Condoléances des sections du CIQI à l'occasion du décès de Wije Dias, président du SEP du Sri Lanka

Nous publions ici les condoléances envoyées par des sections du Comité international de la Quatrième Internationale à l’occasion du décès de Wije Dias, président du Parti de l’égalité socialiste au Sri Lanka. David North, président du PES/SEP aux États-Unis, a rendu hommage à Wije Dias via Internet lors du rassemblement funéraire qui s’est tenu au cimetière de Borella à Colombo samedi soir.

Wije Dias s’adressant à la réunion du 80e anniversaire de la Quatrième internationale à Colombo en 2018 (WSWS Media). [Photo: WSWS]

Du Parti de l'égalité socialiste en Grande-Bretagne:

Camarades,

Tous les membres du Parti de l’égalité socialiste en Grande-Bretagne se joignent à vous pour pleurer le décès de notre cher camarade Wije Dias.

Wije sera pleuré par les travailleurs et les jeunes du monde entier. Nous ressentons tous un profond sentiment de perte et nous adressons nos sincères condoléances au fils de Wije, Keerthi, et à sa famille.

Notre chagrin est tempéré par un sentiment justifié de fierté que notre mouvement ait été dirigé par un tel combattant de principe pour le trotskisme, noble et extraordinaire. Après la scission avec les opportunistes nationaux du Parti révolutionnaire des travailleurs britanniques en 1985-86, le camarade Wije a pu jouer un rôle de premier plan au sein de notre parti international, notamment en tant que secrétaire national de la section sri-lankaise pendant plus de trois décennies.

Dans tout ce qu’il a fait, Wije a mis à profit une vaste expérience politique, une étude de toute une vie du marxisme et de l’histoire du Sri Lanka, de l’Asie du Sud et du monde. Quiconque a eu le privilège de l’entendre parler sait ce que signifie l’expression «autorité politique».

Il cherchait à expliquer, patiemment et clairement, à éduquer. À faire appel non seulement au cœur mais aussi à la tête, sachant que le succès de la révolution socialiste dépend de l’élévation de la conscience politique des travailleurs et des jeunes avancés et de leur développement en tant que cadres.

Dans les discussions au sein des organes du parti, dans la formulation de la politique internationale ou dans les conversations privées, il était incliné à écouter et à apprendre. Et oui, il avait de l’esprit, surtout lorsqu’il s’agissait de dénoncer les prétentions et les vanités des ennemis politiques de la classe ouvrière.

Trotsky a fait cette observation cruciale: «Les idées qui entrent dans l’esprit sous le feu restent là en toute sécurité et pour toujours.» C’était certainement le cas pour Wije. Dans une interview du 6 décembre 2018 avec le Daily Mirrormarquant le 50e anniversaire de la fondation de la Ligue communiste révolutionnaire, Wije a expliqué comment il a été gagné au Comité international de la Quatrième Internationale.

Deux choses ressortent: l’impact politique de la «grande trahison» du parti Lanka Sama Samaja en rejoignant la coalition bourgeoise de Sirimavo Bandaranaike en 1964 et le fait que Wije et un petit groupe de jeunes co-penseurs ont répondu à cette trahison en tant qu’internationalistes socialistes.

Wije était alors membre de la faction LSSP (révolutionnaire). Il explique: «À la bibliothèque de l’université de Peradeniya, nous sommes tombés sur le bulletin d’information de la section britannique du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI), dirigé par Gerry Healy. Nous avons lu le pamphlet de Healy, “Ceylan ―la grande trahison”, dont une phrase importante était: “Les origines de la coalition ne peuvent pas être trouvées à Colombo, mais seulement à Paris”. Paris était le siège du Secrétariat international de la Quatrième Internationale (QI), qui était dominé par les pablistes. C’est leur politique qui avait guidé le LSSP vers la coalition. Et les dirigeants du LSSP (R) s’opposaient à la discussion de cette question parce qu’ils voulaient suivre la même ligne pabliste.»

Wije et ses camarades se sont séparés du LSSP (R) et grâce aux conseils du camarade Wilfred «Spike» Pereira, ont commencé une étude intensive de l'histoire de la QI et plus particulièrement des questions soulevées par la réunification du Socialist Workers Party américain avec les pablistes en 1963. Cela a conduit à la fondation de la LCR en tant que section du CIQI sous la direction du camarade Keerthi Balasuriya.

