Réunion électorale finale de l'IYSSE à l'Université Humboldt à Berlin

Comment arrêter la montée de l'extrême droite ?

Par Nos journalistes
26 janvier 2019

Plus de 50 étudiants et jeunes travailleurs ont participé mardi à la réunion finale de la campagne de l'IYSSE (International Youth and Students for Social Equality) pour l'élection du parlement étudiant à l'Université Humboldt de Berlin. Mercredi a été le dernier jour pour que les étudiants votent pour les socialistes, qui sont la liste 5 sur le bulletin de vote.

Le meeting était intitulé «Socialisme ou barbarie: comment arrêter la montée de l'extrême droite?». Il a commencé par un discours sur cette question de Christoph Vandreier, secrétaire national adjoint du Sozialistische Gleichheitspartei (SGP – Parti pour l'égalité socialiste) et auteur du livre Warum sind sie wieder da? (Pourquoi sont-ils de retour?).

Vandreier a commencé son discours en soulignant que la montée des tendances d'extrême droite ne se limite pas à l'Allemagne, mais est un phénomène international. Aux États-Unis, Trump est un nationaliste décomplexé qui se sert du shutdown (cessation d’activités) du gouvernement pour se diriger vers un régime dictatorial. En Italie et en Autriche, des extrémistes de droite et des fascistes sont au pouvoir.

Ces derniers jours, le ministre italien de l'Intérieur a déclaré par un seul décret que 125.000 personnes se trouvaient illégalement dans le pays et a donné le feu vert pour leur déportation massive. Telles sont les politiques criminelles qui sont responsables de ce qu’on peut qualifier de meurtres de masse en Méditerranée, a déclaré Vandreier.

Il n'est pas exagéré de parler de barbarie capitaliste, a-t-il souligné, soulignant que «rien que le week-end dernier, 170 personnes sont mortes en Méditerranée en raison de l'insuffisance des services de secours».

Il a poursuivi en expliquant qu'en Allemagne, l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) était renforcée afin d'imposer un programme de réarmement militaire de droite, des réductions sociales et des mesures dictatoriales. Dans l'armée, la police et les services de renseignement, les réseaux d'extrême droite sont actifs, a-t-il ajouté. Ils étaient bien connus, tolérés et intentionnellement minimisés par les médias.

«La collusion entre les extrémistes de droite et l'establishment a été pleinement mise en évidence ici à l'Université Humboldt», a-t-il poursuivi. «Les extrémistes de droite démolissent nos pancartes, attaquent les étudiants qui les mettent en place et tentent de perturber nos réunions. L'administration de l'université continue de soutenir ces forces et prend des mesures conjointes avec elles contre le Conseil des étudiants et menace les étudiants critiques.»

Il a souligné que la montée de l'extrême droite était enracinée dans la crise historique du capitalisme et qu'une lutte contre le fascisme devait donc impliquer une lutte contre le système capitaliste. «Les mêmes contradictions qui ont conduit à la barbarie du 20e siècle éclatent à nouveau aujourd'hui: les inégalités sociales, le nationalisme et l'impérialisme», a dit Vandreier.

Il a cité le rapport récemment publié par Oxfam, qui a révélé que la richesse des milliardaires du monde a augmenté l'an dernier de 900 milliards d'euros, soit 12%. La moitié la plus pauvre de l'humanité, soit quelque 3,8 milliards de personnes, a subi un déclin de 11% de sa richesse au cours de la même période.

Cette croissance rapide des inégalités sociales détruit les fondements de toutes les structures démocratiques, a-t-il dit. La domination bourgeoise n'est plus compatible avec la démocratie, c'est pourquoi les extrémistes de droite sont encouragés d'en haut.

Cependant, il y a une contre-offensive de plus en plus importante, a souligné Vandreier. La multiplication des grèves et des luttes ouvrières dans de nombreux pays, les manifestations des gilets jaunes en France et d'autres manifestations sociales sont autant de signes évidents du retour des grandes batailles de classe. Tout dépendait maintenant de la construction d'une direction socialiste révolutionnaire dans la classe ouvrière.

Cela exige une lutte politique acharnée contre ceux qui se disent de gauche mais qui mènent une politique de droite. Le rôle de ces forces de pseudo-gauche est de réprimer tout mouvement ouvrier, a-t-il déclaré.

Vandreier a détaillé le rôle joué par Syriza en Grèce, qui, en coalition avec les Grecs indépendants d'extrême droite, a imposé une austérité beaucoup plus profonde qu'ont réussi à imposer ses prédécesseurs conservateurs et sociaux-démocrates. À Berlin, a ajouté Vandreier, le Parti de gauche a imposé plus de coupes brutales en alliance avec le Parti social-démocrate que tout autre gouvernement d'État allemand.

Vandreier a conclu en disant: «Nous déclarons explicitement qu'il n'est possible de s'opposer à l'extrême droite que si nous critiquons ceux qui, au sein du Parti de gauche, sont responsables de la croissance de l'extrême droite et si nous permettons ainsi aux travailleurs de mener une lutte indépendante.»

Sven Wurm, porte-parole de l'IYSSE et candidat au parlement étudiant, a commencé son intervention en déclarant qu'à l'Université Humboldt (UH) tous les grands conflits et questions politiques étaient présents sous une forme concentrée: la résurrection de l'idéologie de droite et les justifications de la politique de grande puissance impérialiste et des formes autoritaires de gouvernement.

