Le film « Du tsar à Lénine » joue à guichets fermés à Londres et à Manchester

Par nos journalistes
26 octobre 2017

Les cinémas de Londres et de Manchester ont récemment projeté « Du tsar à Lénine », l’un des documentaires les plus importants jamais réalisés, à guichets fermés.

Le documentaire a été présenté le 14 octobre à « HOME », le centre international d’art contemporain, de théâtre et de cinéma de Manchester, et au « Barbican Centre » de Londres le 22 octobre. Le centre des arts de la scène Barbican, dont le cinéma, est le plus grand d’Europe.

À Manchester, Chris Marsden, le secrétaire national du Parti de l’égalité socialiste, a été invité à faire une présentation de 10 minutes du film. Au Barbican, le vétéran trotskyste Barbara Slaughter a donné une introduction.

Chris Marsden présente « Du tsar à Lénine » à Manchester

Marsden a déclaré : « Cela témoigne de l’importance durable de ce travail qui figure aujourd’hui dans la commémoration du centenaire de la Révolution d’octobre, à côté des œuvres classiques comme ‘Octobre’ d’Eisenstein ».

« Politiquement, cela reste à ce jour l’un des documentaires les plus importants jamais réalisés. Et peut-être plus que jamais, compte tenu de la propagande anhistorique ou même anticommuniste qui a caractérisé les efforts de la BBC et de tant d’autres pour marquer le centenaire ».

« Aucun d’entre vous ne serait ici si vous n’aviez des sentiments forts sur la Révolution d’Octobre – la plupart, je l’espère, de la sympathie ou éventuellement un soutien actif pour la perspective et la vision anti-guerre, socialiste et internationaliste qui guidaient ceux qui ont fait cette révolution. Mais même si vos opinions sont façonnées par le discours politique officiel, que la révolution russe était une erreur tragique, l’attrait intellectuel, émotionnel et artistique d’un mouvement de masse héroïque englobant des millions de personnes qui ont modifié le cours de l’histoire humaine vous a amené ici ».

« J’oserai suggérer que, ayant vu ‘Du Tsar à Lénine’, toute croyance erronée selon laquelle octobre était en quelque sorte un putsch mené par les bolcheviks qui ont saboté un renversement démocratique prometteur du tsarisme, aura été contestée, sinon dissipée ».

Marsden a expliqué que le film est le fruit d’une collaboration extraordinaire entre deux individus : Herman Axelbank qui, inspiré par ces événements historiques, s’est mis à rassembler coûte que coûte des images des événements de 1917 ; et Max Eastman, alors partisan de la révolution bolchevique.

Eastman s’était rendu en Union soviétique dans les années 1920 et avait établi des relations politiques et personnelles étroites avec de nombreux dirigeants du régime soviétique – surtout Léon Trotsky. Marsden a noté, « Eastman est le narrateur de « Du Tsar à Lénine », et il fait un travail superbe. Mais il faut souligner que l’analyse qui façonne la structure du film appartient à Léon Trotsky. Codirigeant avec Lénine d’octobre et chef de l’Armée rouge pendant les événements décrits, il a poursuivi la lutte pour défendre le programme de l’internationalisme socialiste contre la dégénérescence bureaucratique de l’Union soviétique sous Joseph Staline. Le film fut achevé en janvier 1931, un an après la publication de la monumentale Histoire de la révolution russe de Trotsky, traduite par Eastman. »

Le destin ultérieur du film était lié à la croissance du stalinisme. Le documentaire a connu une grande première le 6 mars 1937 au Cinéma Filmarte de la 58 rue à New York. Mais il est paru dans le contexte des Procès de Moscou – la machination systématique contre les plus proches collaborateurs de Lénine et leur meurtre par la bureaucratie stalinienne étaient centrés sur une campagne frénétique contre Trotsky et l’Opposition de gauche.

Une campagne massive a été lancée pour discréditer le film et bloquer sa diffusion. Cela comprenait la menace contre les distributeurs qu’ils ne seraient pas autorisés à vendre des films soviétiques, comme ceux d’Eisenstein, s’ils montraient « Du Tsar à Lénine ». Le film a été massacré et n’a jamais été projeté après cette première réussie.

Marsden a conclu ses remarques en disant : « “Du Tsar à Lénine” ne prétend pas se tenir au-dessus des événements qu’il dépeint, d’une impartialité étudiée et invariablement fausse. C’est un film partisan, socialiste. Mais ce n’est pas de la simple propagande. »

« Parce qu’il dit la vérité, il est objectif dans un sens réel. Il n’a aucune raison de mentir. Parce que, tel qu’a insisté Lénine : rien, en politique comme en art, n’est aussi puissant que la vérité. »

« Et la vérité que raconte “Du Tsar à Lénine” est comment des millions de travailleurs, dirigés par les bolcheviks, ont réagi au carnage de la guerre en renversant l’un des régimes les plus répressifs du monde et comment ils ont prouvé que le socialisme n’était pas utopique, mais un projet pratique à réaliser à travers la lutte de classe révolutionnaire. »

Dans ses remarques à Londres, Barbara Slaughter a expliqué :

« Tout le monde ne sait pas qu’il y a eu deux révolutions en Russie en 1917. Au moment où la première révolution a renversé l’autocratie tsariste en février, la Russie avait perdu deux millions et demi de vies dans la Première Guerre mondiale et des millions d’autres mouraient de faim. Le commentaire d’Eastman souligne que dans cette situation désespérée, la Révolution de février a donné naissance à des jumeaux ».