Cette approche de principe, enracinée dans l’internationalisme révolutionnaire du trotskisme et un profond respect pour la théorie marxiste, a façonné la longue histoire de Wije en tant que dirigeant politique et c’est pourquoi il pouvait communiquer des idées complexes de manière si claire et convaincante.

Un seul exemple. À la fin de l’interview au Daily Mirror, on lui demande: «Une petite classe ouvrière dans un petit pays peut-elle exercer une grande influence sur les événements mondiaux?». Wije répond avec une simplicité empreinte de clarté politique, en déclarant à propos du CIQI: «Nous sommes une organisation fraternelle de toutes les sections de la classe ouvrière, quelles que soient leur langue, leur culture ou leur nationalité… Nous sommes égaux et nous luttons pour l’égalité sociale. Nous vivons dans un petit pays, mais nous faisons partie du monde, pas moins que les États-Unis. Il existe des conditions mondiales dans lesquelles nous vivons tous. L’unité internationale de la classe ouvrière doit être réalisée sur une base socialiste pour sortir de cette situation très dangereuse, avec une guerre mondiale qui se développe, des mouvements de droite et des dictatures partout dans le monde».

Le camarade Wije Dias est irremplaçable, et sa perte est profondément ressentie. Mais la véritable mesure d'un dirigeant politique est ce qu'il laisse derrière lui.

L’héritage de Wije, qui garantit sa place dans l’histoire de la lutte pour le socialisme, est double. Il y a ses nombreux écrits, qui contribueront à l’éducation de la classe ouvrière dans le monde entier, surtout en ce qui concerne la théorie de la révolution permanente de Trotsky. Et il y a le cadre que Wije a dirigé et développé. Ces cadres et la perspective historique qu’ils incarnent sont la direction nécessaire des luttes révolutionnaires qui émergent actuellement au Sri Lanka et dans le monde.

Nous allons de l’avant ensemble dans la lutte que le camarade Wije a consacré sa vie à préparer.

Chris Marsden

Secrétaire national – SEP/PES en Grande-Bretagne

Du Parti de l'égalité socialiste en Allemagne:

Chers camarades,

Au nom du Sozialistischen Gleichheitspartei, la section allemande du CIQI, nous vous présentons nos sincères condoléances pour le décès de Wije Dias, secrétaire général de longue date du Parti de l’égalité socialiste au Sri Lanka et de son précurseur, la Ligue communiste révolutionnaire (LCR).

Le camarade Wije restera dans la conscience de la classe ouvrière internationale comme quelqu’un qui a consacré toute sa vie d’adulte à sa libération et à la lutte pour le socialisme. Depuis qu’il a rejoint le mouvement trotskyste il y a soixante ans, il a lutté sans relâche et dans les conditions les plus difficiles pour la perspective de la révolution socialiste mondiale.

Mais Wije restera aussi dans les mémoires comme un homme et un camarade exceptionnel. Sa stature impressionnante, sa voix puissante et profonde, son talent d’orateur et son sens de l’humour inébranlable le distinguaient nettement des personnages vacillants qui donnent le ton dans les groupes pseudo-gauchistes.

Les premières années de la vie politique de Wije ont été marquées par la trahison historique du LSSP, qui a poignardé dans le dos un puissant soulèvement de la classe ouvrière en 1964 et a rejoint le gouvernement capitaliste du SLFP cinghalais chauvin. Wije était parmi les jeunes trotskystes qui ont combattu cette trahison historique et ont fondé la Ligue communiste révolutionnaire en 1968 comme section sri-lankaise du CIQI.

Wije est resté fidèle aux principes internationalistes et socialistes qu'il défendait à l'époque tout au long de sa vie. Nous avons appris à le connaître personnellement pendant la période de la scission avec le Parti révolutionnaire ouvrier britannique. Ce dernier essayait depuis des années de détruire la section sri-lankaise parce qu'elle faisait obstacle à ses alliances sans principes avec les nationalistes bourgeois - mais il n'y est pas parvenu. Dans la lutte contre les renégats du WRP, la LRC, alors dirigée par Keerthi Balasuriya, a joué le rôle principal derrière l'American Workers League.

