Le Parti de l’égalité sociale d’Allemagne publie une lettre ouverte au Professeur Jörg Baberowski

31 janvier 2014

Nous publions ici une lettre envoyée par le Parti de l’égalité sociale d’Allemagne au Professeur Jörg Baberowski qui dirige le Département d’histoire d’Europe orientale à l’Université Humboldt de Berlin.

Monsieur le Professeur Baberowski,

Vous avez invité en tant qu’intervenant pour la dernière séance de votre colloque de ce semestre l’auteur britannique Robert Service. Il est prévu qu’il parle le 12 février sur le sujet « Trotsky : problèmes d’une biographie ».

Inviter Robert Service à parler sur le thème de la biographie revient à une provocation intellectuelle. Il existe à peine un ouvrage qui ait autant discrédité son auteur que la biographie de Trotsky par Robert Service, parue en anglais en 2009 et en allemand en 2012. Il ne s’agit pas là d’un travail scientifique, mais bien plutôt, comme l’a formulé le doyen de la recherche sur le communisme, le Professeur Hermann Weber de Mannheim, une « diatribe » qui « se sert de mensonges, de falsifications historiques, de références douteuses et même de préjudices antisémites ».

Des historiens reconnus de plusieurs pays ont confirmé cette estimation. En juin 2011, Bertrand Patenaude, historien à l’université californienne de Standford a publié une critique dévastatrice de la biographie de Trotsky par Service dans le journal universitaire respecté qu’est l’American Historical Review. Patenaude écrit: « Dans son enthousiasme à abattre Trotsky, Service commet de nombreuses distorsions de l'histoire ainsi que de véritables erreurs factuelles à tel point que l'on peut s'interroger sur l'intégrité intellectuelle de toute l'entreprise. » Les erreurs sont selon lui tellement crasses que « par moments [elles le] laissent bouche bée. »

Avant cela déjà, le président de la rédaction du World Socialist Web Site et du Socialist Equality Party aux Etats-Unis, David North, avait documenté les nombreuses erreurs, les descriptions trompeuses et les falsifications faites par Service, qui proviennent en partie de l’arsenal de la propagande stalinienne. L’American Historical Review a donné entièrement raison à North dont le livre, Défense de Leon Trotsky, est également disponible en allemand. Cette revue est parvenue à la conclusion que : « North qualifie la biographie de Service de "travail bâclé." Des mots forts mais entièrement justifiés. Les Presses de l'Université d'Harvard ont apposé leur marque sur un livre qui ne répond pas aux critères élémentaires d'un travail d'historien. »

Puis, en juillet 2011, quatorze historiens de renom, de spécialistes de sciences politiques et de publicistes de l’Allemagne, de l’Autriche et de la Suisse ont adressé une lettre à la maison d’édition Suhrkamp, déconseillant la publication d’une édition allemande de la biographie de Trotsky par Service. Ils ont conclu également qu’il avait « [violé] les normes élémentaires du travail scientifique » et ont qualifié sa biographie de « diatribe ».

Parmi les signataires de cette lettre figuraient des spécialistes de renom comme : le Professeur Hermann Weber (Mannheim); le Professeur Oliver Rathkolb, directeur de l’Institut d’histoire contemporaine de l’Université de Vienne ; le Professeur Peter Steinbach (Berlin), directeur du Mémorial de la résistance allemande; le Professeur Heiko Haumann (Bâle); et le Professeur Mario Kessler (Potsdam).

Tout historien sérieux aurait tenté de défendre sa réputation universitaire contre un jugement aussi anéantissant. Mais pas Robert Service. Il n’a pas tenté une seule fois de réfuter les accusations soulevées contre lui. La raison en est qu’il ne se considère pas comme un historien, mais comme un propagandiste droitier. Service a lui-même reconnu cela ouvertement. Selon un article de presse, lors d’une présentation de son livre à Londres, il a exprimé l’espoir que: « si le pic à glace [l’arme avec laquelle Trotsky a été assassiné à Mexico en 1940] n’a pas suffit à le liquider définitivement, j’espère que j’y aurai réussi. »

Dans ce contexte, il est évident, Professeur Baberowski, que vous avez invité Service non pour des raisons scientifiques mais pour des raisons politiques non déclarées.

L’invitation de Robert Service contraste fortement avec votre comportement et celui de votre faculté le jour où l’historien américain de renom Alexander Rabinowitch a présenté son livre Les Bolcheviques au pouvoir – La première année de gouvernement soviétique à Saint-Pétersbourg, à Berlin, en Octobre 2010. Vous aviez alors refusé de mettre à disposition un amphithéâtre approprié pour sa conférence et vous avez même refusé de l’accueillir et de reconnaître la présence de cet expert reconnu de l’histoire russe.

Quatre mois auparavant, peu après sa parution en anglais, le forum Internet “H-Soz-u-Kult” avait publié une critique enthousiaste de la biographie de Trotsky par Service. Cette critique, par Andreas Oberender, un membre de votre faculté, a été écrite sous votre supervision rédactionnelle. Elle faisait un vibrant éloge de la biographie sans parler concrètement de son contenu ni en citer une seule phrase. Au lieu de quoi, elle ajoutait encore quelques calomnies à celles débridées de Service à l’encontre de Trotsky.

L’été dernier, vous avez participé, avec Service, à l’atelier d’été de la Hoover Institution à l’université de Stanford. La Hoover Institution est un bastion de l’anticommunisme de la Guerre froide et de l’ère post-soviétique. Il semble bien qu’elle a aussi été à l’origine du projet d’inviter Service.

Libre à vous bien sûr de choisir les personnes que vous rencontrez et avec qui vous collaborez. Mais vos étudiants ont le droit de connaître les objections soulevées contre un livre devant être présenté dans le cadre d’un colloque organisé sous l’égide de votre chaire, et de former leur propre jugement.

Dans l’invitation à ce colloque il est dit : « Tous ceux qui sont intéressés sont les bienvenus ». Nous acceptons volontiers l’invitation. Nous respecterons bien sûr le cadre du colloque, mais nous entendons que les personnes critiques de Service aient la possibilité de poser des questions et de présenter les objections bien fondées qui existent contre son livre. Jusque-là, il n’a pas répondu à ces objections. Après que vous l’avez invité à s’exprimer sur les problèmes de sa biographie de Trotsky, il a l’obligation de le faire.

Au nom du Parti de l’égalité sociale (PSG), section allemande du Comité international de la Quatrième internationale,

Wolfgang Weber

(Article original paru le 24 janvier 2014)