Le Parti de l’égalité socialiste tient une réunion publique sur l’incendie de la tour Grenfell à Londres

Par Notre correspondant
22 août 2017

Le Socialist Equality Party (SEP, Parti de l’égalité socialiste) a tenu une réunion publique le samedi 14 août au sujet de l’incendie de la tour Grenfell du 14 juin intitulée « Meutre social : un crime contre la classe ouvrière ».

Environ 100 personnes ont assisté au Harrow Club, près de Bramley Road, situé à l’ombre de la tour brûlée, y compris un certain nombre de survivants, de résidents locaux et de travailleurs et de jeunes d’autres régions de la capitale et ailleurs.

Présidant la réunion, le correspondant du WSWS, Robert Stevens, a expliqué que le Socialist Equality Party était « très conscient du fait que nous traitons aujourd’hui de problèmes très émotifs et délicats. Les gens ici et beaucoup d’autres ont perdu des êtres chers et les ont même vus périr dans un incendie terrible.

« Mais il est de notre devoir de discuter de ces questions – non pas à la manière du sensationnalisme de pacotille de la plupart des médias. Nous voulons présenter les arguments en faveur de poursuites contre tous les responsables de ce crime épouvantable. »

Pour s’assurer que tous se sentent libres de parler, le SEP avait refusé une demande de Sky News de filmer l’événement et a dit aux policiers qui demandaient à y assister qu’ils n’étaient pas les bienvenus.

Un auditoire attentif a écouté deux allocutions.

La première, faite par Thomas Scripps, membre de l’International Youth and Students for Social Equality (l’organisation des Étudiants et jeunes internationalistes pour l’égalité sociale), portait sur les événements qui ont mené à cette tragédie.

La seconde, prononcée par le Secrétaire national Chris Marsden, portait sur les implications politiques de l’incendie et sur la perspective avancée par le Parti de l’égalité socialiste.

Scripps a dit : « La tour Grenfell a eu un tel effet sur tous les aspects de la vie en Grande-Bretagne qu’il est possible de dire que la politique dans ce pays peut être divisée en la période avant la tour Grenfell et celle d’après. »

C’était le résultat de décisions prises, « dont tous les responsables étaient conscients du fait qu’elles mettaient des vies en danger, mais on les a mises en œuvre de toute façon, car il y avait de l’argent à faire. »

Scripps a démontré comment l’incendie a commencé dans un appartement du deuxième étage avant

d’échapper à tout contrôle parce que l’ensemble de la tour était recouvert d’un bardage inflammable, en montrant une video du World Socialist Web Site que de nombreux lecteurs ont déjà vue.

La tour Grenfell est devenue un piège mortel en raison de la politique de nettoyage social imposée par le conseil d’arrondissement de Kensington et Chelsea, à majorité du Parti conservateur, et sa société quasi-indépendante qui a géré la tour – la Kensington and Chelsea Tenant Management Organisation.

Scripps a constaté que « le Conseil de Kensington et Chelsea étaient tellement désireux de détruire les logements sociaux et de donner à Grenfell un ravalement de façade purement cosmétique, parce qu’il pourrait ainsi engranger des millions de livres. »

« C’est le quartier le plus riche de la Grande-Bretagne, avec les prix de l’immobilier les plus élevés de Londres, soit une moyenne de 1,37 million de livres sterling l’année dernière, et c’est le site de la rue la plus chère du pays, Victoria Road, un prix moyen de 8 millions de dollars. »

« L’incendie de la tour Grenfell a pris les dimensions d’une catastrophe nationale », a-t-il expliqué, des centaines de tours gérées par des municipalités ont « des revêtements similaires, y compris le Chalcots Estate dans Swiss Cottage » à Londres.

« En outre, des incendies liés au bardage ont été signalés au Moyen-Orient, en Australie et ailleurs, montrant les dimensions internationales de l’affaire de Grenfell. En effet, cet incendie a été précédé par des embrasements liés au bardage dans au moins 20 grandes tours partout dans le monde. »

En développant ce thème, Marsden a déclaré que cet incendie, « souligne une expérience commune de la classe ouvrière dans le monde entier. Dans tous les pays, les super-riches s’enrichissent de plus en plus, tandis que les travailleurs subissent une baisse constante de leurs conditions de vie. »

Il a noté que, au cours des derniers mois, la poussée de la classe capitaliste pour l’augmentation des bénéfices a entraîné des tragédies qui ont coûté la vie à des centaines de personnes dans des pays comme le Sri Lanka, le Pakistan, l’Inde et la Sierra Leone et il a décrit ces événements terribles.