Lorsque le camarade Keerthi est décédé subitement en 1987 à l’âge de 39 ans, le camarade Wije a pris la responsabilité de la section sri-lankaise. Depuis lors, nous avons eu l’occasion de travailler étroitement avec lui lors de nombreuses réunions du CIQI, dont beaucoup se sont tenues en Allemagne.

En 1988, Wije a participé au camp d’été de deux semaines de la section allemande, où il a parlé de la théorie de la révolution permanente et des leçons du Sri Lanka. Cela est resté une expérience inoubliable pour les participants du camp d’été. Wije ne possédait pas seulement la capacité d’expliquer les expériences historiques et politiques de manière excellente, en tant que dirigeant de la section sri-lankaise, il les incarnait également.

Wije a joué un rôle important dans la formation des camarades du Sri Lanka vivant en exil en Europe, qui avaient rompu avec le nationalisme tamoul et rejoint le CIQI.

En 1991, Wije a prononcé un discours à la Conférence mondiale des travailleurs contre la guerre impérialiste et le colonialisme, que le CIQI avait convoquée à Berlin. Ensuite, il a passé plusieurs jours à discuter avec des camarades tamouls en Allemagne et en France. Au cours des années suivantes, il se rendit également régulièrement à Stuttgart et à Paris pour des discussions après les réunions du CIQI.

Lors de sa dernière visite en Europe, Wije a pris la parole à Paris en 2007 lors d’une réunion publique en mémoire du camarade Senthil Ravee, décédé dans un tragique accident de voiture. S’appuyant sur la biographie de Senthil, qui avait grandi parmi les travailleurs des plantations de thé, Wije a parlé à plus d’une centaine de participants des leçons de l’histoire du Sri Lanka, des conséquences de la trahison du LSSP, et de la nécessité de lutter pour l’unité de la classe ouvrière et l’internationalisme socialiste.

La mort de Wije est une grande perte. Il va nous manquer en tant que camarade et dirigeant politique. Mais sa vie, ses écrits et ses discours, ainsi que la section sri-lankaise qu’il a dirigée pendant 35 ans, sont une source d’inspiration et de connaissances pour la jeune génération de travailleurs du monde entier qui est confrontée à la crise sans espoir du capitalisme et qui est poussée à mener des luttes de classe acharnées.

Au Sri Lanka, l’importance de la vie et du travail de Wije est particulièrement évidente. La lutte du SEP/PES pour un Congrès démocratique et socialiste des travailleurs et des masses rurales est la seule réponse viable aux préparatifs d’une dictature de la classe dirigeante, qui veut imposer aux masses appauvries un brutal diktat d’austérité du FMI.

Pour le Parti de l'égalité socialiste,

Ulrich Rippert et Peter Schwarz

Du parti de l'égalité socialiste en Australie:

Chers camarades,

Au nom du Parti de l'égalité socialiste (Australie), veuillez accepter nos plus sincères condoléances à tous les camarades du SEP/PES au Sri Lanka pour le décès du camarade Wije Dias.

La lutte qu’il a menée tout au long de sa vie pour construire la section du Comité international de la Quatrième Internationale au Sri Lanka est une contribution impérissable à la résolution de la crise de la direction de la classe ouvrière sur l’île et au niveau international.

Wije faisait partie du remarquable groupe de jeunes dirigé par Keerthi Balasuriya qui, avec Wilfred 'Spike' Perera, a créé la Revolutionary Communist League (RCL) comme section sri-lankaise du CIQI en 1968. Sous la direction du CIQI, ils ont tiré la leçon politique essentielle que la trahison du Lanka Sama Samaja Party, qui est entré dans le gouvernement bourgeois du Premier ministre Sirima Bandaranaike en 1964, était la conséquence de l'opportunisme pabliste.

Les conceptions pablistes niaient à la fois le rôle révolutionnaire de la classe ouvrière et la nécessité de la construction de la Quatrième Internationale contre tous ceux qui s’adapteraient au stalinisme, au nationalisme bourgeois et à la recherche des «autres forces.» En s’opposant à la trahison de la LSSP, la LCR a posé les bases politiques pour que le SEP et la QI puissent tracer une route socialiste indépendante pour la classe ouvrière dans les luttes révolutionnaires qui ont émergé au Sri Lanka au cours des trois derniers mois.