Sven Wurm

Il a décrit en détail la lutte politique de l'IYSSE à l’UH au cours des cinq dernières années, qui a commencé par la question de savoir «si les universités resteraient des centres du savoir et de libre échange d'idées, ou si elles deviendraient, comme elles l'ont déjà fait dans l'histoire allemande, des camps de formation gérés par l'État pour les idéologies de droite et militaristes»?

Il a continué en disant: «Quand le professeur Herfried Münkler a déclaré qu'il était faux de tenir l'Allemagne responsable des crimes de la Première Guerre mondiale et de la terreur barbare des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, et quand Jörg Baberowski a dit à Der Spiegel: "Hitler n'était pas un psychopathe, il n'était pas cruel", et a pris la défense du professeur Ernst Nolte, qui était un apologiste des nazis, tout ce qu'on entendait de la part des professeurs d'université était un lourd silence».

Quand l'IYSSE a fait campagne contre cela, Wurm a continué, on a été attaqué par l'administration de l'université. Il y a trois ans, Sabine Kunst, l'ancienne ministre des universités du Brandebourg, a été engagée comme présidente de l’UH pour défendre Baberowski et faire avancer la transformation de l'université en un groupe de réflexion militariste de droite.

Wurm a expliqué comment l'IYSSE a réussi à développer une résistance chez les élèves. Il a fallu souligner à plusieurs reprises que les falsifications de l'histoire sont directement liées aux politiques de droite du gouvernement fédéral et au retour du militarisme allemand, a-t-il dit.

Au cours de la semaine dernière, le parlement étudiant a voté à une écrasante majorité en faveur de la démission du présidium de l’UH, composé de Kunst et Ludwig Kronthaler. C'était un grand pas en avant, a déclaré Wurm.

Il a posé la question suivante: «Pourquoi avons-nous pu expliquer ces questions aussi clairement à un stade aussi précoce? Pourquoi sommes-nous les seuls à expliquer les événements de l’UH dans leur contexte politique plus large et à mobiliser l'opposition contre eux?»

«Ce n'est pas simplement parce que nous sommes particulièrement engagés dans cette tâche», a-t-il dit. «Bien sûr que nous le sommes. Mais la vraie raison est comment on approche les questions politiques. Nous sommes le mouvement des étudiants et des jeunes du Comité international de la Quatrième Internationale. Nous sommes trotskystes et nous basons notre travail sur le marxisme scientifique».

Le troisième discours a été suivi attentivement par le public. Genevieve Leigh, membre dirigeante de l'IYSSE aux États-Unis, a pris la parole via livestream. Elle a décrit en détail la situation aux États-Unis et a signalé que la colère et le dégoût suscités par les attaques de Trump contre les réfugiés et les immigrants ne cessent de croître.

«Mais quel est le caractère de la soi-disant opposition?» a-t-elle demandé. Les démocrates sont obsédés par la volonté de provoquer une guerre avec la Russie. Ils ont été transformés en une organisation de va-t-en-guerre, a-t-elle dit.

«De la même manière que la grande coalition de l'Union démocrate-chrétienne/Union chrétienne-démocrate sociale et du Parti social-démocrate en Allemagne a ouvert la voie à la montée de l'AfD et adopté ses politiques, les démocrates aux États-Unis ouvrent la voie à Trump, a-t-elle dit. Trump est l'une des expressions du profond dysfonctionnement de la société américaine, et les démocrates en sont une autre.

Il est très important pour les travailleurs et les jeunes en Europe de comprendre qu'il y a deux Amériques, a déclaré Leigh. «D'un côté, l'Amérique des riches avec leurs bombes et leurs missiles, de l'autre, l'Amérique de la classe ouvrière, la grande majorité de la population, qui n'a aucun intérêt à la guerre et à la surveillance mondiale par la NSA, mais qui lutte pour la paix et l'égalité sociale».

Genevieve Leigh s'est exprimée en direct via livestream

Leigh a ensuite expliqué comment les grèves des enseignants s'étaient répandues aux États-Unis et comment l'IYSSE était intervenue dans de nombreuses villes pour lutter pour un programme socialiste et internationaliste.

Elle a signalé que l' IYSSE au Michigan a participé directement à la préparation d'une réunion des travailleurs au début de décembre, au cours de laquelle une résolution a été adoptée pour s'opposer aux mises à pied et aux fermetures d'usines chez General Motors en formant des comités d'action indépendants.

En conclusion, elle a noté que «l'éducation politique est la chose la plus importante pour tous les jeunes et les étudiants du monde entier qui veulent lutter pour le socialisme et contre la guerre et la réaction». Les leçons historiques contenues dans le mouvement trotskyste en particulier doivent être étudiées, a-t-elle poursuivi. L'IYSSE aux États-Unis combine donc ses interventions sur les campus universitaires et dans les usines avec une étude de l'histoire de la Quatrième Internationale.

Tous les discours ont suscité un grand intérêt et des discussions animées.

Les reporters de l'IYSSE se sont entretenus avec des participants après la réunion. Max, qui travaille pour une entreprise commerciale, a trouvé la réunion très instructive. Il a dit: «J'ai trouvé que les discours étaient très éclairants. Je ne fais pas d'études à l’UH, mais ma sœur, avec qui je suis ici aujourd'hui, m'a informé de la réunion. Et je dois dire qu'après les discours, je trouve le bon travail de l'IYSSE très attrayant.»

(Article paru en anglais le 24 janvier 2019)