Il y a 100 ans : la Bataille de la Somme se termine avec plus d’1 million de pertes

15 novembre 2016

Les troupes anglaises partant à l’assaut depuis les tranchées dans la Somme

Le 19 novembre 1916, les autorités britanniques et françaises ont mis fin à l’offensive de plusieurs mois qui cherchait à faire reculer les troupes allemandes dans la région stratégique le long de la rivière Somme dans le nord de la France. Cette offensive connue sous le nom de Bataille de la Somme, commencée en juillet, fut le cadre du plus grand bain de sang impérialiste jusqu’alors, causant plus d’un million de pertes.

Cette offensive des Alliés a connu des pertes importantes dans les deux camps dès ses premières étapes. Pour le premier jour des combats, le 1er juillet, les pertes britanniques sont estimées à 57 470 hommes, dont près de 20 000 morts parmi les milliers de soldats jetés dans la bataille contre les positions allemandes bien retranchées.

Durant les mois suivants, des centaines de milliers d’autres allaient mourir dans des assauts alliés et contre-offensives allemandes, la bataille devenant de plus en plus une bataille d’usure. Les commandants des deux camps ont sacrifié à plusieurs reprises des milliers de soldats pour gagner quelques mètres dans cette guerre des tranchées prolongée. La bataille fut l’occasion pour les belligérants d’utiliser de nouvelles armes au combat, dont les armes chimiques, les chars d’assaut, et les avions pour la reconnaissance et le bombardement du côté britannique.

La décision britannique de mettre fin à cette campagne intervint après une série de tentatives infructueuses de remporter un avantage décisif. À la fin septembre, les troupes alliées avaient lancées une offensive majeure contre les positions allemandes au pont de Thiepval, les forces commandées par les britanniques tirant 60 000 obus d’artillerie de campagne, 45 000 obus d’artillerie lourde et des centaines d’obus au gaz. Le mois suivant, les Alliés lançaient la bataille de la crête d’Ancre, qui s’est terminée par une situation stratégique bloquée par un hiver rigoureux et les lourdes pertes. Le 13 novembre, les forces britanniques ont tenté de prendre avantage de l’épuisement des allemands en attaquant directement dans la vallée de l’Ancre.

Cette offensive fut terminée le 18 novembre. Un facteur essentiel de cette décision fut l’opposition montante à la guerre parmi les soldats et dans la classe ouvrière au pays. À la fin octobre, la colère contre les pertes massives s’est fait sentir par l’échec d’un plébiscite sur le service militaire obligatoire en Australie. Les manifestations contre la guerre rassemblaient des centaines de milliers de personnes. Un mouvement similaire se développait contre les actions des autorités britanniques qui visaient à étendre le service militaire obligatoire.

À la fin de ce carnage, les pertes, blessés et morts, étaient estimées à 420 000 hommes chez les Britanniques, 200 000 pour les Français et près d’un demi-million de soldats allemands.