Wije a assumé les responsabilités de secrétaire général après la mort prématurée de Keerthi Balasuriya en 1987. En tant que secrétaire général de la LCR/SEP pendant 34 ans, le camarade Wije a lutté pour une perspective de principe, internationaliste et révolutionnaire contre toutes les formes de nationalisme et de communautarisme. Il a dirigé le parti dans les conditions les plus difficiles de la guerre civile de 30 ans qui a éclaté en 1983 à la suite de l’abandon ouvert de l’internationalisme socialiste par la LSSP.

L’héritage politique de Wije est profond. Il a mis à profit son grand intérêt pour l’histoire, sa profonde compréhension des forces politiques au Sri Lanka et dans le sous-continent indien et sa connaissance approfondie des expériences stratégiques de la classe ouvrière internationale pour développer l’analyse et les initiatives politiques du parti.

Wije a joué un rôle central dans l’étroite collaboration qui s’est développée entre les sections sri-lankaise et australienne du CIQI après la scission de 1985-86 avec la direction opportuniste du WRP britannique. Il a voyagé ici à de nombreuses occasions. C’était un camarade modeste et discret avec un sourire facile et un rire contagieux, derrière lequel se cachait un dévouement ferme et déterminé aux principes et au programme du mouvement trotskyste. C’était un homme profondément cultivé et qui aimait la vie sous tous ses aspects. Tout cela a contribué aux étroites relations de travail et personnelles que Wije a développées avec les camarades de cette section pendant des décennies. Il nous manquera cruellement.

Sa perte sera ressentie par tous ses camarades au Sri Lanka et dans tout le CIQI, mais son immense contribution politique se perpétue dans les jeunes cadres et dirigeants qu’il a formés et éduqués.

Avec les salutations fraternelles les plus chaleureuses,

Cheryl Crisp

La Secrétaire nationale du SEP (Australie)

De la part du Parti de l'égalité socialiste en France:

Chers camarades et amis,

Le Parti de l’égalité socialiste de France présente ses plus sincères condoléances à tous les membres du Parti de l’égalité socialiste du Sri Lanka à l’occasion du décès du camarade Wije Dias. Il était un grand trotskyste, un père aimant et dévoué à sa famille, et un dirigeant des travailleurs sri-lankais.

Le camarade Wije était également un grand dirigeant de la classe ouvrière internationale. En France et dans le monde entier, son travail a contribué à amener de nouvelles générations de travailleurs et de jeunes au trotskysme. Sa perte est vivement ressentie non seulement au Sri Lanka, mais aussi en Europe et dans le monde entier.

Lui et ses camarades se sont opposés à la dégénérescence pabliste du parti Lanka Sama Samaja, qui est entré dans un gouvernement capitaliste en 1964 dans une grande trahison de la classe ouvrière. Cette lutte de principe, menée par le regretté camarade Keerthi Balasuriya, était l’alternative pour la classe ouvrière à l’effondrement du capitalisme sri-lankais dans une guerre communautaire fratricide entre Cinghalais et Tamouls. Wije incarnait la lutte pour unifier la classe ouvrière contre la guerre communautaire et le système capitaliste.

Les camarades en France ont eu l’occasion de travailler en étroite collaboration avec le camarade Wije en 1988, après la mort prématurée du camarade Keerthi. Nous étions des réfugiés tamouls qui avaient fui la guerre civile au Sri Lanka et cherché l’asile politique en Europe.

Le camarade Wije considérait notre soutien au Comité international de la Quatrième Internationale comme une grande victoire pour le trotskysme. Il a visité l’Europe à plusieurs reprises, tenant de longues heures de discussions avec nous et des dizaines de nos partisans alors que nous rompions avec le nationalisme tamoul. Il a patiemment expliqué, encore et encore, les questions politiques critiques dans la lutte contre le stalinisme, le nationalisme bourgeois et le pablisme.

La clé de ces questions était la déclaration de novembre 1987 élaborée conjointement par le CIQI et sa section sri-lankaise contre le traité indo-lankais. Passant en revue le caractère de classe des mouvements de «lutte armée», tels que l’Organisation de libération de la Palestine ou les Tigres de libération de l’Eelam tamoul, il a expliqué que la bourgeoisie des pays opprimés et arriérés est intrinsèquement incapable de mener à bien la mobilisation nécessaire pour libérer leur nation de l’oppression impérialiste.

