La fête du travail 2018 : la montée de la lutte des classes et le besoin de comités de la base

Par Jerry White
4 septembre 2018

La fête du Travail 2018 est célébrée le premier lundi de septembre aux États-Unis et au Canada. Tous les ans, la journée est marquée aux États-Unis par quelques manifestations organisées par le central syndical : l’AFL-CIO, où des responsables syndicaux et des politiciens du Parti démocrate prononcent des discours vides et hypocrites. Cette année, cependant, la fête du Travail se déroule dans un contexte de reprise de la lutte des classes qui amène les travailleurs à entrer en conflit de plus en plus direct avec les syndicats corporatistes et anti-ouvriers.

Avec la réouverture des écoles publiques, les enseignants renouvellent leur lutte pour des améliorations salariales substantielles et un financement accru pour l’éducation publique. Dans l’État de Washington où le gouverneur démocrate, Jay Inslee, a supervisé en 2013 la plus importante réduction d’impôt des sociétés dans l’histoire des États-Unis – 8,7 milliards de dollars pour le géant de la défense Boeing – les enseignants ont débrayé dans plusieurs districts. Malgré les efforts déployés par les syndicats pour mettre un terme aux luttes, les enseignants de la base ont réclamé de plus en plus une grève dans tout l’État.

La semaine dernière, les enseignants de Los Angeles ont voté à 98 pour cent pour autoriser une grève dans le deuxième plus grand district scolaire du pays, avec 640 000 élèves et plus de 33 000 enseignants. À Detroit, les enseignants et les parents sont découragés par les niveaux élevés de plomb et de cuivre dans l’eau potable, deux ans seulement après que les enseignants de Detroit aient mené une série de prises de congés de maladie dans des écoles en décomposition et des classes insuffisamment financées. Le district scolaire a été obligé de fermer l’eau à toutes les écoles de la ville.

Dans les États où les enseignants ont organisé des débrayages à l’échelle de l’État au début de l’année, aucun des problèmes ayant motivé les grèves n’a été résolu. En Arizona, la Cour suprême de l’État vient de rejeter une initiative fiscale appelée : « Investir dans l’Éducation », qui aurait augmenté les impôts sur le revenu de 3 à 4 points de pourcentage pour les individus et les ménages gagnant plus de 215 000 euros. Les syndicats, les démocrates et leurs organisations affiliées ont fait la promotion de cette initiative comme la solution à la crise de financement puis ils ont saboté la grève de 60 000 enseignants de l’Arizona après six jours en mai dernier. À la fin, cependant, la classe dirigeante ne tolérerait pas la moindre incursion dans ses opérations lucratives.

Les grèves aux États-Unis coïncident avec la croissance de la lutte de classe au niveau international. Au cours du week-end, les travailleurs de « South Western Railway » au Royaume-Uni ont mené une grève de trois jours contre l’élimination des postes de gardes de sécurité. Cela fait suite à la grève du mois dernier des pilotes de Ryan Air en Irlande, en Espagne et dans d’autres pays européens.

Les syndicats ont systématiquement œuvré pour empêcher les grèves. Dans le cas où ils n’arriveraient pas, ils isolent rapidement ces luttes et les arrêtent.

• Les syndicats d’enseignants se sont empressés de régler un différend à Seattle, le plus grand district scolaire de l’État de Washington, dans le but d’empêcher un débrayage à l’échelle de l’État. Les grèves des enseignants au printemps n’ont pas été lancées par les syndicats, mais elles ont émergé à la suite d’une rébellion d’éducateurs de base à leur encontre.

• Le contrat de travail couvrant 31 000 travailleurs chez « US Steel » et ArcelorMittal ayant expiré samedi, le syndicat « United Steelworkers » a forcé les travailleurs à rester travailler malgré la demande de démantèlement historique des entreprises très rentables.

• Un mois après l’expiration du 31 juillet des contrats couvrant 230 000 travailleurs à « United Parcel Service » (UPS), le syndicat « Teamsters » a défié l’écrasant mandat de grève des travailleurs et a essayé de faire passer une convention introduisant des salaires et des conditions de travail à temps partiel réduit, avec les salaires de misère pour les travailleurs des entrepôts.

• Les « Communications Workers of America » a obligé 7000 employés d’AT&T à continuer de travailler après l’expiration de leur convention collective.

• Après que les travailleurs de Fiat Chrysler eurent massivement voté pour faire grève aux opérations de transmission de la société à Kokomo (Indiana), le syndicat « United Auto Workers » a maintenu les ouvriers au travail. L’UAW a été exposée en tant que bras direct de la direction de l’entreprise, acceptant des millions de dollars en échange de son rôle dans la promotion de la destruction des conditions historiques des travailleurs de l’automobile.

