Home » Nouvelles internationales » Amériques » Amérique du Nord » Canada

Canada : Les conservateurs vont intensifier leurs attaques contre les travailleurs

Par Dylan Lubao et Keith Jones
25 octobre 2013

Le gouvernement canadien conservateur a dévoilé ses plans pour intensifier l’assaut du grand capital sur la classe ouvrière dans son discours du Trône de la semaine dernière, l’allocution où le gouvernement présente son programme pour la nouvelle session parlementaire.

Dans ce discours, le gouvernement s’est engagé à élargir et à approfondir sa cure d’austérité. Déjà, les conservateurs s’étaient engagés à réduire de plus de 55 milliards de dollars les dépenses discrétionnaires sur cinq ans, réduisant la couverture de l’assurance-emploi et les avantages sociaux en particulier des travailleurs saisonniers, et imposant une formule de financement des soins de santé en vertu de laquelle la contribution fédérale à l’assurance-maladie – le système public d’assurance maladie du Canada – sera réduite de dizaines de milliards de dollars sur une période de huit ans à compter de 2016.

Dans le discours du Trône, le gouvernement a réitéré son engagement à éliminer le déficit du budget fédéral pour 2015. En outre, il s’est engagé à réduire le ratio de la dette au PIB au niveau d’avant la récession de 2008 d’ici 2017, à geler le budget global de fonctionnement – ce qui nécessitera encore plus de suppressions d’emplois et de coupes dans les services en raison de l’inflation et de la croissance de la population – et à introduire une «loi d’équilibre budgétaire».

Depuis 2000, les gouvernements libéraux et conservateurs fédéraux ont agressivement réduit les impôts des grandes entreprises et des gens à revenus élevés. Cela a été fait avec un double objectif : redistribuer massivement le revenu national en faveur de l’élite capitaliste et des sections les plus privilégiées de la classe moyenne, et s’assurer que le gouvernement soit privé de ressources financières de façon à maintenir la pression en faveur de nouvelles réductions dans les services publics.

Dans son discours du Trône de la semaine dernière, le gouvernement a promis que dès que le budget sera équilibré, il mettra en place une nouvelle série de réductions d’impôts afin d’apporter «un allégement fiscal pour les familles».

Dirigés par l’idéologue néoconservateur Stephen Harper, les conservateurs ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils avaient l’intention d’introduire le fractionnement du revenu à des fins fiscales, mesure déjà mise en place dans les faits pour les personnes âgées. Grâce à ce régime fiscal régressif, une famille comptant un conjoint très bien payé peut diviser ce revenu avec celui de l’autre conjoint. Cela permet ainsi de réduire le taux global d’impôt sur le revenu et favorise massivement les familles avec un membre hautement rémunéré.

Dans le discours du Trône, les conservateurs se sont également engagés à accélérer la privatisation et la déréglementation. Pas le moindre effort n’a été fait pour concilier cela avec la promesse d’améliorer la sécurité dans les transports ou les paroles prononcées au début du discours demandant un «moment de silence» pour les 47 personnes tuées dans l’explosion d’un train en juillet dernier à Lac-Mégantic, au Québec.

La tragédie du Lac-Mégantic est la pire catastrophe ferroviaire à survenir depuis un siècle au Canada. Elle est une conséquence directe des décisions du gouvernement en matière de déréglementation, de réduction des coûts et d’introduction du concept d’«autorégulation» de l’industrie.

Le discours du Trône comprend l’engagement à présenter des mesures législatives visant à modifier les relations de travail dans la fonction publique, la loi qui régit la négociation collective dans le secteur public fédéral, dans le but supposé de faire en sorte que la «fonction publique soit abordable, moderne et efficace».

Même si aucun autre détail n’a été fourni, il ne fait aucun doute que le gouvernement a l’intention d’attaquer le droit de négociation collective des travailleurs du secteur public fédéral. Depuis deux ans et demi, les conservateurs ont à plusieurs reprises déclaré illégales les grèves, tant dans les sociétés d’État comme Postes Canada, que chez les géants du secteur privé tels Air Canada et CP Rail.

Le gouvernement a déjà augmenté unilatéralement les cotisations de retraite des travailleurs fédéraux et relevé l’âge de la retraite pour les nouvelles embauches dans le secteur public fédéral. Il a également annoncé son intention – réaffirmée dans le discours du Trône – de réduire les congés de maladie et d’invalidité des employés fédéraux, ainsi que leurs effectifs, dans le cadre d’autres concessions majeures, y compris l’élimination ou à tout le moins la diminution des prestations de retraite déterminées. Le gouvernement a également l’intention d’imposer des «objectifs de rendement» plus exigeants et d’accélérer le rythme du travail. Les travailleurs fédéraux ne répondant pas aux nouveaux objectifs seront menacés de licenciement rapide.

La mise au pas des travailleurs du secteur public est considérée comme une étape nécessaire dans le renforcement des efforts de la grande bourgeoisie pour réduire les salaires et les avantages sociaux des travailleurs et briser leur résistance au démantèlement des services publics.

Évoquant un «manque d’infrastructures essentielles», les conservateurs se sont engagés à redoubler d’efforts pour construire d’immenses oléoducs à partir des sables bitumineux de l’Alberta et faciliter d’autres projets d’exploitation des ressources du Nord. Le gouvernement a tenté de présenter cela comme un moyen d’aider la population autochtone pauvre du pays. La réalité est que le gouvernement fait preuve d’une indifférence totale envers les peuples des Premières nations comme le souligne leur refus de simplement augmenter les dépenses d’éducation par habitant pour les Amérindiens vivant dans des réserves au même niveau que les provinces (principalement responsables de leur éducation hors réserve).

