Après les défaites électorales

La grande coalition allemande ferme les rangs et intensifie l’offensive de droite

Par Johannes Stern
14 novembre 2018

Le grand gouvernement de coalition allemand, composé de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), de l’Union chrétienne-sociale (CSU) et du Parti social-démocrate (SPD), a réagi aux importantes défaites des dernières élections nationales et à l’opposition croissante en intensifiant ses politiques de droite.

Juste avant les réunions officielles pour commémorer le 9 novembre, le centenaire de la Révolution de novembre et le 80ᵉ anniversaire de la nuit allemande des pogroms (Reichspogromnacht), il a été annoncé vendredi matin que le budget militaire du pays augmenterait au-delà de ce qui était initialement prévu. En 2018, ce budget s’élevait à 38,5 milliards d’euros. Il devrait maintenant dépasser 43 milliards d’euros en 2019. Cela correspond à une augmentation de 12 pour cent et à 323 millions d’euros de plus que le total prévu précédemment.

Au cours d’une session de « nettoyage » de près de 16 heures, le gouvernement a apporté de nouvelles modifications au projet de budget du ministre social-démocrate des Finances, Olaf Scholz, ouvrant la voie à un réarmement militaire rapide. Selon les médias, des « crédits d’engagement » ont été adoptés, permettant des projets d’armement coûtant des milliards de dollars.

Le produit le plus important est l’achat d’un hélicoptère de transport lourd, qui représente un investissement d’environ 5,6 milliards d’euros d’ici 2031. Cela a été rapporté par le blog militaire Augen geradeaus ! Un achat supplémentaire d’un nouveau navire de combat polyvalent (de type MKS180) est prévu, son coût est estimé à environ 5 milliards d’euros d’ici 2028.

Selon le blog, « l’un des projets les plus coûteux », le système de défense aérienne tactique (TLVS), avait été « initialement prévu dans le nouveau budget d’une manière purement symbolique ». Toutefois, « le plan prévoit que, si nécessaire, des fonds d’autres postes budgétaires peuvent être réaffectés là. »

Déjà dans son accord de coalition, les « partis syndicaux » conservateurs (CDU et CSU) et le SPD s’étaient engagés à porter les dépenses de défense à 2 pour cent du produit intérieur brut d’ici 2024, ce qui donnerait un budget militaire annuel de plus de 75 milliards d’euros. Ils travaillent maintenant fébrilement pour atteindre cet objectif.

« L’opinion publique n’a guère connaissance des milliards qui iront à l’avenir aux forces armées fédérales pour l’achat de l’avion de combat Eurofighter », a déclaré Augen Geradeaus ! Environ 2,5 milliards d’euros de crédits d’engagement ont été réservés pour remplacer les avions de combat plus anciens par de nouveaux Eurofighters, qui seront « améliorés pour de nouvelles tâches, telles que la lutte contre les objectifs au sol ». Des crédits supplémentaires sont destinés à l’acquisition de nouveaux sous-marins et de quelque 140 000 tenues de combat.

Le centenaire de la révolution de novembre et le 80ᵉ anniversaire de la nuit allemande des pogroms ont été marqués par des discours prononcés par un certain nombre de dirigeants politiques, dont les paroles onctueuses sur la « démocratie » et les « leçons de l’histoire » ne peuvent masquer le fait que l’impérialisme allemand se prépare à nouveau à la guerre, y compris contre ses alliés de l’après-guerre.

À la suite des élections de mi-parcours aux États-Unis, le ministre d’État des affaires étrangères, Nils Annen (SPD), a demandé de mettre en place une politique germano-européenne des affaires étrangères et de défense forte pour répondre à Donald Trump. « Nous devons faire une réévaluation en Europe et rester unis, en particulier en cas de différend commercial », a-t-il déclaré. « Sur les questions pour lesquelles nous ne sommes pas d’accord, les Américains ont une position forte. Nous ne pouvons répondre à « l’Amérique d’abord » qu’avec l’« Europe Unie ».

La politique étrangère agressive de la grande coalition va de pair avec une intensification des attaques contre les droits sociaux et démocratiques. L’enveloppe pour les retraites votée jeudi par le gouvernement allemand ne fait que renforcer les maigres niveaux de retraites, qui entraînent déjà une pauvreté endémique chez les personnes âgées, tout en préparant de nouvelles attaques contre les retraites publiques. Le même jour, le gouvernement, avec le soutien de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) d’extrême droite, a durci la loi sur le droit d’asile du pays et imposé de nouvelles restrictions aux réfugiés.

Après les expériences historiques amères du pays, l’immense majorité de la population rejette la guerre et le fascisme, mais la classe dirigeante est déterminée à faire revivre ses traditions antidémocratiques, militaristes et autoritaires.

