David North prononce une conférence de presse au Sri Lanka

Par David North
3 octobre 2018

Les propos suivants ont été prononcés par David North, président du comité de rédaction international du WSWS, lors d’une conférence de presse à la salle de conférence de Colombo le lundi 1ᵉʳ octobre. North donnera des conférences à deux réunions organisées par le Parti de l’égalité socialiste au Sri Lanka les 3 et 7 octobre. Des journalistes de la chaîne de télévision nationale de l’État, Rupavahini, de la chaîne locale de télévision publique « Réseau de télévision indépendant » (ITN), de Capitol Radio et de Lanka Web News ont assisté à la conférence de presse.

Tout d’abord, je voudrais remercier le Parti de l’égalité socialiste de m’avoir invité au Sri Lanka pour donner deux conférences à l’occasion du quatre-vingtième anniversaire de la Quatrième Internationale. En fait, nous célébrons cette année un double anniversaire, car le PES marque également le cinquantième anniversaire de sa fondation, en tant que section sri-lankaise de la Quatrième Internationale, en 1968. La lutte courageuse et fondée sur des principes que le SEP a menée sur une période d’un demi-siècle, pour l’unité de toutes les classes ouvrières du Sri Lanka indépendamment de l’origine ethnique ou religieuse, est bien connue et a inspiré les socialistes du monde entier.

David North lors de la conférence de presse

L’orientation de mes conférences à Colombo et à Kandy sera un événement majeur dans l’histoire politique du XXᵉ siècle : la fondation de la Quatrième Internationale par Léon Trotsky en septembre 1938. C’était l’aboutissement de la lutte entamée par Trotsky quinze ans plus tôt, en 1923, lorsqu’il fonda l’opposition de gauche pour lutter contre la dégénérescence bureaucratique du parti bolchevik et du régime soviétique, dans lequel Staline venait jouer un rôle de plus en plus puissant et dangereux. Cette lutte prit une dimension internationale, le régime stalinien – sous la bannière fausse et anti-marxiste du socialisme dans un seul pays – a subordonné la lutte pour le socialisme mondial à la défense des intérêts matériels et des privilèges de la bureaucratie au sein de l’Union soviétique.

La répudiation nationaliste stalinienne du programme internationaliste révolutionnaire du marxisme a conduit à une série de défaites écrasantes de la classe ouvrière, comme en Chine en 1927 et en Allemagne en 1933. En fait, c’est la montée des nazis au pouvoir en Allemagne en janvier 1933 – la conséquence des politiques désastreuses menées par les staliniens – qui a précipité l’appel de Trotsky à la formation d’un nouvel international révolutionnaire. Les événements qui ont suivi – tels que la trahison stalinienne de la révolution espagnole et le lancement par Staline, en 1936, de la terreur contre-révolutionnaire qui a déferlé à travers l’Union soviétique – ont confirmé la justesse de l’appel de Trotsky à la Quatrième Internationale.

Ces événements ont sans aucun doute une grande importance historique ; et il convient certainement de consacrer des conférences à leur examen et à leur analyse. Mais, à juste titre, vous pourriez demander en quoi les événements qui se sont déroulés il y a tant d’années présentent-ils un intérêt contemporain ? Et pourquoi les travailleurs, les étudiants et les intellectuels, qui ne sont pas actuellement impliqués dans les activités de la Quatrième Internationale, assistent-ils à ces conférences ?

En répondant à ces questions légitimes, permettez-moi de rappeler la situation mondiale qui existait en 1938. Le système capitaliste était en proie à une crise économique mondiale qui avait débuté dix ans plus tôt, avec le krach de Wall Street de 1929. La Grande Dépression a infligé des souffrances massives à la classe ouvrière dans les pays capitalistes avancés. La démocratie était en recul dans le monde entier. Pour maintenir leur domination politique face à la colère sociale croissante, les élites dirigeantes ont créé diverses formes de régimes autoritaires, dont le Troisième Reich nazi n’a été que le plus brutal. La politique étrangère des puissances impérialistes prenait un caractère de plus en plus militariste, qui se traduisait avant tout par des guerres colonialistes sauvages. Les impérialistes japonais se sont emparés de la Mandchourie en 1932. Mussolini a envahi l’Éthiopie en 1935. Les conflits entre grandes puissances se sont intensifiés sans relâche et il était évident que l’humanité était sur le point d’être plongée dans une seconde guerre mondiale encore plus terrible que la première.

C’était la situation mondiale qui existait lorsque le congrès fondateur de la Quatrième Internationale a eu lieu en septembre 1938. Le document programmatique que Trotsky avait rédigé pour le congrès définissait l’époque comme « l’agonie du capitalisme ». Permettez-moi de ne citer que deux paragraphes de ce document extraordinaire :

La prémisse économique de la révolution prolétarienne est arrivée depuis longtemps au point le plus élevé qui puisse être atteint sous le capitalisme. Les forces productives de l’humanité ont cessé de croître. Les nouvelles inventions et les nouveaux progrès techniques ne conduisent plus à un accroissement de la richesse matérielle. Les crises conjoncturelles, dans les conditions de la crise sociale de tout le système capitaliste, accablent les masses de privations et de souffrances toujours plus grandes. La croissance du chômage approfondit, à son tour, la crise financière de l’État et sape les systèmes monétaires ébranlés. Les gouvernements, tant démocratiques que fascistes, vont d’une banqueroute à l’autre.

