Home » Nouvelles internationales » Allemagne

L’historien allemand Sönke Neitzel invoque les traditions de la Wehrmacht de Hitler

Par Christoph Vandreier
22 juillet 2017

Un vaste réseau néo-nazi a été découvert en avril au sein de la Bundeswehr allemande (forces armées), il préparait des attaques terroristes contre des politiciens de haut rang en glorifiant l’armée hitlérienne (la Wehrmacht). À peine trois mois plus tard, l’influent magazine Der Spiegel publiait un entretien dans lequel l’historien militaire Sönke Neitzel a fait l’éloge de la Wehrmacht en banalisant la terreur de droite à laquelle elle a participé.

Neitzel insiste pour dire que la Bundeswehr s’inscrit dans la tradition de la Wehrmacht parce qu’elle doit être un « instrument de combat ». Il affirme que « les grenadiers de chars et les parachutistes » peuvent « difficilement se voir proposer des modèles non-combattants. » Ils doivent pouvoir combattre et tuer », et ne peuvent de ce fait donc pas se limiter à des « éléments de tradition » correspondant aux principes du libéralisme politique démocratique.

La Bundeswehr est « une organisation militaire et non une filiale du Centre fédéral pour l’éducation politique », poursuit le professeur. Cette approche n’est pas cohérente avec la notion de n’accepter que la résistance [aux nazis] au sein de la Wehrmacht comme fondement des traditions », a-t-il dit. « Même dans une guerre totale » l’on peut également « agir de manière exemplaire pour un régime criminel […] par exemple, en assumant la conduite des hommes ou en étant un soldat aguerri crédité de nombreuses victoires à l’image de [Helmut] Lent. »

Lent, dont Neitzel fait l’éloge, était à la tête du 3 escadron de chasse nocturne, et fut élevé au rang de héros de guerre par la propagande nazie. Dans son oraison funèbre, Hermann Göring l’avait décrit comme « un défenseur de notre vision du monde national-socialiste [nazie]. » Même le Centre d’histoire militaire et des sciences sociales de la Bundeswehr (ZMSBw) qui vise à blanchir l’histoire de l’armée, a conclu que Lent était un « officier de l’armée de l’air pleinement conscient de sa carrière » qui « respectait et se conformait en grande partie au système. »

Pour Neitzel, ce ne sont pas seulement les héros de la propagande nazie qui doivent être vénérés pour leurs réussites militaires, mais la Wehrmacht de Hitler tout entière. « L’initiative de vouloir gagner, d’aller de l’avant, la loyauté envers le devoir – sont toutes des qualités militaires qui continuent de rester valables de manière inchangée », déclare-t-il.

Sa glorification de la Wehrmacht est directement liée à la relativisation des crimes bestiaux dont l’armée hitlérienne était responsable. L’attaque non provoquée contre l’Union soviétique dans le but de détruire 30 millions de civils slaves, est réduite par l’historien militaire Neitzel à une simple tactique de guerre posant problème.

« Il existe des processus décisionnels dans toutes les guerres », souligne Neitzel, « et l’armée allemande a choisi la solution la plus violente dans un grand nombre de cas. Mais cela ne doit pas obscurcir le fait que la Wehrmacht, en tant que “organisation combattante” a également eu des succès. »

L’on se demande de quels succès parle Neitzel. Les massacres des civils ? Le massacre des communistes ? L’anéantissement des Juifs d’Europe ? On commence à comprendre quand il parle de l’« opération Zigeunerbaron », (opération baron tzigane) dont les victimes comptaient des « civils innocents ».

En fait, l’« opération Zigeunerbaron » fut une brutale opération anti-partisane dans laquelle tous les civils mâles entre 15 et 65 ans furent arrêtés dans les forêts avoisinantes de Brjansk, en Lituanie. La population restante fut expulsée et les villages incendiés. Les estimations indiquent que 20 à 30 pour cent seulement sur plus de 1500 personnes tuées étaient des partisans. Les autres étaient des civils.

Neitzel lui-même déclare que la banalisation de ces atrocités et la glorification de la Wehrmacht sont un « stimulateur de tradition » indispensable pour faire de la Bundeswehr un « instrument de bataille. »

Il esquisse ce faisant un projet auquel lui et d’autres professeurs, tels les professeurs Herfried Münkler et Jörg Baberowski de l’Université Humboldt, travaillent depuis un certain temps. Compte tenu du renouveau du militarisme allemand et des plans de mise à niveau massive des forces militaires allemandes, ils cherchent à réécrire l’histoire. L’impérialisme allemand doit être blanchi de ses crimes historiques dans le but de préparer de nouvelles guerres.

