Les leçons de la grève des enseignants de Virginie-Occidentale

Par Jerry White et Joseph Kishore
9 mars 2018

La grève de neuf jours de plus de 33.000 enseignants et autres employés des écoles publiques de la Virginie-Occidentale a pris fin mercredi matin. Les enseignants sont retournés travailler à travers l'État, en colère à propos des termes de l'accord soutenu par les syndicats qui a été passé en vitesse par la législature de l'État et signé par le gouverneur Jim Justice mardi.

La lutte résolue en Virginie-Occidentale a captivé les travailleurs à travers les États-Unis et le monde entier qui ont soutenu la lutte des enseignants pour des salaires décents et pour stopper l'augmentation des coûts des soins de santé, et s’y sont identifiés. La lutte était une puissante démonstration de la combativité croissante des travailleurs aux États-Unis et à l'échelle internationale, qui a révélé que la division fondamentale dans la société n'est pas l'ethnie ou le sexe, mais la classe.

Contrairement aux proclamations des syndicats, cependant, l'accord conclu pour mettre fin à la grève n'est pas une victoire pour les enseignants. Il ne fait rien pour répondre à la revendication centrale des enseignants: la fin de la hausse des coûts des soins de santé par l'intermédiaire de la Public Employee Insurance Agency (PEIA) qui annule de fait toute augmentation de salaire. De plus, la hausse unique des salaires de 5 % pour les travailleurs du secteur public sera financée par d'importantes coupes dans les programmes sociaux.

L'attitude des sociétés géantes qui contrôlent l'État envers le règlement de la grève a été articulée par un éditorial dans le Charleston Daily Mail de droite, qui, la semaine dernière, a attaqué les enseignants pour avoir refusé de suivre les ordres des syndicats et de retourner au travail. «Trois hourras pour les républicains au Sénat de Virginie-Occidentale», s'enthousiasme le journal, pour ne pas «céder aux exigences d'une foule indisciplinée en adoptant des taxes plus élevées».

Au lieu de taxer les riches et les sociétés énergétiques qui dominent l'État et contrôlent les démocrates et les républicains, tout financement supplémentaire pour de maigres augmentations de salaire viendra de l'annulation d'un programme gratuit de scolarité des collèges communautaires, une réduction de 10 millions de dollars dans le programme des soins de santé de Medicaid pour les résidents à faible revenu, l'élimination du nouveau financement pour les cliniques de soins de santé gratuits, et d'autres réductions.

Le Daily Mail ajoute joyeusement que la «plus grande opportunité d'économies est peut-être la bureaucratie de l'éducation de l'État et des comtés», c'est-à-dire l'élimination d'emplois publics.

Le cadre de l'accord est une provocation. Les enseignants n'ont pas fait grève pour voir les soins de santé et les services essentiels être arrachés aux autres travailleurs. Ils ne se sont pas battus pour avoir de maigres augmentations de salaire financées par l’appauvrissement encore pire de leurs élèves.

La lutte en Virginie-Occidentale n'est pas terminée. Plus les enseignants prennent conscience de l'accord qui a été utilisé pour les forcer à retourner au travail, plus vive la colère sera. En outre, la grève annonce une résurgence croissante de la lutte de classe à travers les États-Unis et à l'international.

Cela rend d'autant plus nécessaire une assimilation consciente des leçons de la grève des enseignants de la Virginie-Occidentale.

La répression de la grève est le résultat de la trahison systématique, consciente et délibérée des syndicats – la Fédération américaine des enseignants (AFT), la National Education Association (NEA) et leurs affiliés au niveau de l'État, ainsi que les United Mine Workers (UMW) ) et les autres syndicats AFL-CIO et Change to Win.

Dès le début, la lutte a démontré l'abîme qui sépare la classe ouvrière des organisations qui s'autoproclament syndicats, qui prennent l'argent des travailleurs et sont aux ordres des grandes entreprises et de l'État. La grève a été déclenchée par des discussions dans les cafétérias et les salles de réunion des écoles, ainsi que sur les médias sociaux, par des enseignants dans les comtés houillers du sud, et non dans les bureaux des syndicats du WVEA et de l'AFT-WV.

Tandis qu’une forte volonté de lutter s’était manifestée dans tout l'État, les syndicats ont appelé à une grève limitée de deux jours à l'échelle de l'État pour tenter de contenir la combativité des travailleurs, suivie d'une prolongation de deux jours. Puis, le 27 février, les syndicats ont annoncé soudainement un accord avec le gouverneur Jim Justice et ont ordonné aux enseignants de retourner au travail le 1er mars.

