Résolution du Cinquième Congrès national du SEP (É.-U.)

La résurgence de la lutte des classes et les tâches du Socialist Equality Party

Deuxième partie

4 septembre 2018

Cette résolution a été adoptée à l’unanimité par le Cinquième Congrès national du Socialist Equality Party (É.-U.), qui s’est tenu du 22 au 27 juillet 2018. Le Congrès a débuté avec un rapport de David North, président national du Socialist Equality Party et du comité de rédaction international du World Socialist Web Site. Le Congrès a aussi adopté la résolution «Libérez Julian Assange!»

L'éruption de l'impérialisme américain et le danger de guerre mondiale

31. La contre-révolution sociale est la réponse de la classe dirigeante américaine sur son propre sol au déclin à long terme du capitalisme américain. Sa réponse internationale est une explosion de violence impérialiste. Analysant la politique impérialiste américaine en 1928, l'année précédant l'éruption de la Grande Dépression, Léon Trotsky mettait en garde: «En période de crise, l'hégémonie des États-Unis fonctionnera plus complètement, plus ouvertement et plus impitoyablement qu'en période de prospérité. Les États-Unis chercheront à surmonter et à se sortir de leurs difficultés et de leurs maladies principalement aux dépens de l'Europe, que ce soit en Asie, au Canada, en Amérique du Sud, en Australie ou en Europe elle-même, que cela se fasse pacifiquement ou par la guerre.»

32. La guerre est devenue une caractéristique permanente de la politique américaine. Après la dissolution de l'Union soviétique par le stalinisme en 1991, les stratèges de l'impérialisme américain ont proclamé un «moment unipolaire». La disparition de son principal concurrent de la guerre froide a été interprétée par la classe dirigeante américaine comme une occasion d'utiliser sa force militaire sans restriction comme le mécanisme central pour contrer le déclin du capitalisme américain et l'érosion des fondements de son hégémonie mondiale.

33. Un quart de siècle plus tard, cette politique a manifestement échoué. Les attentats terroristes du 11 septembre 2001 ont servi de prétexte à une vaste escalade de la violence militariste, énoncée dans la doctrine de la «guerre préventive» adoptée par l'administration de George W. Bush dans sa Stratégie de sécurité nationale de 2002. Une série de guerres et d'invasions, menées ou soutenues par les États-Unis, a dévasté l'Irak, la Yougoslavie, l'Afghanistan, la Libye, la Syrie, l'Ukraine, le Yémen et de nombreux autres pays. Entraînant la mort de plus d'un million de personnes, détruisant des sociétés entières et créant la plus grande crise de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale, ces guerres n'ont pas réussi à résoudre la crise de l'impérialisme américain. Elles se transforment maintenant en conflit entre grandes puissances, y compris la Chine, la Russie et les alliés impérialistes traditionnels de Washington en Europe.

34. Les États-Unis planifient activement la guerre mondiale. La stratégie de sécurité nationale de l'administration Trump, dévoilée en décembre 2017, indique pour la première fois explicitement que la planification militaire américaine est axée autour de la préparation d'une guerre majeure impliquant de grandes puissances. Une telle guerre, le premier conflit de l'histoire mondiale dans lequel les deux parties seraient armées d'armes nucléaires, menacerait la survie même de l'humanité. «La compétition entre les grandes puissances, et non le terrorisme, est désormais au centre de la sécurité nationale des États-Unis», a déclaré le secrétaire à la Défense, James Mattis, en désignant la Russie et la Chine comme des «puissances révisionnistes». Le document de stratégie déplore la «complaisance stratégique» des États-Unis au cours de la période écoulée, l'échec à développer de nouvelles «capacités militaires» et acquérir de «nouveaux systèmes d'armes» et, surtout, l'idée que la guerre peut être «gagnée rapidement, à distance sécuritaire et avec un minimum de pertes».

35. Il existe un lien inhérent entre le quart de siècle de guerres déclenchées par les États-Unis, l'émergence d'un conflit entre les grandes puissances et la menace d'une guerre mondiale. Comme l'a écrit David North, président du SEP, en juillet 2016:

La logique stratégique de la campagne américaine pour l'hégémonie mondiale s'étend au-delà des opérations néocoloniales au Moyen-Orient et en Afrique. Les guerres régionales en cours sont des éléments constitutifs de l'escalade rapide de la confrontation des États-Unis avec la Russie et la Chine. Mais cette étape plus récente de la lutte pour l'hégémonie mondiale, qui est au cœur du conflit avec la Russie et la Chine, met au premier plan les tensions latentes et potentiellement explosives entre les États-Unis et leurs alliés impérialistes actuels, y compris, pour ne citer que l'adversaire potentiel le plus important, l'Allemagne. Les deux guerres mondiales du XXe siècle n'étaient pas le produit de malentendus. Le passé est un prologue. Comme l'avait prévu le Comité international en 1990-1991, la poussée américaine pour l'hégémonie mondiale a ravivé les rivalités interimpérialistes qui couvent sous la surface de la politique mondiale. [A Quarter Century of War, préface]

