Pourquoi Libération dénonce-t-il le «conspirationnisme» des Français sur Daech?

Par Anthony Torres
15 janvier 2018

Après l’annonce par Macron d’un projet de loi visant la propagation des fausses informations sur le net et les réseaux sociaux, la presse s’est empressée de dénoncer les thèses «conspirationnistes» que défendraient largement les Français. C'est le cas notamment de Libération, qui en a fait sa une. Dans l'article intitulé «Les Français sont complotistes mais ceci n’est pas un complot», Libé écrit que d’après un sondage Ifop pour la fondation Jean Jaurès et Conspiracy Watch, 79 pour cent des Français adhèrent à au moins une des théories du complot les plus répandues.

Cette dénonciation des électeurs – qui tend à crédibiliser les arguments réactionnaires selon lesquels la presse «avisée» devrait participer à la censure de «fausses informations» que les lecteurs trop influençables pourraient retrouver en ligne – est tout sauf innocente. Elle se déroule sur fond d'une campagne menée sous pression de Washington par les géants d'Internet, notamment Facebook et Google, pour la censure d'Internet. Depuis des mois, Google réduit la visibilité de sites Web de gauche, dont le World Socialist Web Site, et dit censurer les médias russes.

Quant à Facebook, son PDG Mark Zuckerberg vient d'annoncer une initiative visant à réduire le nombre d'articles sur la politique publiés sur Facebook et de privilégier les «moments personnels».

Le cas de la campagne contre le «conspirationnisme» des Français souligne un point central: ce qui motive cette campagne n'est pas le souci de mieux informer la population, mais celui de museler Internet afin de limiter la montée de l'opposition sociale et politique dans les masses.

Libé accorde une attention toute particulière aux conceptions des Français sur Al Qaïda, Daech, et les attentats terroristes en France. Il dénonce ainsi en tant que théories du complot l'idée que Daech et Al Qaïda sont en «réalité manipulés par les services secrets occidentaux», ou le fait qu'un «peu plus d'un Français sur cinq [doutent] de la version officielle» des faits sur l'attentat contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

Le questionnaire que cite le journal vise à décrédibiliser ces thèses, en les mettant pêle-mêle avec le fait que 9 pour cent des Français pourraient croire que la Terre est plate. Pourtant, ces thèses ne sont pas absurdes mais avérées; reposant sur un large éventail de faits rapportés dans la presse officielle.

Les liens historiques entre la CIA et Al Qaïda sont établis. Al Qaïda est né dans le contexte de la guerre secrète menée en Afghanistan par la CIA contre le gouvernement pro-soviétique en 1979 et puis l'armée soviétique, suite à l'intervention de l'URSS en Afghanistan. C'est le conseiller de la sécurité nationale des USA de l'époque, Zbigniew Brzezinski, qui l'a reconnu en 1997 dans une entrevue avec Le Nouvel Observateur (à présent, L'Obs).

Dans les années 2010, la CIA a mobilisé et a contribué à armer les descendants d'Al Qaïda, comme Daech et Al Nosra, présentés comme des rebelles démocratiques contre le régime syrien. Le New York Times écrivait en 2013: «Selon des données du trafic aérien, des interviews de responsables de plusieurs pays et des compte-rendus de combattants rebelles, les gouvernements arabes et la Turquie ont avec l’assistance de la CIA, au cours de ces derniers mois considérablement renforcé l’aide militaire apportée aux combattants de l’opposition syrienne».

En France, les réseaux islamistes qu'utilisaient l'Otan pour mener ses guerres par procuration en Syrie – dont sont issus les frère Kouachi et Coulibaly, qui ont mené les attentats contre Charlie Hebdo – bénéficiaient de la complicité passive des services de renseignement et de la police. Ils pouvaient voyager librement en Europe afin d'y développer des réseaux de combattants, s’armer et préparer des attentats contre le régime du président syrien Bachar Assad.

Libé renchérit sur l’attaque contre Charlie Hebdo, «le 7 janvier 2015, peu après l’attaque des frères Kouachi contre la rédaction de l’hebdomadaire satirique, un nombre incalculable de théories remettant en cause les informations données par la police et les médias avait fleuri sur Internet, à mesure que les internautes s’improvisaient enquêteur ou journaliste participatif».

Encore une fois, des reportages dans les médias bourgeois les plus traditionnels suffisent à mettre en cause l'idée que l'attentat contre Charlie Hebdo était un événement imprévisible, l'acte de quelques «loups solitaires» dont personne dans les services de renseignement n'avait la moindre idée.

Un an et demi après les attentats contre Charlie Hebdo, Le Monde avait publié, d’après des notes obtenues de la DGSI, que les frères Kouachi étaient membres d’Al Qaïda au Yémen, et qu'ils entretenaient des liens avec Coulibaly. Les frère Kouachi étaient suivis par les services de renseignement pour être extrêmement dangereux, pendant plusieurs années intensément, puis abandonnés sans raison.

Les liens avec la machine de l'Etat et les milieux du néo-fascisme français sont également avérés. La Voix du Nord et Libération avaient commenté l’arrestation en juin 2016 du trafiquant d’arme Claude Hermant, ancien barbouze du FN et indic de la gendarmerie, dont la société avait fourni les armes pour les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher.

Médiapart avait révélé que dès le 14 janvier 2015, les services de renseignement slovaques et Europol auraient averti les autorités françaises que les armes de Coulibaly avaient transité par la société de l’ex-barbouze Hermant.

Ces révélations ne sont pas des «fake news» concoctés par des sites Web inconnus. C'est la presse traditionnelle qui maintenant essaie de falsifier la vérité en revenant sur ce qu’elle a écrit pour ne pas discréditer les mensonges par lesquels la classe dirigeante a mené une politique réactionnaire et impopulaire sous de faux prétextes.

Les attentats d'Al Qaïda et de Daech en France ont servi de prétexte au gouvernement PS pour mettre en place un état d'urgence. Sur fond d'une suspicion généralisée dirigée par l'Etat contre les musulmans, le PS a pu réprimer violemment les manifestations contre sa loi travail, massivement impopulaire. En cela, le PS a reçu le soutien de l’ensemble de la pseudo gauche, et notamment des forces du Nouveau parti anticapitaliste, qui traitaient les réseaux islamistes combattant contre les régimes Kadhafi et Assad de rouages d'une révolution démocratique.

La loi travail, assortie des ordonnances de Macron, sert à présent à préparer des suppressions massives d'emploi et des réductions de salaire dans l'industrie.

Toute cette politique reposait sur des mensonges concoctés par la classe dirigeante à propos de l'islamisme et de Daech, selon lesquels il fallait donner tous les pouvoirs à l’État afin de faire face à une menace terroriste sans précédent.

A présent la presse et le gouvernement français craignent que la prise de conscience des liens entre les services de renseignement et les réseaux islamistes ne fasse chuter tout l'édifice de mensonges sur lesquels ils ont bâti leur politique réactionnaire.

Dans son article, Libé souligne le danger, de son point de vue, que la méfiance populaire envers la «lutte antiterroriste» de l’État et des guerres impérialistes de l'Otan ne provoque le rejet des partis traditionnels. Le journal écrit, «De fait, les théories du complot peuvent être un outil d’endoctrinement puissant pour les organisations radicales d’extrême gauche ou d’extrême droite.»

En fait, l'opposition sociale ne peut trouver son expression dans la montée ni de forces petite-bourgeoises et pro-impérialistes comme le NPA, ni évidemment des néo-fascistes. Il s'agit de développer un mouvement international des travailleurs contre la guerre et l'austérité.