Un ralentissement de la croissance industrielle en Chine donne le ton pour la nouvelle année

Par Nick Beams
4 janvier 2019

L’année dernière, l’économie mondiale est entrée dans une période de croissance mondiale «synchronisée», après avoir connu sa meilleure année depuis la crise financière de 2008. Il a également été question d’une reprise de la montée des marchés boursiers américains à la suite de réductions importantes de l’impôt des sociétés à la fin de 2017.

La situation est très différente en ce début d’année 2019. Wall Street et les marchés mondiaux viennent de connaître leur pire année depuis une décennie, alors que des signes croissants indiquent que l’économie mondiale commence un ralentissement important.

La nouvelle année a commencé avec la nouvelle qu’un indice manufacturier clé en Chine avait enregistré sa pire valeur en 19 mois, un autre signe que l’économie chinoise commence à ralentir. On craint que l’absence d’accord commercial avec les États-Unis d’ici la date limite du 1er mars ait d’autres répercussions négatives et que Washington menace de faire passer de 10 à 25 % les droits de douane sur des produits chinois d’une valeur de deux cents milliards de dollars.

La dégradation des perspectives de l’économie chinoise a été soulignée par l’indice Caixin des directeurs d’achats (PMI), qui suit principalement les usines privées et qui est tombé à 49,7 en décembre contre 50,2 en novembre. C’est la première fois depuis mai 2017 que l’indice tombe en dessous de 50, ce qui marque la ligne entre expansion et contraction.

Les données sur le secteur privé ont été publiées deux jours après que le PMI officiel de la Chine, qui suit principalement les sociétés d'État, ait atteint 49,4, la première fois depuis juillet 2016 qu'il tombe en dessous de 50.

Il est significatif que dans les deux indices, les nouvelles commandes soient passées de l’expansion à la contraction entre novembre et décembre. Les PMI des économies chinoises dépendantes de Taiwan, de la Malaisie et des Philippines ont également enregistré des baisses pour le mois de décembre.

D'autres données chinoises vont dans le même sens. En novembre, les bénéfices des entreprises industrielles ont chuté pour la première fois en trois ans et la croissance des ventes au détail a atteint son plus bas niveau en 15 ans, l'industrie automobile étant particulièrement touchée. Selon la société de conseil internationale PwC, la Chine a la capacité de produire 43 millions de véhicules, mais en construira moins de 29 millions, grâce aux importants investissements étrangers des grands constructeurs automobiles, dont Ford, Peugeot, Hyundai et Volkswagen.

Le Wall Street Journal a commenté les dernières nouvelles du ralentissement de l’activité manufacturière en déclarant qu’il s’agissait d’un «signe que neuf mois d’assouplissement monétaire de la part de la banque centrale n’ont pas réussi à stimuler le crédit dans l’économie réelle, bien qu’il ait réussi à pousser les prix des obligations d’État dans un territoire plein de vitalité. Ce fléchissement de l’appareil de politique monétaire de la Chine est de mauvais augure pour 2019, et les prévisions selon lesquelles la croissance atteindre son plancher au premier trimestre semblent optimistes».

Les banques continuaient à prêter, mais à d’autres institutions financières et non pas aux «entreprises en manque de liquidités qui sont les véritables moteurs de la croissance».

Outre le ralentissement de l’industrie manufacturière, c’est toute l’économie qui est menacée par une escalade des tarifs douaniers.

Cherchant à donner un coup de fouet au marché boursier américain, Trump a publié un tweet le week-end dernier pour annoncer qu’il s’était entretenu avec le Président chinois, Xi Jinping, et que de «grands progrès» avaient été réalisés dans les discussions commerciales. Un accord, s’il était conclu, serait «très complet, couvrant tous les sujets, domaines et points».

Toutefois, la question clé reste de savoir dans quelle mesure la Chine acceptera les demandes des États-Unis pour qu’ils cessent de supposément voler des droits de propriété intellectuelle et qu’ils réduisent – voire éliminent complètement – les subventions aux industries d’État qui, selon les États-Unis, «faussent le marché». Ces questions seront au centre des discussions entre les principaux représentants commerciaux des deux pays le 7 janvier.