Marsden a continué : « Enfin, dans le pays le plus riche du monde, nos camarades américains ont fait campagne depuis des années pour révéler comment, à Flint, dans le Michigan, Rick Snyder, un gouverneur républicain multimillionnaire, et son directeur financier démocrate, Andy Dillon, ont changé l’approvisionnement en eau de la ville pour une eau non traitée de la rivière Flint polluée », avec des conséquences dévastatrices.

Marsden a présenté une video du World Socialist Web Site sur Flint qui a été vue près d’un million de fois sur Facebook.

Le terme meurtre social, a expliqué Marsden, fut d’abord inventé par le cofondateur du socialisme scientifique, Frédéric Engels, dans son livre intitulé La condition de la classe ouvrière en Angleterre, bien avant ces événements en 1845, dès les débuts du capitalisme industriel : « Pourtant, personne ne peut aujourd’hui décrire Grenfell en termes meilleurs. »

Marsden a déclaré : « Le SEP exhorte tous les survivants, les résidents locaux et les travailleurs partout dans le monde à ne pas se fier à la poudre aux yeux de l’enquête de [la Première ministre, Theresa] May ni à la tentative du Parti travailliste de la rendre plus acceptable. Ils doivent compter sur eux-mêmes seuls, sur leur pouvoir social. »

« Les travailleurs doivent exiger que tous les coupables de meurtre social à la tour Grenfell dans les milieux politiques et commerciaux soient arrêtés, inculpés et jugés. »

Mais pour que cela se produise, il faut construire le SEP comme la direction politique qu’il faut pour cela.

Après les allocutions, il y a eu une séance de discussion animée d’environ deux heures. La réunion a entendu des contributions émouvantes des survivants de l’incendie, dont Nick Burton, qui a réussi à s’échapper du 19 étage avec sa femme à 3 h 40 grâce à l’action héroïque des pompiers.

Sid-Ali Atmani, qui a réussi à s’échapper du 15 étage, a également parlé de son expérience traumatique et de ses efforts pour révéler ce que l’enquête officielle sur l’incendie passe sous silence. Ali a rapporté le mépris continu avec lequel les survivants sont traités par le conseil et les autorités.

Le public a répondu pendant et à la fin des contributions avec des applaudissements chaleureux.

Jerry White, un dirigeant du Parti d’égalité socialiste aux États-Unis, a pris la parole lors de la discussion. Ce qui s’est passé à la tour Grenfell, a-t-il dit, était un « crime [dans lequel] les vies ont été sacrifiées en raison de décisions financières et politiques qui ont profité à une minorité minuscule au sommet. »

White a expliqué comment, à Flint, des milliers de résidents de la classe ouvrière de la ville industrielle du Midwest des États-Unis était approvisionnée en eau empoisonnée. Comme pour la tour Grenfell, cela s’explique par des décisions politiques et commerciales prises aux États-Unis par des politiciens des Partis républicain et démocrate en alliance avec les grandes entreprises, motivées par la réduction des coûts et l’augmentation des bénéfices. Cela a déjà entraîné la mort d’au moins 12 personnes.

Marsden a expliqué dans sa conclusion que le gouvernement, le conseil local et la police métropolitaine étaient impliqués dans une « dissimulation massive » sur l’incendie de la tour Grenfell. Il a dit : « L’incendie a montré une chose : l’énorme ingéniosité, le dévouement et le sérieux de la classe ouvrière. » Applaudi, il a ajouté : « C’était une crise où les gens ont été délaissés par le système officiel et tout ce qui s’est passé est arrivé grâce aux actions des résidents locaux. »

« Le problème auquel nous sommes confrontés est la crise de direction politique. Ce n’est pas parce que les travailleurs ne veulent pas se battre, c’est parce qu’il n’y a pas de tendance politique en dehors de celle-ci qui veuille une lutte politique contre le système. »

Marsden a expliqué que le SEP organisera un forum régulier dans le quartier où les résidents peuvent se réunir et discuter d’une voie à suivre. Le SEP travaillerait pour démasquer l’enquête frauduleuse du gouvernement sur l’incendie de la tour : « Nous allons contrer leur propagande par la vérité. »

Après la réunion, une collecte de 380 livres sterling a été réalisée à l’appui du Fonds de développement de 100 000 livres du Socialist Equality Party. Un grand nombre de membres du public ont continué à discuter avec les membres du SEP et les journalistes du World Socialist Web Site. Au cours des prochains jours, le WSWS publiera des reportages sur cette réunion et des entretiens avec les participants.

(Article paru en anglais le 21 août 2017)