Une réponse à l'attaque de Louis Proyect contre le WSWS

Par David North
9 juin 2015

Louis Proyect, l’éditeur du blog « Le marxiste impénitent, » a affiché vendredi une dénonciation calomnieuse et grossière d’un article du WSWS écrit par Niles Williamson, intitulé « Les responsables américains envisagent des frappes nucléaires contre la Russie. »

Selon Proyect, le WSWS aurait repris une citation fabriquée de toutes pièces par un correspondant de l’Associated Press, Robert Burns, sur la politique nucléaire de l’Administration Obama.

L'article de Burns cité par le WSWS rapportait que le secrétaire adjoint à la Défense, Robert Scher, avait témoigné le 15 avril, devant le Sous-comité sur les forces stratégiques de la Chambre des Représentants, que les mesures « antiforce » américaines signifieraient que « nous pourrions aller et effectivement attaquer ce missile où il se trouve en Russie. »

Réagissant à la citation par le WSWS de la déclaration extrêmement menaçante de Scher, Proyect écrit : « Toute personne normale qui lirait la dernière édition du World Socialist Web Site ferait pipi dans sa culotte. Les responsables américains envisagent des frappes nucléaires contre la Russie? Putain de merde, c'est du sérieux ».

Il ajoute, « La question, bien sûr, est de savoir si le WSWS.org peut être pris au pied de la lettre. »

Proyect affirme ensuite que l’article du WSWS se fonde sur de fausses informations. Prenant la défense de l’Administration Obama, Proyect prétend effrontément que la déclaration attribuée à Scher n’a jamais été faite. La citation apparue dans l’article de Burns, selon lui, « ne se trouve pas dans le témoignage [de Scher], ni dans Nexis, une base de données d’articles de journaux qui fait autorité et à laquelle je peux accéder en tant que retraité de l’Université de Columbia... »

« Bref, Burns faisait une allégation sur le témoignage de Scher contredite par le Journal Officiel du Congrès américain » (Congressional Record), dit-il.

Dans une éruption incontrôlée et vulgaire, Proyect écrit : « À ma compréhension, le World Socialist Web Site consiste en une douzaine de personnes qui ne font rien pour construire le putain de mouvement de masse et qui se destinent plutôt à écrire ce genre de conneries bâclées en mal d’un vérificateur des faits ».

C’est Proyect qui est en mal d’un vérificateur des faits, et d'une savonnette pour la bouche en plus.

La vérité est que Robert Scher a bien fait la déclaration qui lui est attribuée par le correspondant d’AP. L’expression critique [« nous pourrions aller et effectivement attaquer ce missile où il se trouve en Russie »] ne figure pas dans la déclaration écrite préparée par Scher avant l’audience. Comme lors de la plupart des audiences de comités du Congrès, Scher n'a pas lu sa déclaration au sous-comité. La déclaration a été officiellement acceptée et transmise au 'Congressional Record'.

Le vrai travail du sous-comité se composait d’une audience de 50 minutes, pendant laquelle Scher et plusieurs autres témoins ont répondu aux questions posées par les députés. C'était à ce moment-là que Scher a fait sa déclaration sur la politique nucléaire américaine envers la Russie.

La vidéo complète de l'audience est disponible sur le canal YouTube du Comité des services armés de la Chambre. Par paresse ou par malhonnêteté ou, plus vraisemblablement, par un mélange des deux, Proyect n'a pas pris la peine de consulter la vidéo de l'audience.

Devant le sous-comité, le représentant républicain de l’Alabama Mo Brooks a demandé (à 16:58 dans la vidéo) à Scher : « Quelle action les États-Unis prennent-ils suite à la violation par la Russie du Traité sur les forces nucléaires de portée intermédiaire ? »

Scher répond en affirmant que les Etats-Unis « essayent de convaincre les Russes de revenir en conformité ». Il passe en revue trois catégories de riposte militaire (à partir de 17:50) que les États-Unis envisagent si la Russie refuse de rentrer en conformité avec le traité :

L'une est la défense active, comment défendre les endroits en Europe, ceux que le missile violant la traité INF pourrait atteindre. Une autre est de regarder comment nous pourrions aller et effectivement [mot supprimé] ce missile où il se trouve en Russie. Ensuite, une troisième est de comprendre qu'il n'est pas question d'attaquer seulement cette capacité-là, mais que nous pouvons voir ce que nous pouvons menacer à l'intérieur de la Russie elle-même. Nous examinons encore toutes ces possibilités pour choisir celle qui sera la plus efficace... [italiques ajoutés]

Pour des raisons inconnues, un mot est supprimé de l’enregistrement. À 18:11 précisément dans la vidéo, il y a une pause momentanée. Le verbe « attaquer » est donc absent. Nous ne savons pas si c'est le résultat d’un problème technique ou d'une modification ultérieure. Cette dernière possibilité ne peut pas être exclue, car la déclaration de Scher a de profondes implications.

