«On ne peut pas avoir le choix entre mourir au travail ou être sans abri»

Les travailleurs s’opposent à un retour au travail prématuré alors que le nombre de décès augmente parmi ceux qui sont toujours en poste

Par Jerry White
10 avril 2020

Les grèves et autres actions se poursuivent, les travailleurs exigeant la fermeture des lieux de travail non essentiels et la protection contre la pandémie de coronavirus. Le nombre de cas de COVID-19 dans le monde a dépassé 1,5 million, avec près de 90.000 décès au moment où nous écrivons ces lignes.

Aux États-Unis, le nombre de décès quotidiens a atteint un nouveau record pour la deuxième journée consécutive. Le nombre total de décès avoisine les 15.000. Les pertes de vies humaines sont stupéfiantes et concernent un nombre croissant de travailleurs des épiceries, des entrepôts, des livraisons, des transports publics et des soins de santé, ainsi que des enseignants et des employés des écoles. Dans la seule ville de New York, 41 travailleurs des transports en commun et au moins 25 enseignants et autres employés du ministère de l’Éducation sont morts des suites de la COVID-19, tandis que 500 pompiers ont été déclarés positifs.

Même si 30.000 nouveaux cas se sont déclarés mercredi, ce qui a porté le total aux États-Unis à bien plus de 430.000, cela n’a pas empêché le président Trump, le gouverneur de New York Andrew Cuomo et les médias d’information d’insister sur le fait que «la courbe s’aplatit» et que le pire sera bientôt passé. Cela fait partie d’un nouvel élan en faveur d’un retour «ordonné» au travail, sans égard à la menace qui pèse sur les travailleurs et leurs familles.

Un travailleur, portant un masque de protection contre le coronavirus, remplit les étalages avant l’ouverture du marché Gus’s Community Market, le vendredi 27 mars 2020, à San Francisco. (AP Photo/Ben Margot)

Mercredi, Trump a tweeté: «Bientôt, NOTRE GRAND PAYS VA S’OUVRIR».

Les travailleurs des supermarchés et les livreurs ont rejoint les rangs des travailleurs de première ligne et des travailleurs essentiels pour protester contre les conditions dangereuses et le manque d’équipement de protection. Au moins quatre travailleurs d’épicerie sont morts ces derniers jours, dont un employé de Trader Joe’s à Scarsdale, New York; Leilani Jordan, une hôtesse d’accueil de 27 ans au magasin Giant’s Campus Way South à Largo, Maryland, est décédée; et deux employés de Walmart qui travaillaient dans le même magasin de la région de Chicago – Philip Thomas, 48 ans, et Wando Evans, 51 ans – sont morts.

Mardi, les employés de plusieurs chaînes d’épicerie de Boston, dont Whole Foods, Trader Joe’s et Stop & Shop, ont manifesté. Après que neuf travailleurs de Barnes & Noble dans un entrepôt de Monroe, dans le New Jersey, ont été déclarés positifs, les travailleurs ont organisé une manifestation mardi pour exiger la fermeture de l’entrepôt pendant deux semaines, un congé payé et la désinfection complète des installations.

«Nous mettons notre vie en danger pour 10 dollars de l’heure», a déclaré un employé de Dollar General à NBC News. «“Essentiel” signifie vraiment que nous sommes épuisés et superflus.»

Bien qu’un superviseur du centre géant Worldport d’UPS à Louisville, dans le Kentucky, soit décédé samedi, le géant de la livraison de colis et le syndicat des Teamsters oblige plus de 1.000 travailleurs à rester en poste. Les travailleurs d’UPS sentent de plus en plus qu’ils doivent prendre les choses en main. Trois travailleurs de l’entrepôt UPS de Chelmsford, près de Lowell (Massachusetts), ont été déclarés positifs, et au moins deux travailleurs d’UPS sont morts dans la région de Chicago.

Le mois dernier, les travailleurs de Fiat Chrysler ont mené une vague de grèves sauvages et d’autres actions professionnelles suite au refus de la direction, du syndicat des Travailleurs unis de l’automobile (UAW) et du syndicat Unifor au Canada de fermer les usines, à la demande des travailleurs.

«Lorsque nous avons débrayé, c’était un signe clair que nous pouvons prendre en main ce qui se passe», a déclaré Ryan, un jeune travailleur de deuxième niveau de l’usine de montage Sterling Heights, dans la banlieue de Detroit, au World Socialist Web Site.