36. L'échec historique du sommet du G7 en juin, au milieu des dénonciations mutuelles de l'administration Trump et des gouvernements de l'Europe et du Canada, est l'expression la plus récente et la plus extrême de la fracture transatlantique croissante. La cause immédiate du conflit est le nationalisme économique de l’«Amérique d’abord» de l'administration Trump et les menaces d'imposer des barrières tarifaires sur des milliards de dollars d'importations en provenance de l'Union européenne, du Canada et du Mexique. Les divisions entre les États-Unis et l'UE ne se creusent pas seulement à propos du commerce, mais aussi à propos de l'opposition de l'UE à la politique américaine consistant à menacer l'Iran d'une guerre en mettant fin à l'accord nucléaire iranien. Les conflits croissants entre les grandes puissances impérialistes ne peuvent cependant pas être attribués à la personnalité particulière de Donald Trump. Ils sont l'expression de la lutte croissante entre ces puissances pour l'accès aux marchés, aux ressources et à la main-d’oeuvre.

37. La réponse des puissances impérialistes en Europe est de se réarmer et d'affirmer leurs intérêts indépendamment des États-Unis. «En tant qu'Européens, nous devons prendre davantage notre destin en main», a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel en juin. L'Europe ne peut plus «espérer, comme nous l'avons fait de manière quelque peu négligente pendant des décennies, que les États-Unis s'en occupent». L'Allemagne et l'Europe «doivent promouvoir nos principes et nos valeurs en Europe, éventuellement en alliance avec le Canada ou le Japon». Sous la direction de Merkel, l'Allemagne a apporté son soutien à une force d'intervention militaire européenne indépendante sous une direction franco-allemande.

Révolution de palais ou lutte des classes

38. L'impact des niveaux insoutenables d'inégalité sociale et d'une guerre permanente et croissante trouve son expression politique dans l'effondrement des formes démocratiques de gouvernement aux États-Unis.

39. L’investiture de Trump a amené les politiques d'extrême droite, fascisantes et nationalistes extrêmes au plus haut niveau de l'appareil d'État. Lors des élections de 2016, Trump a mis sa rhétorique au service du mécontentement social et de la frustration, utilisant le mensonge et la démagogie creuse sur l’«homme oublié». La véritable base sociale de l'administration, cependant, se traduit par des réductions d'impôts massives pour les riches, une forte expansion du budget militaire et une intensification de l'attaque contre l'éducation publique, la réglementation gouvernementale, les programmes sociaux et la classe ouvrière en son ensemble.

40. Au centre de la politique de l'administration Trump se trouve la diffamation des immigrants, qui ont été terrorisés par des raids à la Gestapo, l'emprisonnement et la déportation. Les scènes d'enfants arrachés à leurs parents à la frontière, emprisonnés dans des cages, puis agressés physiquement et sexuellement, ont produit choc et révulsion aux États-Unis et dans le monde entier. La réponse de Trump aux conflits au sein de la classe dirigeante est de redoubler son appel fascisant, cherchant à mobiliser les forces d'extrême droite sur la base du nationalisme extrême et de la démagogie populiste. L'objectif est de faire de la couche déjà surexploitée des travailleurs immigrés des boucs émissaires pour les niveaux grotesques d'inégalité sociale qui caractérisent la société américaine.

41. L’Immigration and Customs Enforcement (ICE) et le Custom and Border Patrol (CBP) sont les terrains d'entraînement pour les futures guerres contre la classe ouvrière. La police de l'immigration s’est vu donner des pouvoirs étendus pour violer les droits démocratiques de chacun, procéder à des perquisitions et des saisies illégales, exiger des preuves de citoyenneté et détenir des personnes en masse dans les écoles et sur les lieux de travail. Les centres pénitentiaires érigés sous l'administration Obama sont en train d'être transformés en camps de concentration modernes. Cet appareil de répression sera utilisé par la classe dirigeante contre toute opposition sociale et politique.

42. Avec l'administration Trump, la classe dirigeante américaine a franchi une ligne à partir de laquelle il n'y a plus de retour en arrière. Cela fait maintenant 18 ans depuis le vol de l'élection de 2000 et le transfert de la présidence à George W. Bush par le biais d'une décision à 5 contre 4 de la Cour suprême des États-Unis. Comme le WSWS l'a souligné à l'époque, le résultat de l'élection et son acceptation par l'ensemble de l'establishment politique ont démontré qu'il n'existe plus de défenseurs des droits démocratiques fondamentaux au sein de la classe dirigeante. L'élection a été suivie par la «guerre contre le terrorisme», associée pour toujours au Patriot Act, à l'espionnage domestique, aux «déportations extraordinaires», à la torture commanditée par l'État et à Guantanamo Bay. L'administration Obama a intensifié l'attaque contre les droits démocratiques avec l'affirmation du droit du Président américain d'assassiner quiconque, y compris des citoyens américains, sans procès officiel.

43. Le plus grand atout de l'administration Trump est le caractère lâche et réactionnaire de ses critiques au sein de l'establishment politique. Aux États-Unis, comme en Europe, l'extrême droite profite de l'absence de toute avenue progressiste pour la colère et le mécontentement social.

