La classe ouvrière et la menace de la dictature aux États-Unis

Par Patrick Martin
14 mai 2019

L'épreuve de force entre la Maison-Blanche de Trump et la Chambre des représentants sous contrôle démocrate a atteint le point où la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a déclaré la semaine dernière l'existence d'une «crise constitutionnelle». Donald Trump, a-t-elle dit, refuse de reconnaître la séparation des pouvoirs prévue par la Constitution américaine.

Jerrold Nadler, président du Comité de la magistrature de la Chambre des représentants, s'est fait l'écho de sa déclaration: «Nous sommes maintenant en[crise constitutionnelle]. Le moment est venu de vérifier si nous pouvons conserver ce type de république ou si cette république est destinée à se transformer en une forme de gouvernement différente et plus tyrannique.»

Il n'y a pas de précédent dans l'histoire des États-Unis pour l'affirmation de la Maison-Blanche de Trump de pouvoirs présidentiels non contrôlés. Trump cherche à créer un régime personnaliste soutenu par des appels anti-immigrants à l'extrême droite. Mais alors même qu'ils mettent en garde contre la dictature, les démocrates refusent de s'opposer sérieusement à son affirmation de pouvoirs autoritaires et fondent leur opposition sur la position de droite selon laquelle le président n'est pas suffisamment belliqueux envers les «ennemis» étrangers de l'impérialisme américain.

Trump prétend que le pouvoir exécutif est à l'abri de la surveillance du Congrès. Il a revendiqué le privilège de l'exécutif sur l'ensemble du texte du rapport Mueller ainsi que sur tous les documents à l'appui, couvrant des millions de pages et couvrant toute la campagne électorale de 2016, alors que Trump n'était pas président, et donc ne pouvait prétendre à un tel privilège. La commission judiciaire de la Chambre a déclaré le procureur général William Barr coupable d'outrage au Congrès pour avoir refusé de remettre les documents, et Barr a également défié une assignation à comparaître devant la commission.

Depuis que les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre en janvier, l'administration refuse de respecter les assignations à comparaître pour obtenir des documents et des témoins sur un large éventail de sujets, allant de ses décisions politiques sur l'immigration aux déclarations fiscales de Trump. En effet, la Maison-Blanche refuse de reconnaître le résultat des élections de novembre 2018, qui ont donné aux démocrates une majorité à la Chambre des représentants et le pouvoir constitutionnel d'enquêter sur l'exécutif.

Plus inquiétant encore est le décret exécutif de Trump de février déclarant l'état d'urgence à la frontière entre les États-Unis et le Mexique et autorisant le Pentagone à transférer des fonds de l'armée à la construction d'un mur frontalier, au mépris direct du «pouvoir de la bourse» que la Constitution réserve au pouvoir législatif du gouvernement, et non à l'exécutif.

Vendredi, le secrétaire à la défense par intérim, Patrick Shanahan, a annoncé qu'il transférait 1,5 milliard de dollars des fonds du Pentagone pour les opérations militaires afghanes vers l'achèvement de 130 kilomètres du mur frontalier, en plus du milliard de dollars déjà transférés du budget du Pentagone en mars.

La semaine dernière, Trump a réitéré sur Twitter la suggestion d'un partisan d'extrême droite de prolonger son propre mandat de deux ans, annulant ainsi les élections de 2020. Les démocrates et les médias capitalistes ont tenté d'interpréter ceci comme une plaisanterie, mais c'est tout à fait sérieux - et Trump a poursuivi en suggérant qu'il pourrait rester à la Maison Blanche pendant «dix à quatorze ans», ce qui nécessiterait plusieurs réélections, en violation de la Constitution, ou l'annulation totale des élections. Lors d'un rassemblement en Floride la semaine dernière, il a ri et son auditoire a rugi d'approbation à la suggestion d'un partisan que le gouvernement «tire» sur les immigrants qui traversent la frontière.

Trump adresse son appel fascisant aux millions de policiers, gardes-frontières et militaires en uniforme, qui constituent une force puissante pour déterminer l'équilibre du pouvoir à Washington.

Il a fait pression pendant deux ans pour qu'un défilé avec des chars d'assaut à sa tête soit organisé à Washington DC pour célébrer les prouesses militaires américaines. Il salue régulièrement la violence et la répression anti-immigrés infligées par le Services de l'immigration et des douanes (ICE) et la Police des frontières. Plus récemment, il a parlé de transformer le feu d'artifice traditionnellement apolitique du 4 juillet sur le National Mall en une allocution présidentielle, mise en scène au Lincoln Memorial sur fond patriotique et militariste.