«C’était un grand mouvement révolutionnaire, je dirais, mais il a été terni par les déclarations de la direction et de l’UAW qui ont décidé de fermer les usines pour notre sécurité. C’était un mouvement en opposition au syndicat. Ils gardaient les usines ouvertes et nous avons dit: “Non, nous ne voulons pas tomber malade et mourir, sortons les gens de là”».

«Nous devons avoir le droit de ne pas offrir notre travail jusqu’à ce que nous ayons des conditions de sécurité. Ils ne peuvent pas se débarrasser de nous, comme si nos vies ne valaient rien. Avant que nous arrêtions tout, certaines personnes travaillaient malades parce qu’elles n’avaient pas de congé de maladie et essayaient simplement de gagner leur vie. On ne peut pas choisir entre mourir au travail ou être sans abri».

Detroit est devenu l’un des épicentres de la pandémie. L’État du Michigan est le troisième du pays derrière New York et le New Jersey, avec 959 décès. En plus des conditions de pauvreté dans la ville, qui s’est fait ravager par des décennies de fermetures d’usines, le fait que l’on a maintenu les travailleurs au travail pendant que la contagion se propageait est un autre facteur qui a aggravé la situation.

Le nombre de décès est passé à 18 travailleurs de l’automobile. Avec le soutien de l’UAW, les constructeurs automobiles font maintenant pression pour un redémarrage de la production début mai. Des plans visaient à poursuivre les opérations de pièces détachées au Mexique pour alimenter les usines aux États-Unis et au Canada, mais cette stratégie s’est toutefois heurtée à l’opposition des travailleurs des maquiladoras de la ville frontalière de Matamoros qui ont déclenché une vague de grèves sauvages.

Alors que Honda a annoncé qu’elle prolongeait la fermeture de ses usines américaines et canadiennes jusqu’au 1er mai, Toyota a annoncé qu’elle reprendrait la production le 20 avril; Hyundai redémarrera son usine d’Alabama vendredi; et Volkswagen reprendra la production à Chattanooga, au Tennessee, dimanche.

Une travailleuse de l’usine General Motors de Fort Wayne, dans l’Indiana, a déclaré au WSWS: «Je ne veux pas risquer de tomber soudainement malade ou de rendre ma famille malade. Je suis une mère célibataire pour mon fils adolescent et je ne peux pas imaginer ce qu’il faudrait faire si l’un de nous tombait malade. Retourner à GM pourrait être une condamnation à mort pour n’importe qui dans mon entourage».

«Il y a plus de 4.500 employés dans mon usine et la plupart d’entre nous touchent le même camion qui passe. Il est impossible de rester à l’écart du virus en travaillant au coude à coude avec des gens de tout l’Indiana et de l’Ohio. Il est impossible de désinfecter chaque camion qui passe toutes les 53 secondes. Je sais que plus de temps libre signifierait travailler 7 jours par semaine le reste de l’année, mais la santé de ma famille est plus importante que les 6 millions de dollars par an [de la PDG de GM, Mary Barra]».

Les sociétés, avec l’aide de l’UAW, cherchent à exploiter la détresse économique des travailleurs pour les forcer à revenir dans les usines. Dans l’entrepôt de pièces détachées CCA (Customer Care and Aftersales) de GM à Flint, dans le Michigan, l’UAW a recruté une main-d’œuvre «volontaire». Pour ce faire, il fait valoir l’inclusion de «l’assurance maladie», comme l’a déclaré un travailleur au WSWS. Quatre cas de COVID-19 sont maintenant confirmés dans l’établissement, dont un travailleur de la deuxième équipe qui est absent depuis le 28 mars.

La pandémie et la réaction de la classe dirigeante changent radicalement les perspectives des travailleurs. «Construire des voitures n’est pas un travail essentiel en ce moment», a déclaré Ryan, un travailleur de Sterling Heights Assembly. «Nous devrions construire des respirateurs et des équipements d’urgence. Chaque jour, je vois le nombre d’infections et de décès augmenter, et je veux savoir ce que nous pouvons faire pour sauver des vies».

«C’est un système 100 pour cent capitaliste. Les gens au pouvoir veulent défendre leurs intérêts et s’opposer à tout ce qui pourrait vraiment nous aider. Les gens meurent et les caméras des médias se focalisent sur la hausse des marchés boursiers».

«Les travailleurs ne vont pas simplement abandonner. C’est inévitable que ce mouvement s’étende à tous les travailleurs. Les travailleurs d’Amazon, de Starbucks, des supermarchés et des hôpitaux – tout le monde dans la classe ouvrière devrait se rassembler pour combattre les entreprises et le gouvernement», a déclaré Ryan, «afin que nous puissions être les maîtres de la société, et de nos propres vies».

(Article paru en anglais 9 avril 2020)