Il y a 100 ans : catastrophes minières majeures au Canada et en Belgique

18 juin 2014
La scène de l'explosion à la mine Hillcrest, en Alberta

Le 19 juin 1914, des mineurs de charbon et leurs familles étaient confrontés à une tragédie au cours de deux incidents séparés, au Canada et en Belgique. Ces deux catastrophes, qui ont eu lieu le même jour sur des continents différents, mettaient en évidence les conditions de travail périlleuses qui étaient le lot des mineurs partout dans le monde. Dans un cas, les mineurs ont été enterrés vivants ; dans l'autre, ils ont été sauvés par des efforts héroïques de l'équipe de sauvetage.

Aux mines de la ville de Hillcrest en Alberta, à l'ouest du Canada, 196 mineurs de charbon ont été tués lorsqu'une explosion massive a ravagé le puit numéro 20. Environ six cent travailleurs étaient dans la mine au moment de l'explosion.

Les journaux ont rapporté que les femmes des mineurs se sont ruées sur le site pour tenter de trouver leurs maris, mais se sont vues refuser l'entrée du site. La colère générale a éclaté en une émeute qui a été écrasée par les troupes du gouvernement. Le travail de sauvetage fut arrêté peu après en raison des gaz dangereux et de la fumée épaisse présents dans la mine. Un train contenant des secours a été envoyé, mais bien peu a été accompli.

Le 23 juin, le syndicat United Mine Workers a annoncé le triste bilan de la catastrophe : 41 mineurs sauvés et en vie, 196 morts au total, avec 188 corps retrouvés, dont seulement 162 identifiés. Les fouilles ont continué pour les huit corps restants, et le gouvernement canadien a offert 50 000 dollars aux familles des morts en compensation.

L'explosion fut la pire catastrophe minière de l'histoire canadienne, et a décimé la population de Hillcrest, qui n'était que de 1000 habitants à l'époque.

Le même jour, 200 mineurs ont été piégés dans la mine de Vieille Marihaye à Liège en Belgique, après qu'une importante explosion a mis le feu à la mine. Quatre cent mineurs étaient au travail au moment de la catastrophe. Ceux qui étaient le plus près des ascenseurs de la mine ont pu s'échapper, mais les 200 laissés derrière ont été pris au piège par un mur de flammes. Les pompiers ont travaillé courageusement pour éteindre l'incendie, et tous les mineurs sont sortis vivants.

(Article original paru le 16 juin 2014)