Les grèves des cheminots et des équipages Air France paralysent la France

Par nos journalistes
6 avril 2018

La grève des cheminots et du personnel d’Air France a paralysé la France mardi, alors que les éboueurs parisiens, les ouvriers des centrales électriques et les étudiants se mettaient également en grève.

Selon la SNCF, plus d’un tiers de ses 150.000 salariés ont pris part à la grève. Parmi les équipages des trains, indispensables pour le trafic ferroviaire, la participation était bien plus élevée, tournant autour de 50 pour cent.

Des cheminots en grève à la gare Saint-Lazare, Paris

77 pour cent des conducteurs et 69 pour cent des inspecteurs étaient en grève, ce qui a forcé l’annulation de sept TGV sur huit trains, quatre trains régionaux sur cinq, et deux-tiers des trains locaux.

Les annulations des trains sont restées élevées mercredi. Au cours des trois prochains mois, les cheminots veulent continuer la mobilisation. Jusqu’au mois de juin, il y aura deux ou trois jours de grève par semaine.

Air France a dû annuler environ un tiers de ses vols long courrier ou à moyenne distance à cause de la grève, et la moitié des vols intérieurs. D’autres grèves sont prévues les 10 et 11 avril.

Les travailleurs Air France luttent pour les salaires, et les cheminots ont entamé un bras de fer politique avec le président Macron. Macron veut privatiser le chemin de fer, fermer les voies ferrées, réduire les emplois et abolir la loi qui protège les cheminots contre le licenciement et leur garantit une retraite.

« Cela rendra nos emplois de plus en plus précaires et nous perdrons nos protections ; nous serons à la merci des patrons. C’est inacceptable ! », a déclaré Youssef, un cheminot gréviste, au WSWS à la manifestation à Paris.

Les cheminots savent qu’il ne s’agit pas seulement de leurs propres intérêts, mais aussi de la défense des acquis sociaux et des services publics pour l’ensemble de la classe ouvrière.

Guillaume, un autre cheminot, a déclaré au WSWS : « Je suis à la manifestation parce qu’il y a une attaque du gouvernement contre tous les secteurs de la société. Que ce soit les cheminots, les lycéens et étudiants, les hospitaliers et tout le secteur privé et le secteur public ».

Il a poursuivi: «Maintenant, il y a une attaque un peu frontale contre les cheminots qui les a fait réagir et qui fait qu’il y a une grosse mobilisation derrière eux. S’il doit se passer quelque chose, ça peut être maintenant. C’est dans cette situation de grosse mobilisation qu’on peut faire quelque chose. Qu’on puisse réfléchir, penser à une autre société, penser les problèmes à l’internationale parce que ce n’est pas qu’en France que c’est la même chose; c’est en toute l’Europe et dans tous les pays du monde, en vérité. C’est en montrant aussi que chez nous qu’on arrive à se battre contre notre propre gouvernement qu’on peut aussi inspirer les autres travailleurs des autres pays à se battre contre leurs propres gouvernements. Tous ensemble, dans une lutte contre le capitalisme, on pourrait s’en sortir».

Des étudiants à Paris manifestent contre la sélection dans les universités

Le gouvernement est quant à lui droit dans ses bottes. «Le gouvernement et le parlement sont déterminés à mener les réformes nécessaires», a déclaré Jean-Baptiste Djebbari, responsable de la réforme de la SNCF au gouvernement. «Nous nous attendons à un conflit de travail dur».

Le Figaro a commenté que Macron et le gouvernement jouent gros, car s’ils s’inclinaient, ceci les forcerait aussi vraisemblablement à abandonner leurs réformes dans d’autres domaines.

Mardi, des manifestations de grévistes ont eu lieu dans de nombreuses villes françaises. Un nombre important d’étudiants en lutte les ont rejoints, mobilisés contre la ministre de l’Éducation, Frédérique Vidal, qui introduit la sélection dans les universités.

«Non à la sélection»

Des grèves et des blocages se déroulent dans de nombreuses universités françaises pour exiger le retrait de la loi Vidal. Le conflit s’est intensifié lorsque, dans la nuit du 23 mars, des assaillants masqués ont infiltré un amphi occupé à Montpellier et repoussé les étudiants qui participaient à l’occupation et les ont expulsé de force. Une semaine plus tard, un administrateur et un professeur de droit étaient soupçonnés d’avoir organisé l’attaque.

