La campagne sur l’empoisonnement de Skripal : une provocation de guerre internationale

Par Chris Marsden
19 mars 2018

La campagne menée par les puissances impérialistes en Europe et aux États-Unis contre l’empoisonnement de l’ancien espion russe et de l’agent double britannique Sergei Skripal pue la provocation. Les revendications les plus profondes sont faites, avec les conséquences les plus effroyables, sans aucune justification.

L’offensive de propagande ne s’occupe pas de ce qui s’est passé ou non dans un parc de Salisbury, en Angleterre, le 4 mars. Il s’agit de créer le prétexte d’une escalade massive de la guerre en Syrie, au Moyen-Orient et contre la Russie.

Lorsque Skripal et sa fille ont été découverts pour la première fois sur le banc d’un parc, la police a déclaré qu’il faudrait des semaines voir des mois pour établir la vérité. Le gouvernement britannique, cependant, a conclu l’affaire beaucoup plus rapidement que toute enquête criminelle conventionnelle.

Le 12 mars, le Premier ministre Theresa May a déclaré qu’il était « très probable » que la Russie soit responsable d’un « acte aveugle et imprudent contre le Royaume-Uni ». Cela a été suivi d’une déclaration du ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, que « notre querelle est avec le Kremlin de Poutine, et avec sa décision – et nous pensons qu’il est très probable que c’était sa décision – d’ordonner l’utilisation d’un agent neurotoxique dans les rues du Royaume-Uni ».

Les affirmations du gouvernement britannique ont été approuvées jeudi par les États-Unis, la France et l’Allemagne, qui ont déclaré que l’empoisonnement était « la première utilisation offensive d’un agent neurotoxique en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale », a déclaré Trump jeudi, avec son Administration annonçant de nouvelles sanctions contre la Russie.

La rapidité avec laquelle les principales politiques impérialistes ont rejoint les déclarations du Royaume-Uni montre clairement qu’un plan a été élaboré au préalable. Il fallait seulement l’occasion appropriée pour le dévoiler.

L’histoire racontée par le gouvernement britannique est pleine de contradictions, sans une once de preuves. Tout le prétexte s’appuie sur l’analyse rendue par Porton Down, le centre de guerre biochimique dédié au développement d’armes de destruction massive situé à seulement 16 km de Salisbury. Après avoir d’abord affirmé que le poison était un gaz neurotoxique comme le Sarin ou le VX, l’agence prétend maintenant que l’agent toxique est « d’un type développé par la Russie », à savoir : le Novichok.

Comme l’a noté l’ancien ambassadeur et auteur britannique Craig Murray, l’expression « d’un type développé par la Russie » est soigneusement choisi. Il a cité une source au sein du gouvernement britannique comme confirmant que « les scientifiques de Porton Down ne sont pas en mesure d’identifier le gaz neurotoxique comme étant de fabrication russe, et ont été irrités de la pression exercée sur eux pour le faire ».

Même si l’on acceptait la conclusion du gouvernement britannique sur l’utilisation de Novichok – et il a été refusé de fournir des échantillons à la Russie ou à qui que ce soit d’autre – cela ne constitue pas une preuve que la Russie a dirigé l’attaque. Ce produit chimique a été étudié pendant l’ère de l’Union soviétique. Il n’y a nulle preuve que la Russie l’a produit à n’importe quel moment, et il aurait tout aussi bien pu être fabriqué à Londres, à Langley ou dans l’un des États de l’ex-Union soviétique qui sont maintenant très hostiles à la Russie.

Et si un Russe était en fait impliqué, ce fait serait loin de prouver la responsabilité du gouvernement russe.

Le gouvernement russe a vigoureusement nié toute implication. Le porte-parole présidentiel Dmitri Peskov a déclaré vendredi : « Dans la pratique internationale, nous n’avons jamais rencontré un tel comportement au niveau des États lorsque des accusations très sérieuses sont portées contre un pays – notre pays dans ce cas – avec des termes comme “apparemment”, « le plus probable » et ainsi de suite. » Une telle approche, a-t-il noté, « contredit non seulement le droit international, mais le bon sens dans son ensemble ».

Le régime de Poutine est profondément réactionnaire, gouvernant au nom d’une oligarchie financière criminelle qui s’est enrichie en pillant les biens de l’ex-Union soviétique. Mais il n’y a aucune preuve qu’il a été impliqué dans l’attaque contre Skripal et de nombreuses raisons de se demander pourquoi il le ferait, car cela fournit un prétexte prêt à l’emploi pour une agression de la part des États-Unis et de l’Europe.

