Macron prévoit 300 milliards d’euros pour l’armée avant 2025

Par Kumaran Ira
30 juillet 2018

Alors qu’il casse les statuts des travailleurs et prépare un vaste programme d’austérité sociale, l’Administration Macron dépense des milliards d’euros sur les ultra-riches et sur la guerre. Le 13 juillet, Macron a promulgué la Loi de programmation militaire (LPM) pour 2019-2025, qui prévoit une hausse de dépenses militaires pour atteindre 2 pour cent du PIB d’ici à 2025.

Le budget militaire augmentera de 1,7 milliards d’euros par an jusqu’en 2022, puis de 3 milliards par an à partir de 2023. Les dépenses militaires totales sur cette période seront au-delà de 300 milliards d’euros. Le budget militaire pour 2018 est de 34,2 milliard d’euros, soit 1,82 pour cent du PIB comparé à 1,77 pour cent du PIB (32,7 Md€) en 2017.

L'augmentation massive des dépenses militaires souligne que la France se prépare à de grandes guerres, sur fond d'escalade des tensions entre les grandes puissances. Macron se prépare aussi à instaurer le service militaire universel, prétendument pour rapprocher l’armée des Français.

La hausse du budget militaire portera sur :

• La dépense sur les opérations extérieures, qui passeront de 650 million d’euros à 1,1 milliard d’euros par an à partir de 2020. La dépense était de 450 millions d’euros en 2017.

• L'acquisition d’armes lourdes pour l’armée, dont plus d'une centaine de chars Leclerc améliorés, 733 véhicules blindés VBL et 34 hélicoptères NH-90.

• La fourniture de de quatre nouveaux sous-marins nucléaires de classe Barracuda, trois frégates de type FREMM et de 18 avions de patrouille à longue portée modernisés pour la Marine.

• La fourniture de 28 chasseurs Rafale, 11 pétroliers volants A330 MRTT et 11 avions cargo A400M pour l’armée de l’air.

• L’augmentation du financement alloué aux bombes nucléaires, qui passera de 3,9 milliards d’euros par an en 2017 à 6 milliards d’euros par an en 2025. Ceci représentera une augmentation de 65 pour cent comparé à la loi de programmation précédente.

• L’investissement de 4,6 milliards et 1,6 milliards dans le renseignement et l’innovation respectivement. 1500 et 1000 postes seront créés dans ces domaines, respectivement.

Le réarmement de l’impérialisme français va de pair avec des coupes massives dans les dépenses sociales et de mesures draconiennes d’État policier visant la colère sociale qui monte parmi les travailleurs. L'augmentation des dépenses militaires correspondra à de vastes coupes dans les soins médicaux, le logement, l'éducation et les aides sociales.

Alors qu’il augmente drastiquement le budget militaire, Macron a promis de ramener à 52 pour cent la part des dépenses publiques dans le PIB sur le quinquennat contre 56,5 pour cent en 2017. Ceci représente une réduction d’environ 100 milliards d’euros. En même temps, il mène une politique de réduction des Impôts sur la fortune, qui permet aux détenteurs de grandes fortunes d’augmenter leurs fortunes de milliards d’euros par an. Les treize personnes les plus riches de France se sont enrichies de 23,67 milliards d’euros depuis le début de 2018.

Pour justifier l’augmentation de l’effort de défense, l’armée cite les guerres néocoloniales lancées à travers l’ancien empire colonial français. Elle prétend dans ses 10 points clés sur le budget que “les armées font face à un niveau d'engagement opérationnel très élevé, notamment sur les théâtres d'opérations exigeants du Sahel et du Levant. Dans ce contexte, il est nécessaire de satisfaire les besoins immédiats de nos armées pour assurer la soutenabilité dans la durée des engagements.”

Étant déjà intervenu en Libye en 2011 et au Mali en 2013, l’impérialisme français intensifie son intervention militaire en Afrique et au Moyen Orient, y compris en Irak et en Syrie. Sur fond de rivalités internationales de plus en plus aiguës, Paris prépare de nouvelles guerres dans ses anciennes colonies en Afrique pour y protéger ses intérêts impérialistes, notamment les vastes mines d'uranium dans le Sahel qui alimentent les centrales nucléaires françaises.

David Lees, maître de conférences en études françaises à l'Université de Warwick, a dit à RT que Macron “mettra à présent plus l’accent sur la francophonie.” Lees a ajouté que, “potentiellement, bien sûr, Macron regardera la Syrie et les questions en Syrie comme moyen de s’assurer que l’armée française enverra même davantage de troupes en Syrie à l’avenir.”

Depuis 2011, France participe aux côtés des États-Unis à la guerre en Syrie en soutenant les milices islamistes ou kurdes pour renverser le régime du président syrien, Bachar al-Assad. En 2017 et 2018, Washington, Londres et Paris ont frappé de multiples cibles syriennes sous prétexte que le régime syrien aurait utilisé des armes chimiques.

La campagne réactionnaire de réarmement en France fait partie d'une vaste escalade militaire en Europe et à travers du monde. Les États-Unis, qui menacent ouvertement la Russie et la Chine, mènent une politique extérieure extrêmement téméraire, ainsi qu’une augmentation spectaculaire des dépenses militaires pour atteindre environ 614 milliards d'euros.

Au sommet de l'OTAN des 11-12 juillet à Bruxelles, Washington a exigé que ses alliés s'engagent à augmenter leurs dépenses dans le domaine de la défense d'ici le milieu de années 2020 afin d'atteindre l'objectif de 2 pour cent du PIB. Face aux menaces de l’OTAN contre la Russie qui pourraient provoquer un conflit mondial entre puissances nucléaires, et sur fond d’exercices militaires à travers de l’Europe de l’Est, on voit également l'émergence de conflits au sein même de l’OTAN, notamment entre Washington et Berlin.

Dans ce contexte explosif et dangereux, certains stratèges de l’impérialisme français prévoient aussi de mener une politique de plus en plus indépendante vis-à-vis les États-Unis, se faisant l’écho du débat qui prédomine au sein de la bourgeoise allemande. La hausse du budget militaire est un élément de l'émergence de ce conflit.

Dans une interview accordée à France Info, Yves Boyer, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique, explique que l'Union européenne doit "revoir [sa] perception des États-Unis" et pense que "l'Europe, avec la France, doit repenser sa sécurité de façon à ce que l'Europe puisse l'assurer par elle-même et pour elle-même."

Le réarmement en Europe est un avertissement à la classe ouvrière internationale de la faillite de l'ordre social. Entraînées par une crise économique et sociale pour laquelle elles n’ont pas de solution et par les catastrophes croissantes produites par leurs guerres au Moyen-Orient, en Afrique et en Europe orientale, les classes capitalistes européennes réarment furieusement, comme avant la Première et la Deuxième guerre mondiale au 20ème siècle. Pour lutter contre l’austérité, les travailleurs devront impérativement entreprendre une lutte politique contre le militarisme et la guerre.