La lutte contre le fascisme en Allemagne nécéssite une perspective socialiste

Par Sozialistische Gleichheitspartei
5 septembre 2018

Des millions de personnes en Allemagne et dans le monde ont réagi avec dégoût et horreur aux scènes de violence fasciste dans la ville allemande de Chemnitz. Le 27 août, des milliers de néonazis ont défilé dans la ville, saluant la police avec le salut nazi et attaquant les personnes considérées comme étrangères.

Ces derniers jours, des dizaines de milliers de personnes ont participé à des manifestations dans toute l’Allemagne contre cette vague de violence de droite. Mais l’indignation morale n’est pas suffisante pour arrêter la foule fasciste : il faut comprendre les racines politiques de sa résurgence.

Contrairement aux années 1930, les nazis ne sont pas aujourd’hui un mouvement de masse, mais une minorité détestée. Mais cela ne les rend pas moins dangereux. Ils tirent leur force de la politique des partis d’établissement et du soutien qu’ils reçoivent de l’appareil étatique. Ils se sentent forts parce qu’ils ont des amis dans la police, dans les services secrets et dans le gouvernement. La marche nazie à Chemnitz a été précédée d’une campagne de plusieurs années visant à promouvoir la politique d’extrême droite.

Il y a huit ans, le livre « L’Allemagne s’abolit » du dirigeant du Parti social-démocrate (SPD), Thilo Sarrazin, a ouvert la voie à la réhabilitation officielle de la xénophobie et du racisme. Le livre, qui prétendait que la société allemande était en train d’être détruite par des étrangers, a été salué dans des articles de fond et dans des émissions-débats en tant que best-seller avant même que le premier exemplaire n’atteigne les librairies.

En 2013, le président allemand Joachim Gauck a annoncé la fin de la retenue militaire allemande et le nouveau gouvernement de coalition récemment formé a convenu d’un programme de réarmement militaire massif. Le gouvernement a soutenu le coup d’État de droite en Ukraine, déclenchant un face-à-face continu avec la Russie.

L’establishment politique allemand a lancé une campagne systématique pour minimiser les crimes allemands de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. « Si vous commencez par l’idée « nous sommes responsables de tout », cela ne peut guère être une politique responsable en Europe, » a déclaré l’universitaire berlinois Herfried Münkler.

Dans le magazine Der Spiegel, son collègue Jörg Baberowski a défendu l’apologiste nazi Ernst Nolte et a expliqué qu’Hitler n’était pas « brutal » parce qu’il ne voulait pas « parler à sa table de l’extermination des Juifs ».

Lors d’une discussion au Musée historique allemand en 2014, Baberowski a déclaré que la lutte contre l’État islamique en Syrie et d’autres terroristes ne pouvait être gagnée que si les armées occidentales étaient prêtes à « prendre des otages, incendier des villages, pendre des gens et semer l’effroi et la terreur. »

Lors d’un festival de philosophie en mai 2016, Baberowski a affirmé que les « hommes en Allemagne » étaient impuissants face à la violence des immigrés, car ils ne pouvaient plus se battre. « Nous voyons que les hommes en Allemagne ne savent plus comment gérer la violence », a déclaré Baberowski. Ces déclarations, qui ont été reprises et mises en exergue par de nombreux sites Web d’extrême droite, ont maintenant été mises en pratique par la foule fasciste de Chemnitz.

Lorsque le Parti de l’égalité socialiste (SGP) et son organisation étudiante, l’IYSSE, ont protesté contre les positions extrémistes de droite de Baberowski et de sa tentative de blanchir les crimes nazis, nous sommes devenus la cible d’une chasse aux sorcières. Les médias et la direction de l’Université Humboldt ont défendu Baberowski, alors qu’il s’agit des réfugiés sur toutes les chaînes de télévision et a fondé un groupe de discussion d’extrême droite auquel participent des représentants de l’Alternative fasciste pour l’Allemagne.

L’AfD a prospéré dans ce climat de droite. Parmi les dirigeants du parti fasciste, on trouve de nombreux représentants de l’État – militaires, agents de renseignements, policiers, juges et professeurs. Bien que seulement 13 pour cent des électeurs aient soutenu l’AfD lors des élections générales de cette année, cela donne maintenant le ton politique à Berlin. Le gouvernement fédéral a adopté la politique xénophobe des réfugiés de l’AfD. L’AfD dirige d’importantes commissions parlementaires, dirige l’opposition officielle et jouit d’une présence disproportionnée dans les médias.