La bourgeoisie elle-même ne voit pas d’issue. Dans les pays où elle s’est déjà trouvée contrainte de miser son dernier enjeu sur la carte du fascisme, elle marche maintenant les yeux fermés à la catastrophe économique et militaire. Dans les pays historiquement privilégiés, c’est-à-dire ceux où elle peut encore se permettre, pendant quelque temps, le luxe de la démocratie aux dépens de l’accumulation nationale antérieure (Grande-Bretagne, France, États-Unis, etc.), tous les partis traditionnels du capital se trouvent dans une situation de désarroi qui frise, par moments, la paralysie de la volonté.

Sans changer trop de mots, la description du monde capitaliste faite par Trotsky en 1938 pourrait très bien servir à décrire les conditions qui existent en 2018. S’il était vivant aujourd’hui, je ne pense pas que Trotsky trouverait le monde contemporain si difficile à comprendre. Bien sûr, il devrait apprendre à utiliser les ordinateurs, les téléphones cellulaires et les médias sociaux. Mais il n’aurait aucune raison de changer son pronostic historique et politique. L’époque contemporaine est toujours celle de « l’agonie » du capitalisme. En effet, il y a de nombreuses indications que nous approchons rapidement d’une étape convulsive et violente dans cette agonie historique.

Il y a près de 30 ans, à la suite de la dissolution des régimes staliniens en Europe de l’Est et en Union soviétique, les idéologues des élites dirigeantes capitalistes ont proclamé la « fin de l’histoire ». Le capitalisme a démontré, une fois pour toutes, sa supériorité incontestable sur le socialisme et que l’humanité serait désormais heureuse, sous la chaleur des marchés financiers mondiaux, dans le jardin luxuriant de la prospérité croissante, de la démocratie universelle et de la paix éternelle.

Comme nous le savons maintenant, ces prédictions vantardes n’ont pas été réalisées. Le système capitaliste mondial est en proie à des crises économiques, sociales et politiques croissantes. Tout comme le krach de 1929, le krach de 2008 a mis en évidence la fragilité de l’ensemble du système économique. Son héritage réside dans les niveaux montagneux d’endettement et les inégalités sociales massives. Les gouvernements capitalistes, tout d’abord aux États-Unis, ont renfloué les riches au détriment de la masse écrasante de la population. Ce faisant, ils ont discrédité la démocratie capitaliste comme une fraude politique, couverture de la domination des oligarques milliardaires qui dirigent l’économie mondiale. Cela explique la montée des démagogues de droite et des mouvements fascistes. Aux États-Unis, la Maison-Blanche est occupée par un gangster du nom de Donald Trump. En Allemagne, le fascisme est à nouveau en hausse. Partout dans le monde, les réfugiés désespérés – victimes des crises économiques et des opérations militaires brutales lancées par les impérialistes sous le signe de la « guerre contre le terrorisme » – sont accusés et sont victimes des conditions créées par le capitalisme.

Et comme dans les années 1930, l’intensification incessante des conflits géopolitiques conduit inexorablement à une troisième guerre mondiale, une guerre qui sera menée avec des armes nucléaires, avec des conséquences horribles. Les mots écrits par Trotsky dans le document fondateur de la IVᵉ Internationale acquièrent une pertinence extrêmement contemporaine :

Bien entendu, la bourgeoisie se rend compte du danger mortel qu’une nouvelle guerre représente pour sa domination. Mais elle est actuellement infiniment moins capable de prévenir la guerre qu’à la veille de 1914 […] Sans révolution socialiste, et cela dans la prochaine période historique, la civilisation humaine tout entière est menacée.

La « prochaine période historique » sur laquelle Trotsky a écrit est maintenant celle dans laquelle nous vivons. L’humanité cherche une réponse progressiste au chaos capitaliste dominant. Il veut un avenir sans la pauvreté, l’exploitation et la guerre. Les travailleurs veulent un monde fondé non sur des haines religieuses, ethniques et nationales, mais sur la solidarité humaine. C’est pourquoi partout dans le monde, et même aux États-Unis, la citadelle de la cupidité et de la réaction capitalistes, le socialisme suscite un intérêt et un soutien grandissants. Mais la lutte pour le socialisme doit être fondée sur les connaissances historiques. Et c’est pourquoi un examen de la fondation de la Quatrième Internationale en 1938 et des luttes à travers lesquelles elle s’est déroulée au cours de ses quatre-vingts ans d’histoire revêt une importance contemporaine immense.

(Article paru d’abord en anglais le 2 octobre 2018)