Panel bipartite : les Etats-Unis doivent se préparer à une guerre « horrible » et « dévastatrice » avec la Russie et la Chine

Par Andre Damon
17 novembre 2018

Une commission bipartite nommée par le Congrès a publié mardi un long rapport soutenant les projets du Pentagone visant à préparer une guerre entre « grandes puissances » contre la Russie, la Chine ou les deux, précisant que la politique belliqueuse de l’Administration Trump était partagée par le Parti démocrate.

Conscients que leurs conclusions ne seront jamais sérieusement relatées par les médias, les auteurs du présent rapport ne mâchent pas leurs mots sur la signification d’une telle guerre. Une guerre entre les États-Unis et la Chine, qui, selon le rapport, pourrait éclater d’ici quatre ans, sera « horrible » et « dévastatrice ». L’armée « fera face à des pertes plus importantes qu’à tout autre moment depuis des décennies ». Une telle guerre pourrait conduire à une « escalade nucléaire rapide », et des civils américains seront attaqués et probablement tués.

Avions américain B-52 Stratofortress [Source : US Air National Guard]

Il est impossible de comprendre quoi que ce soit dans la politique américaine sans reconnaître une réalité fondamentale : les événements et les scandales qui dominent le discours politique, qui font l’actualité du soir et qui font la une des journaux télévisés et des médias sociaux, ont peu à voir avec les considérations de ceux qui prennent réellement des décisions. Les responsables des médias jouent les rôles qui leur sont assignés, sachant que les sujets les plus importants ne peuvent être abordés que dans des limites très circonscrites.

Ceux qui élaborent les politiques – un groupe restreint de membres éminents du Congrès, de responsables du Pentagone et de personnel de groupes de réflexion, ainsi que des collaborateurs de la Maison-Blanche – parlent une langue tout à fait différente entre eux et dans des publications dont ils savent qu’elles ne sont pas lues par le grand public, et dont les médias ne feront pas de une couverture notable.

Ces personnes acceptent toutes comme un fait parfaitement évident des déclarations qui, si elles faisaient la une des nouvelles du soir, seraient alors considérées comme des « théories du complot ».

L’exemple le plus récent est un nouveau rapport publié par la commission de la stratégie de défense nationale, un organe créé par le Congrès pour évaluer la nouvelle stratégie de sécurité nationale du Pentagone, publiée au début de cette année, qui déclarait que « la concurrence des grandes puissances – et non le terrorisme – est désormais le principal objectif » de l’armée américaine.

Les conclusions du panel, publiées sous la forme d’un rapport intitulé « Prévoir la défense commune », peuvent être résumées comme suit : l’armée américaine a parfaitement raison de se préparer à la guerre avec la Russie et la Chine. Mais le Pentagone, qui dépense chaque année plus que les huit autres plus grandes forces militaires nationales combinées, a besoin d’une augmentation massive des dépenses militaires, qui sera compensée par des coupes dans les programmes sociaux fondamentaux tels que Medicare, Medicaid (assurance de santé pour les retraités et les pauvres) et la Sécurité sociale.

Le rapport est, en d’autres termes, un feuilleton du Congrès sur le renforcement militaire de l’administration Trump, décrivant ce que le Congrès a accompli cette année lorsqu’il a adopté, avec un soutien écrasant des deux partis, la plus importante augmentation du budget militaire depuis la Guerre froide.

Mais au-delà de la reconnaissance du fait que les États-Unis doivent se préparer à une guerre imminente impliquant l’ensemble de la société, avec des conséquences « dévastatrices » pour la population américaine, le document met en garde contre une autre réalité fondamentale : les États-Unis pourraient très bien perdre une telle guerre, qui exige en effet la conquête militaire de la planète entière par un pays comptant moins de cinq pour cent de la population mondiale.

