La grève étudiante et la lutte contre l’austérité: une perspective socialiste est nécessaire

Par Parti l’égalité socialiste (Canada)
21 mars 2015

Ce qui suit est le texte d’une déclaration qui sera diffusée par les partisans du Parti de l’égalité socialiste (Canada) à une manifestation qui aura lieu à Montréal le 21 mars. Cette manifestation a été appelée en soutien à une grève étudiante lancée en opposition aux mesures d’austérité du gouvernement Couillard.  

* * * 

La grève étudiante qui débute le 23 mars reflète le profond sentiment de colère qui règne parmi de larges couches de la population devant le saccage des services publics et l’assaut frontal sur les conditions de vie des travailleurs. 

L’entrée en lutte des étudiants traduit également le désir justifié d’encourager une riposte collective à l’austérité capitaliste –le programme de classe, pas juste des libéraux de Philippe Couillard et des conservateurs de Stephen Harper, mais de toute l’élite dirigeante en Amérique du Nord et à travers le monde. 

Mais l’énergie combative ne suffit pas à garantir la victoire. Les étudiants et leurs partisans sont confrontés à la nécessité – s’ils veulent éviter une défaite comme en 2012 – d’adopter une ligne politique diamétralement opposée à celle des inspirateurs et organisateurs de la manifestation d’aujourd’hui: l’ASSÉ (Association pour une solidarité syndicale étudiante) et les comités Printemps 2015. 

Le discours militant de ces derniers sert à couvrir la faillite totale de leur politique de pression, de subordination aux syndicats pro-capitalistes et de nationalisme borné. 

Échec de la politique de pression 

La politique de pression est basée sur la conception idéaliste que l’austérité n’est qu’un simple «choix idéologique» et qu’il est possible – dans le contexte de la plus grande crise du capitalisme mondial depuis la Grande dépression – de forcer les gouvernements capitalistes à adopter des mesures autres que celles qui garantissent à l’élite dirigeante un flot constant de milliards de dollars en profits, à savoir: les féroces coupes budgétaires, la baisse drastique de l’impôt sur les riches, la réduction massive du niveau de vie des travailleurs. 

Tous les partis politiques qui prônaient le réformisme national (le Parti travailliste britannique, le Parti socialiste français, le NPD­­ au Canada, etc.) ont embrassé l’austérité capitaliste au cours du dernier quart de siècle, un processus qui s’est accéléré depuis la crise financière mondiale de 2008. Alors que les partis sociaux-démocrates et staliniens glorifiaient autrefois l’État-providence comme la preuve qu’on peut «humaniser» le capitalisme, aujourd’hui ils président au démantèlement de ce qui reste des services publics et sociaux. 

Selon les dirigeants de l’ASSÉ, il suffit d’être assez nombreux dans les rues et de «crier plus fort, pour que personne ne nous ignore». La réponse de l’élite dirigeante en 2012 a été la violente répression policière et l’utilisation des syndicats pour détourner la grève étudiante derrière l’élection du Parti québécois, l’autre parti de gouvernement de la classe dirigeante. Pour les comités Printemps 2015, toutefois, le problème est que les étudiants n’ont pas crié assez fort, et la grande tâche de l’heure est de … hurler. 

Leçons de la grève de 2012 

La subordination de la direction étudiante aux syndicats signifie l’abandon de la lutte contre l’austérité capitaliste aux mains des défenseurs les plus endurcis du capitalisme – ces bureaucrates qui reçoivent des salaires à six chiffres, jouissent de privilèges de toutes sortes, et contrôlent des fonds de pensions de plusieurs milliards investis dans des centaines d’entreprises du Québec.

Cela fait des décennies que les syndicats étouffent ou torpillent toute résistance venant d’en bas aux attaques anti-ouvrières de l’élite dirigeante, et travaillent activement à imposer les coupures d’emplois et autres concessions réclamées par la grande entreprise, ainsi que les mesures d’austérité exigées par les marchés financiers. 

L’exemple le plus récent a été leur intervention dans la grève étudiante de 2012. Les syndicats ont isolé les étudiants tout au long du conflit. Dans leur double discours typique, ils ont dénoncé le projet de loi 78, tout en annonçant qu’ils appliqueraient ses clauses à la lettre, y compris celles qui les forçaient à ordonner aux professeurs de cégeps et universités à agir comme briseurs de grève. 

Mais lorsque cette loi anti-démocratique a plutôt provoqué une vive opposition populaire et soulevé la possibilité que la rébellion étudiante s’étende aux travailleurs, les syndicats ont appelé à transférer la lutte «de la rue aux urnes» afin de la détourner derrière l’élection du PQ. Une fois au pouvoir, le PQ a vite fait d’imposer une hausse permanente des frais de scolarité et des coupes budgétaires pires que celles du gouvernement libéral précédent de Jean Charest. 

Des éléments au sein de l’ASSÉ et de Printemps 2015 prônent aujourd’hui l’idée que les étudiants peuvent pousser ces appareils bureaucratiques moribonds à « mordre » la main capitaliste qui les nourrit si grassement. 

