Eric Schmidt de Google admet qu’il y a une censure politique des résultats du moteur de recherche

Par Niles Niemuth
23 novembre 2017

Éric Schmidt, président éxécutif de la société mère de Google, Alphabet, a confirmé ce week-end que la plus grande société Internet du monde, en étroite coordination avec l’État, manipule les résultats de la recherche pour censurer les sites critiques du gouvernement américain.

Répondant à une question sur la « manipulation de l’information » sur Internet lors d’une participation au « Forum sur la sécurité internationale de Halifax », Schmidt a annoncé que Google travaillait sur des algorithmes qui « déclassent » les sites d’information russes RT (Russia Today) et Sputnik du service de nouvelles Google, bloquant effectivement l’accès des usagers aux deux sites.

Les remarques de Schmidt lors du rassemblement des responsables de la sécurité militaire et nationale confirment les accusations du World Socialist Web Site selon lesquelles Google aurait délibérément modifié ses algorithmes de recherche et pris d’autres mesures pour empêcher les gens d’accéder à certaines informations par ses moteurs de recherche. Le WSWS a lui-même été la cible principale de ces efforts.

Ces déclarations révèlent le mensonge de l’affirmation précédente de l’entreprise selon laquelle les changements apportés à son moteur de recherche visaient à « améliorer les résultats de recherche », et que ces changements étaient politiquement impartiaux.

Les efforts de Google ne sont qu’une partie d’un effort partagé entre le gouvernement et des entreprises privées beaucoup plus larges pour contrôler le flux d’informations sur Internet, impliquant Amazon, Twitter et Facebook, ainsi que les fournisseurs de services Internet tels que Comcast, Time Warner Cable, Verizon et AT&T. La FCC a annoncé cette semaine qu’elle éliminerait les règlements de « neutralité du net », permettant aux fournisseurs de services de limiter les sites auxquels les clients peuvent accéder, soit en limitant la vitesse de téléchargement sur Internet, soit en facturant des frais supplémentaires.

Plus tôt ce mois-ci, le département de la Justice des États-Unis a obligé RT à s’inscrire comme « agent étranger » dans le but de ternir la réputation de source d’information fiables de la chaîne et d’intimider ses journalistes et ses invités. Google a supprimé RT de ses chaînes « préférées » sur YouTube le mois dernier, et Twitter a bloqué la possibilité pour ce service de nouvelles de se financer par la publicité.

Les déclarations de Schmidt sont toutefois les plus directes à ce jour. Il a affirmé que Google « essayait de concevoir les systèmes pour empêcher » les usagers de voir le contenu de RT et de Sputnik.

Schmidt a nié que cela équivaudrait à de la censure tout en prétendant que l’algorithme anti-RT de Google bloquerait des informations « répétitives, exploiteuses, fausses [ou] susceptibles d’avoir été utilisées comme armes ».

Une campagne contre les « fausses nouvelles » est maintenant devenue une campagne contre les « informations utilisées comme des armes », c’est-à-dire une véritable information critique ou préjudiciable à l’establishment politique. L’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton a prétendu que lorsque ses emails et les discours à Wall Street ont été divulgués par WikiLeaks, ils avaient été « utilisés comme des armes ». Sous la nouvelle rubrique de censure de Google, tout article écrit sur la base des révélations tout à fait vraies concernant Clinton serait censuré.

En ce qui concerne les informations « répétitives, exploiteuses, fausses et utilisées comme des armes », en toute objectivité, cela s’applique avant tout à la campagne sur les affirmations selon lesquelles la Russie « sème des divisions » aux États-Unis. Les articles sans fin dans les médias, et qui ne se donnent pas la peine de démontrer leurs affirmations, reprenant mot pour mot le discours des agences de renseignement, servent à une véritable guerre contre les droits démocratiques.

La campagne anti-russe lancée par le Parti démocrate pour s’assurer que l’Administration Trump maintient une position hostile envers le Kremlin s’est transformée en une répression générale de la liberté d’expression et de la libre circulation de l’information.

Si RT et Sputnik sont les cibles immédiates de cette campagne, le véritable sujet de préoccupation est tout site web qui révèle les mensonges du gouvernement américain et met en avant les articles critiques du récit officiel présenté par la classe dirigeante américaine.

Le WSWS a signalé pour la première fois en juillet que le nouvel algorithme de Google lancé en avril sous prétexte de combattre la propagation de « fausses nouvelles » bloquait l’accès à un large éventail d’organisations de gauche, progressistes, anti-guerre et démocratiques. Depuis avril, les références au WSWS dans le moteur de recherche de Google ont chuté de 75 pour cent. Le mois dernier, le WSWS et d’autres journalistes de gauche ont été retirés de Google News.

Dans une lettre ouverte à Schmidt et à d’autres dirigeants de Google, publiée en août, demandant la fin de la censure, David North, le président du Comité de rédaction international du WSWS a déclaré :

« Les faits prouvent que Google truque des résultats de recherche avec une liste noire et censure le WSWS et d’autres publications de gauche. » North a continué : « Cela soulève une question très sérieuse, avec de profondes implications constitutionnelles. Google coordonne-t-il son programme de censure avec le gouvernement américain ou des sections de son appareil militaire et de renseignement ? »

Alors que Google a refusé de répondre, jusque-là aux demandes directes du WSWS, nous avons maintenant une réponse claire : Oui.

Que Schmidt fasse une telle déclaration si ouvertement est un avertissement que la campagne pour censurer l’Internet entre dans une nouvelle étape. Une attaque de plus en plus ouverte et incontrôlée contre la liberté d’expression et l’expression politique est en préparation.

La répression sur Internet intervient alors que l’on enregistre des niveaux historiques et toujours croissants d’inégalité sociale. La classe dirigeante américaine craint la croissance de l’opposition sociale et des sentiments anticapitalistes et favorables au socialisme qui se développent sous la surface de la vie officielle. Ils craignent surtout le développement d’un mouvement conscient de la classe ouvrière qui lutte pour le renversement du système capitaliste pourri.

Nous exhortons nos lecteurs et sympathisants à se battre pour défendre un Internet libre et ouvert. Rejoignez les milliers de personnes qui ont déjà signé la pétition demandant que Google cesse de censurer le WSWS et d’autres sites Web de gauche. Contribuer à la lutte contre la censure d’Internet auprès de toutes les catégories de travailleurs et de jeunes, aux États-Unis et à l’international, en faisant le lien entre la lutte contre les atteintes aux droits démocratiques et la lutte contre la guerre, contre la dictature et contre les inégalités sociales.

(Article paru d’abord en anglais le 22 novembre 2017)