Home » Nouvelles internationales » Corée du Nord

Trump fait encore un pas vers la guerre en Corée du Nord

Par Peter Symonds
22 juin 2017

Dans un autre acte menaçant de sa politique de la corde raide, le président Donald Trump a annoncé hier que la Chine n’avait pas pu forcer la Corée du Nord à accéder aux demandes des États-Unis, ouvrant la porte à une action américaine unilatérale, y compris des frappes militaires. Le tweet survient juste avant les négociations de haut niveau entre les responsables américains et chinois qui ont lieu mercredi à Washington.

« Bien que j’apprécie beaucoup les efforts du président Xi [Jinping] et de la Chine pour aider avec la Corée du Nord, cela n’a pas fonctionné. Au moins, je sais que la Chine a essayé ! » a tweeté Trump.

L’administration de Trump a exercé une grande pression sur Pékin afin de contraindre Pyongyang à abandonner ses programmes nucléaires et antimissiles, mais elle a toujours indiqué que le temps était limité. « La Corée du Nord cherche des problèmes. Si la Chine décide d’aider, ce serait génial. Sinon, nous allons résoudre le problème sans elle ! USA », avait tweeté Trump en avril.

Le dernier tweet du président des États-Unis vise clairement à exercer une pression supplémentaire sur les responsables chinois, le conseiller d’État Yang Jiechi et le général Fang Fenghui, qui rencontreront le secrétaire d’État américain Rex Tillerson et le secrétaire à la défense, James Mattis, dans un dialogue diplomatique et de sécurité entre les États-Unis et la Chine.

Le Département d’État des États-Unis a indiqué que Washington avait l’intention de mettre la Corée du Nord au sommet de l’ordre du jour et de faire pression sur la Chine pour accepter l’imposition de sanctions plus sévères, comme un embargo sur le pétrole et l’interdiction des travailleurs nord-coréens à l’étranger. Cependant, Pékin, qui a déjà contribué à l’imposition de sanctions sévères contre les exportations de minéraux nord-coréens, hésite à faire des démarches susceptibles de provoquer une crise politique à Pyongyang, à la porte de la Chine.

L’ambassadeur de Chine à Washington, Cui Tiankai, a déclaré au Financial Times : « Nous ne devrions pas en faire [du dialogue entre les États-Unis et la Chine] une plate-forme où un côté pose une longue liste de demandes à l’autre. Il faut que ce soit réciproque. » Il a déclaré que la Chine était « évidemment importante » pour exercer une pression sur la Corée du Nord, mais que les États-Unis devraient en faire davantage ». Pékin a exhorté Washington à prendre des mesures pour relancer les négociations avec Pyongyang.

Le tweet de Trump selon lequel les efforts de la Chine « n’ont pas fonctionné » est plus qu’une simple tactique de négociation pour les pourparlers de vendredi. Si Pékin refuse d’accepter des sanctions plus sévères, le risque d’une action militaire imprudente contre Pyongyang augmente. Comme l’a déclaré un haut responsable de l’administration à Reuters, les États-Unis ont des options limitées pour freiner la Corée du Nord sans l’aide chinoise.

Les fonctionnaires de Trump ont déjà déclaré que la politique de l’administration Obama de « patience stratégique », c’est-à-dire faire pression sur Pyongyang avec des sanctions accrues, avait échoué. La possibilité qu’une rencontre avec le leader nord-coréen Kim Jong-un, que Trump a suggérée le mois dernier, puisse être réalisable dans les bonnes conditions est hautement improbable. Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a déclaré hier : « Nous allons de plus en plus loin, pas plus près, de ces conditions. »

En réalité, l’administration Trump, ainsi que les médias américains, ont sauté sur la mort d’Otto Warmbier pour diaboliser davantage la Corée du Nord et créer les conditions de la guerre. Warmbier, un étudiant, était l’un des quatre citoyens américains condamnés et emprisonnés dans les prisons nord-coréennes. Il a été rapatrié par avion la semaine dernière et est décédé lundi.

