La Russie tire sur des navires de la marine ukrainienne et les capture

Par Clara Weiss
27 novembre 2018

Tôt dimanche matin, des navires de guerre russes ont tiré sur trois navires de la marine ukrainienne et les ont capturés dans la mer d’Azov, au large des côtes de Crimée. L’affrontement militaire représente une escalade majeure du conflit en cours entre la Russie et l’Ukraine, qui a été déclenché par le coup d’État d’extrême droite soutenu par les États-Unis et l’UE en février 2014.

Selon la version officielle russe, trois navires de guerre ukrainiens sont entrés illégalement en territoire russe à 7 heures du matin dimanche. Moscou a ensuite fermé le détroit.

Le Service fédéral d’enquête russe (FSB), l’équivalent russe du FBI, a confirmé plus tard dimanche que la Russie avait arraisonné les trois navires de guerre ukrainiens. La Russie a demandé une réunion d’urgence des Nations Unies.

Kiev fait valoir qu’elle avait annoncé la traversée du détroit par les trois navires de sa marine, mais n’avait pas reçu de réponse de la Russie, et que les trois navires ont été attaqués par des navires de guerre russes dans un acte d’« agression », affirmant que la Russie attaque l’Ukraine. Le régime de Porochenko a également affirmé que deux marins ukrainiens avaient été blessés et qu’un remorqueur ukrainien avait été touché, et a exigé la libération immédiate des deux navires et de tous les militaires. Elle a lancé un appel en faveur d’un soutien à l’UE, aux États-Unis et à l’OTAN.

Le président ukrainien, Petro Porochenko, a convoqué dimanche une session d’urgence de son cabinet de guerre. Après cela, il s’est adressé au parlement du pays, proposant d’introduire la loi martiale pendant soixante jours. Depuis, des fonctionnaires du ministère ukrainien des affaires étrangères ont eu des discussions frénétiques avec des représentants de l’UE et de l’OTAN.

Les médias russes ont rapporté que des avions de combat SU-24 basés en Crimée survolent actuellement le pont russe dans le détroit de Kertch et que l’Ukraine avait envoyé des renforts navals dans la région. Une escalade militaire dans la mer d’Azov a été préparée pendant des mois avec une série de provocations du régime ukrainien qui bénéficie du plein soutien de l’UE et de l’impérialisme américain.

Fin août, Kiev a annoncé le « transfert de forces supplémentaires du Corps des Marines et de l’artillerie côtière » dans la région.

Fin septembre, Poroshenko a officiellement reçu à Baltimore deux navires garde-côtes de classe Island des États-Unis. Le 12 octobre, Porochenko a signé un décret sur la mer d’Azov qui affirme que l’Ukraine a la souveraineté sur les eaux territoriales du détroit de Kertch et de la mer d’Azov, et appelle à des mesures pour lutter contre la marine russe.

Le régime de Porochenko envisage également de se retirer d’un accord de 2003 avec la Russie qui prévoit la division égale de la mer d’Azov entre les deux pays et l’interdiction pour les navires de guerre étrangers d’entrer en mer sans le consentement des deux parties. Le retrait de l’Ukraine de cet accord permettrait aux navires de guerre de l’OTAN d’entrer dans la mer d’Azov.

Le mois dernier, les forces armées ukrainiennes ont déjà organisé des exercices militaires sur les côtes de la mer d’Azov, alors qu’elles accueillaient sur leur sol un important exercice aérien de l’OTAN appelé « Opération ciel clair ». Les exercices de guerre de l’Ukraine dans la mer d’Azov ont également contribué à la détérioration des relations avec la Hongrie voisine au cours des derniers mois, aggravant les tensions explosives dans la région.

Porochenko a fait de la construction d’une autre base navale ukrainienne en mer d’Azov avant la fin de 2018 une pierre angulaire de sa campagne actuelle de réélection à la présidence en mars 2019. Le chef d’état-major des forces armées ukrainiennes, Viktor Muzhenko, a récemment affirmé qu’une telle base navale était au cœur des efforts de l’Ukraine pour lutter contre « l’agression russe ». Actuellement, l’Ukraine possède deux bases navales dans la région de la mer Noire : la base navale ouest à Odessa et la base navale sud à Otchakiv et Mykolaïv.

La nouvelle base navale serait située à Berdiansk, à proximité des territoires contrôlés par les séparatistes d’Ukraine orientale soutenus par la Russie.

La Russie a elle aussi accru sa présence militaire dans la mer d’Azov et compte actuellement entre 50 et 70 navires de patrouille qui ont commencé à inspecter tous les navires à destination ou en provenance des ports ukrainiens. Depuis que la construction d’un nouveau pont russe sur le détroit de Kertch a été achevée au début de cette année, pratiquement tous les navires qui transitent par la mer d’Azov à partir de la mer Noire doivent passer sous ce pont.

