SEP (Sri Lanka) organise la réunion du 1er mai à Colombo avec succès, malgré les efforts du gouvernement pour empêcher les célébrations

Par nos journalistes
4 mai 2019

Le Parti de l’égalité socialiste (SEP) et l’Internationale des jeunes et des étudiants pour l’égalité sociale (IYSSE) au Sri Lanka ont organisé une réunion réussie le 1er mai à la nouvelle mairie de Colombo dans l’après-midi. Le thème de la réunion était «La vague montante de la lutte de classe internationale et la lutte pour le socialisme».

Quelque 200 travailleurs, étudiants, jeunes, professionnels et femmes au foyer, y compris des membres du SEP et des sympathisants de toutes les régions de l’île, y compris de la péninsule de Jaffna ravagée par la guerre, ont assisté à la réunion, malgré les efforts du gouvernement pour exploiter les attaques terroristes de Pâques en interdisant toute célébration du 1er mai.

L’audience de la réunion du 1er mai

Le 21 avril, des attentats terroristes à la bombe ont coûté la vie à des centaines de personnes. À la suite de cet effroyable événement, le président Maithripala Sirisena a imposé une réglementation d’urgence draconienne accordant des pouvoirs considérables à la police et aux forces armées du pays pour arrêter et détenir des civils.

Une campagne hystérique est en cours pour intimider les travailleurs et les pauvres. Au cours de l’année écoulée travailleurs et les pauvres ont mené des grèves et des protestations contre les mesures d’austérité du gouvernement et ses attaques contre les droits démocratiques.

Dans le cadre de cette campagne, le gouvernement a «lancé un appel» pour que les rassemblements et les marches du 1er mai ne soient pas organisés, «compte tenu de la situation sécuritaire» dans le pays. En conséquence, le Parti national unifié (UNP) du Premier ministre Ranil Wickremesinghe, le Parti de la liberté du Sri Lanka (SLFP) de Sirisena, le Podujana Peramuna de l’ancien président Mahinda Rajapakse, l’Alliance nationale tamoule (TNA) et la Janatha Vimukthi Peramuna (JVP) ont annulé leurs rassemblements et manifestations prévus précédemment, tandis que le SLFP et le JVP se sont rencontrés derrière les portes. Quant aux partis pseudo-gauches, ils ont tout simplement abandonné leurs marches et leurs rassemblements prévus. Le premier, le Parti socialiste d’avant-garde (FSP), a limité sa célébration à une manifestation devant la gare du Fort de Colombo.

K. Ratnayake

La réunion du SEP était présidée par K. Ratnayake, membre du Comité politique du SEP et rédacteur national de WSWS. Il a envoyé des salutations révolutionnaires aux partis frères du SEP au sein du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI) à travers le monde, et a salué les travailleurs et les pauvres engagés dans des luttes courageuses au niveau international contre les atteintes à leurs droits fondamentaux. Ratnayake a évoqué les luttes en cours au cours de la journée de mai 2019 aux États-Unis, en Pologne, en Algérie, en Inde, au Sri Lanka et ailleurs.

«Cette vague de lutte de classe montante réfute les affirmations des élites dirigeantes et de leurs laquais pseudo-gauchistes et postmodernes selon lesquelles ni la classe ouvrière ni son rôle révolutionnaire n’existent encore, et le socialisme n’aurait plus de soutien.» Contrairement à ces affirmations, l’intérêt pour le socialisme est de nouveau en hausse, et la réponse des classes dirigeantes a été de se tourner vers des formes dictatoriales de gouvernement, y compris le fascisme.

Ratnayake a souligné que la présidente sri-lankaise Sirisena s’était également tournée vers l’État policier au Sri Lanka après les attentats du 21 avril et a lancé un avertissement. «La classe ouvrière doit intervenir de manière décisive dans la situation politique, s’unir à ses frères et sœurs de classe internationale, et faire avancer sa lutte pour les politiques socialistes.»

Il a exhorté l'auditoire à participer au rassemblement international de la Journée internationale de 1er mai en ligne qui se tiendra les 4 et 5 mai, organisé par le CIQI.

Vilani Peiris

Vilani Peiris, membre du comité politique du SEP, a expliqué que la classe ouvrière s’engageait partout dans des luttes alors que les inégalités sociales prennent des dimensions sans précédent. Elle a souligné les dépenses militaires records et les mesures draconiennes mises en œuvre en vertu des lois d’urgence du pays. Cela comprenait l’étiquetage des travailleurs en grève comme des «terroristes».

