Allemagne: L'accord de coalition et le retour du militarisme

Par Ulrich Rippert
16 février 2018

Si la grande coalition entre les démocrates-chrétiens et les sociaux-démocrates se réalise, les dirigeants militaires allemands exerceront un niveau d'influence politique sur ses politiques, supérieure à celle de n'importe quel autre gouvernement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Des éléments importants du contrat de coalition convenu entre la CDU/CSU et le SPD la semaine dernière portent la marque de l’état-major de la Bundeswehr (Forces armées).

Lors de la conférence de Berlin sur la sécurité à la fin du mois de novembre, d'éminents responsables militaires avaient déjà présenté un catalogue complet de revendications pour améliorer les capacités militaires de l'Allemagne. Dans son résumé à la conférence, Karl Müllner, inspecteur de la Luftwaffe, a déclaré: «Nous avons déclaré qu'en tant que République fédérale d'Allemagne, nous voulons assumer plus de responsabilités dans le monde et je pense qu'il est important que nous comprenions tous que cela ne sera pas gratuit». Il espérait que« les politiciens le reconnaîtraient et fourniraient les moyens appropriés ».

Dans le document exploratoire de la coalition, que la CDU/CSU et le SPD ont présenté à la mi-janvier après de longs pourparlers, les plans détaillés de modernisation des armements n'ont été mentionnés qu'en marge. Surtout, les dirigeants du SPD craignaient que le parti ne rejette la poursuite de la Grande Coalition.

Le président de l'Association de la Bundeswehr, le lieutenant-colonel André Wüstner, a éclaté de colère, selon certains médias. Il a attaqué l'accord politique avec une sévérité extraordinaire. Il a dit qu'il était «choqué» que le document exploratoire ne consacre que quelques phrases arides à l'armée.

L'augmentation du budget de la défense de 2 milliards d'euros pour chacune des quatre prochaines années et la combinaison de cette augmentation avec l'aide au développement étaient totalement inacceptables, a-t-il poursuivi, déclarant: «Si c'est cela qui est effectivement décidé, alors c'est un accord aux dépens de la Bundeswehr, au détriment de notre fiabilité et de notre capacité d'alliance – et donc au détriment de la sécurité de l'Allemagne. C'est irresponsable.»

Au lieu de reprocher à l'officier son attaque contre les élus et les députés parlementaires, les responsables du parti n’ont pas répliqué et ont approfondi leur collaboration avec l’état-major militaire. L'accord de coalition porte désormais clairement leur marque.

Une comparaison avec les accords de coalition précédents le montre clairement. Dans l'accord de former un gouvernement entre les démocrates-chrétiens et le Parti libéral-démocrate (FDP) en 2009, le mot «Bundeswehr» apparaît neuf fois. À l'époque, le chapitre 5 était intitulé «Pour une Bundeswehr puissante et moderne» et commençait par ces mots: «La Bundeswehr est un instrument essentiel de la politique de paix allemande.» Puis, s'ensuivent quelques paragraphes sur l'abolition de la conscription militaire et l'importance de la Bundeswehr en tant qu'armée parlementaire.

Quatre ans plus tard, la formation d'une Grande Coalition avec le SPD était déjà sous l’égide d'une offensive majeure de politique étrangère et d'un réarmement militaire intensif. La Fondation scientifique et politique (SWP) progouvernementale, en collaboration avec des représentants de tous les partis, des journalistes et des professeurs de renom, a publié le document de stratégie «Nouvelle puissance – nouvelle responsabilité» et l'ancien président Joachim Gauck avait appelé à davantage de responsabilités de l'Allemagne dans toutes les régions en crise du monde, s'exprimant à la Journée de l'unité allemande de 2013. Gauck avait explicitement souligné que cela signifiait aussi prendre ses responsabilités au niveau de l’armée.

À l'époque, le mot «Bundeswehr» figurait 24 fois dans l'accord de coalition. Le chapitre «Réalignement de la Bundeswehr» déclarait: «Nous nous sommes engagés à une défense forte avec des forces armées modernes et efficaces.» Cela a été suivi par des accords sur la modernisation et le renforcement de l'armée.

Dans l'accord de coalition actuel, le mot «Bundeswehr» apparaît 38 fois et la décision sur le réarmement militaire imprègne tous les domaines du document. La politique gouvernementale dans son ensemble vise maintenant à ramener l'Allemagne à une politique étrangère et de grande puissance agressive.

Au cœur de l'actuel accord de coalition, le chapitre intitulé «Responsabilité de l'Allemagne pour la paix, la liberté et la sécurité dans le monde» fait 20 pages et se lit comme un document de stratégie pour une troisième poussée allemande pour le pouvoir mondial. La liste des zones d'intérêt comprend les Balkans occidentaux, la Russie, l'Ukraine, la Turquie, l'Afghanistan, le Moyen-Orient, l'Afrique, l'Amérique latine et l'Asie.