Seul le CIQI pouvait expliquer pourquoi l’intervention indienne au Sri Lanka, encouragée par les LTTE, s’est soldée par un désastre pour les travailleurs tamouls et les travailleurs ruraux. L’armée indienne s’est retournée contre les travailleurs, massacrant et pillant la population. Le CIQI a expliqué que c’était le produit de l’opposition à un mouvement révolutionnaire uni dans la classe ouvrière, qui était partagé par les gouvernements bourgeois de la région, les mouvements nationalistes et les partis staliniens.

Le camarade Wije ne s’est pas laissé influencer par les succès militaires temporaires des LTTE contre l’armée indienne dans le nord du Sri Lanka. Ses propos doivent aujourd’hui être rappelés:

«Il est vrai que les LTTE ont été victorieux temporairement, mais ce serait une grave erreur de penser que cette victoire est due à leur puissance de feu et que l’on peut résoudre les problèmes sociaux et démocratiques avec seulement des armes. La vérité est que la bourgeoisie indienne, les staliniens et les nationalistes tamouls indiens ont fait la propagande de la fameuse armée indienne comme étant les défenseurs du peuple tamoul. Cette propagande a été démentie en quelques semaines lorsque l’armée indienne a envahi le Nord et l’Est. Le peuple tamoul sri-lankais les a considérés comme une armée d’occupation. Les Tigres de libération de l’Eelam tamoul ont temporairement exploité le ressentiment populaire généralisé contre l’armée indienne. C’est la raison de leur succès. Mais les LTTE n’ont jamais essayé de mobiliser les Cinghalais, les travailleurs indiens et les masses opprimées contre la conspiration des dirigeants indiens et sri-lankais. C’est impossible pour eux. Parce que le programme de ce mouvement est aussi de protéger ce système d’exploitation…»

Après que le stalinisme ait consommé sa trahison de la classe ouvrière internationale, en dissolvant l’Union soviétique en 1991, le camarade Wije a souligné la nécessité pour nous de nous tourner vers la classe ouvrière européenne. Il a souligné que nous devions construire notre parti comme le parti de la classe ouvrière.

Il nous a dit: «La lutte pour surmonter les problèmes démocratiques non résolus dans les anciens pays coloniaux et la lutte pour les droits démocratiques attaqués dans les pays développés capitalistes sont les deux faces d'une même pièce».

Il discutait souvent avec nous du livre de Léon Trotsky intitulé «Oû va la France?» Sa lutte contre le Front uni de la gauche construit par la LSSP pabliste lui a donné un aperçu profond de la politique du Front populaire français. Cette alliance du Parti radical bourgeois français, des sociaux-démocrates et du Parti communiste stalinien a fait échouer la grève générale française de mai-juin 1936. Cela a désarmé les travailleurs, ouvrant la voie à l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale en Europe et à l’occupation nazie de la France.

Le camarade Wije a inlassablement souligné avec nous la nécessité de briser l’emprise des bureaucraties syndicales et des partis stalinien et pabliste sur la classe ouvrière. Il a demandé qu’«Oû va la France?» soit traduit en tamoul et publié sur le «World Socialist Web Site».

Le PES présentera la traduction tamoule d'«Oû va la France?» sur le WSWS en mémoire du camarade Wije.

Le camarade Wije a de nouveau joué un rôle de premier plan lorsque le PES sri-lankais a travaillé en étroite collaboration avec ses camarades français pour fonder le PES en 2016. Le secrétaire adjoint du PES, Deepal Jayasekera, est venu en France pour donner une conférence sur la fondation de la section sri-lankaise en 1968. Le camarade Wije était en contact étroit avec le camarade Jayasekera et avec nous dans ces semaines critiques de 2016.

