Le Parti de l’égalité socialiste (États-Unis) a organisé son cinquième congrès national

7 août 2018

Le Parti de l’égalité socialiste aux États-Unis a tenu son cinquième congrès national du 22 au 27 juillet au sud-est du Michigan. La résolution principale du Congrès titré : « La montée de la lutte des classes et les tâches du Parti de l’égalité socialiste » a fait l’objet d’une discussion approfondie. Après quatre jours de débat, qui comprenaient des propositions de modification ou de clarification de différentes sections du projet de document, la résolution a été adoptée à l’unanimité.

Le Congrès a également adopté une résolution condamnant la persécution de Julian Assange et appelant à une campagne internationale pour assurer sa liberté.

Le Congrès a élu un nouveau comité national du SEP. Il a réélu David North en tant que président national du parti. Le nouveau comité national a réélu Joseph Kishore secrétaire national, Lawrence Porter, secrétaire national adjoint, et Barry Gray, rédacteur en chef national du World Socialist Web Site.

Le Congrès du SEP a enregistré un afflux important de nouveaux membres, provenant de toutes les régions des États-Unis, depuis le quatrième congrès tenu en 2016. Le Comité national nouvellement élu comprend de nombreux membres qui ont rejoint le parti au cours des cinq dernières années.

Ont également assisté au congrès des délégations des partis frères du SEP au Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI). Des partisans du CIQI venus d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud étaient également présents.

Les délégués du Congrès ont participé à une vaste discussion qui a examiné la situation politique aux États-Unis et sur le plan international. Ils ont également examiné les expériences de la classe ouvrière et du parti au cours des deux dernières années et décrit les tâches du SEP. Il y a eu des rapports séparés et des discussions sur les grèves des enseignants et la croissance de la lutte des classes aux États-Unis, la lutte du SEP contre la censure d’Internet, la campagne du SEP et du CIQI contre la persécution de Julian Assange, l’attaque contre les immigrés par l’Administration Trump, et le caractère droitier de la campagne #MeToo et des politiques de la pseudo-gauche.

La principale résolution adoptée par le Congrès souligne l’immense crise du système capitaliste mondial. Elle commence :

Le système capitaliste mondial est entré dans une période de grave crise sociale et politique caractérisée par un mécontentement généralisé provoqué par la détérioration du niveau de vie et la concentration extrême des richesses, l’intensification des conflits de classe et le discrédit des institutions politiques établies de longue date. De nombreuses sections de la classe ouvrière et de la jeunesse ont de plus en plus le sentiment que le capitalisme est intrinsèquement injuste et que des changements fondamentaux dans le système économique sont nécessaires.

En développant ce thème, David North, dans son rapport ouvrant le Congrès, a passé en revue les conditions extraordinaires dans lesquelles se déroulait le Congrès : la rupture des alliances internationales ; l’éruption de l’impérialisme américain et le renforcement militaire de toutes les grandes puissances capitalistes ; les conflits féroces au plus haut niveau de l’État ; le tournant vers l’autoritarisme de la classe dirigeante, y compris la censure de l’Internet ; et la croissance extrême des inégalités sociales.

North a souligné le caractère réactionnaire et antidémocratique de toutes les factions de la classe dirigeante aux États-Unis. Il a dit :

Ce serait le comble de la naïveté de croire qu’il existe une division politique profonde entre Trump et ses opposants démocrates. Tenter de déterminer qui est « pire » revient à se demander si vous préférez être mordu par un cobra ou étranglé par un boa constrictor. À un moment, on peut penser que personne ne peut être pire que Trump. Mais alors, on observe le sénateur démocrate Mark Warner menacer d’une guerre contre la Russie et pendant que les démocrates de la Chambre hurlaient : « USA, USA ! » Et, en comparaison, Trump semble presque civilisé. La seule réponse appropriée est donc celle suggérée par Shakespeare : « Malédiction sur vos deux partis ! »

Le 80ᵉ anniversaire de la Quatrième Internationale, fondée par Léon Trotsky, qui a tenu son premier congrès en septembre 1938, a été le thème central du rapport de David Nord. De nombreuses contributions au Congrès l’héritage ont abordé l’héritage défendu par la Quatrième Internationale tout au long de son histoire et la conscience croissante de larges masses de travailleurs et de jeunes.

« Du point de vue de 2018 », affirme la résolution principale, « il ne fait aucun doute que l’analyse historique, les principes et le programme sur lesquels la Quatrième Internationale a été fondée en 1938 et qui ont été confirmés dans la Lettre ouverte qui était l’événement fondateur du Comité international en 1953, ont été justifiés par le cours entier du développement historique ».