L’escalade du conflit militaire entre Porochenko et la Russie est soutenue par les États-Unis et dans une large mesure, par la crise intérieure croissante du régime. Près de cinq ans après l’arrivée au pouvoir d’un coup d’État fasciste orchestré par les impérialistes, le régime Porochenko est en crise. Selon de récents reportages, environ un million de personnes en Ukraine vivent au bord de la famine.

Des centaines de milliers de personnes ont quitté le pays depuis 2014, fuyant la guerre et la dévastation sociale (voir : « La crise du dépeuplement en Ukraine »). Au cours des derniers mois, plusieurs grèves ont été déclenchées par des mineurs ukrainiens, des cheminots et d’autres sections de la classe ouvrière. Les sondages montrent que Porochenko est le candidat le moins bien classé de tous les candidats aux prochaines élections présidentielles.

Dans ses provocations, le régime Porochenko a bénéficié du soutien total de l’impérialisme européen et américain. Washington a appelé la Russie à cesser de « harceler » les navires dans le passé ; les fonctionnaires de l’UE ont également pris le parti de l’Ukraine dans le conflit dans la mer d’Azov.

Derrière le soutien impérialiste aux provocations imprudentes du régime ukrainien se cachent des intérêts stratégiques à long terme dans le contrôle de la région de la mer Noire en tant que pont essentiel entre l’Europe orientale et le Moyen-Orient et l’Asie centrale, riches en ressources énergétiques. Le conflit en mer d’Azov s’inscrit dans le cadre des efforts de l’impérialisme américain pour freiner l’influence russe en Europe de l’Est et au Moyen-Orient, et encercler le pays avec des régimes soutenus par les États-Unis et l’OTAN.

Depuis la dissolution de l’URSS en 1991, tous les grands États riverains de la mer Noire, à l’exception de la Russie, sont devenus membres de l’OTAN (Roumanie) ou ont connu des « révolutions de couleur » orchestrées par les États-Unis qui ont porté au pouvoir des régimes totalement pro-américains (Ukraine et Géorgie). La Turquie est depuis longtemps déjà membre de l’OTAN.

Pour la Russie, la région de la mer Noire a été historiquement d’une importance cruciale pour l’accès à la mer Méditerranée et, en particulier, à la Méditerranée orientale où la Russie a une base navale pour sa Flotte de la mer Noire à Tartous, au nord-est de la Syrie. La mer d’Azov est également cruciale pour le contrôle russe de la Crimée, qui continue de faire l’objet d’un blocus économique par le régime de Kiev.

Une analyse du groupe de réflexion impérialiste américain, le Centre pour des études internationales et stratégiques (CSIS) a noté que, pour la Russie, « la Crimée est la source militaire, la Turquie est le pivot, et les détroits turcs le passage stratégique ; et l’objectif final est l’accès et la présence militaire en Méditerranée orientale en contrepoids à l’expansion américaine et OTAN à l’Est et sa présence en mer Égée et en Méditerranée centrale ».

Robert D. Kaplan, l’un des stratèges les plus influents de la politique étrangère de Washington, a souligné dans un livre récent que « la lutte de l’Europe avec la Russie pourrait ne pas se dérouler uniquement sur les pays baltes, mais sur la mer Noire et impliquer la Roumanie ». Il a soutenu que la Roumanie, membre de l’OTAN, qui borde également la mer Noire, serait le « flanc sud » d’une guerre contre la Russie, tandis que les États baltes et la Pologne formeraient le flanc nord.

Lors du sommet de l’OTAN de juillet 2016 à Varsovie, les dirigeants de l’Alliance se sont engagés à accroître leur présence militaire dans la région par la création de la Présence avancée adaptée (PTF). L’année dernière, l’OTAN a organisé un exercice militaire majeur dans la mer Noire.

Malgré toute la clameur « anti-russe » de l’opposition de droite à Trump dirigée par le Parti démocrate, son gouvernement a en fait intensifié le soutien militaire et politique aux régimes anti-russes de droite en Europe de l’Est, y compris en Pologne et en Ukraine. Elle a fourni au régime ukrainien diverses armes, des missiles et des navires de patrouille, y compris des missiles de type Javelin, des actions que le président Obama avait toujours évité.

Le fait que ces provocations soutenues par les États-Unis menacent d’une escalade catastrophique du conflit militaire avec la Russie, qui est déjà bien engagée par les forces qui leur servent d’intermédiaires en Ukraine et en Syrie, fait partie du calcul. Dans un article paru en octobre dans le National Interest, Lyle Goldstein, chercheur au Collège de la guerre marine des États-Unis, a admis ouvertement que le régime ukrainien soutenu par les États-Unis se livre actuellement à des provocations, et a averti qu’un scénario de conflit à grande échelle en mer d’Azov « ferait passer les opérations en Syrie pour une partie de croquet ».

(Article paru d’abord en anglais le 26 novembre 2018)