Des dizaines de blessés dans les affrontements entre séparatistes catalans et police régionale à Barcelone

Par Alejandro López
3 octobre 2018

Samedi, avant le premier anniversaire du référendum sur l’indépendance de la Catalogne, des dizaines de manifestants ont été blessés et six arrêtés lors d’affrontements avec la police régionale à Barcelone.

Il y a un an, Madrid a déployé 16 000 policiers dans une tentative ratée de réprimer le référendum en attaquant violemment des électeurs pacifiques, y compris des personnes âgées. Avec le soutien tacite de l’Union européenne, le gouvernement central a menacé une intervention militaire directe. Il a procédé à l’incarcération de politiciens nationalistes catalans et à l’imposition d’un gouvernement non élu dans la région.

Depuis, en dépit des protestations de masse à Barcelone, les gouvernements successifs, dirigé d’abord par le Parti populaire (PP) de droite et puis par le Parti socialiste espagnol (PSOE), ont continué le cours réactionnaire de Madrid en Catalogne. Le gouvernement social-démocrate actuel le fait avec le soutien de Podemos.

Les affrontements de samedi ont éclaté après que la police régionale catalane est intervenue pour séparer d’un rassemblement qui soutenait la police nationale une manifestation séparatiste organisée par les Comités pour la défense de la République (CDR), un groupe proche des Candidatures de l’unité populaire (CUP) nationalistes catalans.

La manifestation pro-police a été organisée par Jusapol, une association de la police nationale et des gardes civils qui exige un salaire égal entre les deux forces de police espagnoles et la police régionale de Catalogne. L’objectif de la manifestation était de rendre hommage à la répression du référendum d’octobre 2017.

Le président de Jusapol Natan Espinosa a fait une déclaration provocante selon laquelle son organisation voulait « rendre hommage à ceux qui ont travaillé à préserver l’unité de l’Espagne. » Un chef de file du parti d’extrême droite Vox, Javier Ortega, a également participé au rassemblement de Jusapol.

La manifestation de Jusapol a rassemblé quelque 3000 manifestants. Ils scandaient « Vive l’Espagne » et « A por ellos ! » (Allez les chercher !) – une référence à des mots d’ordre scandés par des manifestants d’extrême-droite à l’appui des unités de la police nationale déployées en Catalogne à la veille du référendum.

La contre-démonstration des CDR a mobilisé plus de 6000 personnes. Les manifestants séparatistes ont crié aux partisans de la police espagnole « Le 1ᵉʳ octobre, nous ne pardonnons pas ni n’oublions », « Dégagez, Fascistes ! » et « l’indépendance ! » Les manifestants de droite ont riposté en criant :

« Nous gagnerons ! "" Vive l’Espagne “et” Notre cause est juste ! "

Des affrontements auraient éclaté lorsque des manifestants des CDR ont tenté de se mesurer au rassemblement pro-police. Lorsque le cordon de police régional les a bloqués, les manifestants ont aspergé la police régionale de poudre colorée et lui ont jeté des œufs.

La police catalane a réagi en faisant des charges à la matraque dans au moins trois endroits différents, faisant au moins 24 blessés, dont six ont été hospitalisés. Des vidéos et des images diffusées sur YouTube montrent la police en train de frapper des manifestants au-dessus de la taille et, dans certains cas sur la tête, en violation de la réglementation de la police.

Le ministre régional de l’Intérieur catalan, Miquel Buch, a défendu les actions de la police catalane, les Mossos d’Esquadra, affirmant dimanche « Nous avons réussi à éviter de plus gros problèmes. Un tel affrontement aurait pu devenir très violent. » Cependant, il a avoué que certains policiers ne se sont pas comportés « selon le protocole ». « Les CUP, qui ont historiquement toujours soutenu les partis catalans au pouvoir, ont exigé la démission du ministre.

La maire de Barcelone Ada Colau de Barcelon en Comu soutenu par Podemos s’est exprimé sur Catalunya Radio disant : « Je fais un appel au calme […] Cette ville a toujours défendu le droit de chacun d’exercer le droit à la liberté d’expression. » Taisant le caractère d’extrême droite du rassemblement pro-police, Colau a appelé à l’ordre public, affirmant que Barcelone avait demandé plus de policiers afin de lutter contre « l’insécurité ».

Les violents affrontements de samedi reflètent les tensions politiques et de classe explosives créées par la répression du gouvernement du PP en Catalogne. Un an après le référendum sur l’indépendance catalane de 2017, aucun des problèmes qui ont conduit les nationalistes catalans à appeler au référendum sur l’indépendance, et Madrid à ordonner la répression, n’a été résolus.

