Home » Perspectives » France

Comment lutter contre les ordonnances de Macron sur le Code du Travail ?

Par Alexandre Lantier
6 septembre 2017

La semaine dernière, le président français Emmanuel Macron a publié ses ordonnances qui ré-écrivent le Code du Travail afin d’éliminer les obstacles légaux aux licenciements de masse, à l’augmentation du temps de travail, et aux réductions de salaire.

Macron lance une confrontation historique avec la classe ouvrière qui aura des conséquences explosives à travers le monde. Sa cote de popularité a chuté jusqu’à 30 pour cent en quatre mois depuis son élection, et il fait face à une profonde opposition des travailleurs et des jeunes.

Alors que la bourgeoisie américaine attaque les programmes de santé, l’éducation et d’autres services essentiels, et l’Union européenne négocie davantage d’austérité avec Syriza (la « Coalition de la Gauche Radicale ») en Grèce, la classe dirigeante internationale a les yeux rivés sur la France. Elle sait que la grève générale de Mai-juin 1968 en France a déclenché des luttes révolutionnaires autour du monde. Dans le cadre de la crise capitaliste la plus profonde depuis la Dépression des années 1930, elle veut à tout prix étrangler l’opposition à Macron.

Dans un éditorial intitulé « La vraie bataille commence : M. Macron contre le Code du Travail », le New York Times dénonce « l’idée que l’ouvrier a besoin en permanence d’être défendu de capitalistes rapaces ». Le journal a déploré le fait qu’en France, « Toutes les tentatives d’effectuer une réforme fondamentale ont sombré face à des manifestations syndicales géantes et parfois violentes. … M. Macron et son gouvernement ont bien commencé avec la réforme du droit du travail, ils doivent maintenir le cap. »

Dans son article intitulé « C’est comme la veille d’une lutte majeure », Die Welt en Allemagne écrit que « Personne ne sait qui va gagner ». Le journal a conseillé à Macron de miser tout sur un coup décisif. Macron a, selon Die Welt, « une occasion historique. Il n’en aura pas une seconde. »

Avec ce gouvernement, la classe ouvrière a en face d’elle un ennemi conscient, qui veut détruire ses droits sociaux et démocratiques. Pour se défendre, les travailleurs devront se débarrasser ce gouvernement. Alors que l’on lance les premières manifestations contre Macron, les travailleurs ont besoin d’une analyse claire des conséquences révolutionnaires d’une lutte contre Macron, et de la nécessité d’une nouvelle stratégie internationaliste ainsi que d’une nouvelle direction politique.

L’ex-banquier Macron a un mépris à peine voilé de la population. Ses ordonnances ne font que rétablir les mesures que l’ancien gouvernement PS a soustrait à sa loi travail l’année dernière, face à des manifestations de masse. Il introduit des nouveaux « contrats de chantier » extrêmement précaires, il plafonne les indemnités pour licenciement abusif, et il permet aux patrons et aux syndicats de négocier des accords d’entreprise qui dérogent au Code du Travail.

Macron compte sur la complicité et la faillite politique des syndicats et de leurs alliés politiques. Les syndicats ont mis fin aux mobilisations en 2016 face à une répression policière massive menée par le PS, qui menaçait d’interdire les manifestations, en pointant les promesses creuses du PS qu’il n’appliquerait pas les mesures voulues à présent par Macron.

Macron, élu cette année après l’effondrement du PS avec le soutien de ce parti, impose le diktat de l’UE et de la classe capitaliste. Les fractions dominantes de l’aristocratie financière française ont réagi à l’élection de Trump en cherchant une alliance militaire agressive avec Berlin, qu’elle veut financer en répudiant tous les acquis sociaux que les travailleurs européens ont obtenus en lutte au courant du 20e siècle. Elle veut couvrir les riches d’or, et faire revenir les travailleurs au 19e siècle.

Quelques jours avant d’annoncer ses ordonnances anti-ouvrières, Macron a prononcé un discours qui traitait l’absence de guerre majeure en Europe depuis 70 ans d’ « aberration » et exigeait un renforcement des forces armées : « la guerre est sur notre continent ».

