Des centaines d’arrestations lors de heurts entre travailleurs et forces de sécurité sur le chantier d’un aéroport turc

Par Jerry White
18 septembre 2018

Des centaines de travailleurs de la construction turcs ont été arrêtés par la police et des gendarmes au cours du week-end après que des travailleurs eurent organisé des manifestations de masse contre les conditions de travail meurtrières sur le chantier d’un nouvel aéroport à Istanbul.

Des milliers de travailleurs ont débrayé et ont protesté avec colère après qu’un accident impliquant un bus a blessé 17 de leurs collègues. L’incident est le dernier d’une série d’accidents sur le chantier, que les travailleurs qualifient de « cimetière » en raison du manque de protections de sécurité de base et de la pression du gouvernement et de l’entrepreneur pour ouvrir l’aéroport géant d’ici la fin du mois prochain.

Des centaines de travailleurs ont scandé : « Nous sommes des travailleurs, nous avons raison. Nous gagerons n’importe comment. » le hashtag qui soutient les travailleurs, #köledegiliz (# nous ne sommes pas des esclaves) a reçu un fort soutien dans toute la Turquie.

Selon Ozgur Karabulut, un responsable du syndicat Dev Yapi-Is, la police et les gendarmes ont utilisé des véhicules militaires, des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les manifestations des travailleurs en grève. « Ils ont fait irruption dans le campement des travailleurs avec 30 gendarmes, ont fait tomber les portes et ont arrêté environ 500 travailleurs », a déclaré Karabulut par téléphone à Reuters.

Police and gendarme attack protesting workers

Les travailleurs de la construction ont publié des vidéos des forces de sécurité de l’État qui rassemblaient et arrêtaient des travailleurs. Alors que certains des ouvriers de la construction détenus ont été libérés dimanche, des centaines d’entre eux sont restés détenus dans des postes de police et de gendarmerie à Istanbul.

Le gouverneur d’Istanbul, Vasip Sahin, a déclaré que 401 personnes avaient été arrêtées, soit pour avoir refusé de travailler, soit pour « avoir tenté de provoquer d’autres personnes », selon Hurriyet. Le journal a cité ses déclarations qui affirmaient que 275 personnes ont été relâchées dimanche matin et que l’opérateur de l’aéroport d’Istanbul, Istanbul Grand Airport (IGA), a commencé à « traiter les problèmes ».

Karabulut a déclaré dimanche que 160 personnes avaient été libérées et que le syndicat estimait qu’il en restait 360 en détention. « Certains de nos amis qui ont été libérés hier soir ont été ramenés aux campements, mais ils ne travaillent pas », a-t-il déclaré à Reuters. « Nous nous attendons à ce que ces manifestations durent longtemps. »

Workers injured in shuttle bus accident Friday

Un responsable de l’IGA a minimisé les manifestations et a déclaré que l’aéroport ouvrirait ses portes comme prévu le 29 octobre, a rapporté Reuters. « Le travail de nos travailleurs est à jour, il n’y a pas de perturbation du tout », a déclaré Gokhan Sengul, directeur de la communication d’entreprise chez IGA. « Il y a eu un peu de manifestations vendredi provoquées par des provocateurs qui sont venus vendredi en tant que des représentants syndicaux. »

Depuis plusieurs mois, les travailleurs protestent contre les conditions sur le site, un projet immobilier vitrine du gouvernement Erdogan, qui dit que ce sera le plus grand aéroport du monde.

Dans le but de renforcer sa crédibilité, le syndicat Dev Yapi-Is, qui a accepté ces conditions, a publié une déclaration selon laquelle le chantier de l’aéroport n’était « pas différent d’un camp de concentration pour travailleurs ».

En visite sur le site en avril dernier, le ministre des Transports Ahmet Arslan a déclaré que 27 travailleurs étaient morts d’accidents de travail ou de problèmes de santé depuis le début des travaux en 2015. Les travailleurs dénoncent ceci toutefois comme une grave sous-estimation.

La comparution du ministre des Transports a suivi la publication d’un reportage en février dernier dans le journal d’opposition Cumhuriyet disant que le gouvernement cachait pas moins de 400 décès sur le site, qui emploie 35 000 travailleurs.

Les travailleurs ont déclaré au journal que les employeurs les ont poussés à augmenter leur productivité après plusieurs retards par rapport à la date d’ouverture prévue. De nombreux décès ne sont pas signalés, ont dit les travailleurs au journal, car le gouvernement achète le silence des familles des victimes, dont beaucoup vivent dans des villages pauvres loin d’Istanbul ou à l’étranger, en leur payant l’équivalent de 100 000 dollars.

Workers’ social media postings of squalid living conditions

Selon Cumhuriyet, la plupart des décès sont dus à la circulation très peu contrôlée de milliers de camions sur le site de l’aéroport, et les policiers et les inspecteurs détournent les yeux. Un responsable syndical, Yunus Ozgur, a déclaré au journal que trois à quatre travailleurs sont tués par des accidents chaque semaine.

Les travailleurs se sont également plaints de la mauvaise qualité des aliments qu’on leur sert, ainsi que des infestations de puces et de punaises de lit dans leurs dortoirs et de salaires impayés ou payés en retard. Ils ont affiché sur les médias sociaux des vidéos et des images d’insectes, d’ordures non ramassées et de fissures dans les plafonds et les murs des unités fournies par la société, où ils sont logés.