Peiris a mis en lumière le rôle pernicieux des diverses organisations de pseudo-gauche, qui avaient cherché à sauver la classe dirigeante. «Un dirigeant du FSP, Duminda Nagamuwa, a suggéré qu’au lieu d’adopter le nouveau projet de loi antiterroriste, le gouvernement pourrait utiliser la loi existante sur la prévention du terrorisme (PTA). Il a insisté sur le fait que le PTA avait suffisamment de pouvoirs pour réprimer tout groupe extrémiste, tout en admettant qu’elle eût été utilisée pour réprimer les masses. C’est ainsi que ces couches soutiennent tacitement la classe dirigeante.»

Kapila Fernanado

Kapila Fernando, membre du comité politique du SEP et organisatrice de l’IYSSE, a expliqué que l’humanité entrait dans une nouvelle ère. Comme l’avait analysé le fondateur du socialisme scientifique Karl Marx, «l’histoire de l’humanité est l’histoire de la lutte des classes». Dès 1988, le CIQI prévoyait que la lutte des classes deviendrait internationale, non seulement dans son contenu, mais aussi dans sa forme. La nouvelle vague de luttes de la classe ouvrière a souligné ce fait.

Wije Dias, secrétaire générale du SEP et membre du comité de rédaction international de WSWS, a été l’oratrice principale de la réunion. Il a commencé par attirer l’attention du public sur la déclaration de perspective publiée sur les WSWS le 3 janvier 2019, sous le titre «La stratégie de lutte de classe internationale et la lutte politique contre la réaction capitaliste en 2019». Dias a cité des passages du document.

Wije Dias

«La semaine dernière, nous avons vécu au Sri Lanka une expression très nette des caractéristiques fondamentales de la situation mondiale, décrites dans ce document de perspective. Le gouvernement bourgeois du président Sirisena et du Premier ministre Wickremasinghe a commencé à utiliser l’horrible attaque terroriste menée par une organisation musulmane extrémiste locale. Cette organisation était financée et dirigée par l’État islamique d’Irak et de Syrie (ISIS). Le but c’était de mettre sur pied fébrilement l’appareil de police militaire, par peur des luttes de classe des travailleurs, des pauvres des campagnes et des étudiants», a déclaré Dias.

«L'année dernière, le gouvernement a profité des célébrations du Wesak des bouddhistes pour annuler toutes les réservations de salles de réunion et de parcs pour le 1er mai 2018. Cette année, il a utilisé les incidents les plus meurtriers, qui ont tué près de 300 hommes, femmes et enfants et en ont grièvement blessé plus de 500, pour retirer le droit de célébrer le 1er mai, un droit que la classe ouvrière de ce pays a gagné après de nombreuses années de lutte, depuis l'époque du régime colonial britannique.»

«Nous sommes fiers d’affirmer que les membres et partisans du SEP se sont ralliés à l’appel à défier les ‘demandes’ du gouvernement et à tenir publiquement notre 1er mai, devant cette salle, l’an dernier et dans la même salle cette année.»

«Cela contraste avec tous les partis staliniens, sociaux-démocrates et pseudo-démocrates de gauche, qui ont répondu à l’appel du gouvernement à participer à une conférence multipartite dont le but était d’approuver toutes les lois répressives et les mesures antidémocratiques pratiques contre les travailleurs et les opprimés de toutes les communautés» a souligné, Dias.

En tant que parti révolutionnaire, le SEP a considéré le 1er mai comme une occasion de regarder en arrière. Dans quelle mesure notre perspective et notre programme ont été en ligne avec les développements objectifs du monde? Aussi, dans quelle mesure les tâches révolutionnaires que nous avons entreprises en rapport avec le développement de la lutte des classes ont été réalistes? C'est essentiel, afin de prendre les mesures nécessaires pour faire avancer le travail de notre parti pour résoudre la crise de la direction révolutionnaire dans la classe ouvrière.

Dias a passé en revue l’aggravation de la crise capitaliste mondiale, depuis l’effondrement du système bancaire mondial en 2008 et les révisions à la baisse de la croissance économique dans chaque pays. Les nombreuses mesures adoptées par la Banque mondiale et le FMI n’avaient pas réussi à créer une reprise de l’économie capitaliste. Même les mesures d’austérité sauvage adoptées par les gouvernements bourgeois n’avaient pas réussi à encourager les investisseurs. Et cela poussait les élites dirigeantes à recourir au fascisme et au régime militaire.