44. Dans sa déclaration, «Révolution de palais ou lutte des classes: La crise politique à Washington et la stratégie de la classe ouvrière», le Comité politique du SEP a expliqué:

Les opposants de Trump au sein de l’establishment politique, y compris les démocrates et les républicains, parlent au nom d’une faction de l’élite patronale et financière. Les méthodes qu’ils utilisent dans leur campagne contre Trump sont fondamentalement anti-démocratiques, impliquant des complots en coulisses avec des éléments au sein de l’establishment militaire, des services de renseignement et de l’élite financière. Ce sont les méthodes d’une révolution de palais.

45. L'élection de Trump en 2016 n'a été possible que grâce au caractère du Parti démocrate. Hillary Clinton s'est présenté comme candidate de Wall Street, de l'appareil de renseignement militaire et des sections privilégiées de la classe moyenne par la promotion de politiques identitaires. La décision de Bernie Sanders de soutenir Clinton – point culminant d'une campagne visant à canaliser l'opposition sociale derrière le Parti démocrate – a permis à Trump d’exploiter le mécontentement social.

46. Dans la foulée de l'élection, les démocrates ont travaillé pour diriger toute opposition à Trump derrière les conspirations et les intrigues de puissantes factions de l'appareil du renseignement, centrées sur la campagne anti-russe et l'enquête dirigée par l'ancien chef du FBI Robert Mueller. Alors que les démocrates ont dénoncé l'administration Trump pour avoir cherché un accommodement avec le gouvernement de Vladimir Poutine en Russie, ils ont ignoré, couvert et facilité son attaque contre la classe ouvrière et les immigrants, ses réductions d'impôts pour les riches et ses préparatifs systématiques pour la guerre mondiale.

47. L'objectif de la campagne anti-russe des démocrates est triple: (1) imposer une politique étrangère plus agressive contre la Russie, qui est considérée par les factions dominantes au sein des agences militaires et de renseignement comme un obstacle majeur à l'hégémonie américaine au Moyen-Orient, comme condition préalable avant de s’en prendre à la Chine; (2) créer le cadre pour une attaque contre les droits démocratiques et l'imposition d'un régime de censure sur Internet, sous le prétexte de lutter contre les «fausses nouvelles» et «l'ingérence russe»; et (3) détourner la colère de millions de travailleurs et de jeunes pour éviter toute contestation du système capitaliste.

48. En plus de la campagne anti-russe, l'autre préoccupation principale des démocrates est la promotion du mouvement #MeToo qui, sous le couvert d’opposition contre la violence et l'agression sexuelles, a servi à créer une atmosphère de chasse aux sorcières pour saper et éradiquer les droits démocratiques fondamentaux, y compris le droit à un procès en bonne et due forme. La campagne #MeToo a complètement ignoré les problèmes auxquels est confrontée la classe ouvrière, y compris les femmes de la classe ouvrière. Alors que préoccupation incessante pour le sexe a trouvé écho parmi les riches électeurs des classes moyennes aisées du Parti démocrate, elle est tombée à plat parmi la grande masse des travailleurs, dont les principales préoccupations sont liées aux problèmes découlant de leur position de classe dans la société capitaliste, plutôt qu'à leur sexe, leur appartenance ethnique ou leur orientation sexuelle.

49. Un an et demi après son investiture, la stratégie des démocrates pour s'opposer à Trump est en lambeaux. L'administration se sent soutenue et poursuit ses efforts pour établir un contrôle d'extrême droite sur toutes les institutions de l'État, y compris la Cour suprême. Les démocrates, d'autre part, redoublent d'efforts pour détourner et réprimer le mécontentement social et politique. Rien ne les effraie plus que l'émergence d'un mouvement populaire de masse contre le bandit milliardaire à la Maison-Blanche. Ils ne veulent rien faire pour affaiblir les institutions de l'État capitaliste à la veille d’une montée de la lutte des classes.

Les démocrates de la CIA et la pseudo-gauche

50. La réponse du Parti démocrate à l'élection de Trump est déterminée par son caractère de classe et sa physionomie politique. C'est un parti du capital financier et de l'appareil militaire et du renseignement, soutenu par une couche plus large de la classe moyenne aisée, dont le revenu annuel total la place parmi les 10% les plus riches de la société américaine. Bien que le revenu de cette strate sociale riche soit beaucoup plus élevé que celui de la grande majorité des Américains, ceux qui se situent dans ce centile privilégié des 90 à 99% sont, néanmoins, très conscients de la grande différence dans l'échelle de leur richesse par rapport à celle des plus riches 1, 0,1 ou 0,01 centiles de la population. Ils sont beaucoup plus insatisfaits de ce qu'ils considèrent comme une répartition défavorable de la richesse parmi les 10 % les plus riches qu'ils ne le sont de l'existence d'une pauvreté de masse. Et même s'ils ne peuvent pas réduire les vastes sommes allouées aux Américains les plus riches, les membres de la classe moyenne supérieure mènent entre eux une lutte féroce pour obtenir plus de l'argent qui gravite au sommet du capitalisme américain.