La Chine a déjà accepté d’augmenter ses importations de produits américains afin de remédier au déséquilibre commercial entre les deux pays. Mais cela est considéré comme insuffisant par les faucons anti-Chine au sein de l’administration Trump qui considèrent son développement industriel, en particulier dans les secteurs de haute technologie, comme une menace pour la domination économique et militaire mondiale des États-Unis.

Trump a tenté de donner un nouvel élan aux marchés en envoyant un tweet mercredi. Il a déclaré que le marché boursier américain avait souffert d’un «petit pépin» en décembre et qu’il se rétablirait une fois qu’il aurait négocié des accords commerciaux avec la Chine et d’autres pays. Le marché a semblé réagir en adoptant une approche attentiste au début de la nouvelle année, le Dow Jones se redressant pour terminer légèrement à la hausse après avoir perdu près de 400 points à l’ouverture.

Dans sa description de la tourmente boursière, Trump a rappelé les commentaires du président Clinton lorsqu’il a fait remarquer que la crise financière asiatique de 1997-1998 n’était qu’un «pépin» sur la voie de la mondialisation. Clinton a dû faire face à des répercussions majeures de la crise asiatique lorsque la firme américaine, Long Term Capital, a dû être renflouée en 1998 afin d’éviter un effondrement des marchés financiers américains.

Le conflit commercial avec la Chine et l’aggravation de ses perspectives de croissance ne sont pas les seuls facteurs qui ont un impact sur l’économie mondiale. Selon les dernières indications, la croissance ralentit en Allemagne et en France. L’incertitude persiste quant aux conditions du retrait britannique de l’Union européenne, tandis que se multiplient les avertissements selon lesquels un Brexit «sans accord» aura d’importantes conséquences économiques et financières.

Le commerce est également un point de conflit entre les États-Unis et l’UE. Dans le cadre d’un accord conclu entre Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker en juillet, les États-Unis ont accepté de suspendre les droits de douane de 25 % sur les voitures en échange de négociations sur les réductions tarifaires et autres restrictions commerciales.

Toutefois, les discussions n'ont guère progressé, un important représentant de l'UE pour le commerce accusant les États-Unis de miner l'accord de juillet.

Dans un article paru dans le Financial Times du 18 décembre, Bernd Lange, président de la Commission du commerce international du Parlement européen et rapporteur permanent pour les relations commerciales entre l’UE et les États-Unis, a déclaré qu’avec «les menaces tarifaires, les intimidations et la rhétorique de division» les tactiques de négociation de Trump étaient aussi «maladroites que déstabilisantes».

Notant qu’il était «très sceptique» quant au fait que les États-Unis allaient respecter la trêve temporaire, Lange a déclaré que les envoyés américains remettaient maintenant en question les termes de la déclaration du 25 juillet et faisaient preuve «d’un mépris total pour les procédures standard de l’UE en vue des négociations commerciales officielles».

«Enfin, après avoir amené l’UE, la Chine et d’autres pays à la table des négociations avec des menaces tarifaires, les États-Unis se tournent désormais régulièrement vers le chantage», a-t-il écrit, ajoutant qu’il n’était pas convaincu que l’UE devrait entamer des discussions officielles dans des «conditions aussi troublantes».

Tout partenariat transatlantique doit être fondé sur le «respect mutuel», a déclaré Lange, avertissant qu’«en l’état actuel des choses, la rhétorique américaine actuelle et le mépris de nos valeurs et de nos lignes rouges risquent d’empoisonner les relations transatlantiques pour les années à venir».

L’année 2018 a été marquée par un ralentissement de la croissance mondiale, des turbulences financières accrues, une guerre commerciale et des mesures tarifaires. La nouvelle année s’est ouverte avec des indications claires que toutes ces conditions sont appelées à s’intensifier.

(Article paru d’abord en anglais le 3 janvier 2019)