Le régime du président Recep Tayyip Erdogan a peur de l’opposition de la classe ouvrière à mesure que la dépréciation de la livre turque, la hausse de l’inflation et une vague de mises à pied intensifient les tensions de classe.

La croissance de l’économie turque au cours de la dernière décennie s’est appuyée principalement sur un boom de la construction de 15 ans sous le Parti de la justice et le développement (AKP) d’Erdogan, qui a supervisé la construction de ponts, de routes et maintenant du troisième aéroport à Istanbul. Ces projets, cependant, ont été tributaires de la disponibilité de crédits bon marché sur les marchés financiers mondiaux, qui se tarissent maintenant.

Vendredi dernier, Erdogan a déclaré que le gouvernement gelait de nouveau les investissements afin de juguler l’inflation et de soutenir la livre, qui a chuté de 40 pour cent par rapport au dollar cette année. L’industrie de la construction est déjà au point mort, précipitant des dizaines de milliers de travailleurs au chômage et ralentissant d’autres secteurs de l’économie dépendants des exportations, y compris l’industrie automobile, avec Ford, Mercedes Benz et Renault qui préparent des « congés » non payés pour les travailleurs de l’automobile.

En vertu de l’état d’urgence imposé par Erdogan après la tentative de coup soutenue par Washington en juillet 2016, le droit de grève et le droit de manifestation ont été fortement réduits. La levée de l’état d’urgence en juillet était en grande partie un acte symbolique. Comme le démontrent les arrestations massives à l’aéroport d’Istanbul, la structure de répression de l’État de masse est totalement intacte.

Dans l’espoir d’apaiser 130 000 travailleurs métallos en janvier dernier, l’Association des employeurs de l’industrie des métaux de la Turquie (MESS) et trois syndicats principaux ont signé un accord de négociation collective de deux ans proposant une augmentation du salaire moyen de 24,6 pour cent. L’accord a suivi l’interdiction d’Erdogan d’une grève prévue de l’ensemble du secteur au motif qu’elle serait « préjudiciable à la sécurité nationale ». Les travailleurs de la métallurgie ont contesté le décret du gouvernement et ont poursuivi leurs manifestations, portant des pancartes disant : « Si l’état d’urgence est pour les patrons, les grèves sont pour nous. »

En février, le ministère de l’Intérieur a annoncé que 845 personnes avaient été détenues pour terrorisme en raison de leurs manifestations ou de leurs messages sur les médias sociaux critiques d’une incursion militaire turque à Afrin, une ville du nord de la Syrie.

Security forces kicking down the doors in workers' quarters

Au cours du même mois, le journal Evrensel a rapporté que deux travailleurs de la construction ont été arrêtés par la police quand ils sont arrivés à l’aéroport Adnan Menderes d’İzmir pour se rendre à leur ville natale, Diyarbakır. Les deux travailleurs, Nazim Toplu et Ahmet Polat, ont été détenus par la police au motif qu’ils avaient l’air « suspects ». On leur a dit d’ouvrir leurs comptes Facebook pour voir s’ils avaient affiché quoi que ce soit de critique du gouvernement. Quand ils ont refusé, disant que de telles demandes étaient illégales, la police a saisi les téléphones portables des travailleurs et a consulté leurs comptes de médias sociaux à partir de téléphones. Les deux hommes ont finalement été libérés lorsque la police a déclaré qu’ils n’étaient pas visés par les enquêtes précédentes.

Les accidents mortels sur les chantiers de l’aéroport soulignent les conditions mortelles que subissent les travailleurs en Turquie, pays qui fonctionne comme un fournisseur de main-d’œuvre à bas coût pour les entreprises multinationales européennes et américaines. En 2014, les 28 pays de l’UE ont enregistré un total de 3700 décès liés au travail. La Turquie à elle seule a eu 1600 accidents mortels. L’Assemblée de la santé des travailleurs et de la sécurité au travail, une ONG turque, a dénombré 2000 décès dus à des accidents du travail survenus l’année dernière. Ce chiffre était en hausse par rapport aux 1970 décès enregistrés en 2016, selon l’ONG.

En 2014, 301 travailleurs sont morts dans l’un des pires accidents industriels de l’histoire de la Turquie lorsqu’un incendie s’est déclaré dans une mine de charbon à Soma, dans l’ouest de la Turquie. La tragédie était le résultat de la privatisation et des plans d’ajustement structurel soutenus par le Fonds monétaire international. Ceux-ci ont été mis en œuvre par Erdogan et ses prédécesseurs de toutes les factions de la classe dirigeante turque et imposés par les syndicats. Comme un mineur de charbon, Oktay Berrin, l’a déclaré à l’AFP à l’époque : « Il n’y a pas de sécurité dans cette mine. Les syndicats ne sont que des marionnettes et notre direction ne se soucie que de l’argent. »

L’explosion de colère des travailleurs de la construction à Istanbul fait partie d’un mouvement croissant et de la radicalisation de la classe ouvrière à travers le monde. Dix ans après la crise financière globale de septembre 2008, qui a été suivi par le plan de sauvetage de l’aristocratie financière par les gouvernements capitalistes, les travailleurs en Europe, en Amériques, en Afrique et en Asie s’engagent dans d’un nombre croissant de grèves et de manifestations de masse contre le niveau de vie stagnant, l’austérité et l’exploitation sur le lieu de travail. Ce mouvement prendra de plus en plus la forme d’une lutte internationale contre le système capitaliste.

(Article paru en anglais le 17 septembre 2018)