North a expliqué dans son rapport la relation entre la conscience historique et la conscience socialiste. « La mise en pratique des expériences passées a toujours été, pour les marxistes, une préparation essentielle aux luttes futures », a-t-il déclaré.

Le Comité international et ses sections n’introduisent pas seulement dans les luttes de la classe ouvrière des slogans et un ensemble de revendications. Ceux-ci ont une importance considérable, mais ils sont insuffisants pour éduquer la classe ouvrière et élever sa conscience politique au niveau nécessaire à la réalisation de la révolution socialiste. Pour comprendre la crise et les tâches auxquelles elle est confrontée, la classe ouvrière doit comprendre la nature de l’époque historique dans laquelle elle vit et se bat. De plus, pour le développement d’une stratégie révolutionnaire et des tactiques appropriées, la classe ouvrière doit acquérir un niveau de connaissance suffisant des événements politiques majeurs et des luttes révolutionnaires du siècle dernier. Enfin, pour que la classe ouvrière évalue les organisations et les tendances qui prétendent représenter ses intérêts, elle doit connaître leur histoire, leur origine politique et le rôle qu’ils ont joué dans les luttes passées.

La résolution principale souligne que le développement d’un mouvement socialiste de masse de la classe ouvrière internationale dépend de l’activité du SEP et du CIQI. Au cours de la discussion, de nombreux participants ont cité la section de la résolution qui affirme :

Dans cette situation historique, le parti révolutionnaire est en soi un facteur immense pour déterminer l’issue de la crise objective. Une évaluation de la situation objective et une évaluation réaliste des possibilités politiques qui excluraient l’effet de l’intervention du parti révolutionnaire sont totalement étrangères au marxisme. Le parti révolutionnaire marxiste ne se contente pas de commenter les événements, il participe aux événements qu’il analyse et, par sa direction dans la lutte pour le pouvoir ouvrier et le socialisme, s’efforce de changer le monde.

La tâche centrale du SEP est de construire un mouvement indépendant, révolutionnaire et socialiste dans la classe ouvrière. Cela exige une lutte contre la politique de la pseudo-gauche, y compris des groupes tels que les Socialistes démocratiques d’Amérique et l’Organisation socialiste internationale, qui représentent les intérêts sociaux des sections privilégiées de la classe moyenne supérieure. Cela exige également une lutte contre les syndicats, qui agissent en tant qu’agents de la direction des entreprises et de l’État et s’efforcent de supprimer la lutte des classes.

Une section critique de la résolution principale, qui a fait l’objet de discussions approfondies au Congrès, s’intitule « La logique de la lutte des classes et de la grève générale ». Elle affirme que l’éruption de luttes sociales à une échelle jamais vue est quasiment inévitable aux États-Unis, et que ces luttes, « quel que soit le problème immédiat ou quel que soit le lieu », « attireront rapidement des millions de travailleurs dans la lutte active ». Il continue : « étant donné l’expérience de la classe ouvrière, le résultat logique de cette fusion des luttes sociales sera une grève générale qui posera la question du pouvoir politique ».

Pour préparer une telle lutte, la résolution affirme que la classe ouvrière doit développer « un réseau interconnecté de comités populaires de travail et de voisinage », dont la nécessité découle de l’expérience des travailleurs eux-mêmes avec les syndicats anti-ouvriers. Dans l’un des principaux rapports soumis au Congrès, Jerry White, rédacteur industriel du WSWS, a examiné en détail les expériences de l’année écoulée, notamment la vague de grèves des enseignants aux États-Unis contre les syndicats.

Joseph Kishore, secrétaire national du SEP, a déclaré que le Congrès était animé par la conscience des tâches immenses qui s’imposent au parti. « La classe dirigeante se mobilise rapidement pour mettre en œuvre des attaques de grande ampleur contre les droits démocratiques », a-t-il déclaré, « notamment pour arrêter et censurer Internet, qui visent surtout le World Socialist Web Site. L’oligarchie met ses formes politiques en harmonie avec le caractère de la société capitaliste – y compris des niveaux d’inégalité sociale insoutenables et des préparatifs avancés pour la guerre mondiale ».

Cependant, a-t-il ajouté, le Congrès se caractérisait également par un esprit d’optimisme révolutionnaire fondé sur la compréhension que les principes et l’histoire du SEP et du CIQI correspondent aux intérêts des masses de travailleurs du monde entier. « Je ne doute pas », a-t-il dit, « que le SEP émergera dans la direction des luttes ouvrières et qu’il gagnera à la bannière du trotskisme de grandes masses de travailleurs et de jeunes cherchant un moyen de lutter contre le système capitaliste ».

(Article paru d’abord en anglais le 3 août 2018)