Les actions des syndicats sont l’expression de leur nature. Au cours des quatre dernières décennies, les syndicats, fondés sur la défense du capitalisme et du système des États-nations, ont été transformés en sous-traitants bon marché et en services de police au détriment de la classe ouvrière. Ils n’existent pas pour s’opposer aux diktats de la classe dirigeante, mais pour empêcher cette opposition.

Au cours de l’affaire de Janus contre le syndicat AFSCME, les avocats des syndicats du secteur public ont déclaré à plusieurs reprises aux juges de la Cour suprême que les frais d’agence – l’équivalent des cotisations syndicales des travailleurs du secteur public sans appartenance syndicale. En d’autres termes, la déduction automatique, par l’État, d’une partie des salaires des travailleurs était le prix à payer pour garantir que les travailleurs ne se rebellent pas contre les conditions qui leur sont imposées.

Plus récemment, un porte-parole de l’« United Teachers » de l’État de New York a déclaré à l’Albany Times Union que la loi de Taylor, qui interdit les grèves des employés du secteur public : « a réussi à maintenir la paix pendant plus de 40 ans » et ne doit pas être annulée.

Lors de son récent cinquième Congrès national, le Parti de l’égalité socialiste (États-Unis) a adopté une résolution intitulée « La résurgence de la lutte de classe et les tâches du Parti de l’égalité socialiste », expliquant les conséquences de la croissance extrême des inégalités sociales et sociales. la radicalisation de la classe ouvrière et de la jeunesse :

Les États-Unis sont au seuil d’une explosion sociale. L’éruption de luttes sociales d’une ampleur jamais vue auparavant aux États-Unis est pratiquement inévitable. Il y a de nombreux facteurs – la communauté d’intérêts sociaux entre les grandes sections de la classe ouvrière, l’érosion des différences sectorielles, l’intégration raciale et ethnique de la classe ouvrière, l’effet des médias sociaux basés sur Internet – qui contribuent à la fusion des protestations de masse. Il faut donc s’attendre à ce que l’éclatement de grandes protestations sociales – quel que soit le problème immédiat ou l’endroit – s’étende rapidement et attire des millions de travailleurs qui participeront activement à la lutte. Compte tenu de l’expérience historique de la classe ouvrière, le résultat logique de cette fusion des luttes sociales sera une grève générale, qui soulèvera la question du pouvoir politique.

Cette analyse s’est avérée correcte. Les travailleurs à travers le pays et dans le monde entier cherchent un moyen de s’opposer aux inégalités, à l’exploitation accrue, à la misère sociale et à toutes les conséquences du capitalisme. Si intenses que soient leurs conflits internes, les représentants de la classe dirigeante, démocrate et républicaine, sont unis dans leur terreur face aux implications de la résurgence de la lutte des classes.

La coordination et l’organisation de l’opposition de la classe ouvrière exigent la formation de nouvelles organisations, de comités de base, indépendants des syndicats. Comme le dit la résolution :

Par conséquent, la préparation aux luttes de masse de la classe ouvrière nécessite le développement d’un réseau interconnecté de comités populaires sur les lieux de travail et dans les quartiers. La nécessité de tels comités découle de l’expérience des travailleurs eux-mêmes. Les organisations qui prétendent les représenter, les syndicats, ne sont pas seulement profondément hostiles à l’organisation des luttes de la classe ouvrière, ils ont abandonné même les formes de représentation les plus limitées, y compris la résolution des griefs et l’application des dispositions contractuelles.

Le développement de tels comités est une tâche centrale à laquelle doit faire face chaque section de la classe ouvrière. Tant que les syndicats maintiennent leur emprise sur l’organisation de la classe ouvrière, l’établissement d’un mouvement véritablement uni de la classe ouvrière – aux États-Unis et à l’échelle internationale – est impossible.

La constitution de comités d’usine et la préparation d’une grève générale soulèvent, comme le dit la résolution du SEP, la « question du pouvoir politique ». La lutte pour les besoins les plus élémentaires : le droit à des salaires décents, à une éducation publique de qualité, à des soins de santé et de logement, et un avenir pour la prochaine génération libérée de la guerre, de la répression politique et de la violence – nécessitent la mobilisation révolutionnaire de la classe ouvrière pour prendre le pouvoir politique, rompre la mainmise de l’aristocratie financière et des entreprises et mener à bien la réorganisation socialiste de la société.

(Article paru d’abord en anglais le 3 septembre 2018)