Trump s’est joint à la clameur dans les médias et l’establishment politique pour une réaction à la mort de Warmbier, déclarant que ce qui s’est passé est « une disgrâce totale ». Il a qualifié le gouvernement nord-coréen de « régime brutal » et a déclaré que ce décès avait approfondi sa détermination à prévenir d’autres tragédies « aux mains de régimes qui ne respectent pas l’État de droit ou la décence humaine fondamentale. »

Le sénateur américain John McCain, président du Comité des services armés du Sénat, a affirmé que le régime de Kim Jong-un avait « assassiné » Warmbier, même si les médecins n’ont pas encore déterminé ce qui a causé l’affection cérébrale qui a causé la mort de l’étudiant. McCain a accusé Pyongyang de « travail forcé, famine de masse, cruauté systématique, torture et meurtre » et a ajouté que les États-Unis « ne peuvent pas et ne doivent pas tolérer le meurtre de leurs citoyens par des puissances hostiles ».

Tous les préparatifs d’une guerre menée par les États-Unis sur la Corée du Nord ont été réalisés. Le Pentagone a stationné ce que Trump a qualifié d'« une armada » au large de la péninsule coréenne, deux groupes d’attaque de porte-avions sont en place et un autre est en route, ainsi que des sous-marins nucléaires – complétant des forces américaines importantes déjà stationnées au Japon, en Corée du Sud et à Guam.

Hier, deux bombardiers stratégiques américains B-1 ont survolé la péninsule coréenne dans un autre avertissement à la Corée du Nord. Le vol de 10 heures depuis Guam comprenait également des missions d’entraînement avec des avions de chasse F-15 japonais et sud-coréens. Le porte-parole du Pentagone, Jeff Davis, a déclaré aux médias : « Nous pouvons lancer et faire opérer des bombardiers à longue portée sur la péninsule coréenne avec un très court préavis. » Il a ajouté sinistrement : « Et nous espérons ne pas avoir à le faire. »

Dans un autre signal plutôt menaçant, deux responsables américains ont déclaré à CNN que les satellites espion américains avaient détecté de nouvelles activités sur le site d’essais nucléaires souterrains de la Corée du Nord. Les fonctionnaires se sont dits préoccupés par le fait que la Corée du Nord pourrait déclencher un essai nucléaire pour coïncider avec le dialogue entre les États-Unis et la Chine à Washington. Pyongyang a critiqué publiquement la volonté de Beijing d’accepter les demandes américaines de sanctions.

Le reportage de CNN a également constaté le caractère très avancé des plans du Pentagone pour une guerre contre la Corée du Nord, en précisant : « Deux hauts fonctionnaires américains ayant des connaissances directes de la situation ont également déclaré à CNN que les options militaires pour la Corée du Nord ont récemment été mises à jour et seront présentées au président Donald Trump pour une décision d’agir s’il y a un essai nucléaire. »

Le caractère dévastateur de toute nouvelle guerre sur la péninsule coréenne a encore été souligné la semaine dernière par le secrétaire américain à la Défense, James Mattis. Il a déclaré à une commission du Congrès qu’un tel conflit serait « catastrophique » mais que les États-Unis finiraient par l’emporter.

« Ce sera une guerre plus sérieuse en termes de souffrance humaine que tout ce que nous avons vu depuis 1953 », a déclaré Mattis, faisant référence à la guerre de Corée entre 1950 et 1953 dans laquelle les pertes se sont élevées à des millions de personnes. « Cela impliquera le pilonnage massif de la capitale d’un des alliés [Séoul], qui est l’une des villes les plus densément habitées sur Terre. Ce serait une guerre que fondamentalement nous ne voulons pas. Nos alliés et nous gagnerions à un énorme prix. »

Cependant, c’est aussi une guerre vers laquelle l’administration Trump avance petit à petit sans cesse, ayant déclaré à plusieurs reprises que « toutes les options sont sur la table ». Contrairement à la guerre de Corée des années 1950, un nouveau conflit ne resterait pas limité à la péninsule coréenne mais impliquerait d’autres puissances dans une catastrophe beaucoup plus large pour l’humanité.

(Article paru en anglais le 21 juin 2017)