Plus de six millions de cas de coronavirus dans le monde

Par Bryan Dyne
1 juin 2020

Il y a maintenant plus de six millions de cas officiellement confirmés de la pandémie de coronavirus dans le monde, un nombre qui augmente d'un million tous les dix jours. Le nombre de morts s'élève maintenant à 365.000, soit environ 6,1% des personnes infectées, et ce nombre ne cesse d'augmenter.

Ces chiffres comprennent à la fois les 2,6 millions de personnes qui se sont rétablies, dont certaines ont souffert pendant des semaines ou des mois en luttant contre la maladie, les 2,9 millions de cas légers toujours actifs de COVID-19 et près de 54.000 cas graves ou critiques causés par l'infection. Comme on l'a déjà noté, ces chiffres officiels sont une sous-estimation flagrante du véritable bilan de la pandémie.

Au milieu de la pire urgence médicale mondiale depuis la pandémie de grippe de 1918, le président américain Donald Trump a annoncé vendredi qu'il retirerait le pays de l'Organisation mondiale de la santé et mettrait fin au financement fédéral de l'agence internationale de santé publique. Les fonds américains représentent actuellement environ 15% du budget de l'OMS. Dans son annonce, Trump a réitéré le mensonge selon lequel l'OMS est un agent de la Chine et a été de connivence avec le régime de Pékin pour avoir dissimulé pendant des semaines la gravité du «virus de Wuhan» et avoir permis sa propagation au reste du monde.

Le président n'a fait aucune mention des alertes lancées rapidement par la Chine et l’OMS sur les dangers du virus ni de la réponse tardive des États-Unis, qui a permis au coronavirus de s'implanter à New York et ailleurs et de se propager dans tout le pays. Il a plutôt demandé: «Le monde a besoin de réponses de la Chine.»

En fait, plusieurs souches du virus qui provoque la maladie, le SRAS-CoV-2, proviennent des États-Unis. Une analyse de la structure génétique du virus dans différentes parties du monde, à l'aide des données de Nextstrain et du GISAID, montre clairement que le virus s'est échappé des États-Unis vers le sous-continent indien, le Moyen-Orient, l'Amérique du Sud et l'Europe de l'Est en février et mars. Et si les États-Unis restent le pays le plus durement touché, avec près de 1,8 million d'infections et 104.000 morts, de nombreux pays de ces régions du monde sont désormais des épicentres régionaux, voire mondiaux, de la pandémie.

Ces épicentres comprennent l'Inde, qui compte aujourd'hui le plus grand nombre de cas, 173.000, de tous les pays d'Asie. C'est plus de deux fois plus que la Chine. L'Inde a également l'un des taux les plus élevés de nouveaux cas de coronavirus sur la planète. Et bien que le nombre officiel de décès soit encore inférieur à 5000, le fait que les chiffres officiels ne rendent pas compte de l'ampleur de la maladie est un secret de polichinelle dans le pays.

En même temps, la réouverture forcée du pays par le gouvernement de Narendra Modi a provoqué une augmentation exponentielle du nombre de cas dans le pays. Les épidémiologistes estiment que le nombre de cas atteindra un million dans les semaines à venir, avec une augmentation des décès en masse peu après.

Des politiques similaires au Pakistan et au Bangladesh voisins ont provoqué une augmentation de leurs taux d'infection et de mortalité ces dernières semaines. Ces deux pays comptent respectivement 64.000 et 43.000 cas. Seule l'Inde les devance en termes de nouveaux cas et ils sont confrontés aux mêmes problèmes de surpopulation dans leurs villes que l'Inde, ce qui crée des urgences sanitaires similaires.

Il existe également un danger croissant de recrudescence des cas en Corée du Sud, qui a commencé à rouvrir après une campagne de tests et de traçage des contacts largement réussie pour contenir la pandémie autant que possible. Plusieurs groupes de cas de coronavirus sont apparus dans le pays au cours des dernières semaines, le plus récent étant une série de 96 nouveaux cas survenus dans un centre logistique.

Ces développements et des dizaines d'autres ont obligé plus de 500 écoles à fermer à nouveau vendredi après une brève réouverture. Le gouvernement de Séoul a également fermé ses parcs, galeries d'art, théâtres et musées et a exhorté les entités privées similaires à faire de même pendant les 14 jours à venir afin d'endiguer l'épidémie actuelle.

