Il y a 75 ans : la bureaucratie stalinienne dissoud le Comintern

22 mai 2018
Staline pendant la Seconde Guerre mondiale

Le 22 mai 1943, la bureaucratie au pouvoir en Union soviétique, dirigée par Joseph Staline, a officiellement dissout l’Internationale communiste (Comintern). Cette organisée, fondée sous la direction de Lénine, Trotsky et le gouvernement bolchevique en 1919 comme le parti de la révolution socialiste mondiale, visait à unir la classe ouvrière internationale dans la lutte pour renverser le capitalisme.

Durant les 15 ans avant sa dissolution officielle, le Comintern avait été transformé en un instrument de la politique étrangère de la bureaucratie stalinienne, laquelle avait émergée en raison de l’isolement de la révolution russe et du retard de développement économique du pays.

Staline s’est servi de cette organisation pour forger des alliances avec des sections de l’élite dirigeante dans les pays impérialistes et les pays en développement pour empêcher les révolutions ailleurs, de crainte qu’elles encouragent une révolution politique contre la bureaucratie en Union soviétique, et pour réprimer brutalement les trotskystes, partisans de l’internationalisme socialiste.

La dissolution officielle du Comintern était conçue comme un signal aux alliés impérialistes de la bureaucratie stalinienne, dont la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis. C’était une promesse que la bureaucratie redoublerait ses efforts pour promouvoir le nationalisme et museler les troubles révolutionnaires qui résulteraient de la Seconde Guerre mondiale.

Cette décision était également la conséquence logique du programme anti-marxiste du « socialisme dans un seul pays », promulguée initialement en 1924. Un communiqué du Comintern à ses partis membres, pour annoncer la dissolution, rejetait explicitement l’idée même d’un parti international unissant les luttes de la classe ouvrière dans le monde entier.

Le texte disait : « Il est devenu de plus en plus clair que, dans la mesure ou la situation interne comme internationale de chaque pays est devenue plus compliquée, la solution des problèmes du mouvement ouvrier de chaque pays par l’intermédiaire d’un centre international rencontrerait des obstacles insurmontables. » [notre traduction]

Dans un article de mai 1943, James P. Cannon, le dirigeant du mouvement trotskyste américain a écrit que la Quatrième internationale, fondée par Trotsky en 1938, a hérité des meilleures traditions de l’internationale communiste des débuts : « Staline peut enterrer l’organisation morte mais il ne peut pas enterrer le grand travail progressiste que le Comintern a accompli dans ses premières années. Il ne peut pas enterrer la Quatrième internationale qui est sorti, comme un phœnix, des cendres de la Troisième. Nous savons très bien et nous ne cherchons pas à cacher que les effectifs de la Quatrième internationale sont faibles. Mais ses idées sont correctes, son programme représente la nécessité historique, et, par conséquent, sa victoire est assurée. Son programme formule de manière consciente les demandes instinctives des travailleurs et des peuples colonisés pour échapper au capitalisme, au fascisme et à la guerre. »

(article original paru le 21 mai 2018)