Home » Nouvelles internationales » France

Les jeunes d'Amiens manifestent pour défier la répression de l'Etat français

Par Antoine Lerougetel
20 mai 2016

Alors que des dizaines de milliers de manifestants défilaient dans de nombreuses villes de France mardi, 750 jeunes et travailleurs sont descendus dans la rue mardi à Amiens pour s'opposer à la loi travail et défendre des droits démocratiques fondamentaux contre la répression gouvernementale.

Le gouvernement venait d'interdire préventivement 53 personnes en France de manifester, une mesure antidémocratique applicable tout au long de l'actuel état d'urgence.

Les jeunes à Amiens sont particulièrement remontés contre la détention en garde à vue pendant 24 heures de Manon, une étudiante en droit âgée de 22 ans, qui fait face à un acte d'accusation pour avoir agressé un CRS. Elle a essayé de se défendre face à une attaque non-provoquée par les CRS sur une occupation pacifique de la mairie d'Amiens par le mouvement #NuitDebout le 28 avril. Son procès sera le 10 juin, et le procureur réclame une peine de prison ferme de 5 ans.

Elle a été maintenue en garde à vue lors d'une manifestation contre l'utilisation de l'article 49-3 de la constitution par le gouvernement PS afin d'imposer la loi travail sans vote à l'Assemblée nationale.

Refusant de se laisser intimider, de nombreux jeunes ont participé à la manifestation mardi. Une des amies de Manon, Mathilde, a dit au WSWS : « Je veux dire à vos lecteurs que nous sommes déterminés, jusqu'à ce que la loi soit retirée, et nous nous attendons à plus de gens ».

Mathilde, élève de seconde au lycée Madeleine Michelis a également dit au WSWS: « Avec le 49/3 le gouvernement utilise la force, il se fout pas mal de notre avis. Il tue complètement le principe de démocratie.On fait de belles manifs avec de beaux chiffres mais on n'est toujours pas assez. Il faut encore grossir nos rangs, alors peut-être qu'on aboutira à quelque chose ».

Elle a ajouté, « En 2017, on risque d'avoir le FN et ce sera la faute du gouvernement Hollande ».

Oscar du lycée Michelis et Tom du lycée Edouard Branly sont venus à la manifestation avec un groupe d'amis. Ils soulignaient le caractère antidémocratique du gouvernment PS et la nécessité d'une nouvelle perspective pour s'opposer à l'austérité et au PS.

Oscar a dit, « Le 49/3 c'est un déni de démocratie. Pour faire passer la loi sur le renseignement, le gouvernement avait aussi utilisé le 49/3. Ils ont peur de passer devant le débat de l'Assemblée nationale. On peut se poser une question : est-ce que les valeurs des personnes de gauche sont défendues par ce gouvernement Socialiste ? »

Tom a ajouté, « A force de manifs, ça n'a plus d'impact sur le gouvernement. On reste dans les clous, alors le gouvernement est content. ... Le gouvernement nous cache tellement de choses, il se sert de nous, on est sous une fausse démocratie, on est manipulé. »

Leïla et Alexis, lycéens d'Abbeville ont émis des critiques contre les organisations de « gauche » qui ont appelé à voter pour Hollande aux présidentielles en 2012.

Leïla : « Appeler à voter Hollande en 2012 c'était une erreur pour toutes les organisations ici ».

Alexis a ajouté, « Ces organisations ici ne vont pas mener une vraie lutte contre le gouvernement Hollande. C'est un jeu de rôle, ils savent qu'ils ont fait une erreur en appelant à voter pour eux. »