Du point de vue d’à qui profite ce crime, les coupables les plus probables dans l’affaire Skripal sont Londres et Washington, plutôt que Moscou. Ils sont furieux que le gouvernement russe fasse obstruction à leurs opérations en Syrie, visant à éliminer le gouvernement Assad et à mettre en place un régime fantoche.

Les événements des deux dernières semaines ont été précédés d’une escalade notable en Syrie. Le 7 février, des avions de combat et des batteries d’artillerie américaines ont perpétré un massacre dans la province de Deir Ezzor, dans le nord-est du pays, sachant que la majorité des victimes seraient des mercenaires russes. Le 25 février, l’Administration Trump a déclaré qu’il n’avait plus besoin d’une approbation supplémentaire pour une vaste expansion des opérations militaires contre la Syrie et ses alliés, y compris l’Iran.

Des préparatifs ont également été faits pour un conflit direct avec la Russie elle-même. Ce n’est que le 19 janvier que le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a annoncé une nouvelle stratégie de défense nationale qui déclarait : « La concurrence des grandes puissances – et non le terrorisme – est maintenant le principal objectif de la sécurité nationale américaine ».

Tous les gouvernements impliqués dans la présente campagne sont des régimes bellicistes, dirigés par les agences de renseignement militaire. En outre, ils sont tous confrontés à des crises internes profondes. Le Royaume-Uni est déchiré par des conflits internes sur le Brexit. Aux États-Unis, l’administration Trump est en train de bouger de crise en crise et procède actuellement à une purge des hauts fonctionnaires. En Allemagne, les grands partis ont finalement formé un gouvernement, près de six mois après les élections de septembre – le dernier élément de la machinerie politique nécessaire à la mise en place de l’alliance anti-russe dirigée par les États-Unis.

En plus de justifier l’expansion de la guerre à l’étranger, la campagne contre la Russie fournit un prétexte à une escalade des attaques contre les droits démocratiques dans le pays. Aux États-Unis, la campagne sur « l’ingérence russe » a déjà été utilisée par la classe dirigeante – dirigée par le Parti démocrate et la CIA – comme prétexte pour censurer Internet.

Le 20 mars marque le 15ᵉ anniversaire du lancement de la guerre en Irak en 2003, sur la base d’un torrent de mensonges. Dans le cadre d’une campagne concertée visant à « prouver » l’existence d’armes de destruction massive, les États-Unis et le Royaume-Uni ont passé des mois à fabriquer des renseignements, à produire deux « dossiers douteux » et même à envoyer des inspecteurs en Irak. Alors que ces inspecteurs n’avaient trouvé aucune preuve d’un programme d’armes nucléaires ou chimiques, le secrétaire d’État américain Colin Powell s’est présenté devant les Nations Unies le 5 février pour présenter son diaporama infâme et entièrement fabriqué, censé montrer des preuves photographiques que l’Irak cachait des armes non conventionnelles. Le 18 mars, sur cette base, le gouvernement travailliste de Tony Blair a engagé le Royaume-Uni à soutenir une guerre menée par les États-Unis.

Le même « guide tactique » est utilisé à nouveau, mais cette fois-ci le cas qui se déroule contre la Russie à propos de Skripal est encore plus fragile que celui proposé pour justifier la guerre contre l’Irak.

Au sein des institutions politiques de toutes les puissances impérialistes impliquées, il n’y a pas d’opposition significative au cours désastreux actuel. Le Parti travailliste en Grande-Bretagne et les Démocrates aux États-Unis sont les avocats les plus belliqueux des mesures anti-russes. Dans les médias, pas une seule grande publication ne s’est prononcée contre la sale campagne menée, parce que la presse dite « libre » n’est rien d’autre qu’un porte-parole de l’oligarchie financière et de sa volonté de s’emparer des marchés et des ressources du monde entier.

La classe ouvrière ne peut lutter contre la menace croissante de guerre que par sa propre action politique indépendante, en opposition à tous les partis de la classe dirigeante. La formation d’un nouveau mouvement anti-guerre, unissant la masse des travailleurs et des jeunes en opposition au capitalisme et à l’impérialisme, est la tâche politique la plus urgente.

(Article paru d’abord en anglais le 17 mars 2018)