Cela est devenu clair le 8 novembre lors des discussions au Bundestag sur le pacte mondial de l’Organisation des nations unies pour les migrations. Le chef de l’AfD, Alexander Gauland, a profité de l’occasion pour protester contre les « rêveurs de gauche et les élites mondialistes » qui « souhaitaient secrètement changer notre pays d’un État-nation en une zone de peuplement. »

Au lieu d’établir des parallèles évidents entre les délires de Gauland et les politiques de Hitler et de Goebbels, les autres partis au parlement l’ont accusé d’agir « contre les intérêts nationaux de l’Allemagne ».

Le pacte des Nations Unies sur les migrations est une mesure visant à réduire le nombre de réfugiés en Allemagne, ont-ils souligné. « Y a-t-il quelqu’un avec l’esprit clair qui croit sérieusement que moins de migrants arrivent en Allemagne quand ils n’ont pas accès aux services de base dans d’autres pays ? » a déclaré le politicien CDU, Stephan Harbarth, sous les applaudissements de la CDU, de la CSU, du SPD, le FDP néo-libéral, les Verts et le Parti de gauche. « Pas du tout », poursuivit-il, « quiconque soutient le pacte mondial sur les migrations crée les conditions qui réduiront les incitations à venir en Allemagne. »

Le SPD joue un rôle clé dans la promotion des politiques du gouvernement contre la classe ouvrière et de la droite contre la montée de l’opposition. Bien que le SPD se soit effondré dans les sondages et qu’il ne soit plus qu’à 13 pour cent, il est déterminé à poursuivre son alliance profondément impopulaire avec la CDU et la CSU.

« Nous avons les bras liés et comptons sur le pouvoir de la cohésion », a déclaré le chef du SPD, Andrea Nahles, à l’issue d’une réunion du comité exécutif du parti la semaine dernière. Il n’y aura pas de réunion spéciale du parti pour discuter du maintien de la grande coalition. Nahles a noté que la possibilité d’une motion de se retirer avait été écartée par une large majorité de l’exécutif.

La volonté du SPD de maintenir la grande coalition repose sur deux considérations politiques principales. D’une part, il est déterminé à poursuivre la renaissance du militarisme allemand et à rétablir l’Allemagne comme puissance militaire majeure à la suite des défaites subies lors des deux guerres mondiales. L’Allemagne était « trop grande et trop forte sur le plan économique pour que nous puissions commenter la politique mondiale depuis les coulisses », a déclaré le ministre des affaires étrangères de l’époque et actuel président fédéral, Frank-Walter Steinmeier (SPD), à la Conférence sur la sécurité de Munich 2014.

Deuxièmement, le SPD craint une mobilisation de la classe ouvrière contre ses politiques réactionnaires et se prépare à réprimer de force toute opposition. De manière significative, lors de la commémoration de la Révolution de novembre au parlement allemand, Steinmeier a justifié l’alliance contre-révolutionnaire entre les dirigeants sociaux-démocrates et l’armée allemande (Reichswehr), qui a noyé le soulèvement révolutionnaire des travailleurs dans le sang.

Le président du SPD, Friedrich Ebert, qui prit la tête du gouvernement allemand le 9 novembre 1918, « voulait d’abord empêcher le chaos, la guerre civile et l’intervention militaire des puissances victorieuses ; il était motivé par le désir de donner du travail et du pain aux gens », a déclaré Steinmeier.

Il a admis qu’il n’avait « aucune justification pour lacher la brutalité des corps de Freikorps nationalistes ». En même temps, il était vrai que « les représentants du peuple autour de Friedrich Ebert devaient se défendre contre la tentative de la gauche radicale d’empêcher l’élection à l’Assemblée nationale par la force ».

Tous les partis parlementaires – de l’extrême droite AfD aux partis au pouvoir du parti de gauche aux Verts – ont applaudi Steinmeier. Cela souligne que toute la classe dirigeante est en train de serrer les rangs pour faire pression avec sa politique de droite, tout en se préparant aux futures luttes de classe révolutionnaires.

Le Parti de gauche et les Verts se disputent pour établir une coopération plus étroite avec la grande coalition, et tous deux exigent une politique gouvernementale plus agressive. Lorsque le Bundestag a débattu des « conditions de vie égales » jeudi dernier, le chef du parti de gauche, Dietmar Bartsch, a demandé à être impliqué dans les travaux futurs du gouvernement, « du moins ceux qui gouvernent dans les États ou ont des responsabilités dans les municipalités » doivent être impliqués, a-t-il déclaré.

Dans le cadre d’un entretien accordé à Der Spiegel, la chef du parti, Annalena Baerbock, a déclaré : « Le SPD a déclaré qu’il continuait. L’Union a déclaré qu’elle continuait. La chancelière a déclaré qu’elle resterait en poste. Nous avons donc un gouvernement et il doit faire son travail : gouverner ce pays et s’attaquer aux problèmes. »

Baerbock a également appelé à une politique plus agressive des grandes puissances : « L’UE doit être capable de conduire la politique mondiale dans une situation qui a radicalement changé », a-t-elle déclaré.

(Article paru d’abord en anglais le 13 novembre 2018)