Plus de 80% des ménages touchés par l'ouragan Harvey n’ont pas d’assurance inondation

Par Niles Niemuth
4 septembre 2017

La crise pour des dizaines de milliers de personnes dans la région autour de Houston au Texas ne fait que commencer puisque la vaste majorité d'entre eux n'ont pas d’assurance inondation pour couvrir les dégâts que leur maison a subis.

Seulement 16% des ménages dans les 18 comtés du Texas qui ont été déclarés zone sinistrée ont des assurances inondation, selon Pew Charitable Trust. Entre 80 et 85% des maisons de Houston n’ont pas d’assurance inondation.

Malgré le développement et l’expansion rapide des dernières années, dans le comté de Harris, où se situe Houston, 25.000 propriétés de moins qu’en 2012 sont couvertes par des assurances inondation.

De nombreux travailleurs ne pouvaient plus se permettre des assurances inondation en plus de toutes leurs autres dépenses lorsque le Congrès a approuvé une augmentation des primes en 2012, contribuant au déclin du nombre de ménages payant pour des assurances inondation.

En plus, les cartes de risques d'inondation de l’Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA) qui sont utilisées pour déterminer qui a droit aux assurances sont désuètes. Les régions autour de Houston et ailleurs aux États-Unis, qui ne sont pas désignées comme étant à haut risque d’inondation, ont subi régulièrement des inondations ces dernières années.

«Beaucoup de zones de la région de Houston ne sont pas des zones inondables identifiées par FEMA», a dit Larry Larson, conseiller principal des politiques à l’Association of State Floodplain Managers au Houston Chronicle. «Mais elles ont été frappées quand même.»

En raison des risques et de l'incertitude, l’assurance inondation aux États-Unis n'est seulement disponible à des millions de personnes qu'à travers le Programme national d’assurance inondation (NFIP). Le coût annuel moyen des assurances inondation au Texas peut grimper jusqu’à 2000$ dans les zones inondables désignées.

Ceux qui ont la chance d'avoir des assurances inondation sont assurés jusqu’à 250.000$ pour couvrir les coûts de reconstruction et jusqu’à 100.000$ pour remplacer leurs biens personnels. Pour beaucoup d'entre eux, cela ne sera pas assez pour couvrir le coût total de leurs pertes.

Ceux qui n’ont pas d’assurance et dont les maisons sont devenues inhabitables à cause des inondations peuvent demander un prêt de 33.000$ pour couvrir les coûts de reconstruction et d’hébergement à l’hôtel. Des prêts à faibles taux sont également disponibles à travers la Small Business Administration.

Toutefois, les propriétaires doivent lutter bec et ongles contre le gouvernement pour même recevoir ce petit montant. «FEMA doit croire que votre maison est endommagée si substantiellement qu’il n’y a aucune partie de votre maison que vous puissiez habiter», afin de recevoir une subvention, a dit Saundra Brown, une avocate de la région de Houston, au Washington Post.

Le Programme national d’assurance inondation a été poussé à sa limite après les désastres répétés des 12 dernières années. Après avoir payé les demandes pour l’ouragan Katrina en 2005 et l’ouragan Sandy en 2012, le NFIP est endetté de 25 milliards de dollars. Il n'est autorisé qu'à emprunter 30 milliards $.

Des emprunts additionnels pour financer le programme exigeront l’approbation du Congrès. La charte du NFIP arrivera à échéance le 30 septembre sans une nouvelle autorisation du Congrès. Si le programme n'était pas autorisé à nouveau, les paiements des réclamations pour l'ouragan Harvey seraient retardés et il n'y aurait plus de polices d'assurance inondation émises à l’échelle nationale.

(Article paru en anglais le 1er septembre)