Le WSWS exige que la Turquie libère Max Zirngast, Hatice Göz et Mithatcan Türetken

Par Le Comité de rédaction du World Socialist Web Site
26 septembre 2018

Le World Socialist Web Site exige la libération immédiate et inconditionnelle de l’étudiant autrichien et journaliste Max Zirngast et deux militants de gauche turcs, Mithatcan Türetken et Hatice Göz, détenus depuis le 11 Septembre par la police politique du régime autoritaire de droite du président Recep Tayyip Erdogan sur des accusations de soutien au terrorisme forgées de toutes pièces.

Des unités anti-terroristes ont arrache Zirngast de son appartement situé à Ankara à 5 heures du matin, arrêtant les deux citoyens turcs, également à Ankara, en même temps.

Turkish police arrest Max Zirngast

Après avoir été détenus au secret et interrogés pendant 10 jours, Zirngast, Türetken et Goz ont finalement été formellement arrêtés et placés en détention provisoire par le juge Fatih Yilmaz, qui a déclaré que, malgré le fait que les « enquêtes » des autorités étaient incomplètes, leur condamnation pour l’infraction d '« être membres d’une organisation terroriste » était probable et que les accusés présentaient un risque de fuite.

La détention provisoire en Turquie est une forme de vide juridique qui peut durer des années sans que les accusés ne soient jamais traduits en justice.

Zirngast a écrit régulièrement sur la politique turque pour la publication autrichienne re : volt, le quotidien allemand Junge Welt ainsi que le site américain Jacobin. Ses articles ont critiqué les mesures réactionnaires et despotiques d’Erdogan et de son parti Le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir.

Il a également contribué au journal de Toplumsal Özgürlük Partisi (TOP-Parti de la liberté sociale), dont les membres, Mithatcan Türetken et Hatice Göz sont accusés avec lui.

Zirngast est cité dans les médias turcs comme ayant clairement dit au procureur et au juge : « Je suis socialiste, je défends les valeurs universelles. »

Parmi les accusations fabriquées par la police anti-terroriste contre Zirngast il y a l’accusation qu’il possédait de la littérature marxiste, y compris des livres du marxiste turc et fondateur du Parti communiste bien connu Hikmet Kıvılcımlı, mort en 1971. Il a souligné, dans sa défense, qu’il avait donné des conférences sur les œuvres de Kivilcimli dans le cadre d’un cours sur les « Idéologies politiques en Turquie » à l’Université technique du Moyen-Orient, où il est diplômé en sciences politiques.

Les étudiants de l’université ont protesté contre son arrestation, écrivant sur Twitter jeudi dernier qu’il était « un membre précieux de leur syndicat étudiant ».

Max Zirngast

« En plus des publications de gauche chez moi, il y a aussi de nombreuses publications qui sont plus susceptibles d’être associées à l’idéologie de droite », a déclaré Zirngast au tribunal. « Vous pouvez même trouver de la littérature et de l’art. Je suis chercheur. Dans ma maison, il y a environ 300 livres et autres publications. Dans mon appartement en Autriche, il y a deux fois plus de livres. Mais la police n’a pris que des livres liés à l’idéologie de gauche. »

Le reste des « preuves » contre lui consistait en images sur son téléphone portable d’une « organisation terroriste », c’est-à-dire des séparatistes kurdes.

En outre Zirngast réfuta le réquisitoire du procureur général selon laquelle il était le « chef du TKP / Kivilcim d’Ankara » indiquant qu’une telle organisation n’existe pas. « Je ne peux pas être membre d’une organisation qui n’existe pas », a-t-il déclaré.

Son avocat, Teoman Özkan, a cité deux décisions de justice de 2012 et 2015 qui affirmaient également qu’une telle organisation n’existe pas. Son nom ne figure pas non plus sur la longue liste des organisations présumées « terroristes » en Turquie.

Murat Yilmaz, un autre avocat représentant Zirngast, a déclaré : « L’enquête n’a rien donné de concret contre mon client, juste quelques-uns de ses articles. Il est poursuivi pour ses pensées et emprisonné pour ses contacts sociaux. »

Par ailleurs, le Parti de la liberté sociale (TOP) a dénoncé l’arrestation de Zirngast et de ses deux membres comme tentative du gouvernement Erdogan de supprimer l’activité politique socialiste légale. Il a dit que le parti était en train de soumettre des documents pour obtenir le statut juridique lui permettant de participer à des élections lorsque les raids ont eu lieu, et que les arrestations faisaient suite à une longue période de harcèlement par la police secrète turque.

Zirngast a clairement indiqué qu’il n’était pas membre d’un parti politique en Turquie, mais qu’il soutenait ceux qui partageaient ses idées et qu’il avait écrit pour la publication du TOP et participé aux activités du parti qui l’intéressaient et qui contribuaient à ses recherches.

Ce dernier acte de répression anti-démocratique coïncide avec les mesures d’état policier prises par le gouvernement Erdogan contre les manifestations de masse des travailleurs de la construction sur le site d’un nouvel aéroport à Istanbul, où les grévistes ont été brutalement attaqués, des centaines ont été arrêtés et 24 d’entre eux sont toujours incarcérés sur les ordres d’un tribunal turc.

Le seul « crime » commis par ces trois prisonniers politiques est celui de critiquer et dénoncer les crimes du gouvernement Erdogan. Ils se joignent à des milliers d’autres emprisonnés pour des délits similaires, la plupart d’entre eux emprisonnés dans l’attente de leur procès et condamnés pour aucun crime.

Max Zirngast, Hatice Göz and Mithatcan Türetken

Selon le Centre de Stockholm pour la liberté (SCF), 237 journalistes et travailleurs des médias sont derrière les barreaux en Turquie à l’heure actuelle, alors que plus de 150 journaux et stations de télévision ont été fermés par le régime d’Erdogan.

Parmi les dernières actions du gouvernement figure la fermeture de la chaîne de télévision Haytin Sesi TV, qui exprimait des opinions socialistes. Ses propriétaires et son directeur général ont été condamnés à trois ans et neuf mois de prison pour propagande en faveur d’organisations terroristes. Les procureurs ont accusé la chaîne de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) séparatiste kurde et l’État islamique, qui sont en guerre l’un contre l’autre en Irak et en Syrie.

Que des accusations absurdes similaires aient été portées contre Max Zirngast, Mithatcan Türetken et Hatice Göz est une mesure également du caractère réactionnaire du régime Erdogan et de son désespoir croissant face à l’aggravation de la crise économique et politique et la croissance de la lutte des classes en Turquie.

Le World Socialist Web Site exige leur libération, ainsi que celle de tous les prisonniers politiques turcs, et appelle à la plus grande mobilisation des travailleurs et des jeunes du monde entier afin de lutter pour leur liberté.

(Article paru en anglais le 25 septembre 2018)