51. Les politiques identitaires de race, de genre et d’orientation sexuelle promues par le Parti démocrate sont liées à des conflits sordides au sein de la classe moyenne supérieure pour l'accès aux postes au sein des entreprises, des universités, des syndicats et de l'appareil d'État. Les dénonciations désormais routinières de l'un ou l'autre individu pour de prétendues «microagressions», de racisme et, plus dangereux encore, de harcèlement sexuel, ne représentent rien d'autre que l’utilisation de la politique identitaire comme une arme.

52. Des sections de la pseudo-gauche ont commencé à appeler à un nouveau «parti des 99%». Ce slogan implique qu'il y a une similitude d'intérêts entre ceux qui sont payés 25.000 $ par année (le revenu annuel pour un emploi à 12 $ l'heure) et ceux qui reçoivent une rémunération annuelle (sans compter les revenus de placement) de 250.000 $ à 1.000.000 $. Ce slogan, sociologiquement absurde et politiquement réactionnaire, vise à subordonner la classe ouvrière à la classe moyenne aisée et au Parti démocrate.

53. Comme le WSWS l'a documenté lors des élections de mi-mandat de 2018, les démocrates ont déployé sur le terrain un nombre sans précédent d'anciens agents du renseignement et vétérans militaires. Les politiques des «démocrates de la CIA» ne sont pas en conflit avec les politiques de pseudo-gauche de la classe moyenne aisée, telles qu'exprimées dans des organisations telles que les Democratic Socialists of America (DSA) et l'International Socialist Organization (ISO), mais sont, au contraire, en parfait accord. Dans «Révolution de palais ou lutte des classes», le WSWS a expliqué:

Le caractère par excellence de la politique de la classe moyenne est son manque d’indépendance par rapport à la classe dirigeante. Elle cherche à influencer le Parti démocrate et à obtenir son soutien à des réformes marginales du système capitaliste. Alors que les éléments libéraux de gauche dans ce milieu politique se réfèrent à des problèmes d’inégalité sociale, ils y combinent, de la manière la plus cynique, des appels semi-réformistes au soutien au Parti démocrate et aux objectifs de l’impérialisme américain. Ceci est lié au fait que leur propre position économique privilégiée est basée sur l’augmentation record des bénéfices des entreprises et de la bourse. Leur principale fonction politique est de maintenir la domination de la classe dirigeante sur la classe ouvrière.

54. Le DSA joue un rôle de plus en plus central dans la tentative de renforcer l'autorité politique du Parti démocrate. Depuis l'élection de 2016, le nombre de membres du DSA est passé de 7.000 à 37.000. Il gagne le soutien d'une couche de jeunes à la recherche d'une opposition socialiste au capitalisme et cherche à rediriger ce sentiment derrière les démocrates. La campagne d'Alexandria Ocasio-Cortez, membre du DSA, qui a battu le député sortant Joseph Crowley lors d'une élection primaire au Congrès de New York en juin, démontre son rôle. Tout en puisant dans le mécontentement social pour vaincre Crowley, le quatrième démocrate en importance à la Chambre des représentants, Ocasio-Cortez s'est empressée d’embellir son dossier aux yeux de l’establishment, tout en étant louangée par les médias de la grande entreprise. L'appel du DSA et d'Ocasio-Cortez à «abolir l'ICE» – en réalité, le rebaptiser avec un nouveau nom tout en conservant tous ses pouvoirs dictatoriaux – est repris par une faction de la direction du Parti démocrate.

55. Un article du New York Times publié après la première victoire d'Ocasio-Cortez («Les milléniaux socialistes arrivent» par Michelle Goldberg) a exprimé la peur de l'intérêt croissant pour le socialisme et exposé la fonction des groupes comme le DSA. Goldberg écrit: «Parler de contrôle populaire des moyens de production est une hérésie pour de nombreux démocrates plus âgés, même certains très libéraux. Ça joue beaucoup mieux avec les jeunes; un sondage récent montre que 61 % des démocrates âgés de 18 à 34 ans voient le socialisme d'un œil positif. La combinaison de la Grande Récession, de l'augmentation du coût de l'éducation, du manque de fiabilité de l'assurance maladie et de la précarité croissante des lieux de travail a laissé les jeunes avec une troublante insécurité matérielle. Ils n'ont aucun souvenir de l'échec généralisé du communisme, mais les échecs du capitalisme sont tout autour d’eux.»

56. La conclusion de Goldberg est que le Parti démocrate devrait ouvrir ses portes au DSA et à ses candidats comme moyen de revitaliser le parti:

Il y a d’autres candidats comme Ocasio-Cortez et les démocrates devraient les accueillir. Ils ont besoin de leur jeunesse, de leur zèle et de leur volonté de faire le travail de reconstruction du parti en tant qu'institution de quartier. Et ils arrivent, que la direction du parti le veuille ou non.

57. En fait, il n'y a aucune trace d'un véritable socialisme dans le programme du DSA et des partis similaires de la pseudo-gauche. Leurs propositions de réformes sociales limitées sont liées au soutien au Parti démocrate et à la défense de la domination organisationnelle des syndicats corporatistes sur la classe ouvrière. C'est-à-dire qu'ils fournissent une couverture de pseudo-gauche aux institutions qui mènent une guerre contre la classe ouvrière.

