Soutien total aux enseignants de Virginie-Occidentale!

Par Jerry White
28 février 2018

Le World Socialist Web Site appelle à la mobilisation urgente de toutes les sections de la classe ouvrière pour soutenir les enseignants de Virginie-Occidentale en grève.

Plus de 20.000 enseignants et autres employés du milieu scolaire de l’État ont courageusement pris position pour exiger le droit à un salaire décent, à des prestations de santé abordables et à une éducation publique de haute qualité. La grève menée à la grandeur de l’État en est maintenant rendue à son quatrième jour en dépit des lois réactionnaires interdisant toute grève des employés du secteur public.

Les enseignants et les employés du milieu scolaire se battent pour l’ensemble de la classe ouvrière. Leur combat les oppose à tout l’establishment politique, du gouverneur Jim Justice – un milliardaire du charbon – aux démocrates et aux républicains de la législature de l’État qui sont contrôlés par les sociétés énergétiques, chimiques et pharmaceutiques.

Le gouvernement de l’État a lancé un ultimatum aux enseignants: soit ils acceptent une augmentation salariale insultante de 4 % pour les trois prochaines années – qui sera plus que dévorée par la hausse des coûts en soins de santé – ou soit l’État leur imposera des amendes, des licenciements et même des peines d’emprisonnement s’ils poursuivent leur grève.

Les enseignants sont déterminés à se battre, mais ils ne peuvent pas mener cette bataille seuls et isolés! Ils affrontent une classe dirigeante qui possède tous les leviers du pouvoir politique, et qui est bien déterminée à défendre ses richesses mal acquises en appauvrissant la classe ouvrière.

Le WSWS exhorte les enseignants à former des comités de la base pour lancer un appel à une action coordonnée de tous les travailleurs. Nous appelons les mineurs, les travailleurs du secteur public, les travailleurs de l’automobile et de toutes les autres sections de la classe ouvrière, ainsi que les étudiants et les jeunes, à former des comités et à organiser des réunions pour discuter des mesures immédiates à prendre pour venir en aide aux enseignants et empêcher toutes mesures de représailles contre eux.

Une lutte unie de la classe ouvrière ne peut être menée avec le carcan des syndicats qui isolent les enseignants et se préparent à leur imposer une défaite. Les syndicats d’enseignants de Virginie-Occidentale ont annoncé qu’ils mettraient fin à la grève si le gouverneur et les législateurs de l’État acceptaient de les rencontrer en personne et de faire des promesses sans valeur de tenir des sessions spéciales ou d’organiser des groupes de travail pour régler éventuellement la crise financière du milieu scolaire.

Ce même type de fausses promesses a déjà été fait aux enseignants la dernière fois qu’ils ont fait grève en 1990 et rien n’a changé.

Les syndicats essaient de canaliser toute opposition derrière le Parti démocrate. Mais les démocrates – qui ont contrôlé le siège du gouverneur en Virginie-Occidentale pendant 32 des 40 dernières années – défendent les intérêts des entreprises américaines et de Wall Street de façon tout aussi impitoyable que leurs homologues républicains.

Soutenue par l’American Federation of Teachers et la National Education Association, l’administration Obama a supervisé un assaut massif contre les enseignants et l’éducation publique tout en promouvant les écoles à charte et autres projets à but lucratif. C’est ce qui a ouvert la voie à l’escalade actuelle des attaques contre l’éducation publique menée par Trump et sa secrétaire à l’Éducation, Betsy DeVos.

Enseignants! Vous avez de puissants alliés! Mais ce ne sont pas les démocrates! C’est vers la masse de la classe ouvrière que vous devez vous tourner! Vers les enseignants et les employés des milieux scolaires de Pittsburgh, de Los Angeles, de Floride, du New Jersey, de l’Oklahoma, de l’Arizona et des autres villes et États qui se préparent eux aussi à aller en grève. Vers les finissants de l’Université de l’Illinois qui sont en grève depuis lundi. Vers les 40.000 professeurs au Royaume-Uni qui luttent en ce moment même pour améliorer leurs pensions et s’opposer à des projets de privatisation du système universitaire public dans leur pays. Et vers les 9300 enseignants des écoles publiques de la Nouvelle-Écosse, au Canada, qui menacent de débrayer en dépit des lois antigrèves de la province.

Il est essentiel de rejoindre et de mobiliser les mineurs, les travailleurs de l’automobile, du secteur public, de la santé, des services et de toutes les sections de la classe ouvrière qui sont confrontés aux mêmes problèmes et aux mêmes conditions, ainsi que les étudiants et les jeunes.

Des comités indépendants d’enseignants, de quartier, d’usine et de lieu de travail doivent être créés et devenir le cadre organisationnel d’une offensive puissante – indépendante des syndicats – contre l’ensemble du système social et politique.

Les enseignants doivent établir des canaux de communication sur les médias sociaux et ailleurs afin d’insister pour que leurs demandes passent et réclamer des augmentations générales de 50 % et l’abolition de tous les coûts en soins de santé. Les enseignants doivent rejeter toute tentative des syndicats de les faire rentrer au travail sur la base d’accords pourris ou sur la menace d’injonctions.

Partout dans l’État, les travailleurs et les jeunes doivent se réunir d’urgence et s’organiser pour étendre cette lutte. La grande tradition des mineurs du charbon et autres travailleurs conscients qui dit qu’«un coup porté contre un est un coup porté contre tous» doit être ressuscitée, et des mesures collectives doivent être préparées pour riposter à toute injonction, menace de licenciement ou de peine de prison que l’État voudrait émettre contre les enseignants comme Reagan a imposé aux contrôleurs de la circulation aérienne de PATCO en 1981.

La lutte des enseignants est avant tout un combat politique. La classe ouvrière doit affirmer ses droits sociaux et utiliser la richesse qu’elle produit pour le bien commun, et non pas payer des yachts, des châteaux et des jets privés aux super-riches. Pour cela, elle doit construire un puissant mouvement politique. Ce mouvement doit être politiquement indépendant des deux partis contrôlés par le monde des affaires, et lutter pour une vaste redistribution des richesses et la réorganisation de la vie économique afin de répondre aux besoins de la grande majorité de la population. Le Parti de l’égalité socialiste construit ce mouvement et nous appelons les enseignants et tous les autres membres de la classe ouvrière à se joindre à ce combat.

(Article paru en anglais le 27 février 2018)