Le Code du Travail, adopté en 1910 face aux grèves provoquées en Europe par la révolution russe de 1905, n’est que la première cible de cette offensive militariste. Tous les acquis sociaux des travailleurs européens établis au courant du 20e siècle après la révolution d’octobre 1917, alors que l’Union soviétique existait toujours, sont visés. Les ministres de Macron annoncent des attaques contre la santé, l’éducation, l’assurance-chômage, tout en promettant de dépenser des milliards de sur les budgets militaires et les réductions de l’Impôt sur la Fortune.

L’idée qu’il n’y a pas assez d’argent pour financer les besoins des travailleurs, presque une décennie après que la bourgeoisie européenne a octroyé des milliers de milliards d’euros pour sauver les banques après le krach de 2008, n’est qu’un mensonge creux. Mais la lutte contre la loi travail a démontré qu’une défense des acquis se transformera en confrontation avec le gouvernement. Les travailleurs seront contraints à mener une lutte non pas syndicale mais politique, sur la base d’une alliance révolutionnaire avec leurs frères et sœurs de classe à travers l’Europe et le monde.

Les travailleurs voulant lutter contre Macron devront s’opposer aux guerres impérialistes et aux mensonges de l’état d’urgence. Les guerres en Libye et en Syrie, qui ont produit de attentats en Europe par des réseaux islamistes instrumentalisés par l’Otan dans ses guerres au Moyen-Orient, fournissent des exemples classiques du rôle réactionnaire des guerres impérialistes. Le PS a réagi aux attentats non pas en coupant ses liens avec les réseaux islamistes, mais en imposant un état d’urgence qui suspend les droits démocratiques et permet à la police d’attaquer le droit de grève inscrit à la constitution. Macron veut à présent pérenniser ces dispositions dans le droit commun.

La lutte contre l’austérité nécessite la construction d’une nouvelle avant-garde politique et de nouvelles organisations de lutte, ainsi qu’une opposition aux appareils syndicaux et aux forces politiques petite-bourgeoises telles que Jean-Luc Mélenchon et le Nouveau parti anticapitaliste. Si elles proposent des manifestations symboliques, ces organisations produiront immanquablement des désastres pour la classe ouvrière.

Mélenchon et le NPA, qui travaillent depuis des décennies dans l’entourage du PS, avancent une perspective nationaliste pour faire dérailler l’opposition ouvrière aux ordonnances. Mélenchon soutient des fractions de l’élite dirigeante hostiles à l’alliance avec Berlin – dont le général Pierre de Villiers, dont la démission soudaine a ébranlé le gouvernement – et lance des appels cyniques et à la police de ne pas réprimer les manifestations. Comme le NPA, qui prône une unité plus étroite entre Mélenchon et les syndicats, Mélenchon est hostile à une unification des luttes des travailleurs en France et à l’international contre l’austérité et la guerre.

Il faut aussi créer de nouvelles organisations de lutte pour remplacer les appareils syndicaux corrompus tels que la CGT stalinienne, qui organise des manifestations après avoir négocié les ordonnances avec Macron. Ce n’est pas sans raison que les ordonnances donnent aux syndicats de larges pouvoirs pour négocier des attaques sociales sur les lieux de travail, et Macron promeut le « chèque syndicale » pour asperger les syndicats de davantage de fonds patronaux. Les appareils syndicaux sont des instruments fiables du patronat.

Il s’agit de développer la montée objective de l’opposition sociale parmi les travailleurs en tant que mouvement politique conscient. Il faut discuter de l’opposition à la dictature, à la guerre et à la contre-révolution sociale menée par l’UE sur les lieux de travail et dans les écoles et les quartiers ouvriers en France et à travers l’Europe. Ceci permettra d’établir un large réseau de comités d’usine et de quartier, indépendants des syndicats, où les travailleurs pourront discuter de revendications anti-capitalistes, anti-impérialistes et socialistes qui correspondent aux besoins des masses.

Surtout, nous faisons appel aux travailleurs de rejoindre et de construire le Parti de l’égalité socialsite (PES), la section française du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI) ou les autres sections nationales du CIQI à travers l’Europe et le monde.

Le PES construit l’avant-garde de la classe ouvrière en France. Sa tâche est de lier la montée de l’opposition ouvrière avec un mouvement socialiste et internationaliste qui peut prendre le pouvoir en France et à travers l’Europe, et réorganiser la vie économique sur la base des besoins sociaux par la construction des Etats-unis socialistes d’Europe.