Appel d’un cheminot britannique pour un combat commun des travailleurs des chemins de fer, des autobus et des tramways à travers l’Europe

Par notre correspondent
29 janvier 2019

Le WSWS a reçu cet appel dun cheminot britannique à ses collègues employés par la Nederlandse Spoorwegen (Chemins de fer néerlandais). Il appelle à une lutte commune contre sa filiale privatisée, Abellio, qui sattaque actuellement aux emplois et aux conditions de travail dans ses franchises ferroviaires privées au Royaume-Uni.

Frères et sœurs de Nederlandse Spoorwegen.

Je travaille pour la société de transport Abellio dans l’une de leurs franchises ferroviaires privées au Royaume-Uni. Les franchises exploitées par Abellio ou ses partenaires cherchent à éliminer le rôle des chefs de train laissant les conducteurs de train seul responsable (DOO) du système de sécurité, menaçant l’avenir de centaines d’emplois. Elles le font avec le soutien total du gouvernement conservateur de Theresa May. Comme vous le savez, le chef de train joue un rôle de sécurité essentiel sur tous les chemins de fer.

Cette stratégie mettra en péril des centaines de postes de chef de train, ainsi que le personnel des stations, et imposera des conditions aux conducteurs que les syndicats ont maintes fois souligné comme mettant en danger la sécurité des voyageurs, ce qui a été avéré à diverses occasions.

Cependant, il est devenu extrêmement clair pour nous que les syndicats des cheminots censés protéger nos emplois, nos carrières et les générations futures de travailleurs, collaborent avec Abellio dans notre dos.

Je lance un appel au soutien contre l’entreprise et à une lutte plus large de ceux qui travaillent également pour Abellio dans les bus, les tramways et les chemins de fer au Royaume-Uni et en Europe.

Pour vous donner quelques informations sur les accords conclus par le syndicat des travailleurs des chemins de fer (RMT), au cours d’une vague de grèves militantes des deux dernières années et demie où les travailleurs ont dû faire face à des efforts pour briser les grèves :

La franchise Abellio ScotRail couvre la plupart des services ferroviaires en Écosse et gère 50 pour cent de ses services sous forme de DOO où le conducteur de train s’est vu attribuer la responsabilité de l’ouverture et fermeture des portes, un prélude à l’élimination tout court du rôle du chef de train, ceci étant le résultat d’un accord imposé par le syndicat RMT malgré une série de grèves s’y opposant.

Chez Mersey Rail, qui dessert la région de la ville de Liverpool, le RMT a mis fin aux grèves des chefs de train résistant au système DOO. Les conducteurs ont refusé de franchir les piquets de grève, même après que leur syndicat, l’ASLEF, leur eut ordonné de le faire. Cette solidarité a été considérée par beaucoup de collègues comme la voie à suivre. Abellio voulait instaurer DOO dans son nouveau parc de trains. Une déclaration commune de la direction et le RMT a indiqué qu’un projet d’accord a été accepté en principe. Cela ne garantissait même pas la présence d’un deuxième agent à bord les trains – « Afin de pouvoir payer la présence d’un deuxième membre du personnel dans chaque train, il faudra générer un financement supplémentaire ». Ceci est une trahison atroce qui ne garantit rien.

Greater Anglia, qui couvre une grande partie de l’est de l’Angleterre jusqu’à Londres, déploiera dès début 2019 du matériel roulant modifié ou nouveau sur les trajets régionaux, interurbains et une partie des réseaux du Grand Est. Les conducteurs de train opéreront les portes et le départ du train dans des conditions dites « normales », et les chefs de train étant conservés pour le moment. Mais des dispositions sont en train d’être prises pour faire en sorte que lorsqu’un chef de train soit indisponible, un train puisse fonctionner sans lui ! L’engagement de maintenir le poste de chef de train ne couvre que la période du contrat de franchise en vigueur.

