Le nouveau chef du renseignement allemand veut renforcer les pouvoirs de l’agence

Par Johannes Stern
24 novembre 2018

Lors d’une conférence de presse jeudi dernier, le ministre allemand de l’intérieur, Horst Seehofer (Union chrétienne sociale, CSU), a présenté Thomas Haldenwang (Union démocrate-chrétienne, CDU), le nouveau président de l’Office fédéral pour la protection de la Constitution (BfV). Le changement de personnel à la tête du service de renseignement national allemand vise à renforcer l’agence « après les turbulences des dernières semaines », comme l’a dit Haldenwang, et à accroître la surveillance de la population.

Le prédécesseur de Haldenwang, Hans-Georg Maassen, a été mis à la retraite par Seehofer début novembre après avoir publiquement soutenu des manifestations et des pogroms d’extrême droite dans la ville de Chemnitz. Maassen a qualifié de « fausses nouvelles » les attaques violentes contre des immigrés, des gauchistes et un restaurant juif. S’exprimant lors d’une réunion des chefs des services de renseignement nationaux européens le 18 janvier à Varsovie, Maassen est allé jusqu’à accuser les « forces radicales de gauche du SPD » de l’avoir forcé à quitter le pouvoir.

Haldenwang était le vice-président de longue date du BfV, et sa désignation comme successeur de Maassen confirme que la grande coalition au pouvoir en Allemagne (CDU, CSU et Parti social-démocrate SPD) continuera à soutenir la trajectoire d’extrême droite de l’agence. Encore plus clairement que Maassen, Haldenwang incarne les traditions fascistes du BfV. Il travaillait déjà pour l’agence lorsque le gang terroriste d’extrême droite du NSU a été révélé fin 2011, lorsque des dizaines d’agents infiltrés du BfV se sont révélés actifs dans les milieux néonazis entourant le NSU. À l’époque, Haldenwang dirigeait le département central du BfV jusqu’à ce qu’il soit nommé vice-président du BfV sous Maassen en août 2013.

Lors de la conférence de presse de jeudi, Seehofer s’est déclaré « convaincu que Haldenwang poursuivra le travail fructueux de l’Office fédéral et qu’avec lui nous pourrons revenir à un travail objectif et digne de confiance ». Haldenwang a « depuis des années un dialogue étroit et confiant avec les différents services de l’État pour la protection de la Constitution », et il « est convaincu que l’Office fédéral, avec ce dernier à sa tête, poursuivra intensivement l’échange important à cet égard avec les États ».

Le nouveau président du BfV n’a laissé aucun doute sur ce qu’il faut entendre par « travail objectif et digne de confiance ». Interrogé par un journaliste sur ce qui le lie à son prédécesseur Hans-Georg Maassen, il a expliqué : « Je suis lié à mon prédécesseur en ce sens que nous avons travaillé ensemble dans un esprit de confiance pendant cinq ans et que nous nous sommes mis d’accord sur les principales questions techniques de notre bureau. Lorsqu’on lui a demandé ce qui le distingue de Maassen, il a répondu de façon provocatrice : « Qu’est-ce qui me rend différent ? J’ai des lunettes rouges et je ne porte pas de gilet ».

La conclusion est évidente. Ces dernières années, Maassen a transformé le BfV en un instrument politique qui s’est ouvertement associé à l’extrême droite et a qualifié toute critique du capitalisme et de la politique de droite des partis établis d’« extrémisme de gauche » et d’« anticonstitutionnelle ». L’exemple le plus clair est le rapport annuel actuel de la BfV. Alors que l’Alternative pour l’Allemagne, l’AfD, et son milieu extrémiste de droite ne sont désignés que comme « victimes » de prétendus « extrémistes de gauche », le Parti socialiste pour l’égalité (SGP) est inscrit comme « parti d’extrême gauche » et « sujet à surveillance ».

Haldenwang a été nommé président de la BfV par la grande coalition pour poursuivre dans cette voie, sans s’identifier aussi ouvertement à l’extrême droite que Maassen, du moins au monde extérieur. Lors d’une audition publique des présidents des services de renseignement au sein du Panel de contrôle parlementaire (PKGr) vendredi dernier, Haldenwang a même annoncé « l’extension du domaine de la lutte contre l’extrémisme de droite ». Cependant, ses remarques ont clairement montré que cela signifie avant tout l’expansion massive de la censure sur l’internet.

« Les médias sociaux jouent un rôle particulier dans le développement de l’extrémisme », a déclaré Haldenwang. La BfV doit donc « garder un œil sur les médias sociaux, qui peuvent agir à la fois comme stimulant et comme scène de crime ». « Il n’a jamais été aussi facile de célébrer la haine et les fantasmes violents tout en restant anonyme ». Il était donc important de « rappeler aux opérateurs de médias sociaux leur responsabilité sociale et d’exiger une meilleure coopération avec les autorités de sécurité ».

