Au moins 200 soldats dans un réseau terroriste néo-nazi de l'armée allemande

Par Christopher Lehmann et Johannes Stern
16 novembre 2018

La cellule terroriste néo-nazie de l'armée allemande associée au lieutenant Franco A. est beaucoup plus grande que ce qui avait été révélé auparavant. Cette révélation figurait dans un article de la dernière édition du magazine Focus intitulé «Le complot».

Sur la base d'enquêtes menées par l'Office fédéral de la police criminelle (BKA), le magazine faisait état d'un réseau d'au moins 200 soldats en service actif ou à la retraite, y compris des membres du commandement des forces spéciales (KSK) et du Service de renseignement militaire (MAD).

On connaissait déjà publiquement le cas de Franco A:

Le lieutenant fut arrêté le 3 février 2017 à l'aéroport de Vienne alors qu'il tentait de récupérer une arme qu'il y avait précédemment dissimulée. Des enquêtes ultérieures ont révélé qu'il avait collaboré avec deux autres complices, Maximilian T. et Matthias F., pour attaquer des hommes politiques de haut rang, dont l'ancien président Joachim Gauck, le ministre de la Justice Heiko Maas et le ministre président du Parti de gauche de Thuringia Bodo Ramelow. Ils prévoyaient également de s'en prendre à des institutions telles que le Conseil central des juifs et le Conseil central des musulmans.

Malgré cela, Franco A. est un homme libre depuis la fin de l'année dernière. En novembre 2017, le tribunal fédéral allemand a annulé son mandat d'arrêt. Selon l'explication officielle, à ce stade de l'enquête, les preuves étaient insuffisantes pour indiquer la menace immédiate d'actes criminels liés à un acte de violence grave.

La Cour d’appel de Francfort-sur-le-Main s’est prononcée dans le même sens cette année. Dans une décision du 7 juin, elle a confirmé que Franco A. ne serait pas inculpé pour la préparation d'un acte de violence grave.

À la lumière des dernières révélations, les décisions des deux tribunaux soulèvent de sérieuses questions. Dans leur article, les auteurs Josef Hufelschulte et Alexander Rakkow décrivent un réseau terroriste soudé qui, à l'instar de la Wehrmacht noire sous la République de Weimar, prépare le meurtre de politiciens et la répression violente des luttes révolutionnaires. Bien que les accusations retenues contre Franco A. aient été abandonnées, l'enquête du BKA avait déjà fourni la preuve de l'existence d'une armée de l'ombre.

L’article de Focus commence par la synthèse de l’interrogatoire par le BKA de l’ancien officier de la Force aérienne et major de la réserve, Horst S., le 13 juillet 2017, dans le cadre de l’enquête du BKA sur l’affaire Franco A. Selon les déclarations de Horst S., un groupe principalement composé de soldats d'élite «se préparait à un sinistre "Jour X"». Interrogé par l'enquêteur sur ce que cela signifiait, ce soldat de 48 ans a répondu que le "Jour X" aurait lieu pendant une crise extrême provoquée par «des attaques contre des femmes et des enfants par des réfugiés, des viols, des attaques terroristes ou l’apparition de taudis dans les villes allemandes».

Dans une transcription de la déposition du témoin publiée dans Focus, la déclaration se poursuit: «Parallèlement, je crains également que l'État ne perde son monopole sur la violence et ne puisse donc s'acquitter de sa tâche». Ceci «a mené à une réflexion sur ce qui peut être fait si un tel cas se produit».

Le résultat de ces considérations est que «nous devrions prendre des précautions dans différents aspects de la vie pour un tel cas. Cela signifie que nous devrions acheter, par exemple, du diesel pour alimenter des groupes électrogènes de secours, des radios et des denrées alimentaires durables. Les munitions devraient également être stockées pour que nous puissions nous battre.»

Les plans pour des attaques étaient apparemment bien avancés. En termes concrets, Horst S. «a nommé des participants individuels, qui, dans leur "haine de la gauche" et des réfugiés profondément enracinée, avaient monté "un dossier avec des adresses et des images" des personnes ciblées, qui devaient "partir"».

Deux connaissances de Horst S. ont vu les listes et «ont également un cabinet d'armes bien garni». Selon la transcription, des discussions ont eu lieu dans un petit cercle pour amener les personnes ciblées à un endroit «où elles seraient tuées».

L' «escadron conspirateur présumé» comprenait des membres de la force d'élite du KSK, selon Focus. Pour cette raison, les autorités ont gardé «secrètes les preuve initiales d'un éventuel réseau souterrain prêt à commettre des actes de violence».