Youssef a dit au WSWS qu’il faut renverser gouvernement: «Le but du mouvement est de faire partir le gouvernement. L’objective est de rester solidaire de rester active le plus longtemps possible dans le but de faire tomber ce gouvernement. C’est une grande menace pour le service public pour les usagers comme pour les travailleurs».

Cela ne sera possible que grâce à une mobilisation plus large des travailleurs, a-t-il déclaré. «On peut gagner cette lutte», a-t-il déclaré. «Cela ne dépend que de la mobilisation des gens; plus on sera mobilisé, plus on sera nombreux, plus on aura la chance d’arrêter ce gouvernement.»

« C’est possible, on a déjà vu dans la grève de 1995 quand la mobilisation était très importante; il était possible de faire sortir le gouvernement. Macron, il n’est pas Dieu sur terre. Il dirige le pays, mais c’est le peuple qui est souverain. Tant qu’on est mobilisé et reste fort, on peut faire changer les choses. Il faut qu’on se solidarise avec les autres — les étudiants, la Poste, les ambulanciers, les gens de Carrefour. Tout le monde est touché : aujourd’hui, c’est les cheminots — demain, ça sera un autre secteur qui sera touché ».

Les syndicats, en revanche, sont déterminés à empêcher la chute du gouvernement Macron, qu’ils avaient déjà soutenu lors de l’élection présidentielle.

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT qui a appelé à la grève des cheminots, a annoncé mardi qu’il accepterait de négocier avec la SNCF la casse du statut des cheminots. «Il faut regarder ce qui doit évoluer dans le statut des cheminots, mais pas en les culpabilisant et en les stigmatisant», a-t-il dit.

Le chef du syndicat Force ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, a conseillé au gouvernement de temporiser afin d’éviter une conflagration. «Là, le climat est en train de changer, l’herbe est sèche, donc il ne faut pas grand-chose pour que cela brûle », a-t-il dit. «Il y a plein de points de conflit et cela ne se règle pas.»

Mailly s’est opposé à la « convergence des luttes » réclamée par la CGT. «Cela ne s’improvise pas», a-t-il dit, on ne peut prédire la «météo sociale». «Ce n’est pas parce que vous avez plusieurs points de conflit qu’obligatoirement cela coagule», a-t-il dit, justifiant son intention d’isoler des différentes luttes.

Même la CGT, qui se donne typiquement une coloration «contestataire», refuse d’étendre les grèves. Le Monde cite un responsable de la CGT à Lille qui a refusé la demande d’un cheminot de faire en sorte qu’il n’y ait pas un seul train qui bouge pendant dix jours, prétextant son refus de dicter aux travailleurs une politique à suivre.

Le cheminot Guillaume, déjà cité, se méfiait des syndicats. «Au sujet des syndicats, parfois ils peuvent être des aides très utiles pour construire le mouvement», a-t-il déclaré. «Mais il ne faut pas se faire des illusions sur le fait qu’à un moment ou un autre, ils retourneront peut être leurs vestes pour protéger leurs appareils. Il faut être prêt à les dépasser. Il faut être prêt à aller plus loin. Tant que les travailleurs, ils se disent qu’il faut aller plus loin, il faut aller plus loin. Il ne faut pas se laisser mettre des barrières par quiconque, que ce soit des syndicats ou les partis réformistes ou le gouvernement. C’est par l’organisation des travailleurs par eux-mêmes et pour eux-mêmes qu’on va dépasser tout cela.»

Il a ajouté : « C’est sûr que ce n’est pas en allant négocier avec le gouvernement qu’on arrivera à quoi que ce soit. C’est plutôt la mobilisation dans la rue et dans les usines que dépassera Macron. Il faut rester solidaires et ne pas se faire diviser. De toute façon, ce n’est que par la lutte des travailleurs ensemble qu’on arrivera à faire quoi que ce soit ».

(Article paru d’abord en anglais le 4 avril 2018)