58. Les groupes de la pseudo-gauche s'abstiennent de lutter contre le militarisme impérialiste ou avancent des arguments malhonnêtes pour justifier les opérations militaires américaines. Le rôle particulier de l'ISO aux États-Unis est d'articuler le plus clairement la politique du département d'État américain et de la CIA dans le milieu de la pseudo-gauche. Il est le plus fervent partisan de la campagne soutenue par les États-Unis pour le changement de régime en Syrie et il a développé des liens étroits avec les factions de l'État qui appellent ouvertement à une intervention militaire plus agressive en Syrie et contre la Russie.

59. L'expression la plus accablante du soutien de la pseudo-gauche à l'impérialisme est son silence sur les menaces croissantes contre le fondateur et journaliste de WikiLeaks, Julian Assange, qui reste piégé à l'ambassade de l’Équateur à Londres et fait face au danger d'être expulsé, arrêté et extradé vers les États-Unis, où il ferait face à des accusations d'espionnage.

60. Le rôle traître des organisations de pseudo-gauche de la classe moyenne aisée est un phénomène international. En Grèce, la «Coalition de la gauche radicale», Syriza, a dirigé un gouvernement de coalition pendant trois ans et demi, au cours desquels elle a consciencieusement mis en oeuvre les exigences des banques européennes et a agi en tant que responsable de première ligne des politiques anti-réfugiés de l'Union européenne. En Allemagne, le Parti de gauche soutient et met en œuvre des mesures d'austérité et des attaques contre les immigrants, adoptant largement le programme de l'AfD fasciste.

61. La promotion du DSA, de l'ISO et d'autres groupes de la pseudo-gauche par les factions de l'establishment politique est accompagné d’efforts systématiques pour réprimer le World Socialist Web Site. Alors que le magazine Jacobin, affilié au DSA, est régulièrement cité dans le New York Times et figure en bonne place dans les recherches Google, le WSWS a été la cible principale des mécanismes de censure implantés par Google, Facebook et d'autres sociétés Internet, en étroite alliance avec les agences de renseignement et l'État. Alors que des masses de travailleurs et de jeunes cherchent un moyen de s'opposer au capitalisme et de lutter pour le socialisme, ils sont dirigés vers des organisations qui servent d'armes auxiliaires de l'État et de l'appareil politique bourgeois.

La signification de la résurgence des grèves

62. Un véritable mouvement contre l'administration Trump ne viendra pas de la classe dirigeante ou de la classe moyenne aisée, mais de la grande masse de la population, la classe ouvrière, qui est complètement exclue de la vie politique. La réalité de la crise capitaliste a déjà conduit cette année à des expressions initiales mais significatives de luttes ouvrières. Au cours des 30 dernières années, les syndicats ont étouffé pratiquement toute expression organisée de la lutte des classes. Mais depuis le début de 2018, les enseignants ont mené une série de grèves et de débrayages en Virginie-Occidentale, en Oklahoma, au New Jersey, en Arizona, en Caroline du Nord, au Colorado et au Kentucky. Il y a également eu des grèves des travailleurs des télécommunications en Virginie-Occidentale et des travailleurs des services de l'Université de Californie.

63. La croissance de la lutte des classes confirme les principes théoriques fondamentaux du marxisme et la perspective politique élaborée et développée par le Comité international de la Quatrième Internationale. Elle a démontré:

Que la division de classe est la division fondamentale de la société américaine et mondiale, et non la race, le sexe ou l'identité sexuelle. La division frauduleuse des États-Unis en États «rouges» et «bleus» a été démasquée, et de nombreuses batailles de classe ont éclaté cette année dans les États «républicains» où la classe ouvrière a été calomniée par les démocrates et leurs complices politiques comme étant raciste et rétrograde.

Que la classe ouvrière est la force sociale révolutionnaire essentielle sur laquelle un mouvement contre la guerre, l'autoritarisme, la censure et l'inégalité doit être basé.

Que la lutte des classes est une lutte internationale. Comme le CIQI l'écrivait en 1988, «Compte tenu des nouvelles caractéristiques du développement capitaliste, même la forme de la lutte des classes doit revêtir un caractère international. Même les luttes les plus élémentaires de la classe ouvrière posent la nécessité de coordonner ses actions à l'échelle internationale.»

Que les syndicats nationalistes et procapitalistes ne sont pas des organisations de travailleurs, mais des extensions corporatistes du patronat et de l'État qui servent à bloquer et à réprimer l'opposition à l'inégalité et au système capitaliste.

64. Chacune des principales grèves enseignantes cette année a été déclenchée par des enseignants de la base, et non par les syndicats. Lors de la première de ces grèves, en Virginie-Occidentale, une vague croissante de grèves illégales locales a forcé les syndicats à demander une grève limitée à l'échelle de l'État pour relâcher la pression et contenir le mécontentement des enseignants. Lorsque les syndicats ont donné un ordre de retour au travail, sur la base d'un accord avec le gouverneur milliardaire de l'État, les enseignants se sont rebellés, forçant la poursuite de la grève. Les syndicats ont ensuite intensifié leurs efforts, soutenus par des organisations de pseudo-gauche autour du Parti démocrate, pour mettre fin à la lutte sans répondre aux principales revendications des enseignants. Les syndicats ont joué un rôle similaire dans toutes les grèves, s'efforçant d’étouffer l'opposition des travailleurs et d’y mettre fin.