Cette dangereuse illusion est démentie par toute l’expérience passée, sans parler des déclarations des principaux intéressés. «Nous avons convenu que l’on ferait nos affaires chacun de notre côté», a fait savoir le président de la FTQ, Daniel Boyer, tandis qu’il insistait aux côtés des autres centrales syndicales qu’il était hors de question que le demi-million de travailleurs du secteur public, dont les conventions collectives arrivent à échéance le 31 mars, se joignent aux étudiants en grève. 

Comme cela s’est souvent produit dans le passé, les syndicats s’apprêtent à garder les travailleurs dans la camisole de force de la négociation collective et à repousser jusqu’à l’automne, sinon en 2016, le recours à «l’arme ultime» de la grève légale – qui serait rapidement illégalisée par le gouvernement. 

La Grèce et la faillite d’une opposition nationaliste à la dictature du capital

Quant au nationalisme de la direction étudiante, il bloque le tournant nécessaire des jeunes et des travailleurs du Québec vers leurs alliés les plus puissants – les étudiants et les travailleurs du reste du Canada et des États-Unis – et empêche de tirer le moindre enseignement des luttes sociales qui font rage dans le reste du monde, notamment en Grèce. 

Depuis la crise financière de 2008, la troïka de l’oligarchie capitaliste (le FMI, l’Union européenne et la Banque centrale européenne) a imposé à ce pays une politique de la terre brûlée, qui a dévasté son économie et mené à un chômage de masse et à l’appauvrissement général des travailleurs. Elle voulait ainsi tracer un exemple pour toute la classe ouvrière européenne. 

Lorsque la population grecque a élu un gouvernement se disant opposé à l’austérité, l’élite financière internationale a déclaré qu’elle ne reconnaîtrait pas le résultat et que le nouveau gouvernement Syriza (Coalition de la gauche radicale) doit appliquer à la lettre son programme de contre-révolution sociale. 

Devant cette riposte prévisible, Syriza, un parti des classes moyennes privilégiées qui sert de modèle à Québec solidaire, a abandonné toutes ses promesses électorales en un temps record, acceptant d’imposer les sévères mesures d’austérité auxquelles il se disait opposé. 

Ce n’est pas parce que le capital mondial est invincible, mais parce que les réformistes nationaux de Syriza étaient implacablement opposée à défier le capitalisme et à lancer un appel à la classe ouvrière européenne, qui fait également face aux ravages de l’austérité, pour une lutte commune contre la troïka et pour une Europe des travailleurs. 

Préparons une grève générale politique 

Aux étudiants qui demandent un programme viable sur lequel baser la lutte contre l’austérité capitaliste, le Parti de l’égalité socialiste répond qu’une autre politique est possible, et nécessaire – une politique basée sur une conception socialiste et internationale des profondes contradictions objectives qui traversent le capitalisme mondial. 

L’affirmation des gouvernements bourgeois à travers le monde qu’il n’y a «pas d’argent» pour la santé, l’éducation et les autres besoins sociaux essentiels est un mensonge. Mais ces ressources ne peuvent être mobilisées que si l’emprise exercée par la grande entreprise sur la vie socio-économique est brisée et l’économie mondiale réorganisée afin que la production et la technologie servent les besoins humains, et non les profits d’une minorité. 

Une seule classe sociale a la capacité de réaliser cette transformation révolutionnaire, c’est la classe ouvrière. 

En premier lieu, celle-ci doit être mobilisée comme une force politique indépendante, unissant ses diverses luttes pour la défense des services publics, des salaires et des emplois en une vaste contre-offensive des travailleurs français, anglais et immigrés de tout le Canada. 

Les jeunes et les travailleurs ne devraient pas faire la promotion de la «grève sociale», un mouvement de contestation visant à faire appel à l’élite québécoise. Ils devraient plutôt lutter pour préparer une grève générale politique de toute la classe ouvrière, en défi aux lois anti-syndicales, et dans le but de faire tomber le gouvernement Couillard et de faire de la lutte contre l’austérité au Québec le fer de lance d’un mouvement de la classe ouvrière à travers le Canada et toute l’Amérique du nord, pour des gouvernements ouvriers et une réorganisation socialiste de la société. 

Le principal obstacle qui se dresse sur cette voie, c’est la bureaucratie syndicale pro-capitaliste. La tâche centrale posée aux dizaines de milliers d’étudiants qui sortiront en grève à partir du 23 mars est d’aider les travailleurs à rompre le carcan organisationnel et politique des syndicats et à prendre la voie de la lutte politique contre le capitalisme. 

Des délégations étudiantes devraient se rendre aux portes de métro, sur les lieux de travail, dans les quartiers populaires, avec le message suivant adressé à tous les travailleurs: formez des comités de la base indépendants des syndicats, chargés de rallier la classe ouvrière contre Couillard, Harper et toute l’élite dirigeante et de lutter pour la mobilisation politique indépendante des travailleurs.