Crise politique à Berlin, les négociations pour une coalition gouvernementale échouent

Par Peter Schwarz
22 novembre 2017

L’échec des négociations sur une coalition « jamaïcaine » entre l’Union chrétienne-démocrate/Union chrétienne sociale (CDU/CSU), le Parti vert et le Parti libéral démocrate (FDP), huit semaines après les élections fédérales allemandes, n’a pas seulement déclenché une crise profonde à Berlin, il marque aussi un tournant dans la politique allemande et européenne.

Reste à savoir si le SPD se déclarera prêt à poursuivre la Grande Coalition avec la CDU, si un gouvernement minoritaire au parlement sera formé, ou si de nouvelles élections seront déclenchées, ce qui fera durer la crise encore plus longtemps. Cependant, une chose est claire. Au moment où les divergences au sein de la classe dirigeante pouvaient être résolues autour de la table des négociations est terminé. L’ère de la chancelière Angela Merkel touche à sa fin. Le climat politique se radicalise, les conflits sociaux se durcissent et la politique officielle s’oriente vers la droite.

L’Allemagne a longtemps été une force de stabilisation au sein d’une Union européenne dominée par les crises économiques, les conflits politiques intérieurs et la montée des tendances nationalistes. Il vit maintenant, comme Spiegel Online l’a dit, son propre « moment du Brexit » et son « moment Trump ».

La cause de cette crise ne tient pas aux querelles sur les taux d’émissions de carbone, le nombre de réfugiés et les taux d’impôts, qui ont dominées les négociations « Jamaïcaines » au cours des quatre dernières semaines, mais plutôt au fossé grandissant entre le programme de droite des partis politiques et une grande partie de la population.

Au cours des quatre dernières années, la Grande Coalition a lancé un vaste déploiement militaire, imposé d’horribles programmes d’austérité aux États les plus faibles de l’UE et a augmenté les niveaux de pauvreté et de conditions de travail précaires. C’est la réponse du gouvernement à la crise financière mondiale et à l’augmentation des tensions entre les grandes puissances à la suite de l’élection de Donald Trump.

Ces politiques sont profondément impopulaires. La CDU, la CSU et le SPD ont perdu un grand nombre de voix lors des élections, ce qui a entraîné leur pire résultat en 70 ans. Néanmoins, toutes les parties s’engagent à poursuivre ces politiques. Cela détermine leur comportement dans la crise actuelle.

Ce n’est pas un hasard si le FDP a rompu les négociations de coalition et, comme beaucoup le croient, avait prévu de le faire depuis longtemps. Le parti, qui n’a jamais bénéficié d’une influence de masse et qui a compté sur de riches donateurs dans les grandes entreprises, a toujours joué un rôle de pionnier lors des grandes transformations de l’histoire allemande.

Après la Seconde Guerre mondiale, le FDP se trouvait à l’extrême droite du spectre politique, attirant de nombreux ex-libéraux et nazis dans ses rangs et formant une coalition avec Konrad Adenauer de la CDU. En 1969, le parti a changé de camp et a aidé le social-démocrate Willy Brandt à devenir chancelier. En 1982, le FDP a de nouveau changé de cap, faisant tomber le gouvernement de Helmut Schmidt dirigé par le SPD et gouvernant pendant 16 ans avec Helmut Kohl (CDU).

Le FDP revient maintenant à ses racines et s’oriente vers l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) néo-fasciste, qui a remporté les élections en profitant de l’effondrement du vote pour les grands partis. Christian Lindner, trente-huit ans, qui a dirigé le FDP pendant quatre ans, est en train de mener le parti loin vers la droite. Le quotidien Tagesspiegel a écrit qu’en cas de nouvelles élections, il « irait chercher la frange de droite pour devenir un nouveau parti du peuple à travers les libéraux nationaux ». Le Süddeutsche Zeitung a accusé Lindner d’avoir abusé des négociations pour la coalition afin de se donner une image proche de l’ancien dirigeant du Parti de la liberté de l’Autriche (FPÖ), Jörg Haider.

Lindner calcule également qu’il va gagner un fort soutien pour son programme de droite au sein de la CDU/CSU. Dans la CSU, Markus Söder et Alexander Dobrindt se préparent à évincer le leader Horst Seehofer. Les deux représentent un programme conservateur radical. Angela Merkel est également sous la pression de l’aile droite de son parti. On ne sait pas encore si elle survivra à la crise politiquement.

André Poggenburg, un dirigeant de l’AfD, a déjà proposé de tolérer un gouvernement minoritaire CDU-FDP au parlement, à condition que Merkel occupe le poste de chancelier et que le nouveau gouvernement étende la répression à l’intérieur du pays et empêche le regroupement familial des réfugiés en Allemagne.

La politique du SPD évolue aussi vers la droite, et rapidement. Le parti a joué un rôle important dans la relance du militarisme allemand et, surtout depuis le sommet du G20 à Hambourg, a plaidé pour le renforcement des services de police et de renseignement. Il l’a fait au nom d’une campagne contre « l’extrémisme de gauche ». Le SPD considère que son objectif traditionnel est d’établir un rempart contre l’opposition de la gauche.

C’est pourquoi les partis ne souhaitent pas continuer la Grande Coalition. Bien que la chancelière Merkel et le président Frank-Walter Steinmeier (SPD) aient exercé une pression significative sur le SPD, le comité exécutif du SPD a accepté à l’unanimité lundi de rester dans l’opposition plutôt que d’entrer dans le gouvernement. Le SPD craint qu’une perspective socialiste ne trouve un public s’il continue de travailler en étroite collaboration avec la CDU-CSU, laissant l’AfD comme la plus grande opposition au parlement.

Le Parti de gauche soutient ce cours. Il répond à la rupture des négociations de coalition en exigeant de nouvelles élections et en proposant de former un gouvernement avec le SPD et les Verts qui cherchaient désespérément à former une coalition avec la CDU-CSU et le FDP.

Peu importe comment la crise se développe au cours des prochains jours et des prochaines semaines, les travailleurs et les jeunes doivent se préparer à des attaques massives et à une intensification de la lutte des classes. Le Sozialistische Gleichheitspartei (SGP), la section allemande du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI), a déclaré pendant la campagne électorale que les élections constituent un tournant politique et que tous les partis s’efforcent d’imposer une « augmentation sans précédent du militarisme, le renforcement de l’appareil répressif de l’État et des coupes dans les dépenses sociales ».

Le SGP est le seul parti « qui s’oppose aux défenseurs du capitalisme “de gauche” comme de droite et se bat pour la construction d’un mouvement socialiste international ». La lutte pour la construction du SGP et des sections du CIQI aux États-Unis et partout ailleurs, est la tâche politique la plus urgente.

(Article paru d’abord en anglais le 21 novembre 2017)