65. La véritable fonction des syndicats a été précisée par les avocats des syndicats dans les plaidoiries de la Cour suprême dans l'affaire Janus v. AFSCME sur la constitutionnalité des «frais d'agence», qui obligent les travailleurs du secteur public syndiqué dans certains États à payer l'équivalent des cotisations syndicales, même s'ils n'appartiennent pas à un syndicat. David Frederick, représentant du Conseil 31 de l'AFSCME dans l'Illinois, a déclaré: «L’élément clé qui a été négocié dans ce contrat pour les frais d'agence est la limitation de la grève. Et c'est vrai pour de nombreuses conventions collectives». Fredrick a continué ainsi: «Les frais sont un compromis: la sécurité syndicale en échange de l'absence de grèves». Si le tribunal prend la décision d'annuler un précédent permettant aux États d'imposer des frais d'agence, a-t-il averti, «vous pourriez soulever un spectre indescriptible d'agitation ouvrière dans tout le pays».

66. La nature des syndicats est manifeste dans le scandale de corruption dans lequel est plongé le syndicat des United Auto Workers (UAW), et les pots-de-vin de plus de 1,5 million de dollars que les dirigeants de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) ont donnés aux fonctionnaires de l'UAW impliqués dans les négociations contractuelles. En échange de ces paiements, l'UAW a imposé, par l’intimidation et par la fraude, des contrats qui abolissent la journée de huit heures, réduisent de moitié les salaires d'une nouvelle classe de travailleurs «de second rang» et augmentent le nombre de travailleurs temporaires à temps partiel qui paient des cotisations syndicales, mais n'ont pas de droits.

67. Le caractère des syndicats est enraciné, fondamentalement, non seulement dans la corruption des dirigeants individuels, mais aussi dans la nature de ces organisations elles-mêmes et les changements dans la structure de l'économie mondiale. Les syndicats nationalistes et procapitalistes ont réagi à la montée de la production mondialisée et à la crise et au déclin du capitalisme américain en abandonnant la lutte pour des gains même limités. L'appareil syndical s'intègre de plus en plus directement à la direction des entreprises, avec la prolifération des partenariats syndicaux-patronaux qui assurent une augmentation continue des revenus des dirigeants syndicaux, alors même que le nombre de membres des organisations diminue et que les salaires et les avantages sociaux des travailleurs s'effondrent.

68. La croissance de la lutte de classe est un processus objectif. Comme le WSWS l'a déclaré dans «Révolution de palais ou lutte des classes»:

L’interaction des conditions objectives de la crise, tant aux États-Unis qu’internationalement, et la radicalisation de la conscience sociale de masse se manifesteront dans l’éruption de la lutte des classes. La répression de la lutte des classes par la bureaucratie syndicale, le Parti démocrate et les promoteurs prospères de diverses formes de politique identitaire tire à sa fin. La contre-révolution sociale des élites dirigeantes est sur le point de rencontrer une montée en puissance de la classe ouvrière américaine. Les nombreuses formes de protestation sociale – dans les lieux de travail, les communautés et les villes entières – acquerront une identité de classe ouvrière toujours plus distincte, une orientation anticapitaliste et un caractère socialiste. Les luttes dans chaque lieu de travail et dans les communes rassembleront en luttes unifiées de plus larges couches de la classe ouvrière.

La logique de la lutte des classes et la grève générale

69. Les États-Unis sont au seuil d’une explosion sociale. L'éruption de luttes sociales d'une ampleur jamais vue auparavant aux États-Unis est pratiquement inévitable. Il y a de nombreux facteurs – la communauté d'intérêts sociaux entre les grandes sections de la classe ouvrière, l'érosion des différences sectorielles, l'intégration raciale et ethnique de la classe ouvrière, l'impact des médias sociaux basés sur Internet – qui contribuent à la fusion des protestations de masse. Il faut donc s'attendre à ce que l'éclatement de grandes protestations sociales – quel que soit le problème immédiat ou l'endroit – s'étende rapidement et attire des millions de travailleurs pour qu'ils participent activement à la lutte. Compte tenu de l'expérience historique de la classe ouvrière, le résultat logique de cette fusion des luttes sociales sera une grève générale, qui soulèvera la question du pouvoir politique.

70. Par conséquent, la préparation aux luttes de masse de la classe ouvrière nécessite le développement d'un réseau interconnecté de comités populaires sur les lieux de travail et dans les quartiers. La nécessité de tels comités découle de l'expérience des travailleurs eux-mêmes. Les organisations qui prétendent les représenter, les syndicats, ne sont pas seulement profondément hostiles à l'organisation des luttes de la classe ouvrière, ils ont abandonné même les formes de représentation les plus limitées, y compris la résolution des griefs et l'application des dispositions contractuelles. Les comités sur les lieux de travail et les comités d'usine soulèveront des exigences telles que le contrôle des travailleurs sur la vitesse des lignes, la fin des paliers multiples, le respect de la journée de huit heures, des salaires décents pour tous les travailleurs, et la fin des conditions de travail dangereuses.