La production d'armements doit être massivement développée et spécifiquement appuyée. L'accord stipule que «la Bundeswehr se procurera ce dont elle a besoin, et non ce qu'on lui propose». Ce qu'il faut, c'est «un processus d'armement transparent, efficace et optimisé».

Dans ce contexte, le document de la coalition redéfinit complètement le concept d'«armée parlementaire». Là où cela était auparavant compris comme la subordination stricte de l'armée au parlement et au gouvernement élu, on dit maintenant que le Bundestag assume une «responsabilité spéciale pour nos soldats». Le contrôle parlementaire est ainsi transformé en obligation de diligence.

Pour que la Bundeswehr puisse remplir correctement les «ordres qui lui sont donnés dans toutes les dimensions, nous fournirons aux soldats le meilleur équipement, la meilleure formation et le meilleur soutien», indique le journal.

À cette fin, les «renversements de tendance du personnel, du matériel et des finances» doivent être systématiquement poursuivis et «outre la garantie du financement durable de la Bundeswehr, les conditions nécessaires doivent être garanties pour la planification et le financement des investissements sécuritaires au fil des ans. À l'avenir, une "armée parlementaire" signifie que le parlement doit assurer la mise en œuvre des exigences des officiers de l'armée.

Le comité de défense du Bundestag joue un rôle important dans ce renversement du contrôle parlementaire de l'armée pour devenir celui de soutien parlementaire à la direction militaire. Il n'est donc pas surprenant que le journal de la Bundeswehr se réjouisse du fait que l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) d'extrême droite, avec cinq membres dans le comité, a désormais une voix forte.

Le groupe parlementaire AfD du comité est dirigé par Rüdiger Lucassen, qui quitte la Bundeswehr après 34 années de service en tant que colonel iG (état-major général) et a créé une société de services de formation et d'approvisionnement pour les organisations militaires et policières.

Un autre membre de l'AfD du comité, Gerold Otten, était également un soldat professionnel. Il a quitté la Luftwaffe (force aérienne) en 1997 avec le rang de major et a travaillé pour le secteur de l'armement du groupe Airbus, plus récemment en tant que directeur des ventes pour l'Eurofighter.

Berengar Elsner von Gronow, membre du groupe AfD du comité, est membre de la réserve de la Bundeswehr.

Avec l'AfD, quatre membres du Parti de gauche siègent au comité de la défense: Christine Buchholz, membre important de Marx21 (l'organisation soeur allemande du Socialist Workers Party (Parti socialiste ouvrier) britannique, qui visite régulièrement les troupes avec la ministre de la Défense Ursula von der Leyen (CDU ); Matthias Höhn, jusqu'à récemment directeur général fédéral du Parti de gauche; Alexander Neu, ancien employé de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) qui a longtemps représenté le Parti de gauche au comité de défense parlementaire et qui «discute de façon controversée», mais soutient toutes ses décisions; et Tobias Pflüger, qui s'est précédemment affiché comme adversaire du militarisme, mais qui agit maintenant comme une feuille de vigne de gauche au sein du comité de la défense.

Aucun de ces laquais réactionnaires n'ose révéler ce qui a été vraiment convenu dans les négociations de coalition. Quels organes de la Bundeswehr, quels chefs militaires et agents du renseignement ont participé à la rédaction de l'accord gouvernemental? Quels autres entretiens et accords ont eu lieu avec la Bundeswehr?

Quiconque veut lutter sérieusement contre la guerre et le réarmement doit poser ces questions et soutenir la lutte du Parti de l'égalité socialiste contre l'accord de coalition et pour de nouvelles élections.

La caste militaire a joué un rôle dévastateur dans l'histoire allemande. Elle a formé l'épine dorsale de l'empire et a survécu à la défaite de la Première Guerre mondiale et à la révolution de 1918 seulement parce que les dirigeants du SPD de droite se sont alliés avec le commandement suprême de l'armée pour réprimer le soulèvement révolutionnaire de la classe ouvrière qui a mené au meurtre de Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht. Dans la République de Weimar, elle a agi comme un État dans l'État et a contribué de manière importante à la montée du national-socialisme (nazisme).

Dans les années 1950, il y a eu des protestations de masse contre le réarmement allemand. Celles-ci n'ont pu être rompues que parce que le SPD parlait pour la Bundeswehr et parce que le contrôle civil de l'armée était garanti. Maintenant, la Grande Coalition retourne à la politique de grande puissance agressive et aide la caste militaire réactionnaire à regagner son pouvoir et son influence. Et il faut les en empêcher.

(Article paru en anglais le 15 février 2018)