Mais les luttes de la classe ouvrière intervenaient, a dit Dias, suscitant une réponse de soutien de la part des couches de la classe moyenne, comme en France avec le mouvement de la veste jaune. Les travailleurs de Matamoros au Mexique ont mené une puissante action de grève. En même temps des millions de travailleurs indiens du secteur public ont lancé une grève, rompant avec la perspective procapitaliste des deux partis communistes staliniens et des bureaucraties syndicales de ce pays. Au Sri Lanka, 100.000 travailleurs des plantations se sont battus pour obtenir une augmentation de salaire de 100 pour cent. De nombreuses sections de la classe moyenne, de petits commerçants et des étudiants universitaires ont organisé un rassemblement de 10.000 personnes pour soutenir cette grève des plantations.

Vote sur la résolution demandant la libération d'Assange et Manning

Les travailleurs commençaient à défier les syndicats et à rompre avec eux, afin d’organiser des comités indépendants de base ou des comités d’action, a expliqué Dias.

Dans le même temps, toutes les sections du CIQI luttaient pour le développement d’un mouvement antiguerre mondial et socialiste, a déclaré Dias, soulignant qu’«aucun pays ne peut échapper aux répercussions malignes de la stratégie de guerre mondiale poursuivie par les pays impérialistes, en particulier les États-Unis. Avec l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, la machine de guerre américaine est de plus en plus dirigée contre la Chine. Les relations militaires américaines avec l’Inde et le Sri Lanka ont fait des pas de géant dans ce projet réactionnaire.»

Dias a souligné que le gouvernement Sirisena-Wickremasinghe profitait maintenant des attentats terroristes à la bombe pour développer des relations encore plus étroites avec Washington et la machine militaire américaine. Une équipe du FBI était déjà dans le pays, pour développer davantage les relations gouvernementales avec la machine militaire américaine sous prétexte d’aider les enquêtes sur les terroristes.

Toutes les conclusions, a dit Dias, tirées des enquêtes et des commentaires des responsables, ont révélé que le gouvernement était au courant des attentats bien à l’avance. Des agents de l’ISIS ont dirigé la préparation des attentats. Ils étaient répandus dans différentes parties du monde après leur défaite en Syrie, et probablement avec la connaissance des États-Unis.

Il était fort probable que le gouvernement, ainsi que ses maîtres à Washington, avaient consciemment planifié une provocation afin de détourner la classe ouvrière vers un carnage communal.

Wije Dias conclut: «Ces actes criminels soulèvent, une fois de plus, la nécessité de construire le SEP comme un parti de masse, pour mobiliser la classe ouvrière, indépendante de toutes les factions des partis capitalistes. Cette tâche exige une lutte intransigeante contre tous les vieux partis de «gauche» et ceux de pseudo-gauche, ainsi que contre les groupes qui cherchent à bloquer la voie politique indépendante de la classe ouvrière en tant que leader des pauvres et des jeunes ruraux de toutes les communautés.

Chantant L’Internationale

«La perspective d’une République socialiste du Sri Lanka et de l’Eelam, dans le cadre d’une union des Républiques socialistes d’Asie du Sud et sur le plan international, est le seul programme viable pour affirmer les droits sociaux et démocratiques du peuple. Le SEP, la section sri lankaise du CIQI, est le seul parti qui se bat pour ce programme».

Après les discours, l’auditoire a approuvé à l’unanimité une résolution adoptée par le Comité d’action des travailleurs d’Abbotsleigh Estate dans le district central des plantations de thé du Sri Lanka. La résolution soutient la campagne internationale pour la libération de Julian Assange et Chelsea Manning. Tous les deux sont actuellement en prison pour leur courageux travail en dénonçant les crimes de guerre commis par les pays impérialistes, dont les États-Unis.

Exprimant son puissant soutien et son intérêt pour le programme socialiste international et la perspective du SEP, le public a fait don de plus de 33.000 roupies (190 dollars – 170 euros) pour le fonds de construction du parti du SEP. Le rassemblement enthousiaste a également acheté plus de 5.400 roupies en livres publiés par le parti. La rencontre s’est terminée par le chant de l'Internationale.

(Article paru d’abord en anglais le 3 mai 2019)