Le Moyen-Orient a également été durement touché. Le nombre de cas et de décès en Turquie et en Iran rivalise actuellement avec celui de l'Inde. Il y a actuellement 162.000 cas et 4400 décès en Turquie et 146.000 cas et 7600 décès en Iran. L'Arabie Saoudite est également devenue l'un des pays les plus touchés de la région, avec près de 82.000 cas et 450 décès. Alors que le nombre de nouveaux cas diminue actuellement, le nombre de nouveaux décès en Arabie saoudite augmente régulièrement depuis le mois d'avril.

Au cours de cette même période, le Qatar a mérité la triste distinction de devenir le pays ayant le plus grand nombre de cas de coronavirus par habitant dans la région et dans le monde, à l'exclusion des micro-États européens. Il est suivi par un autre pays du Golfe, le Bahreïn. Bien que le nombre de décès dans ces deux pays soit relativement faible, la pandémie est sur le point de frapper les populations des deux pays, en particulier les travailleurs immigrés vulnérables.

En Amérique du Sud, le Brésil, le Pérou, le Chili et l'Équateur sont les pays les plus touchés par la pandémie. Ils comptent ensemble plus de 700.000 cas et plus de 32.000 décès, et constituent l'un des épicentres mondiaux de la pandémie. La majorité d'entre eux se trouvent au Brésil, qui compte au moins 443.000 cas et près de 27.000 décès. Les chiffres du Brésil augmentent aussi vite que ceux des États-Unis, tandis que le président fascisant Jair Bolsonaro ordonne la réouverture de bureaux, de magasins de détail, de concessionnaires automobiles, d'agences immobilières et de centres commerciaux.

La ville la plus touchée du Brésil est Sao Paulo, qui est la ville la plus peuplée de l'hémisphère occidental et l'une des plus grandes régions métropolitaines du monde. Jusqu'à présent, 55.000 cas du virus ont été recensés dans la ville, ce qui met le système médical à rude épreuve.

Si le Brésil l'a peut-être dépassé pour le nombre total de cas et le nombre quotidien de nouveaux cas, la Russie reste le pays européen qui compte le plus grand nombre de cas de coronavirus, soit 387.000. Les autorités sanitaires de Moscou ont récemment plus que doublé le décompte officiel de décès dans la ville, avec 1561 rien qu'à Moscou.

Ce chiffre a été révisé pour tenir compte des personnes qui avaient été enregistrées comme étant mortes d'autres causes alors qu'elles étaient en fait infectées par le coronavirus. Selon un rapport du département de la santé de la ville, le nouveau bilan tient désormais compte des décès dus au coronavirus, même les plus «discutables».

D'autres régions du pays suivent le mouvement. Si une correction similaire du décompte était effectuée dans l'ensemble du pays, les morts de la Russie ne seraient derrière que le Royaume-Uni, l'Italie, la France et l'Espagne, qui sont les pays les plus durement touchés en Europe en termes de décès, et qui restent parmi les pires épicentres du monde.

Le centre de la pandémie reste cependant les États-Unis, qui ont connu des pics spectaculaires de cas dans certaines régions. À Montgomery, en Alabama, il n'y a actuellement que deux lits de soins intensifs inoccupés en raison de l'explosion du nombre de cas dans le comté, qui a quadruplé depuis que l'État a commencé à rouvrir. La majorité des États du Sud connaissent une augmentation du nombre de cas, et il est probable que les deux États qui signalent une diminution des nouveaux cas, le Texas et la Floride, manipulent délibérément leurs données pour justifier la réouverture. À l'autre bout du pays, la Californie continue d’enregistrer plus de 2000 cas en moyenne par jour.

Alors que le nombre de cas et de décès continue d'augmenter de façon macabre, l'administration Trump réduit le niveau d’activité de son groupe de travail sur le coronavirus. Le vice-président Mike Pence, qui est le chef officiel du groupe, l'a réuni jeudi pour la première fois en une semaine. C'est moins que les réunions quotidiennes de mars et avril et les réunions tenues trois fois par semaine à partir de mai. Trump lui-même concentre ses efforts sur le retour forcé des travailleurs dans les usines, les bureaux et les usines, alors même que la contagion mortelle continue de faire rage dans les industries de l'automobile, de l'emballage des viandes et de la logistique.

(Article paru en anglais le 30 mai 2020)

L’auteur recommande aussi:

La classe dirigeante américaine exploite la pandémie pour s’attaquer encore plus aux emplois et aux salaires [30 mai 2020]

La pandémie et la guerre globale contre les immigrés et les réfugiés [27 mai 2020]