La mobilisation révolutionnaire des travailleurs cette année contre le régime capitaliste sri-lankais, avec sa présidence exécutive réactionnaire et son État unitaire, a donné raison à la perspective pour laquelle le camarade Wije a consacré sa vie. Le régime de Rajapakse a été renversé non pas par un mouvement national armé, mais par un mouvement insurrectionnel de travailleurs et de jeunes. Il fait partie d’un mouvement international croissant de la classe ouvrière contre la guerre impérialiste, la pandémie de COVID-19 et la hausse des prix qui appauvrit la population.

L’héritage politique du camarade Wije et ses immenses réalisations vivent dans la mémoire de ses camarades du monde entier, et dans leur combat pour donner une direction révolutionnaire trotskyste aux luttes de la classe ouvrière.

V. Gnana, Secrétaire national adjoint du PES

A. Lantier, Secrétaire national du PES

De la part du parti de l'égalité socialiste au Canada:

Au nom du Parti de l’égalité socialiste (Canada), je souhaite me joindre aux nombreuses personnes au Sri Lanka et dans le monde qui rendent hommage aujourd’hui à notre camarade, le regretté Wije Dias, et présenter mes condoléances à sa famille et aux cadres du SEP Sri Lanka ―c’est-à-dire à ceux avec qui il a travaillé si étroitement pendant plus d’un demi-siècle dans la lutte pour l’émancipation de la classe ouvrière.

Le camarade Wije était la personnification des principes politiques, avant tout la lutte pour l’internationalisme socialiste et l’indépendance politique de la classe ouvrière. Comme le souligne la déclaration publiée par le CIQI à l’occasion de son décès: Wije «était inflexible dans sa défense des principes marxistes et trotskystes parce qu’il avait été témoin des conséquences catastrophiques ―sous forme de désorientation politique, de réaction et de pertes tragiques de vies humaines ―qui résultent de leur abandon et de leur trahison».

J’ai eu le privilège de rencontrer et de travailler avec le camarade Wije. Il avait de nombreuses qualités remarquables ―une haine passionnée pour toutes les manifestations d’oppression, une grande curiosité intellectuelle, un sens de l’humour caustique avec lequel il réduisait les mercenaires politiques de la classe dirigeante, une gentillesse personnelle, du courage et de la détermination. Ces traits de caractère ont contribué à le propulser vers la politique révolutionnaire et à le faire persister face à d’énormes difficultés. Celles créées par l’immonde trahison du LSSP et, plus tard, par la retraite et l’abandon de la révolution permanente par les mêmes dirigeants du WRP britannique qui, dans une période antérieure, avaient joué un rôle critique en clarifiant pour Wije, Keerthi Balasuriya et les autres, qui ont été à l’origine de la fondation de la section sri-lankaise du CIQI en 1968, les causes, l’importance et les implications de la «grande trahison».

Mais la personnalité et les qualités exceptionnelles de Wije étaient imprégnées par le programme socialiste internationaliste pour lequel il s'est battu et le développement de son expression organisationnelle, le CIQI, et ne peuvent finalement être comprises que dans le contexte de ce programme.

Wije était à juste titre réputé pour ses capacités d’orateur. Il parlait avec passion et autorité. Cependant, son approche et son style étaient aux antipodes de ceux des démagogues dont l’Asie du Sud regorge. Qu’il s’adresse aux travailleurs des plantations ou aux délibérations internes du parti, ses remarques visaient à stimuler la réflexion de son auditoire et s’appuyaient sur une vaste connaissance de l’histoire du mouvement socialiste mondial, de la littérature occidentale, de l’histoire, de la politique et de la culture de l’Asie du Sud.

C’est encore choquant pour moi d’utiliser les mots «était» et «a été» en parlant de Wije, car il est resté une force vibrante dans la vie de notre mouvement mondial jusqu’au jour de sa mort. Il nous manquera cruellement en tant que dirigeant, camarade et ami révolutionnaire.

Mais l’héritage de Wije vit en vous et dans le parti qu’il a consacré sa vie à construire. En effet, les principes pour lesquels le camarade Wije s’est battu et les cadres qu’il a aidé à rassembler et à former sont essentiels pour fournir une direction révolutionnaire au soulèvement massif de la classe ouvrière et des masses opprimées qui convulsent actuellement l’île et pour construire le SEP/PES et le CIQI comme le parti mondial de la révolution socialiste.

Keith Jones, secrétaire national du SEP (Canada)

(Article paru d’abord en anglais le 2 août 2022)

Loading