En tout cas, on entend clairement la phrase (moins le mot « attaquer ») -- qui a été fabriquée, selon Proyect – sur la vidéo. Burns a incontestablement rapporté fidèlement la phrase de Scher dans son intégralité.

Il faut souligner quelques points supplémentaires sur cet échange. D'abord, Scher utilise un langage général, comme la plupart des témoignages lors de l'audience. Les membres du Congrès, comme Scher, évoquent souvent une session à huis-clos à venir, où on fournira plus de détails, y compris sur la réponse des États-Unis à des allégations de violations du traité par la Russie. Ce forum est complètement caché au peuple américain.

Deuxièmement, Scher menace non seulement d'attaquer d'éventuels missiles, mais aussi d’autres objectifs en Russie. C'est le sens de sa déclaration que l'armée doit comprendre qu’« il n'est pas question d'attaquer seulement cette capacité-là, mais que nous pouvons voir ce que nous pouvons menacer à l'intérieur de la Russie elle-même ».

Troisièmement, cette discussion se produit dans le contexte d’un examen de la politique nucléaire, où il est clair que les États-Unis envisagent d'utiliser des armes nucléaires lors d'une telle attaque. Comme l’écrit Burns dans son article (cité par le WSWS, mais pas par Proyect), « Les options vont jusqu’à une qui impliquait — sans que ce soit explicitement indiqué — qu’on améliorerait la capacité des armes nucléaires américaines à détruire des cibles militaires sur le sol russe. »

Enfin, la déclaration de Proyect que l’analyse de Burns « est basée entièrement sur le témoignage » de Scher est un autre mensonge. En fait, l’Administration Obama et le Pentagone travaillent depuis des mois à utiliser des allégations de violations russes du traité INF pour justifier l'intensification des provocations militaires, y compris une stratégie de pré-emption nucléaire.

S'exprimant en février devant le Comité des services armés du Sénat, le Secrétaire à la Défense, Ashton Carter, a décrit cette politique dans les mêmes termes que Scher, mais en employant le terme « antiforce » relevé par Burns. En réponse aux violations INF, selon Carter :

La gamme d’options que nous devrions regarder au Pentagone pourrait inclure des défenses actives contre des missiles de croisière antisol de portée intermédiaire; des capacités antiforce pour empêcher des attaques par des missiles de croisière de portée intermédiaire à lanceur terrestre; et des capacités améliorées de frappe compensatrice pour aider les forces américaines ou alliées.

Dans cette déclaration évidemment préparée et mûrement réfléchie, Carter évoque explicitement des frappes « préventives » contre des missiles en Russie, donc avant qu’une attaque soit lancée contre les États-Unis. En outre, il utilise un langage associé de longue date à la politique nucléaire. Selon une analyse de la Fédération des scientifiques américains, « l'antiforce est une stratégie qui vise à menacer les forces militaires ennemies. L’utiliser pour 'empêcher' une attaque signifie élaborer des plans pour utiliser des forces conventionnelles ou nucléaires pour détruire le GLCM (missile de croisière sol-sol) avant qu’il ne puisse être utilisé... »

Cela n’est pas la première fois que Proyect a attaqué le WSWS. Il est obsédé par le lectorat important du World Socialist Web Site. Dans ce dernier blog, il écrit: « Certains radicaux de ma connaissance le prennent au pied de la lettre. Un ami FB et abonné Marxmail qui est professeur de sociologie fait fréquemment des liens vers leurs articles. Un autre professeur qui était un invité à la maison pour quelques jours m’a dit qu’il préfère vérifier au WSWS tous les jours, car c'est plus fiable que le New York Times. Le site est également populaire auprès des étudiants, qui aiment à le citer dans les essais, selon ma femme qui travaille dans le système CUNY. »

On peut supposer que Proyect est particulièrement furieux à cause de l’article sur le témoignage de Robert Scher, car la couverture par le WSWS du militarisme irresponsable de l’Administration Obama trouve une audience importante. Par conséquent, elle nuit à ses propres activités de propagandiste pour les opérations impérialistes de l’Administration Obama. Proyect a été un partisan virulent de la « révolution verte » en Iran, de la guerre menée par l’OTAN en Libye, de la guerre civile attisée par CIA en Syrie, et du coup d’État soutenu par les États-Unis en Ukraine.

Le blog de Proyect – nous devrions l’appeler son blabla – n'a aucune crédibilité. Dans sa malhonnêteté, son cynisme et sa basse vulgarité, il incarne tout ce qui est politiquement malade dans le milieu de la pseudo-gauche américaine.

Son attaque du WSWS est l'œuvre d'un homme qui n'a absolument rien à voir avec la politique, les principes et la culture du mouvement marxiste. Il devrait intituler son blog « Le menteur impénitent. »