71. L'appel du Socialist Equality Party pour la formation de comités d'usine de la base, totalement indépendants des syndicats contrôlés par les entreprises, a mis en colère non seulement les bureaucrates réactionnaires, mais aussi toutes les tendances de la pseudo-gauche. «Comment le SEP ose-t-il contester la souveraineté politique et organisationnelle des syndicats sur la classe ouvrière?» Certains membres de la pseudo-gauche, feignant l'adhésion au trotskysme, accusent le SEP d'abandonner le programme de transition. Ces avocats petits-bourgeois des dirigeants syndicaux corporatistes n'ont jamais lu ou ont oublié depuis longtemps ce que Trotsky a écrit dans le document fondateur de la Quatrième Internationale. Il a appelé les membres de la Quatrième Internationale à

créer, dans tous les cas où c'est possible, des organisations de combat autonomes qui répondent mieux aux tâches de la lutte des masses contre la société bourgeoise, sans même s'arrêter, si c'est nécessaire, devant une rupture ouverte avec l'appareil conservateur des syndicats. S'il est criminel de tourner le dos aux organisations de masse pour se contenter de fictions sectaires, il n'est pas moins criminel de tolérer passivement la subordination du mouvement révolutionnaire des masses au contrôle de cliques bureaucratiques ouvertement réactionnaires ou conservatrices masquées («progressistes»). Le syndicat n'est pas une fin en soi, mais seulement un des moyens dans la marche à la révolution prolétarienne.

72. En préconisant la formation de comités d'usine et de lieu de travail, Trotsky a expliqué qu'ils soulèvent la question: «Qui sera le patron de l'usine: le capitaliste ou les ouvriers?»

Dès que le comité fait son apparition, il s'établit en fait une dualité du pouvoir dans l'usine. Par son essence même, cette dualité de pouvoir est quelque chose de transitoire, car elle renferme en elle-même deux régimes inconciliables: le régime capitaliste et le régime prolétarien. L'importance principale des comités d'usine consiste précisément en ce qu'ils ouvrent, sinon une période directement révolutionnaire, du moins une période prérévolutionnaire, entre le régime bourgeois et le régime prolétarien.

Les tâches du Socialist Equality Party

73. La tâche politique urgente est de renforcer l'influence politique du Socialist Equality Party dans toutes les sections de la classe ouvrière. Le SEP est à la tête de la lutte pour armer le mouvement croissant de la classe ouvrière d’une stratégie et d’une perspective révolutionnaires sans compromis. Il se bat pour unir les luttes contre la baisse des salaires, les attaques contre les soins de santé et la destruction de l'éducation publique à la défense des travailleurs immigrés sous attaque, la brutalité policière, la destruction des droits démocratiques et le danger de guerre mondiale.

74. La tâche fondamentale du SEP est de construire une avant-garde révolutionnaire et de donner à la classe ouvrière un niveau toujours plus élevé de compréhension de ses objectifs et de clarifier la nature du mouvement qui se développe. Le SEP doit lutter pour relier la croissance des luttes ouvrières à un mouvement politique socialiste, internationaliste et anti-impérialiste pour prendre le pouvoir d'État et réorganiser la vie économique sur la base des besoins sociaux au lieu du profit privé. Contre la politique de guerre et de contre-révolution sociale de la classe dirigeante, la classe ouvrière doit défendre un programme de révolution socialiste.

75. L'activité politique du SEP et du Comité international de la Quatrième Internationale est de plus en plus liée au cours des événements politiques. Au cours de l'année écoulée, le CIQI et le SEP ont été à l'avant-garde de la lutte contre la censure d’Internet et de la défense de Julian Assange. La campagne du parti pour les comités d’usine, indépendants des syndicats pro-capitalistes, gagne de plus en plus de soutien parmi les enseignants, les travailleurs de l'automobile et d'autres sections de la classe ouvrière.

76. Une étude des révolutions sociales du XXe siècle révèle que les défaites politiques étaient souvent la conséquence de politiques incorrectes du parti socialiste au cours des luttes révolutionnaires. Les politiques du POUM pendant la guerre civile espagnole (1936-1939) comptent parmi les exemples les plus tragiques d'une défaite résultant de politiques incorrectes. Mais une autre cause de défaites est l'incapacité du parti marxiste à reconnaître l’approche d'une crise révolutionnaire et d’y répondre de manière adéquate avec suffisamment de détermination. La défaite de la Révolution allemande en 1923 est l'exemple le plus significatif d'un tel échec de l'initiative politique. Dans la situation actuelle d'aggravation de la crise, c'est cette dernière erreur que le mouvement révolutionnaire doit être déterminé à éviter.