Ces mesures de censure s’adressent en premier lieu aux sites web de gauche et aux organisations qui sont déjà massivement réprimées. « Mesdames et Messieurs, les extrémistes de gauche augmentent également leur potentiel d’organisation et de campagne grâce aux réseaux sociaux et aux plates-formes numériques », a déclaré Haldenwang aux représentants réunis de tous les partis du Bundestag. Le BfV avait observé « la stratégie claire d’accepter des revendications sociales réelles ou imaginaires et de rechercher des formes démocratiques de protestation pour ensuite les influencer d’une manière extrémiste. »

Quiconque s’attaque à de véritables maux sociaux, participe à des manifestations démocratiques et lutte pour une perspective socialiste est donc, selon Haldenwang, un « extrémiste de gauche » et doit être censuré !

La lutte contre l’« extrémisme de gauche » va de pair avec la xénophobie et le racisme. Dans la « sphère de l’extrémisme des étrangers », il pouvait « en principe rapporter la même chose », a dit Halderwang. « Ici aussi, les groupes concernés ont utilisé des moyens de communication numériques pour organiser, mobiliser et faire de la propagande ». La « conclusion » ne pouvait être que « il ne peut y avoir de compréhension ou de tolérance pour aucun groupe extrémiste en Allemagne ».

Afin de perfectionner la surveillance de masse, Haldenwang a appelé à une plus grande centralisation de différents services de renseignement. Il a tenu à « souligner que nous devons également nous développer sur le plan organisationnel et ne pas perdre de vue la forte fonction centrale de l’Office fédéral de protection de la Constitution ». En collaboration avec les services de protection de la Constitution de l’État, il « favoriserait une coordination plus intensive du BfV sur la base des potentiels respectifs ». Ce qu’il faudrait, c’est « des agences de sécurité efficaces et bien établies ».

Ce que Haldenwang s’efforce de faire, c’est une surveillance totale d’Internet, y compris la communication cryptée. « Nous devons relever les défis technologiques de l’ère numérique et être à jour sur le plan technologique », a-t-il déclaré. Cela exige « non seulement le recrutement de personnel informatique qualifié et de ressources financières suffisantes, mais aussi l’acceptation sociale des droits légaux correspondant au monde actuel de la vie. »

Par exemple, dans le cas de la « surveillance des télécommunications », il « veut s’attaquer au problème [des gens qui] « ne laissent pas de traces » [going dark] ». Malgré « l’augmentation de la quantité de données, grâce à la numérisation », les services de renseignements « obtiennent maintenant moins d’information sur une personne qu’ils n’en obtenaient à l’époque analogique précédente parce que la majorité de l’information ne peut plus être saisie et évaluée », s’est-il plaint. « Le cryptage et les méthodes de préservation de l’anonymat » ont eu « un effet positif sur la sécurité et la protection des données », mais ont également « entraîné une perte massive de renseignements pour les services de renseignement ».

Au cours de l’audience du PKGr, les chefs des services de renseignement ont cherché à se surpasser les uns les autres par des demandes de réarmement et de surveillance. « Si la préparation, la planification et l’exécution d’activités extrémistes sont de plus en plus souvent menées à l’aide des médias numériques et transférées dans le cyberespace, nous devons également veiller à pouvoir enquêter de manière adéquate sur les activités anticonstitutionnelles qui s’y déroulent », a averti Haldenwang.

Le président du service de renseignement étranger (BND), Bruno Kahl, a ouvertement prôné ce que l’on appelle des « hack backs », c’est-à-dire des mesures offensives de cyberguerre, afin de « rendre inoffensifs les outils d’attaque préventivement […] de manière complète. »

Les services secrets allemands ne peuvent agir avec autant d’agressivité et s’inspirer des traditions des nazis et de la Gestapo que si personne dans la politique officielle ne s’y oppose. Dans les conditions de la crise la plus profonde du capitalisme depuis les années 1930, la classe dirigeante allemande serre les rangs et, comme par le passé, met en place un régime autoritaire de droite pour appliquer sa politique de militarisme et de contre-révolution sociale face à une opposition croissante.

Les partis d’opposition dits « de gauche », en particulier, se présentent comme les laquais soumis de la police d’État et de l’appareil de renseignement. L’eurodéputé vert Konstantin von Notz a loué Haldenwang de la manière la plus stridente avant même que sa promotion ne soit annoncée. « J’ai hâte de travailler avec vous », a-t-il dit. « Je souhaite au nouveau président une bonne main pour aborder les choses avec détermination et restaurer la confiance perdue ».

Au nom de la direction du Parti de gauche et de son représentant au PKGr, André Hahn a souhaité à Haldenwang « une main heureuse dans votre travail. Vous serez certainement plus ouvert et plus ouvert d’esprit envers le Parlement que votre prédécesseur », a-t-il ajouté. En fait, le Parti de gauche avait aussi soutenu Maassen depuis le début. Peu après son entrée en fonction en 2013, le parti l’a invité à une réunion publique pour discuter des mesures visant à « renforcer » l’agence.

(Article paru d’abord en anglais le 23 novembre 2018)