Non à la censure de droite à l'Université de Leipzig!

Par les Étudiants et jeunes internationalistes pour l'égalité sociale
24 novembre 2017

Les Étudiants et jeunes internationalistes pour l'égalité sociale (IYSSE – International Youth and Students for Social Equality) ont protesté dans une lettre ouverte le 11 novembre contre la décision du Conseil des étudiants de l’Université de Leipzig de refuser d’accorder à l’IYSSE le statut de groupe de travail (WG). La reconnaissance en tant que WG est une condition préalable à l’accès aux salles et à la possibilité de travailler sur le campus. Les membres du conseil des élèves ont maintenant répondu à la lettre ouverte.

Leur réponse confirme que la décision contre l’IYSSE est une attaque fondamentale contre les droits fondamentaux de la liberté d’opinion et d’association. La droite voit s’ouvrir de nouvelles opportunités: l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) est devenue le parti le plus fort de l’État de Saxe, le gouvernement fédéral renforce l’appareil d’État répressif interne et externe et l’inégalité sociale grandit. Dans ces conditions, le conseil étudiant interdit l’accès à l’université à un groupe d’étudiants socialiste qui combat les forces de droite, le militarisme et le capitalisme.

Les accusations portées contre l’IYSSE par le conseil étudiant sont sans fondement et calomnieuses. Sans aucune trace de preuve, il accuse l’IYSSE d’antisémitisme. Le mouvement trotskyste, dont les traditions sont suivies par l’IYSSE, s’est battu plus que toute autre tendance contre l’antisémitisme et toutes les formes de discrimination sociale, raciale et religieuse. Des milliers de trotskystes ont perdu la vie dans la lutte contre les nazis, le fascisme et le stalinisme. Les écrits de Léon Trotsky contre les nazis restent à ce jour inégalés dans leur clarté et leur exactitude.

L’IYSSE a lui-même été la cible d’attaques aigries des médias bourgeois ces dernières années parce que l'organisation s’est battue dans les universités contre la minimisation des crimes des nazis. La critique de l’IYSSE de l’extrémiste de droite Jörg Baberowski, professeur à l’Université Humboldt, qui défend l’apologiste des nazis, Ernst Nolte, et a déclaré que Hitler n’était «pas violent», a été soutenue par plusieurs organisations représentatives des étudiants.

Et comment réagit le conseil étudiant de Leipzig? Il s’aligne sur le RCDS, l’association étudiante de droite affiliée à l’Union chrétienne-démocrate/Union chrétienne sociale (CDU/CSU). Le RCDS a invité Baberowski aux universités, entretient des liens étroits avec les milieux d’extrême droite et salue Sebastian Kurz, qui se prépare à entrer dans une coalition gouvernementale en Autriche avec le FPÖ (Parti d’extrême droite), une organisation pleine d’antisémites!

Le RCDS de Leipzig, qui a reçu le statut de groupe de travail du Conseil des étudiants, a publié deux déclarations la semaine dernière célébrant la décision du Conseil étudiant comme une étape importante dans la lutte contre «l’extrémisme». La Direction fédérale du RCDS a exigé une interdiction générale de tous les groupes d’étudiants radicaux de gauche, la révision de leurs activités par l’agence de renseignement du pays et l’interdiction d'accès des étudiants de gauche aux universités: mesures qui n’existent que sous des régimes fascistes ou des dictatures militaires.

La réponse du conseil étudiant ne laisse aucun doute sur le fait que sa principale préoccupation est la suppression des opinions socialistes et antimilitaristes. En plus des accusations sans fondement contre l’IYSSE, comme l’affirmation selon laquelle elle emploie le cliché nazi du «capital constructif et avare», le conseil étudiant dénonce toute critique du capitalisme comme «antisémitisme».

Le Conseil des étudiants ne veut pas non plus que l’on parle de «l’élite en tant qu’acteur social unifié». D’après cette interdiction, on ne peut plus critiquer le fait que huit milliardaires possèdent plus de richesses que la moitié inférieure de la population mondiale et qu’une oligarchie financière super-riche contrôle tous les leviers du pouvoir.

Selon le Conseil des étudiants, l’allégation selon laquelle les élites capitalistes veulent «dominer l’Europe et imposer des intérêts économiques au niveau international» est inacceptable. Et ce, même si l’élite dirigeante demande explicitement de telles politiques. Par exemple, le professeur Herfried Münkler de l’Université de Humboldt, un défenseur de la politique étrangère allemande, a appelé dans son livre «Power in the Centre» pour l’Allemagne à devenir «le chef» et «celui qui discipline» l’Europe. On peut lire comment l’Allemagne veut imposer ses propres intérêts économiques au niveau international dans les directives officielles de la politique de défense de l’armée allemande.

Le Conseil des étudiants décrit la protestation de l’IYSSE contre la censure de Google comme l’expression d’une «vision du monde basée sur des théories du complot». Cependant, la censure faite par Google est un fait indiscutable.

Depuis que Ben Gomes, vice-président de l’ingénierie de recherche chez Google, a déclaré en avril que la société avait l’intention de promouvoir des sites «fiables» au détriment des sites d’informations «alternatives», le trafic de recherche de Google vers 13 sites web de gauche a diminué de 55 %, le World Socialist Web Site subissant une chute de 74 %. Des articles du journaliste primé du prix Pulitzer, Chris Hedges, ont soudainement disparu de Google News après avoir donné une interview au WSWS. «Après l’interview, ils m’ont mis sur la liste noire», a-t-il déclaré au WSWS. Le New York Times a également écrit sur la censure du WSWS par Google.

Il est évident que le Conseil des étudiants soutient la censure du WSWS, une publication internationale qui écrit quotidiennement contre la guerre, le militarisme, l’inégalité sociale et le capitalisme. Il déclare même que le concept de «média d’établissement» est inacceptable. Au lieu de cela, il exige que le WSWS s’incline devant les censeurs. «Bien sûr, il serait également possible de remettre en question ses propres commentaires lorsque le changement d’un algorithme pour lutter contre les “fausses nouvelles” a un impact disproportionné sur votre site web», écrit le conseil.

L’IYSSE fera une nouvelle demande pour le statut de groupe de travail (WG). Les membres du conseil des étudiants devraient réfléchir sérieusement comment ils vont voter: s’ils veulent soutenir le droit de l’IYSSE, une organisation internationale de jeunes et d’étudiants socialistes, de travailler sur le campus, ou s’ils veulent devenir l’outil d’une campagne réactionnaire qui renforcera les forces les plus à droite.

(Article paru d’abord en anglais le 23 novembre 2017)