77. Les tâches spécifiques qui découlent de cette perspective sont:

A. Le développement de la base du parti dans les sections clés de la classe ouvrière, y compris les travailleurs de l'automobile et d'autres industries manufacturières; les travailleurs de l'extraction, des mines et de l'acier; les enseignants et autres travailleurs du secteur public; les travailleurs de la santé; Amazon, UPS et autres travailleurs du transport maritime; et les travailleurs des services. Le SEP doit mener une campagne agressive pour organiser des comités d'usine, de lieu de travail et de quartier indépendamment des syndicats dans le cadre d’une mobilisation politique de la classe ouvrière contre le système capitaliste. Tous les efforts doivent être faits pour coordonner les actions des travailleurs aux États-Unis avec celles d'autres pays, en rendant consciente l'unification objective de la classe ouvrière à l'échelle internationale. Toutes les cellules du parti devraient s'efforcer systématiquement de recruter les travailleurs les plus avancés pour les amener dans le parti.

B. Le développement d'une campagne contre la victimisation des travailleurs immigrés et les politiques fascisantes de l'administration Trump. La lutte contre la persécution des immigrés doit être menée dans la classe ouvrière, en partant du principe que l'attaque contre les immigrés est une attaque contre tous les travailleurs et que les méthodes de l'État policier utilisées contre les immigrés seront utilisées contre toute forme d'opposition sociale et politique. Cette campagne doit être développée en opposition au Parti démocrate et à toutes ses organisations périphériques.

C. Le développement d'un nouveau mouvement antiguerre de la classe ouvrière. Le SEP réaffirme son soutien à la déclaration du CIQI «Le socialisme et la lutte contre la guerre» et aux principes qu'elle présente comme les fondements politiques essentiels d'un mouvement antiguerre:

i. La lutte contre la guerre doit être fondée sur la classe ouvrière, la grande force révolutionnaire de la société, derrière laquelle doivent s'unir tous les éléments progressistes de la population.

ii. Le nouveau mouvement antiguerre doit être anticapitaliste et socialiste, car il ne peut y avoir de véritable lutte contre la guerre sans une lutte qui vise à mettre fin à la dictature du capital financier et au système économique qui est la cause fondamentale du militarisme et de la guerre.

iii. Le nouveau mouvement antiguerre doit donc nécessairement garder une indépendance et une hostilité complètes et sans équivoque envers tous les partis et organisations politiques de la classe capitaliste.

iv. Le nouveau mouvement antiguerre doit surtout être international, et mobiliser la grande puissance de la classe ouvrière dans une lutte mondiale unifiée contre l'impérialisme. La guerre permanente de la bourgeoisie doit être résolue dans la perspective d'une révolution permanente de la classe ouvrière, dont l'objectif stratégique est l'abolition du système d'États-nations et l'établissement d'une fédération socialiste mondiale. Cela rendra possible le développement rationnel et planifié des ressources mondiales et, sur cette base, l'éradication de la pauvreté et l'élévation de la culture humaine à de nouveaux sommets.

D. L'intensification de la campagne contre la censure d'Internet, la persécution de Julian Assange et toutes les attaques contre les droits démocratiques, à travers la plus large mobilisation de la classe ouvrière. Ce n'est pas seulement que la classe ouvrière est nécessaire pour défendre les droits démocratiques, mais les droits démocratiques sont essentiels à la classe ouvrière. Comme l'a démontré l'éruption initiale de la lutte des classes, un Internet libre et ouvert est un outil essentiel pour que les travailleurs s'organisent et communiquent indépendamment des médias capitalistes, des instruments de l'État et des syndicats. La censure du WSWS doit être combattue par une campagne agressive visant à élargir son lectorat et à développer son contenu, notamment par l'utilisation plus systématique des médias sociaux.

E. Une campagne large et active pour construire l’IYSEE (International Youth and Students for Social Equality) sur les campus, dans les écoles et parmi les jeunes de la classe ouvrière. Le premier semestre de 2018 a été marqué par des indices d’une politisation de la jeunesse, y compris des manifestations de masse contre la violence à l'école. Ce mouvement doit se tourner vers la classe ouvrière et doit être consciemment axé sur un combat contre la source de l'inégalité, de la guerre et de la violence: le système capitaliste.

F. Le soutien à la campagne de Niles Niemuth, candidat du SEP au Congrès dans le 12e District du Congrès du Michigan lors des élections de mi-mandat de 2018. Cette campagne propose un programme socialiste pour un gouvernement ouvrier afin de garantir les droits de la classe ouvrière, exproprier la richesse de l'oligarchie financière, transformer les banques et les entreprises géantes en services publics et établir le contrôle des travailleurs sur les lieux de travail et la production.

78. Pour s'acquitter de ses immenses responsabilités politiques, le parti et ses cadres doivent être fermement ancrés et éduqués dans les expériences historiques du mouvement marxiste, surtout les quatre-vingts ans d'histoire de la Quatrième Internationale, fondée par Léon Trotsky en 1938. Il n'y a pas d'autre mouvement politique qui représente la continuité de la lutte pour le marxisme dans la classe ouvrière. L'immense histoire incarnée par le Comité international de la Quatrième Internationale doit être intégrée au mouvement en cours de la classe ouvrière. L'intersection entre la radicalisation objective de la classe ouvrière et la pratique du parti créera les conditions pour la victoire de la classe ouvrière, l'abolition du capitalisme et la transformation socialiste de l'économie mondiale.

Fin