Les preuves de la mise sur liste noire des sites de gauche et progressistes par Google s’accumulent

Par Andre Damon
9 août 2017

Un nombre croissant de sites Web éminents de gauche ont confirmé que leur taux de fréquentation en provenance de Google a chuté ces mois derniers, cela vient s’ajouter aux preuves que Google, sous couvert d’une campagne frauduleuse contre les fake news, met en œuvre un large programme de censure systématique.

Truthout, un site Web à but non lucratif qui se concentre sur les développements politiques, sociaux et écologiques du point de vue progressiste de gauche, a vu diminuer son lectorat de 35 pour cent depuis avril. Real News, un service d’actualités en vidéo et de documentaires à but non lucratif, a vu chuter sa fréquentation en provenance des moteurs de recherche de 37 pour cent. Un autre site, Common Dreams, a informé le WSWS la semaine dernière que sa fréquentation venant des moteurs de recherche avait chuté de jusqu’à 50 pour cent.

Pour autant, elles sont dépassées de loin par la baisse de près de 70 pour cent de fréquentations provenant de Google subie par le WSWS.

« Quelque chose s’est passé avec Google à tous les niveaux qui affecte grandement les médias de gauche », a déclaré Scott LaMorte, le développeur de sites web pour Truthout et The Real News.

« C’est une parfaite aberration. C’est une baisse inédite depuis trois ans pour Truthout et The Real News, et probablement sans précédent dans la vie de ces organisations. Aucune des deux n’a connu précédemment une baisse pendant trois mois consécutifs depuis mai comme c’est leur cas.

« Ce n’est pas comme si tout le monde à gauche a soudainement changé leur SEO [Optimisation des moteurs de recherche] », a déclaré M. LaMorte. « Je ne pense pas que ce soit un changement dans l’algorithme de Google qui détermine l’importance de leurs pratiques SEO de référencement. »

Eric Maas, un consultant en optimisation des moteurs de recherche travaillant dans la région de la baie de San Francisco, a déclaré que son équipe a examiné un large éventail de sites d’information indépendants affectés par des changements dans les algorithmes de Google depuis avril. « Ces sites, qui ont vu chuter leur fréquentation depuis les recherches de jusqu’à 67 pour cent, possèdent une gamme variée de stratégies de contenu et de conformité aux bonnes pratiques préconisées par Google et les experts en SEO. »

« C’est le pire des cas de la censure politique ; c’est juste une excuse pour supprimer des points de vue politiques », a déclaré Robert Epstein, un ancien rédacteur en chef de Psychology Today et expert reconnu de Google.

Epstein a déclaré que, à ce stade, la question était de savoir si le WSWS avait été signalé spécifiquement par des évaluateurs humains employés par le géant de la recherche ou si ces évaluateurs avaient influencé le moteur de recherche Google pour reléguer les sites de gauche. « Ce que vous ne savez pas, c’est si ce sont les évaluateurs humains qui vous relèguent ou si c’est le nouvel algorithme qu’ils mettent au point », a déclaré Epstein.

Richard Stallman, le pionnier de la technologie de renommée mondiale et dirigeant du Free Software Foundation (Fondation pour le logiciel libre), a déclaré qu’il avait lu le reportage du WSWS sur la censure par Google des sites de gauche. Il a mis en garde contre l’immense contrôle exercé par Google sur Internet, en disant : « Du fait que le contrôle du principal moyen utilisé par les gens pour repérer des articles sur une question donnée soit exercé par une société géante crée le potentiel évident d’abus de pouvoir. »

Selon les données de l’outil d’optimisation de recherche SEMRush, la fréquentation de recherche sur le site Web personnel de M. Stallman, Stallman.org, est tombée de 24 pour cent, tandis que le trafic vers gnu.org, exploité par la Free Software Foundation, a chuté de 19 pour cent.

La baisse massive de fréquentation en provenance des recherches vers le WSWS et d’autres sites de gauche s’est produite après la mise en œuvre de changements dans les protocoles d’évaluation des recherches de Google. Dans un communiqué publié le 25 avril, Ben Gomes, vice-président de l’ingénierie, a déclaré que la mise à jour par Google de son moteur de recherche bloquerait l’accès à des sites « offensants » tout en s’assurant de faire ressortir plus de « contenu faisant autorité ».

Dans un ensemble de lignes directrices fournies aux évaluateurs Google en mars, la société a donné l’ordre aux évaluateurs de son moteur de recherche de signaler les pages renvoyant des « théories du complot » ou un contenu « bouleversant » à moins que « la requête indique clairement que l’utilisateur recherche un point de vue différent ».

Le WSWS continuera à démasquer le programme de censure politique de Google et à lutter contre lui, mais nous avons besoin de l’aide de nos lecteurs. Veuillez partager cet article par email et les médias sociaux. S’il vous plaît faites un don aujourd’hui et s’inscrire pour des mises à jour par e-mail !

À lire également :

Google bloque les 45 premiers termes de recherche du WSWS

Le nouveau protocole de recherche de Google restreint l’accès à 13 importants sites web socialistes, progressistes et anti-guerre

Un nouvel algorithme de Google limite l’accès aux sites web progressistes et de gauche

(article original paru le 8 août 2017)