Home » Nouvelles internationales » Censure de Google

Plus de trois mille signatures pour la pétition du WSWS contre la censure par Google

Par Isaac Finn
2 septembre 2017

Depuis son lancement le 14 août, la pétition du World Socialist Web Site (WSWS) contre la mise sur liste noire par Google de sites socialistes, anti-guerres et progressistes en ce qui concerne les résultats de son moteur de recherche a reçu plus de 3000 signatures, dont plus d’un millier de signatures au cours des dix derniers jours.

Le Socialist Equality Party (Parti de l’égalité socialiste) et les International Youth and Students for Social Equality (IYSSE – Jeunes et étudiants internationaux pour l’égalité sociale) sont intervenus dans les lieux de travail, les piquets de grève et les campus universitaires à travers les États-Unis pour informer les travailleurs et les étudiants sur la censure par Google du site du WSWS.

De nombreux travailleurs et étudiants ont exprimé leur indignation face à la démarche du géant de la technologie pour enfouir le WSWS dans les résultats de recherche, ce qui a entraîné une baisse de plus de deux tiers des fréquentations du WSWS par le biais du moteur des recherches de Google depuis avril.

Une équipe de campagne du Parti de l’égalité socialiste a reçu un accueil chaleureux cette semaine à un piquet de grève des travailleurs de Spectrum. Environ 1 800 travailleurs de Spectrum sont grève depuis plus de cinq mois au cours desquels le WSWS s’est montré être la seule source d’information couvrant régulièrement la grève et les conditions de travail qui sont imposées aux travailleurs des télécommunications.

De nombreux travailleurs ont déclaré qu’ils étaient fortement opposés à la tentative de Google de cacher l’existence du WSWS, et une douzaine de travailleurs ont immédiatement signé la pétition.

À l’Université de l’Illinois à Chicago (UIC), 41 étudiants ont signé la pétition en moins d’une heure. Un des étudiants a déclaré : « Je pense que cela va être terrible si les gens ne savent pas ce qui se passe. Dans les médias, ils essaient toujours de dissimuler tout ce qui se passe réellement, comme à Charlottesville. Nous devons connaître la vérité pour pouvoir nous opposer à ce qui se passe, comme le racisme et les suprémacistes blancs. »

« Je déteste Google », a ajouté un autre élève, « je ne suis pas surpris qu’ils fassent cela. Ils essayent de tout contrôler. »

Les étudiants de l’Université Wayne State à Detroit, dans le Michigan, de l’Université de San Diego en Californie ont également signé la pétition proposée par l’IYSSE lors des activités d’intégration universitaire.

Beaucoup de personnes qui ont signé la pétition sur Internet ont exprimé leur soutien au WSWS et une réponse socialiste à la censure et à l’attaque sur les droits démocratiques.

Sheila a déclaré : « Je demande instamment à tous de partager largement cette pétition. Construire la contre-offensive contre Google et les efforts des militaires et des agences de renseignement pour supprimer la liberté de parole et de pensée est nécessaire pour que la vérité soit entendue ! Non à la censure politique du WSWS ! »

« Je crois en la liberté, la justice et l’égalité », a déclaré Derrick de l’Ontario, au Canada. « Interdire des points de vue socialistes dans les médias, ce sont des actions et des crimes commis par les dictateurs dans le passé. »

« Les actions de Google sont profondément autoritaires et antidémocratiques. Ils voient Internet comme leur propre propriété personnelle et veulent contrôler ce qui est dit et qui le dit. »

Sophie, d’Édimbourg, au Royaume-Uni, a écrit : « Le WSWS est la meilleure source d’information sur l’impérialisme américain disponible sur Internet […] De toute évidence, Google, en collusion avec le gouvernement américain, craint le développement de la conscience de classe parmi les masses d’Amérique et d’Europe, ainsi que dans les nations opprimées du monde entier qui vivent déjà sous le joug de l’hégémonie américaine. »

Le « WSWS est une source importante d’informations sur le mouvement international des travailleurs et la lutte des peuples opprimés à travers le monde », a écrit Paris depuis la Grèce, « À bas la censure ! »

Adam de Baltimore, Maryland, a écrit : « Google est maintenant l’un des ennemis les plus implacables des travailleurs. Les travailleurs doivent, ainsi qu’avec toute l’économie capitaliste, reprendre Google et le gérer dans leur propre intérêt, plutôt que celui des milliardaires et les millionnaires qui se gavent de la collecte et de la vente d’informations privées de Google.

Peter de Cleveland, dans l’Ohio, a déclaré : « Un algorithme ne peut pas décider quelles informations sont exactes et quelles informations sont fausses. C’est une question de jugement qui doit être laissé aux gens. Lorsque des entreprises comme Google essaient de s’accaparer ce rôle, elles sapent la démocratie et perdent tout droit à un soutien populaire. »

Mona, de l’Inde, a déclaré : « Arrêtez l’attaque de Google sur la liberté d’expression, la pensée indépendante et le droit fondamental à une information non censurée. »

« La liberté d’expression est le plus fondamental de tous les droits », a écrit Stephen de Chicago, dans l’Illinois. « Sans elle, tous les autres droits sont menacés – c’est cela la tyrannie ! »

Le soutien manifesté par des milliers de travailleurs et d’étudiants à travers les États-Unis et à l’étranger est l’expression de l’opposition immense à la guerre, à l’inégalité et à la censure. Nous exhortons tous les lecteurs du WSWS à devenir politiquement actifs dans cette campagne. Signez la pétition et partagez-la avec des amis, collègues de travail, et sur les médias sociaux.

(Article paru en anglais le 1ᵉʳ septembre 2017)