Une vague de grèves se développe à travers l’Espagne et l’Europe dans un climat de colère grandissante face à l’austérité et à la politique militariste de l’UE et de Madrid. Avec la mise en place d’un nouveau gouvernement PSOE soutenu par Podemos et les principaux partis nationalistes catalans, le fossé de classe séparant l’ensemble de l’establishment politique et les masses de travailleurs est mis en avant.

Le Premier ministre PSOE, Pedro Sanchez, a, pour l’essentiel, poursuivi la politique militariste et de répression policière menée par le PP, tout en faisant quelques concessions symboliques. Il a exprimé sa solidarité pour l’autonomie catalane et a lancé des propositions visant à investir 500 millions d’euros dans les infrastructures catalanes. Parallèlement, le gouvernement du PSOE, maintenu au pouvoir par le soutien de Podemos, garde en prison les prisonniers nationalistes catalans et maintient des accusations de « rébellion » contre neuf dirigeants catalans incarcérés. Les accusations comportent des peines allant jusqu’à 25 ans de prison.

La politique réactionnaire du PSOE et Podemos révèle la faillite des principaux partis nationalistes catalans, Ensemble pour la Catalogne (JxCat) et la Gauche républicaine catalane (ERC), ont tous deux soutenu le vote de censure en juin qui a installé le gouvernement du PSOE.

Les CUP de pseudo-gauche et leurs appendices, comme le Courant révolutionnaire des travailleurs (CRT) moréniste, réagissent avec des appels à mettre en œuvre le prétendu « mandat du référendum du 1ᵉʳ Octobre. » Avec un vote de 92 pour cent pour l’indépendance sur un taux de participation de seulement 43 %, moins de 40 % des électeurs étaient en faveur de l’indépendance. Néanmoins, les CUP et le CRT font campagne pour que les nationalistes catalans se séparent de l’Espagne, critiquant JxCat et l’ERC pour chercher seulement « un retour à la normale régionale et la protection des investissements des grandes entreprises catalanes. »

Les CUP et le CMR savent que les nationalistes catalans n’ont aucune base dans la classe ouvrière, pas plus que les partis au pouvoir en Espagne, et ils craignent la radicalisation croissante des travailleurs.

Le site internet Izquierda Diario du CRT appelle les nationalistes catalans à « élargir leur base » en se rendant dans « les usines, les bureaux et les quartiers populaires ». Cela, selon eux, « ralliera l’essentiel de la classe ouvrière catalane à cette lutte, [qui] retournera dans les rues fortement renouvelée et avec un programme politique qui résoudra les graves problèmes démocratiques et sociaux ». Ils ajoutent : « Il est nécessaire de lier la lutte pour la République catalane à la lutte pour mettre fin aux bas salaires des jeunes, des femmes et des immigrés. »

En fait, l’année écoulée a montré que la perspective sécessionniste catalane, qui divise les travailleurs de langue catalane et les travailleurs hispanophones, constitue un piège pour les travailleurs opposés aux politiques d’État policier de l’UE et de l’Espagne. Ceux qui la déguisent de couleurs « de gauche », comme les CUP, ont un long bilan de votes pour les budgets d’austérité proposés par les principaux partis nationalistes catalans. Ces partis sont violemment opposés à la mobilisation de la classe ouvrière et s’alignent avec les manœuvres politiques sordides à Madrid.

JxCat et ERC ont menacé de se retirer du gouvernement du PSOE et de le laisser s’effondrer si Sanchez refuse de discuter de l’autodétermination et ne libère pas les nationalistes catalans. Cependant, ils n’ont pas mis en œuvre cette menace, craignant que de nouvelles élections ne remette le PP et le Parti des citoyens (Ciudadanos) au pouvoir, qui demandent à Sanchez d’imposer à nouveau un gouvernement non élu en Catalogne.

La faillite politique de toutes ces forces justifie la déclaration du Comité international de la quatrième Internationale (CIQI) publiée l’année dernière à la veille du référendum. Il a averti que l’opposition à la répression « ne peut pas être montée sous l’emprise des partis au pouvoir à Madrid ou des nationalistes catalans, qui sont hostiles à la classe ouvrière. »

Le CIQI a insisté sur le fait que la « division de la classe ouvrière espagnole par la construction d’un nouvel État capitaliste en Catalogne, gouverné par des partis qui soutiennent depuis longtemps la guerre et de l’imposition de l’austérité, n’offre rien aux travailleurs. Elle séparerait les travailleurs catalans de leur plus grand allié contre l’assaut de Madrid : toute la classe ouvrière espagnole et européenne. »

La seule politique viable contre le danger de la guerre et de la dictature, a écrit le CIQI, « consiste à lutter pour unifier la classe ouvrière en Espagne et en Europe dans une lutte contre le capitalisme et pour la réorganisation socialiste de la société. Cela ne peut se faire que dans la lutte révolutionnaire contre toutes les factions bourgeoises espagnoles. »

(Article paru en anglais le 1ᵉʳ octobre 2018)