Les services secrets jouent un rôle clé dans cette conspiration de droite. Avec ses 3100 employés et son budget annuel de 350 millions d’euros, le Bureau de la protection de la Constitution, comme l’appellent les services secrets allemands, est un foyer d’extrémisme de droite. Le groupe terroriste raciste du National Socialist Underground (NSU) a été imprégné et partiellement financé par des informateurs infiltrés travaillant pour les services secrets.

Le « rapport sur la protection constitutionnelle 2017 » des services secrets allemands, publié en juillet, utilise une rhétorique indiscernable de celle de l’AFD. Le réseau de néonazis autour de l’AfD et de Pegida, les représentants de la nouvelle droite tels que Björn Höcke, Götz Kubitschek et Jürgen Elsässer, ainsi que les publications d’extrême droite telles que Junge Freiheit et Compact, ne sont pas mentionnées dans le rapport. Le nom de l’AfD n’apparaît que comme victime des prétendus « extrémistes de gauche » !

Alors que l’AfD se voit accorder un laissez-passer gratuit, le rapport qualifie effectivement l’opposition au « nationalisme supposé [!], à l’impérialisme et au militarisme » de subversif. Le Parti de l’égalité socialiste (SGP) figure dans ce rapport comme « parti extrémiste de gauche » et « objet d’observation ». C’est la réponse des services secrets allemands aux efforts déployés par le SGP pour dénoncer l’extrême droite. Aux yeux de l’État allemand, ce ne sont pas l’AfD et les néonazis qui posent problème, mais bien leurs opposants.

L’État et le gouvernement soutiennent l’AfD et les néonazis, car ils servent à enrôler les gens pour la politique de réarmement militaire, ses attaques contre les droits démocratiques et son austérité sociale. Les développements dangereux de ces dernières semaines ont montré que la démocratie allemande était aussi fragile que dans les années 1930. Dès que la classe dirigeante allemande se lance dans une politique de grande puissance impérialiste et ressent une résistance venant d’en bas, elle se déplace à nouveau à l’extrême droite.

La grande coalition des démocrates-chrétiens et des sociaux-démocrates s’est mise d’accord sur un vaste programme de réarmement militaire. Le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas (SPD), a menacé les États-Unis, la plus grande puissance militaire du monde, de « faire contrepoids » si la Maison-Blanche franchit les « lignes rouges ». Les documents de stratégie du ministère de la Défense sous Ursula von der Leyen se lisent comme les fantasmes nazis de l’hégémonie allemande sur l’Europe.

Il n’y a pas de soutien pour cette politique dans la population. C’est pourquoi la politique officielle prend la forme d’une conspiration au plus haut niveau de l’État, à laquelle participent également les partis d’opposition – les Verts, le Parti de la gauche et le Parti démocrate libre (FDP). Ils ont tous contribué à organiser l’austérité sociale qui a creusé le fossé entre riches et pauvres. Ils exigent davantage de services de police et de services de renseignement et soutiennent la politique militaire du grand gouvernement de coalition.

Ce développement ne se limite pas à l’Allemagne. Dans toute l’Europe, face aux tensions sociales croissantes, les élites dirigeantes s’appuient sur des formes de pouvoir autoritaires et des forces fascistes. La nature globale de ce processus montre clairement qu’il ne s’agit pas d’une coïncidence, mais de la tendance fondamentale du système capitaliste.

La seule force sociale capable de contrer ce développement et d’arrêter l’extrême droite est la classe ouvrière internationale. Pour cette raison, le SGP appelle à l’expansion de la lutte des classes à travers le continent. Le complot de la grande coalition, des services de renseignement et des extrémistes de droite doit être arrêté.

Il est temps de faire revivre les traditions socialistes révolutionnaires de Marx, Engels, Luxembourg, Liebknecht, Lénine et Trotsky, défendues uniquement par le Comité international de la IVᵉ Internationale et ses sections. Le SGP appelle les travailleurs et les jeunes à rejoindre ses rangs et à lutter contre le capitalisme, le fascisme et la guerre.

Le SGP exige :

* Arrêtez la conspiration entre la grande coalition, l’appareil d’État et les extrémistes de droite !

* Plus de guerre ! Arrêtez le retour de l’Allemagne à la grande politique militariste de grande puissance !

* Abolir les services secrets et cesser immédiatement d’espionner le SGP et les autres organisations de gauche !

* Défendre le droit d’asile ! Non à l’augmentation des pouvoirs et de la surveillance de l’État !

* Mettre fin à la pauvreté et à l’exploitation – pour l’égalité sociale ! La richesse de l’oligarchie financière, des banques et des grandes entreprises doit être expropriée et placée sous contrôle démocratique !

(Article paru d’abord en anglais le 4 septembre 2018)