel était conçu simplement comme un plus grand mouvement de pression, et non le début d'une mobilisation politique indépendante des travailleurs contre le capitalisme, il a été vivement dénoncé par les syndicats, et rapidement mis de côté par la direction de CLASSE.

Dans son livre, Nadeau-Dubois confirme, sans la nommer, l’existence d’une tendance anarchiste au sein de son organisation. Écrivant que «CLASSE était tout le contraire d’un bloc monolithique», il ajoute que «cette tendance avait suffisamment de poids au sein de l’organisation pour limiter ma marge de manœuvre».

Mais, il n’y a jamais eu de divergence fondamentale entre Nadeau-Dubois et les anarchistes. Ceux-ci prônaient simplement plus de manifestations, plus d’affrontements avec la police et la poursuite de la grève, mais sans réelle perspective politique et sans une orientation vers la classe ouvrière. Plus fondamentalement, les deux tiennent un discours nationaliste et fournissent une couverture politique aux centrales syndicales dans leur sabotage des luttes ouvrières et sociales.

Un dernier point mérite d’être mentionné. Durant la grève, les dirigeants de CLASSE ont soutenu que la défaite électorale de Charest aux mains du PQ serait un développement positif, ou même une victoire, pour les étudiants. C’est la ligne que reprend Nadeau-Dubois dans son livre.

Devant la décision du gouvernement péquiste élu en septembre 2012 d'annuler la hausse des droits de scolarité en faveur de leur indexation selon l'inflation, il écrit que cette mesure n’aura «pas les mêmes effets sur l’accessibilité aux études» – cachant ainsi le fait essentiel qu'elle introduit le principe d'une hausse continuelle des droits de scolarité.

Nadeau-Dubois accueille l'abrogation de la loi 12, mais il omet de mentionner que le PQ a défendu le règlement municipal P-6, qui contient les mêmes dispositions anti-démocratiques. Cherchant ensuite à minimiser l'impact des massives coupes budgétaires imposées par le gouvernement Marois, il écrit que «le PQ, élu au terme de la grève étudiante, a de toute évidence été incapable de saisir l’occasion qui lui avait été présentée».

Nadeau-Dubois conclut son livre sur une note pathétique pour masquer la faillite de la perspective de pression et de nationalisme de CLASSE. «Mais sachant que les libéraux étaient résolus à ne jamais reculer devant le mouvement étudiant», écrit-il, «nous aurions difficilement pu espérer mieux comme dénouement».

Mais il y avait et il y a une alternative: un tournant conscient des étudiants vers la classe ouvrière, la seule force sociale capable de conquérir le pouvoir politique et de réorganiser l'économie pour satisfaire les besoins sociaux et non les profits d'une minorité.