Des centaines de milliers de personnes manifestent dans les rues de Hong Kong

Par Peter Symonds
3 juillet 2019

Plus d'un demi-million de personnes sont descendues dans les rues de Hong Kong hier pour manifester contre les méthodes anti-démocratiques de l'administration de la ville et pour marquer l'anniversaire de la rétrocession par la Grande-Bretagne de son ancienne colonie à la Chine le 1er juillet 1997.

La manifestation d'hier a été le troisième rassemblement de masse contre le projet de loi autorisant les extraditions de Hong Kong vers la Chine continentale. Le 16 juin, environ 2 millions de personnes, soit plus du quart de la population de la ville, ont participé à une manifestation en dépit de l’annonce par le haut responsable de Hong Kong, Carrie Lam, que la discussion du projet de loi serait suspendue pour une durée indéterminée.

La grande manifestation d'hier témoigne de l'hostilité généralisée à l'égard de l'administration Lam et de la crainte que cette loi puisse être utilisée pour extrader des dissidents politiques en Chine et pour intimider les critiques et les opposants à Hong Kong même. Les manifestants ont exigé le retrait complet de la loi, la démission de Lam et l'annulation des accusations retenues contre les manifestants lors de manifestations précédentes.

Des centaines de jeunes manifestants sont entrés de force dans la salle du Conseil législatif de Hong Kong (LegCo) lundi soir, en tamponnant des graffitis sur les murs et en dégradant des images. Peu de temps après minuit, la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants rassemblés à l'extérieur, puis a pris d'assaut le bâtiment et expulsé le reste des occupants. La plupart des manifestants auraient quitté la chambre du LegCo. Le nombre d'arrestations et de blessés n'est pas connu à ce stade.

Les jeunes manifestants avaient ignoré les appels à ne pas occuper le LegCo de la part de politiciens de l'opposition conservatrice - les soi-disant pan-démocrates qui représentent des couches de l'élite du patronat de Hong Kong craignant que la loi sur l'extradition mette en péril leurs intérêts. Les pan-démocrates ont par le passé montré leur volonté de faire des compromis et traiter avec l'administration pro-pékinoise et les élus qui dominent le Conseil législatif.

Le groupe de coordination, le Civil Human Rights Front, qui a appelé les manifestations de masse, a reproché à Lam de ne pas avoir répondu à toutes les demandes. «Elle n'a montré aucune sincérité pour répondre ou communiquer jusqu'à présent», a-t-il ajouté, ajoutant que son refus avait «poussé les jeunes au désespoir».

Les manifestants qui ont pénétré par effraction dans le bâtiment du LegCo semblent être plutôt disparates dans leurs motivations et manquent d'une perspective politique claire. Un homme portant un masque à gaz, qui s’identifiait comme Henry, a confié au Financial Times que même si certains manifestants s’opposaient à l’introduction par effraction, c’était «un mal nécessaire». Il a poursuivi: «Un million d’entre nous ont manifesté pacifiquement, deux millions de nous avons manifesté pacifiquement et pourtant le gouvernement ne nous a pas écouté.»

À un moment donné, un drapeau de l'époque coloniale britannique a été pavoisé à l'intérieur de la Chambre du LegCo. Ailleurs, des banderoles «Free Hong Kong» ont été placardées dans la Chambre. Cependant, ni l'éloge de la domination coloniale britannique, ni la promotion de l’esprit de clocher de Hong Kong ne constituent les moyens politiques de lutter pour les droits démocratiques. Au contraire, la lutte pour la démocratie à Hong Kong est complètement liée à la lutte pour les droits démocratiques et sociaux de la classe ouvrière partout en Chine.

Le fait que les manifestations de masse aient persisté malgré la suspension de la loi sur l'extradition laisse entrevoir les problèmes plus profonds motivant les marches et les rassemblements. Hong Kong est l’une des villes les plus socialement inégales au monde et connaît d’immenses problèmes sociaux en raison du manque de logements, de services sociaux et d’autres services essentiels.

Dans un article paru dans le South China Morning Post vendredi dernier, le commentateur Albert Cheng a prudemment conseillé à Pékin et à son administration de Hong Kong que pour mettre un terme à ses manifestations il fallait qu’il s’attaque aux problèmes sociaux sous-jacents. «L’incompétence du gouvernement pour résoudre les problèmes de longue date de la ville, tels que l’écart de richesse et le manque de mobilité ascendante, a provoqué le désespoir parmi la jeune génération, les incitant à descendre dans la rue», a-t-il écrit.

Les manifestations qui se poursuivent créent une crise politique, non seulement pour l'administration Lam, mais pour le président chinois Xi Jinping et le régime du Parti communiste chinois (PCC) à Beijing. Les dirigeants du PCC ont peur que l'agitation politique à Hong Kong ne se répande en Chine continentale malgré ses efforts pour bloquer toute information sur les manifestations.

Ce soulèvement aggrave les problèmes et les dilemmes croissants auxquels fait face la bureaucratie du PCC, avec la guerre commerciale et économique agressive de Washington et les provocations militaires américaines persistantes dans la mer de Chine méridionale et le détroit de Taïwan. L’économie chinoise continue de ralentir, avec des taux de croissance bien inférieurs au taux de référence de 8 pour cent, longtemps considéré comme nécessaire pour éviter une hausse du chômage et des troubles sociaux.

Reflétant les angoisses profondément ancrées dans les milieux dirigeants chinois, le Premier ministre chinois Li Keqiang a mis en garde le Congrès national du peuple en mars: «Le public est toujours mécontent des secteurs tels que l'éducation, les soins de santé, les soins aux personnes âgées, le logement, la sécurité des produits alimentaires et des médicaments et la répartition des revenus. L'année dernière, plusieurs incidents liés à la sécurité publique et à des incidents majeurs sur le lieu de travail ont été enregistrés.»

Le régime du PCC craint un mouvement politique de la classe ouvrière. Il n'a pas ménagé ses efforts pour effacer toute mention du 30e anniversaire du massacre de la place Tiananmen, les 4 et 5 juin, qui visait à écraser l'opposition massive des travailleurs chinois aux conséquences de la politique du marché libre du régime. Tout mouvement de masse de travailleurs aujourd’hui éclaterait à une échelle beaucoup plus grande qu’en 1989.

Le potentiel des manifestations de Hong Kong de provoquer une instabilité dans toute la Chine et ailleurs pourrait expliquer la réaction plutôt modérée des capitales occidentales. L'Union européenne a appelé à la retenue et au dialogue pour désamorcer les manifestations, tandis que le conseiller en matière de sécurité nationale de Trump, John Bolton, réputé pour ses vues militaristes, appelait simplement la Chine à «respecter ses obligations internationales».

De petites manifestations à Hong Kong la semaine dernière ont appelé les puissances américaine et européenne à soulever la question de la loi sur l'extradition lors du sommet du G20, mais ont été ignorées. Ceux qui luttent pour les droits démocratiques fondamentaux à Hong Kong ne peuvent pas compter sur les puissances impérialistes, qui exploitent la question des «droits de l'homme» uniquement comme un moyen de défendre leurs propres intérêts stratégiques et économiques.

Ce qu'il faut, c'est un tournant vers la classe ouvrière à travers la Chine pour une lutte politique unifiée contre le régime stalinien du PCC et pour les droits démocratiques et sociaux fondamentaux sur la base d'une véritable perspective socialiste. À son tour, cela doit être ancré dans une compréhension de tous les crimes et trahisons du PCC et du stalinisme à l'échelle international au cours du 20e siècle.

(Article paru en anglais le 2 juillet 2019)