« D’un côté, il y avait le gouvernement provisoire autoproclamé des propriétaires fonciers et des capitalistes, qui voulait rétablir l’ordre, défendre la propriété privée et gagner la guerre. Les Alliés ont toléré ce gouvernement parce qu’ils pensaient qu’il poursuivrait la guerre contre l’Allemagne plus efficacement que le Tsar. »

« De l’autre côté, les soldats, les ouvriers et les paysans, organisés dans les soviets, voulaient arrêter la guerre, confisquer les propriétés des propriétaires et avoir la paix, le pain et la terre. »

« Ces deux forces opposées ne pouvaient pas coexister longtemps. La décision de Kérensky, chef effectif du gouvernement provisoire, de lancer une nouvelle offensive contre l’Allemagne le 18 juin, sonna le glas de son régime. »

« Vous verrez dans le film qu’à partir du moment où Lénine et Trotsky sont arrivés en Russie, ils ont appelé à une deuxième révolution, une révolution prolétarienne, pour renverser le gouvernement provisoire et établir le premier État ouvrier. Cette deuxième révolution a eu lieu en octobre sous la direction du parti bolchevique. »

Elle a conclu : « Aujourd’hui, l’économie mondiale est dominée par une poignée de grandes banques et de sociétés transnationales. Nous vivons dans une période d’inégalité sans précédent. Les gouvernements adoptent des méthodes autocratiques de domination pour garder le contrôle. Et la menace de l’annihilation nucléaire plane sur nous tous. »

« “Du Tsar à Lénine” témoigne de l’époque où les idéaux socialistes ont inspiré le plus grand mouvement révolutionnaire de l’histoire du monde. Nous devons apprendre de cela. »

Les remarques de Marsden et Slaughter ont reçu des applaudissements du public, tout comme le film lui-même. Un certain nombre de personnes dans les auditoires ont parlé à Marsden et Slaughter félicitant le film, conduisant à des demandes de projections supplémentaires dans d’autres institutions.

Après la présentation du tsar à Lénine, le réalisateur Barry Bliss a parlé à Barbara Slaughter. Il a dit : « C’est un exploit remarquable de produire ce film. C’est le documentaire classique de la période – réfléchi, dynamique et partisan, avec quoi je suis tout à fait d’accord. Il ne sert à rien d’être neutre. La passion pour faire le film est clairement venue de son engagement envers la révolution elle-même. »

Il a poursuivi : « Vers 1982/83, j’ai vu pour la première fois le film soviétique “New Babylon” réalisé par Grigori Kozintsev et Leonid Trauberg. Shostakovich a composé la partition orchestrale pour accompagner le film. Une partition plus simple pour piano et quelques autres instruments a été utilisée pour la distribution générale. Mais un musicologue avait découvert et avait rassemblé la partition originale, et il a été joué à Southbank avec un accompagnement orchestral complet. »

« C’était une occasion très excitante, et avant que ça commence, l’historien du cinéma Ken Brownlow est venu sur scène et a dit qu’il voulait présenter une « personne très spéciale ». Cette « personne spéciale » était le directeur de New Babylon, Leonid Trauberg. Il y a eu un émoi dans l’auditoire, et je suis sûr que tout le monde pensait : “Mais n’est-il pas mort ?” J’étais très jeune à l’époque, mais j’étais déterminé à le rencontrer, ce que j’ai réussi à faire deux fois. C’était merveilleux de lui parler. »

« Trauberg n’avait que quinze ans en 1917. Il était à Saint-Pétersbourg quand elle était assiégée. Il a peint un portrait “marcher sur la Perspective Nevsky”, quand l’armée du Général Wrangel était seulement à seize kilomètres de distance. Mais ils savaient qu’ils créaient un Nouveau Monde. Rien ne semblait impossible. Chaque nouvelle journée offrait de nouvelles possibilités. Il y avait un puissant sentiment d’accomplissement et d’émerveillement. »

« Pendant que Trauberg parlait, il a récréé le sentiment d’excitation qu’un Nouveau Monde se forgeait. Il a dit : “Il n’y avait rien que nous pensions ne pas pouvoir faire.” Et c’est ce que j’ai ressenti en regardant “Tsar à Lénine” ce soir. »

(Article paru d’abord en anglais le 25 octobre 2017)