Les enseignants, cependant, se sont rebellés. Ils ont organisé des réunions sur les piquets de grève, dans le capitole et en ligne où ils ont rejeté les arguments des bureaucrates syndicaux qui ont tenté d'intimider les travailleurs en soutenant que continuer la grève menacerait d'aliéner les parents et entraînerait des injonctions et des amendes. Dans chaque comté, les travailleurs scolaires ont voté pour défier les ordres de briseurs de grève de la WVEA, de l'AFT-WV et du syndicat des travailleurs des services scolaires, et ont poursuivi leur combat.

En se révoltant, les grévistes ont, ne serait-ce que temporairement, brisé la camisole de force imposée par les syndicats, et ce mouvement naissant de la classe ouvrière est devenu un puissant pôle d'attraction pour les travailleurs et les jeunes de l'État, du pays et du monde.

La réponse des syndicats a été de redoubler d'efforts pour mettre fin à la grève au moment même où elle prenait de la force et inspirait d'autres sections de la classe ouvrière à prendre des mesures similaires. La grève de 1.400 travailleurs de Frontier Communications en Virginie-Occidentale et en Virginie le week-end dernier a rendu la fin de la grève, du point de vue des dirigeants syndicaux, d'autant plus nécessaire.

La dernière chose que les syndicats voulaient voir était une escalade du mouvement ouvrier, qui minerait tout ce qu'ils ont fait pour réprimer la lutte des classes depuis 1981, lorsque la casse de la grève des contrôleurs aériens, menée par leur syndicat PATCO, a déclenché une série ininterrompue de trahisons. Avec l'affaire Janus contre l'AFSCME, le syndicat des travailleurs des collectivités territoriales, sur la constitutionnalité des «frais d'agence» payés aux syndicats des travailleurs publics en instance devant la Cour suprême, les syndicats étaient désireux de démontrer leur utilité pour l'élite dirigeante, comme l'a exprimé un avocat syndical le mois dernier: «La sécurité du syndicat est le prix à payer pour l’absence de grèves.»

Le nouvel accord de mardi – essentiellement une reformulation du même accord que les enseignants avaient rejeté – a été passé à la vitesse supérieure sans permettre aux enseignants d'en discuter et de voter sur un retour au travail. Toutes les organisations auxiliaires du Parti démocrate – les Democratic Socialists of America, le Jacobin Magazine, l' International Socialist Organization et beaucoup d'autres – ont été mobilisées pour déclarer la grève victorieuse.

L'opération de casseurs de grève des syndicats est liée à leur fonction essentielle. Ce ne sont pas des organisations de la classe ouvrière, mais des agences des grandes entreprises et de l'État. Les syndicats d'enseignants ne sont pas différents des United Auto Workers (UAW), qui, il a été révélé, ont accepté des pots-de-vin directs de la part des constructeurs automobiles en échange de l’imposition d’accords favorables aux entreprises.

La grève des enseignants en Virginie-Occidentale indique la trajectoire du mouvement en développement. La résurgence de la lutte des classes amènera les travailleurs à des conflits de plus en plus directs et ouverts avec les syndicats. Partout où la lutte commence, les travailleurs doivent être armés d'une compréhension du rôle que les syndicats vont jouer. Ils existent pour défendre le capitalisme et pour contrôler la classe ouvrière.

Tout au long de la grève, le World Socialist Web Site et le Socialist Equality Party (Parti de l'égalité socialiste) ont appelé les enseignants à former des comités de la base indépendants, afin d'unir les enseignants avec l'ensemble de la classe ouvrière. En Virginie-Occidentale, la formation de tels comités est nécessaire pour préparer la prochaine étape dans la lutte contre les atteintes aux salaires et aux soins de santé. La formation de comités d'usine et de lieu de travail à travers le pays et à l'échelle internationale fournira le cadre pour unifier les luttes de toute la classe ouvrière dans un mouvement politique contre l'appareil d'État, les partis démocrates et républicains et le système capitaliste.

La question cruciale, non seulement pour les enseignants, mais pour tous les secteurs de la classe ouvrière, est la construction d'une direction socialiste qui encouragera l'organisation et l'initiative indépendantes des travailleurs, éveillera leur conscience de classe, clarifiera les problèmes politiques fondamentaux posés par chaque lutte séparée, et dirigera le mouvement croissant de la classe ouvrière contre le capitalisme et pour le socialisme, aux États-Unis et dans le monde entier.

(Article paru en anglais le 8 mars 2018)