Chez West Midlands Trains, qui couvre une grande partie du réseau, de Londres Euston à Birmingham et à Liverpool, l’entreprise et le syndicat ont entamé des discussions-cadres à huis clos au début de 2018. Ils ont conclu un accord-cadre sur DOO en juin. Les responsables du syndicat des chemins de fer se sont rendus en Espagne pour examiner le nouveau matériel roulant compatible avec DOO, ainsi que pour visiter d’autres réseaux et voir comment fonctionne le mode DOO / DCO.

En raison de leur investissement de 1 milliard de livres sterling dans le réseau, WMT a commencé à utiliser des tactiques extrêmes contre les opposants à l’accord du syndicat avec la direction pour enlever les fonctionnements de sécurité des portes aux chefs de train. Au WMT, ils ont formé une force de briseurs de grève composée de cadres et de superviseurs membres du syndicat des employés des chemins de fer, le TSSA, alors que les syndicats restent les bras baissés et observent, ce qui est une situation infernale.

Le RMT a refusé de s’engager dans une grève nationale et, dans chaque région, les opposants sont réprimés les uns après les autres. L’excuse du syndicat est que les lois antisyndicales mises en place par le gouvernement conservateur empêchent toute action nationale. Il s’agit d’un écran de fumée utilisé pour masquer la volonté des syndicats d’aider des entreprises comme Abellio à appliquer les mesures de réduction des coûts recommandées par Lord McNulty dans son projet pour les entreprises du chemin de fer britannique.

McNulty a notamment occupé le poste de président du comité sur l’Etude sur l’optimisation du transport ferroviaire, parrainée par le ministère des Transports sous le dernier gouvernement travailliste. Suite à la privatisation de British Rail en 1996-1997, l’une des recommandations du gouvernement était la suppression des chefs de train, les trains opérés par un seul agent devenant la norme, engendrant la suppression de 20 000 emplois sur le rail.

Il existe un réel esprit de combat parmi les cheminots, mais les syndicats sont en train de fermer toutes les voies de la lutte. Cela se passe dans la même entreprise pour laquelle nous travaillons tous. Abellio est la filiale privatisée de votre réseau ferroviaire public. Au Royaume-Uni, le groupe acquiert de l’expérience dans la privatisation, l’organisation de bris de grève et l’intimidation des travailleurs afin de faire de même envers nos collègues du Nederlande Spoorwegen.

Abellio écrit au sujet de son personnel : « Chaque jour, 14 400 personnes fournissent des transports en commun sûrs, faciles et fiables à plus d’un million de passagers dans nos autobus, trains et tramways et le passager est au cœur de tout ce que nous faisons. »

Cependant, ce que nous avons vu dans les grèves des chefs de train menées au printemps 2016, c’est que les entreprises ferroviaires privées comme Abellio sont résolus à supprimer le fonctionnement sûr des portes par les chefs de train, ce qui compromet la sécurité des passagers.

Pour arrêter ces attaques, nous devons nous battre ensemble. Tout ce que nous avions gagné auparavant a été le fruit de la lutte des travailleurs unis. Les syndicats nous divisent quand ce dont nous avons besoin est le maximum d’unité. Une défiance unie des travailleurs de base du bus, du train et du tramway du Royaume-Uni et de l’Europe ferait pencher la balance en notre faveur.

Ce sont nos expériences et nous voulons entendre les vôtres ! Il est grand temps de discuter de ces problèmes qui touchent les travailleurs des chemins de fer et des transports partout dans le monde.

Il est important de comprendre le rôle que le World Socialist Web Site a joué pour montrer la vérité RÉELLE aux travailleurs de base, ainsi que pour révéler les plans élaborés dans le dos des travailleurs du secteur des transports dans le cadre d’une attaque systématique coordonnée par les syndicats et les entreprises de transport. Cela doit être un appel à la mobilisation générale pour nous tous. Ce sont nos emplois, nos carrières et l’avenir de nos enfants qui sont en jeu.

(Article paru en anglais le 28 janvier 2018)