Perspective

Facebook intensifie ses attaques contre la gauche socialiste

Mise à jour 25 janvier: En raison de l’opposition à la suppression par Facebook des pages du club de l’International Youth and Students for Social Equality à l’Université du Michigan (UM), l’entreprise a dû reculer. La page de l’IYSSE de l’UM ainsi que celles de ses administrateurs ont été rétablies. Facebook n’a fourni aucune explication pour ces actes. Il faut demeurer vigilant. Cette lutte n’est pas terminée. Continuez à faire circuler cette déclaration.

Facebook est engagé dans une campagne de censure de plus en plus importante sur Internet, visant la gauche socialiste. Des pages entières de Facebook sont supprimées et des comptes individuels sont définitivement désactivés, sans aucune explication ni aucun recours.

Le dernier acte de censure en date est la suppression par Facebook de la page officielle de l’«International Youth and Students for Social Equality» (IYSSE) de l’Université du Michigan. L’IYSSE est le mouvement des étudiants et des jeunes du Parti de l’égalité socialiste (PES). Il est un groupe officiel d’étudiants du campus de l’UM depuis 2007, et son compte Facebook est actif depuis 2013.

Le président du groupe et le conseiller de la faculté ont tous deux vu leur compte désactivé, ainsi que ceux de six autres administrateurs.

Parmi les personnes ciblées par la purge politique de Facebook figurent des membres dirigeants du PES dans le Michigan, où se trouve le siège du parti ainsi que la rédaction nationale du «World Socialist Web Site». Genevieve Leigh, secrétaire nationale de l’IYSSE, et Niles Niemuth, directeur de la rédaction américaine du «World Socialist Web Site», ont tous deux vu leur compte supprimé. Tous deux sont membres de la direction nationale du PES.

D’autres groupes ciblés commencent à fournir de plus amples informations. Facebook a également supprimé des pages et plus d’une douzaine de comptes individuels associés à «Struggle La Lucha» et au «Socialist Unity Party» aux États-Unis. À la fin de la semaine dernière, des pages associées au «Socialist Workers Party» au Royaume-Uni ont été supprimées ainsi que les comptes personnels des modérateurs. Bien que la page principale ait été restaurée, de nombreuses pages des sections locales et des comptes de membres sont toujours désactivées.

Ces actions de Facebook s’inscrivent dans un contexte politique précis. L’État est aux prises avec une profonde crise politique, une pandémie qui fait rage et qui a tué près de 430.000 personnes aux États-Unis, une crise économique extrême et une colère croissante de la classe ouvrière contre toute la politique de l’élite capitaliste au pouvoir. La classe dirigeante est terrifiée par la croissance de l’opposition sociale venant d’en bas.

Il y a moins de trois semaines, le président américain Donald Trump a déclenché une insurrection fasciste à Washington DC. qui visait à renverser les résultats de l’élection et à abolir les droits démocratiques. Les cibles centrales des déclarations de plus en plus frénétiques et fascistes de Trump au cours de l’année écoulée ont été le «socialisme» et le «marxisme».

Les démocrates, pour leur part, sont arrivés au pouvoir sous le gouvernement Biden qui appelait à «l’unité» avec le parti républicain. Biden insiste sur la nécessité d’un Parti républicain «fort» et s’oppose à tout examen et à toute divulgation de l’implication et du soutien de haut niveau dans l’insurrection fasciste.

Dimanche, le Washington Post a publié un article sous le titre «L’attaque du Capitole entraînera une large répression des extrémistes au pays». Alors qu’il qualifie la violence de droite de «maladie qui semble s’être installée dans le système nerveux de la nation», il ressort clairement des actions de Facebook que la cible principale n’est pas la droite, qui, de toute façon, peut compter sur le soutien de l’État et de certaines parties de la classe dirigeante. Dans la catégorie fourre-tout de l’«extrémisme intérieur», l’attaque se concentrera sur la gauche.

L’objectif est de décapiter l’opposition socialiste à l’extrême droite. En effet, les derniers messages de l’IYSSE à l’UM avant les actions de Facebook comprenaient des liens vers la réunion en ligne du WSWS, «Où va l’Amérique? Le coup d’État de Trump et la montée du fascisme» et les déclarations du WSWS; «La pandémie et la tentative de coup d’État de Trump»; «Les démocrates plaident pour le bipartisme tandis que les républicains partent en guerre»; et «Que se serait-il passé si la foule fasciste de Trump avait pris des otages?»

Facebook et les autres sociétés de médias sociaux n’agissent pas seules. Elles travaillent en étroite collaboration avec l’État et en particulier avec le Parti démocrate, qui est extrêmement sensible et opposé à toute manifestation d’opposition sociale qui vient d’en bas.

Depuis 2017, le «World Socialist Web Site» a démasqué la censure, a mobilisé l’opposition contre elle et à la mise à l’index des opinions de gauche et des opinions socialistes. Cela a commencé avec les tentatives de Google de modifier ses algorithmes de recherche pour promouvoir un «contenu fiable» et rétrograder les «opinions alternatives». Sundar Pichai, le PDG de la société mère de Google, Alphabet, a admis que le «World Socialist Web Site» était spécifiquement visé.

À l’offensive de Google ont succédé les attaques de Facebook, de Twitter, de YouTube, de Reddit et d’autres plateformes de médias sociaux qui ont bloqué l’accès aux opinions socialistes et les ont censurées.

Aujourd’hui, dans un contexte de crise sans précédent, la classe dirigeante intensifie sa campagne de censure. Il est significatif que les pages de l’IYSSE et des dirigeants du PES visés en premier lieu par Facebook se trouvent dans le Michigan, où le PES et le WSWS ont une influence significative dans la classe ouvrière. En mars dernier, quand la pandémie commençait à se propager massivement aux États-Unis, les travailleurs de l’automobile du Michigan ont lancé des grèves de protestation contre le fait d’être contraints de continuer à travailler dans des conditions dangereuses.

Le WSWS a publié des articles et des déclarations qui appelaient à un débrayage et qui ont été lus par des dizaines de milliers de travailleurs, principalement par le biais de Facebook.

La poussée à la censure ne peut être inversée que par la plus large mobilisation de l’opposition parmi les travailleurs, les jeunes et les intellectuels et journalistes progressistes!

Le Parti de l’égalité socialiste demande à tous ceux qui liront cette déclaration de prendre les mesures suivantes:

1. Envoyez votre déclaration qui exige que Facebook annule ses décisions à info@support.facebook.com et zuckerberg@fb.com. Envoyez une copie de votre lettre à comments@wsws.org pour publication sur le «World Socialist Web Site».

2. Partagez cette déclaration aussi largement que possible avec vos amis et collègues et sur les médias sociaux, y compris Facebook, Twitter et d’autres plateformes. Incluez le mot-clé #StopCensoringSocialism.

3. Envoyez au WSWS toute information dont vous disposez sur la censure de personnes et de publications de gauche par Facebook ou d’autres sociétés de médias sociaux afin que nous puissions faire connaître ces attaques et nous y opposer.

(Article paru en anglais le 25 janvier 2021)

Loading