Il existait également des liens avec l'organisation Uniter, composée principalement de combattants du KSK, mais également de parachutistes, de troupes de reconnaissance, de membres d'unités de police des forces spéciales, d'avocats et de médecins. Un employé de l'agence de renseignement de l'État de Bavière est également membre d'Uniter.

Focus a écrit qu'au sein de l'association, «selon des témoignages, un réseau conspirateur d'environ 200 soldats en service actif ou anciens s'est formé». Des témoignages «dans le dossier portant le numéro GBA 2 Bjs 205 / 17-5a» ont brossé un tableau «de soldats conspirateurs, qui apparemment étaient même disposés à envisager des assassinats ciblés d'opposants politiques».

Selon les informations obtenues par les enquêteurs, les soldats «avaient des emplacements secrets pour leurs armes, leurs munitions, leur carburant et leur alimentation» et avaient établi de prétendues «planques» aux frontières avec l'Autriche et la Suisse. Ces arrangements ont été faits dans des groupes de discussion sur Internet.

Uniter a publié sur son site Internet une déclaration se distanciant de ces allégations et accusant Focus de publier de la «désinformation». Sur un ton menaçant, Uniter a déclaré que depuis la publication de l'article, il avait «pris contact directement avec tous les représentants nommés des autorités, y compris la police et l'armée, ainsi que le procureur responsable».

Uniter a déclaré qu'il pouvait être «établi que les informations contenues dans l'article étaient tirées de plusieurs procédures, créant ainsi une image globale qui ne résiste à aucune recherche». Les groupes de discussion mentionnés dans l'article de Focus n'étaient «certainement pas autorisés ou gérés par Uniter», affirmait la déclaration.

Le World Socialist Web Site ne possède aucune information indépendante dans cette affaire, mais il est évident que de vastes réseaux terroristes d'extrême droite opèrent en Allemagne et sont dissimulés par des sections de l'armée, de la police et des services de renseignement. Les services secrets nationaux, en particulier, ont des racines profondes dans la scène néonazie et ont été impliqués dans une série d'actes violents d'extrême droite.

Plusieurs dizaines d'informateurs des services secrets et de la police ont agi autour du groupe terroriste de droite NSU, responsable du meurtre de neuf immigrants et d'un policier. Les dernières révélations concernant le limogeage du président de longue date de l’agence de renseignement national Hans-Georg Maassen ont confirmé que les services de renseignement étaient dirigés par un extrémiste de droite auto-déclaré.

Un lieutenant du Service du renseignement militaire (MAD) comparaît actuellement devant le tribunal de district de Cologne sous le chef d'accusation de trahison de secrets dans l'affaire Franco A. L’officier est accusé d’avoir prévenu des suspects associés à lui d’enquêtes imminentes du procureur général, selon un porte-parole du tribunal. L’homme était un point de contact pour le BKA et le procureur général du service de renseignement militaire, a ajouté le porte-parole du tribunal, confirmant ainsi indirectement les informations de Focus.

Selon le magazine d'informations, Peter W., 42 ans, est le lieutenant de MAD qui, l’automne dernier, a «mis en garde un membre du KSK contre des raids sur des membres d'Uniter». Avant de travailler pour les services de renseignement, il était membre du KSK.

«Selon les conclusions des enquêteurs», le principal bénéficiaire de la dénonciation était le sergent d'état-major Andre S., «un formateur strict du KSK responsable de la sécurité militaire de l'unité». Selon des témoignages, S., qui dirige maintenant Uniter, était un «informateur» pour Uniter à propos de MAD et avait présenté «la seule information crédible sur les processus internes du KSK».

Selon un article paru dans le quotidien TAZ, S. aurait eu des contacts avec Franco A. Sous le pseudonyme Hannibal, S. était l'administrateur de groupes de discussion desquels Franco A. aurait «également été membre». Le journal a rapporté que «les autorités responsables "ne voulaient pas" dire "si Franco A. et S." se connaissaient personnellement ou virtuellement». Le tribunal de district de Cologne a laissé entendre qu'ils auraient pu évoluer dans «l'orbite» l'un de l'autre.

Le caractère explosif de ces révélations troublantes contraste vivement avec la réaction de la classe politique et des médias. Les principaux quotidiens ont à peine rendu compte du réseau terroriste et les porte-parole du gouvernement et de l'armée sont restés silencieux.

Lors de la conférence de presse du gouvernement fédéral tenue le 9 novembre, le porte-parole du ministère de la Défense, Jens Flossdorf, a confirmé qu'une procédure «contre un membre du MAD» était en cours, tout en ajoutant qu'il ne pouvait «pas fournir d'autres informations». Un «rapport du MAD» serait fourni uniquement «aux comités de renseignement compétents du parlement allemand». Il ne le ferait pas, n'y était pas autorisé et ne pouvait pas «fournir plus de précisions à ce sujet».