Les actions de Trump constituent non seulement des «crimes et délits graves», elles constituent l'éviscération de la Constitution dans son ensemble. Mais lorsqu'on lui a demandé la semaine dernière si le Parti démocrate soutiendrait la destitution de Trump, Pelosi a répondu: «Non.» a-telle expliqué: «Nous[les États-Unis] ne faisons qu'un. Lorsque nous prenons des décisions, que nous établissons l'ordre de priorité des mesures à prendre et que nous examinons les options qui s'offrent à nous, cette unité qui nous unit en tant que nation est un impératif impérieux pour moi et pour les leaders démocrates de la Chambre. La destitution est un plan d'action qui divise beaucoup.»
La crainte des démocrates de la «division» souligne les causes réelles de leur focalisation sur les allégations de «collusion» russe et d'obstruction à la justice découlant de leur campagne anti-Russie. Depuis l'élection de Trump, ils dépeignent sa victoire comme le produit de «l'ingérence russe», tout en cherchant à mobiliser le soutien de l'appareil du renseignement militaire parmi les généraux et les maîtres espions opposés à tout changement dans la politique étrangère américaine qui s'éloignerait de l'approche la plus conflictuelle envers la Russie, particulièrement en Syrie et en Ukraine.

Leur plus grande crainte est que tout effort pour s'attaquer sérieusement aux problèmes démocratiques dans les manœuvres dictatoriales de Trump ne génère une vague d'opposition sociale d'en bas. Les démocrates craignent que s'ils contestaient la prise de pouvoir de Trump, il ne mène une mobilisation extra-parlementaire de ses partisans d'extrême droite, ce qui déclencherait de vastes contre-manifestations dans la classe ouvrière et parmi les jeunes, entraînant des grèves, la fermeture des universités et de la violence.

Cela créerait une ouverture pour l'opposition massive de la classe ouvrière aux inégalités sociales, à la guerre et aux attaques contre les droits démocratiques pour qu'elle s'échapper au contrôle du système capitaliste bipartite et trouve une expression politique indépendante et anticapitaliste.

Une telle rupture de l'unité nationale entraverait la myriade d'aventures de politique étrangère de l'impérialisme américain à l'étranger, notamment en Iran, dans la mer de Chine méridionale, au Venezuela et en Corée du Nord. Comme David Sanger l'a fait remarquer avec inquiétude dans le New York Times de dimanche, les adversaires des États-Unis «parient que M. Trump n'est ni aussi habile négociateur ni aussi prêt à utiliser la force militaire qu'il le prétend». Les démocrates se sont également inquiétés de l'effet de Trump sur l'image de stabilité de l'impérialisme américain, en particulier parmi ses alliés en Europe occidentale.

La réponse des démocrates à Trump reprend, à un niveau plus avancé, la réponse du parti à l'élection présidentielle volée de 2000. Lorsque la majorité de droite à la Cour suprême des États-Unis est intervenue pour faire cesser le dépouillement des votes en Floride et attribuer les suffrages électoraux de l'État, et avec lui la présidence, à George W. Bush, qui avait perdu le vote populaire, le Parti démocrate et son candidat à la présidence, Al Gore, ont capitulé devant ce coup droitier. Cet événement décisif, a déclaré à l'époque le World Socialist Web Site, a démontré qu'il n'y avait plus de soutien pour la démocratie au sein de l'élite dirigeante américaine.

Le Parti démocrate a été incapable de mobiliser ses partisans de peur que cela ne déclenche un mouvement de masse en faveur des droits démocratiques qui pourrait échapper à tout contrôle. Face au choix de mobiliser l'opposition d'en bas ou d'accepter ce coup, les démocrates ont choisi ce dernier.
La réponse des démocrates à Trump suit la même logique réactionnaire.

La démocratie américaine se désintègre. Un président criminel, cherchant à créer une base de soutien fascisante, se heurte à une opposition irresponsable qui, en cas d'effondrement total, appellerait les militaires à intervenir et à «sauver» l'ordre constitutionnel.

Même dans le cas très improbable où Trump serait destitué constitutionnellement, au moyen d'un Impeachment par la Chambre des représentants et une condamnation par le Sénat, le résultat serait une administration dirigée par un vice-président non moins réactionnaire, Mike Pence. Si les démocrates étaient le fer de lance d'une telle transition, celle-ci reposerait sur une politique étrangère encore plus belliqueuse, en particulier à l'encontre de la Russie, et ne changerait rien en termes de répartition des richesses ou du sort des droits démocratiques de la population.

La classe ouvrière doit tracer une voie indépendante pour faire tomber l'administration de Trump. La réponse réside dans le développement de la lutte des classes.
Sur les lieux de travail et dans les quartiers ouvriers, les travailleurs doivent former des comités de quartier et d'usine indépendants, contrôlés démocratiquement, qui défendront les intérêts des travailleurs. La construction de tels comités, et les luttes qu'ils mènent, doivent être guidés par une nouvelle perspective politique: la mobilisation politique indépendante de la classe ouvrière pour lutter pour un gouvernement ouvrier et un programme socialiste et anti-guerre.

(Article paru en anglais le 13 mai 2019)