Les États-Unis « pourraient avoir du mal à gagner, et pourraient même perdre, une guerre contre la Chine ou la Russie », affirme ce rapport. Ces guerres ne se dérouleraient pas uniquement à l’étranger, mais viseraient probablement la population américaine : « Il serait imprudent et irresponsable de ne pas attendre des adversaires qu’ils tentent des attaques de type cinétique, cybernétique ou autre. En somme, des attaques débilitantes contre des Américains pendant qu’ils cherchent à vaincre notre pays militaire à l’étranger. »

Le rapport ajoute : « En cas de guerre, les forces américaines devront faire face à des combats plus difficiles et à des pertes plus importantes qu’elles n’ont jamais existé depuis des décennies. Il convient de rappeler que pendant la guerre des Malouines, un adversaire nettement inférieur, l’Argentine, a paralysé et a coulé un important navire de guerre britannique en le frappant avec un seul missile guidé. La quantité de destruction qu’un adversaire majeur pourrait infliger aux forces américaines pourrait être plus élevé de plusieurs ordres de grandeur. »

Pour faire passer le message, le rapport décrit un certain nombre de scénarios. Le premier concerne la déclaration d’indépendance de Taïwan par rapport à la Chine en 2022, qui provoquerait des représailles de la part des Chinois. « Le Pentagone informe le président que les États-Unis pourraient probablement vaincre la Chine dans une longue guerre, si toute la puissance de la nation était mobilisée. Pourtant, il perdrait d’énormes quantités de navires et d’aéronefs, ainsi que des milliers de vies, en plus de subir de graves perturbations économiques – le tout sans aucune garantie d’avoir un effet décisif avant que Taïwan ne soit envahie […] mais éviter ce résultat exigerait maintenant d’absorber des pertes horribles. »

Le rapport conclut que la solution est une armée beaucoup plus grande, financée par des augmentations constantes et pluriannuelles des dépenses. « La crise de la défense nationale doit faire face à une urgence extraordinaire », écrit-il.

L’armée a besoin de « plus de blindés, d’armes à longue portée, d’ingénieurs et d’unités de défense anti-aérienne ». L’armée de l’air a besoin de « plus de chasseurs et de bombardiers furtifs à longue distance, d’avions de ravitaillement, de capacités de transport, de plates-formes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance ». Les forces nucléaires ont besoin de plus de missiles, et ainsi de suite.

Pour payer tout cela, il faut vider les services sociaux. « Les programmes sociaux que l’état est obligé de financer entraînent la croissance des dépenses », se plaint le rapport, exigeant que le Congrès se penche sur ces programmes, notamment Medicare, Medicaid et la Sécurité sociale. Il avertit que « de tels ajustements seront sans aucun doute très douloureux ».

Enfin, toute la société doit être mobilisée derrière l’effort de guerre. Une approche « pan-gouvernementale » doit être adoptée, notamment « la politique commerciale ; l’enseignement des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques ». Tout doit être mobilisé, que ce soient les entreprises privées ou les institutions universitaires.

En énumérant les différents défis auxquels feraient face les États-Unis pour mener et gagner une guerre contre la Russie ou la Chine, aucun des membres distingués de cette commission n’est parvenu à la conclusion qui semble évidente selon laquelle les États-Unis ne devraient peut-être pas mener une telle guerre.

Mais en cela, ils représentent l’énorme consensus au sein des milieux politiques américains. Dans ses derniers jours, Adolf Hitler aurait déclaré à maintes reprises que si la nation allemande ne pouvait pas gagner la Seconde Guerre mondiale, elle ne méritait pas d’exister. La classe dirigeante américaine est entièrement attachée à un plan d’action qui menace de détruire non seulement une grande partie de la population mondiale, mais également la population américaine elle-même.

Ce n’est pas la folie des individus, mais la folie d’une classe sociale qui représente un ordre social dépassé et en faillite, le capitalisme, et un cadre politique également dépassé, le système des États-nations. Et il ne peut être combattu que par une autre force sociale : la classe ouvrière mondiale, dont les intérêts sociaux sont internationaux et progressistes, et dont l’existence même dépend de l’opposition aux objectifs de guerre mégalomanes du capitalisme américain.

(Article paru d’abord en anglais le 16 novembre 2018)