À la veille du discours du Trône, les médias regorgeaient de discussions à propos du nouveau programme «pro-consommateurs» du gouvernement. Beaucoup des mesures proposées sont copiées du NPD soutenu par les syndicats, et comprennent notamment de légères réductions des frais bancaires et de téléphonie cellulaire.

Les tièdes mesures «pro-consommateurs» des conservateurs sont une tentative transparente de fournir une couverture politique à leur plan pro-grande entreprise. Les épargnes négligeables proposées sont plus qu’éliminées par les augmentations tarifaires imposées sur les biens étrangers provenant des «pays en développement» votées dans le dernier budget fédéral.

Les conservateurs ont réaffirmé dans leur discours du Trône leur engagement à un programme de réarmement massif qui coûtera des centaines de milliards de dollars au cours des deux prochaines décennies pour acquérir du nouveau matériel et de nouveaux systèmes d’armes, et aussi à promouvoir leur stratégie d’approvisionnement militaire au Canada. Adopté plus tôt cette année, le programme «Le Canada d’abord» exige que le gouvernement fasse passer en premier les «avantages économiques» de son arsenal militaire, dans le but de stimuler les profits des fabricants d’armes basés au Canada et de faire du «secteur de la défense» l’une des grandes industries d’exportation du pays.

Avec leur renforcement des Forces armées canadiennes et leur déploiement dans le cadre des guerres néo-coloniales en Afghanistan et en Libye dirigées par les États-Unis, les conservateurs, tout comme dans leur ordre du jour socioéconomique, ne font que poursuivre sur la voie tracée par les gouvernements libéraux de Jean Chrétien et de Paul Martin qui les ont précédés.

Hormis l’engagement de poursuivre la négociation de pactes de libre-échange sur de multiples fronts, notamment avec l’Union européenne, et au moyen de la participation du Canada dans le Partenariat transpacifique antichinois dirigé par les États-Unis, le discours du Trône ne comprenait pratiquement rien en matière de politique étrangère du Canada, sauf une exception notable.

Sous le sous-titre «Défendre les valeurs canadiennes», le gouvernement a déclaré : défendre le droit d’Israël «d’exister en tant qu’État juif» […] «ardent et unique champion de la démocratie et de la liberté dans une région dangereuse.» Les conservateurs ont déclaré à plusieurs reprises que leur gouvernement est le plus fidèle allié d’Israël. En ligne avec la politique ultra-réactionnaire du gouvernement de Benjamin Netanyahu, les conservateurs de Stephen Harper ont continué de soutenir la dictature de Moubarak, même après que le président américain Barack Obama ait décidé par calcul politique d’appeler le dictateur égyptien à démissionner. Et les conservateurs se sont souvent fait l’écho des menaces belliqueuses d’Israël contre l’Iran. Le ministre israélien des Affaires stratégiques, Yuval Steinitz est passé par Ottawa lundi, alors qu’il se rendait à Washington, afin de solliciter le soutien du gouvernement Harper pour exhorter les États-Unis à ne lever aucune des sanctions économiques affligeantes imposées à l’Iran tant que Téhéran n’aura pas entièrement démantelé son programme d’énergie nucléaire.

En dépit d’une orientation pro-patronale et de droite sans vergogne, le discours a été considéré par les sections les plus puissantes du capital canadien comme n’allant pas assez loin. Le National Post néoconservateur a publié un article intitulé «Le discours du Trône manque de conviction», tandis que le Globe and Mail, porte-parole traditionnel de l’élite financière du pays, titrait son éditorial, «Pas grand-chose pour le moment, patientez jusqu’en 2015», faisant ainsi référence à la promesse de nouvelles baisses d’impôts faite par le gouvernement Harper.

Le succès des conservateurs à mettre en œuvre leur programme de droite est entièrement lié à la suppression de l’opposition de la classe ouvrière par les syndicats et le NPD social-démocrate. Ceux-ci ont réagi à la plus grande crise du capitalisme depuis la Grande Dépression en allant encore plus vers la droite, imposant diminutions de salaire et suppressions d’emplois, et soutenant les mesures d’austérité des gouvernements. Le NPD est allé jusqu’à refuser de soutenir même pour la forme la grève étudiante au Québec l’an dernier ou de s’opposer à la législation draconienne que le gouvernement libéral provincial a adoptée contre elle; pour leur part, les syndicats ont isolé les étudiants grévistes et exploité politiquement le mouvement contre les mesures d’austérité des libéraux pour appuyer l’autre parti de la grande entreprise qu’est le PQ. En Ontario, le NPD, avec l’appui des syndicats, maintient au pouvoir un gouvernement libéral minoritaire qui a imposé des coupes massives dans les dépenses sociales et utilisé une législation antiouvrière pour réduire les salaires réels des professeurs et leur imposer d’autres concessions.

Dans leur tentative pour convaincre l’élite dirigeante canadienne qu’elle peut lui faire confiance aux rênes du pouvoir, le NPD a déclaré que son premier principe était la «responsabilité financière», a promis de ne pas augmenter les taux d’imposition des particuliers, même pour le 1 % des gens les plus riches, a soutenu avec enthousiasme le rôle de leader du Canada dans la guerre de l’OTAN en Libye, et a encouragé le passage sous silence des activités d’espionnage de l’État sur les communications électroniques des Canadiens et la collaboration de celui-ci dans les activités illégales de la National Security Agency (NSA) des États-Unis à l’échelle de la planète.

(Article original paru le 23 octobre 2013)