Le politologue Münkler en était arrivé à l’essentiel lorsqu’il avait déclaré à propos de la Première guerre mondiale : « Il ne peut guère y avoir une politique responsable en vigueur en Europe quand on entretient l’idée que tout était de notre faute. En ce qui concerne 1914, c’est une légende. »

Neitzel lui-même est allé plus loin en impliquant que l’Allemagne n’avait fait que se défendre. En janvier 2014, Neitzel, ainsi que d’autres auteurs, écrivaient dans le journal Die Welt que les dirigeants allemands avaient poursuivi un « objectif défensif » car « poussés par la peur du déclin [de l’Allemagne] et de la crainte de son encerclement. »

A l’occasion du 75 anniversaire de l’offensive contre l’Union soviétique en 1941 et lors d’une table ronde en présence de Baberowski qui fut diffusée par la chaîne Phoenix, Neitzel avait remis en question le fait que la guerre d’extermination menée par Hitler à l’est avait été planifiée. À la question suivante : « S’est-il agi de la mise en œuvre du plan de vieille date de Hitler d’un espace vital à l’est ou bien a-t-il réagi en premier lieu à la situation de guerre ? » Neitzel a répondu : « C’était un peu les deux. La question reste toujours de savoir si nous pouvons vraiment croire que Hitler disposait d’un plan. » Cette année-là, il affirma même que Hitler n’avait pas utilisé de gaz toxique [article en anglais] durant la Seconde Guerre mondiale !

La banalisation des crimes historiques de l’impérialisme allemand va de pair avec la banalisation des réseaux néo-nazis d’aujourd’hui au sein de la Bundeswehr. Ce professeur comprend très bien que de tels réseaux d’extrême-droite ne sont pas seulement un produit de la militarisation, mais aussi une condition préalable à une brutale armée d’intervention.

« Voilà qu’un suspect de terrorisme d’extrême-droite est démasqué, et craignant pour son poste, elle provoque un débat sur la tradition », a observé Neitzel en parlant des tentatives entreprises par la ministre de la défense Ursula von der Leyen pour cacher à bon compte son propre militarisme après la découverte du complot terroriste.

Toutefois, la question ne porte pas sur cas isolé de partisan de l’extrême-droite suspecté de terrorisme comme le prétend Neitzel, mais sur un vaste réseau néonazi qui fut systématiquement couvert par les hauts gradés. Deux officiers de la Bundeswehr furent arrêtés parce qu’ils avaient volé des armes et préparaient des attaques terroristes contre de hauts responsables du gouvernement et des politiciens ainsi que des militants de gauche.

D’après les enquêteurs, le cercle restreint du groupe terroriste comprenait au moins sept individus. Mais, il s’avéra très rapidement qu’un vaste réseau de soutien était découvert, implanté à l’Université de la Bundeswehr à Munich et dans de nombreux autres endroits, et entretenant des liens étroits avec les mouvements d’extrême-droite.

Des reliques de la Wehrmacht et des graffiti nazis furent découverts dans un lieu collectif dans la caserne d’Illkirch, en France, où étaient stationnés les deux principaux suspects. Étant donné que le lien entre la cellule terroriste néo-nazie et cette glorification de l’armée nazie était trop évident, von der Leyen engagea plusieurs enquêtes. Pour Neitzel cependant ceci allait trop loin. Il décrivit la recherche de « prétendues reliques nazies » comme étant « ridicule », en prit ensuite la défense de la Wehrmacht.

La banalisation des crimes nazis et des réseaux néo-nazis d’aujourd’hui par Neitzel doit être prise très au sérieux. C’est une expression du dynamisme et de la brutalité du militarisme allemand nouvellement relancé. Neitzel lui-même est étroitement lié à la Bundeswehr et est parfaitement interconnecté avec le sommet de la hiérarchie. Le programme d’études qu’il dirige à l’Université de Potsdam, « War and conflict studies » [en anglais dans le texte] est basé sur la collaboration directe avec le ZMSBw.

En 2015 et en 2016, il avait participé à la rédaction du Livre Blanc 2016 de la Bundeswehr, la doctrine officielle en matière de politique étrangère de l’Allemagne et qui appelle à l’extension des opérations étrangères et au déploiement de la Bundeswehr à l’échelle nationale. En avril de la même année, il avait exigé dans un commentaire du Süddeutsche Zeitung que « les généraux allemands fassent entendre leur voix » et interviennent avec plus de force en politique afin d’améliorer les capacités militaires de l’Allemagne et les mettre sur le pied de guerre.

Pour ses thèses d’extrême-droite, Neitzel bénéficie d’un soutien politique, avant tout du Parti social-démocrate. C’est la ministre sociale-démocrate des Sciences de l’époque du Land de Brandebourg, Sabine Kunst, qui avait nommé Neitzel en 2015 professeur d’histoire militaire à Potsdam. En tant qu’actuelle présidente de l’Université Humboldt, Kunst a maintenant déclaré que toutes les critiques formulées contre les positions de droite de Baberowski étaient « inacceptables » en menaçant de poursuivre en justice ses critiques.

(Article original paru le 19 juillet 2017)